Archives quotidiennes : 22-novembre-2013

20 choses que vous devez abandonner pour être heureux

Express.be             
Le facteur le plus important qui nous empêche de réaliser nos rêves est simplement et malheureusement nous-même. Nous nous fixons des limites chaque jour, de manière intentionnelle ou non. Toutefois, il existe de nombreuses façons pour atténuer ces contraintes.
Voici 20 choses dont nous devons nous débarrasser si nous voulons être heureux.
1. L’approbation des autres. Soyez satisfait des décisions que vous prenez. Pensez à tout ce que vous pourriez réaliser si vous arrêtiez de donner de l’importance aux opinions des autres sur la manière dont vous vivez. Engagez-vous dans toutes les actions qui peuvent, selon vous, améliorer votre vie.
2. La colère et le ressentiment. La colère vous consume de l’intérieur. Apprenez à faire la paix avec ceux qui vous ont causé du tort. Gardez à l’esprit que celui qui vous irrite, vous contrôle.
3. L’image négative de votre corps. Il n’y a qu’une seule personne qui puisse formuler un avis sur votre physique, c’est vous. Personne d’autre n’a le droit de juger si votre physionomie est « correcte ». Être bien dans votre peau et en bonne santé sont les seules choses qui comptent.
4. L’idée ou l’attente du partenaire parfait. Il n’existe pas de partenaire idéal. L’image idéalisée du partenaire nous empêche d’avancer dans la vie. Trouvez la personne qui vous convient : celle que vous pouvez aimer pleinement, avec qui vous vous sentez à l’aise et qui vous accepte tel que vous êtes.
5. La vie parfaite. Tout comme pour le partenaire, il n’existe pas d’existence parfaite. La vie est composée des éléments que vous choisissez. Les choix que vous réaliserez se reflèteront directement dans la vie que vous menez. C’est donc à vous de créer votre meilleur des mondes possible.
6. L’idée que vous allez devenir riche. Trop de gens vivent en pensant qu’ils seront un jour millionnaires. Même s’il s’agit d’un objectif réaliste pour certaines personnes, ce n’est pas quelque chose qui peut être atteint sans un labeur acharné et sans dévouement. Arrêtez de penser que l’argent est le seul facteur de motivation. Trouvez une carrière qui vous passionne et consacrez-vous complément à elle. .
7. L’idée que la chance viendra frapper à votre porte. Vous devez vous aventurer dans le monde et chercher activement votre épanouissement. N’attendez pas que les choses arrivent d’elles-mêmes. Tentez d’apprécier la vie que vous menez et soyez reconnaissant des choses que vous possédez déjà. Valorisez chaque minute et chaque journée. Pensez à vivre comme si demain n’existait pas et à tirer le meilleur parti de chaque situation.
8. Les excuses. Pas de place pour les excuses. Vous souhaitez travailler mais vous n’avez pas le temps ? Réveillez-vous donc plus tôt. Les excuses sont uniquement des rationalisations qui vous permettent de mieux vous sentir dans votre peau. Vous voulez des résultats ? Arrêtez de râler et passez à l’action.
9. Penser à votre ex. Si cette personne est votre ex, il doit y avoir une raison à cela. Si vous pensez à elle ou à lui constamment, essayez d’en tirer des leçons. Ne vous attardez pas sur des sentiments passés car cela vous empêchera d’être heureux avec quelqu’un d’autre.
10. L’obstination. C’est peut-être dur à admettre mais nous avons quelques fois complément tort. Moins vous serez têtu, plus vous serez ouvert à l’apprentissage de nouvelles choses. Pensez à toutes les choses que vous pourriez vivre si vous arrêtiez de prendre en compte l’opinion des autres.
11. La procrastination. Arrêtez de penser que vous pourrez réaliser n’importe quelle tâche dès le lendemain. Vivez dans le moment présent et faîtes votre travail au moment où il doit être fait. Maximisez votre temps selon vos capacités et effectuez chaque tâche dès que vous le pouvez. Cela vous permettra de vous sentir libéré de toute inquiétude ou stress et de bénéficier de plus de temps libre pour profiter des choses que vous aimez.
12. Vos bagages. Nous avons tous été à un moment ou un autre blessés par quelqu’un que nous aimions ou que nous pensions aimer. Avoir des sentiments négatifs pour nos relations futures peut s’avérer désastreux. Il n’existe pas deux personnes semblables. Il est donc injuste de considérer un partenaire futur selon une norme définie par une relation avec un ex.
13. La négativité. Ce que vous projetez dans l’univers vous revient automatiquement. Changez donc tout de suite la façon dont vous pensez. Arrêtez de voir la vie comme un verre à moitié vide mais voyez-la plutôt comme un verre à moitié plein. Prenez le temps d’observer la kyrielle de choses dont vous pouvez être reconnaissant. Pour un esprit positif, tout est possible.
14. Les jugements. Vous n’avez aucune idée de ce qui se passe réellement dans la vie des autres, alors qui êtes-vous pour juger la façon dont ils agissent ? Si nous passions plus de temps à nous occuper de nos propres actes et de nos propres sentiments, alors nos vies auraient certainement plus de sens.
15. La jalousie. Arrêtez d’envier les autres et appréciez les choses que vous possédez. Toute vie est unique et vous avez sûrement des choses à offrir que d’autres non pas. Lorsque nous ressentons de la jalousie, tout ce que faisons c’est remplir notre existence de sentiments négatifs.
16. L’insécurité. Les gens heureux ont tendance à avoir un niveau d’estime de soi extrêmement élevé. Ils acceptent ce qu’ils sont, rayonnent de confiance, étale leur fierté et dégage des ondes positives. Il n’y a aucune raison à ressentir de l’insécurité et s’il y a des choses qui vous complexent, cherchez à les modifier. C’est seulement de cette manière que vous aurez la possibilité de créer la meilleure version de vous-même.
17. Dépendre des autres pour votre bonheur. En fin de journée, la seule personne sur laquelle vous pouvez compter, c’est finalement vous. Ne commettez pas l’erreur de placer votre bonheur dans les mains d’autrui. Une relation ne vous aidera pas à mieux vivre et ne vous rendra pas plus heureux. Vous devez atteindre le bonheur par vous-même avant de trouver quelqu’un d’autre pour le partager.
18. Le passé. Arrêtez de vivre dans le passé. Vous ne gagnerez rien à vous focaliser sur les erreurs commises précédemment. Tirez-en plutôt des leçons et progressez.
19. La nécessité de contrôle. Il est parfois nécessaire de laisser couler la vie comme cela doit se faire. Vous ne pouvez pas passer tout le temps à chercher à avoir du contrôle sur des éléments qui sont hors de votre portée. Détendez-vous et laissez les choses évoluer naturellement. Embrassez l’inconnu car c’est ce qui vous surprendra le plus. Laissez-vous embarquer dans l’imprévu et savourez l’excitation que cela vous apportera.
20. Les attentes. Savoir gérer ses attentes est la clé du bonheur. Si vous relâchez vos attentes, vous ne serez jamais déçu. Ne vous attendez pas à un certain résultat pour une situation donnée. Expérimentez les choses de la vie avec ouverture d’esprit. Immergez-vous complétement sans idées préconçues.

EXPRESS.BE  VIA ELITE DAILY

http://humeursdemarisse.blogspot.fr/2013/11/20-choses-que-vous-devez-abandonner.html

Publicités

L’élevage « humain »

Description de cette image, également commentée ci-après

Je vous nourrirai pour vous tondre et vous manger. Mais vous penserez que je vous nourris pour votre bien… Vous avez raison. C’est pour votre bien…

GP

Karma des nations

 

Boomerang karmique

Au chapitre du karma collectif, Maurice B. Cooke a publié un livre intitulé «Nations» en 1984.

Voici quelques extraits de l’introduction (Cooke dit recevoir ses messages d’Hilarion)
[Traduction/adaptation maison]

Le grand pèlerinage de l’humanité atteint un point culminant en matière de chaos et de destruction. Jamais auparavant, la race n’a coexisté avec autant de dangers. Tout le monde sait que les grandes nations possèdent suffisamment de puissance destructrice pour faire disparaître la présente civilisation. Parallèlement à cette sombre menace, il y a des millions de gens qui cultivent une spiritualité intérieure. Cette luminosité spirituelle a suffisamment éclairé certaines parties du monde pour que les nuages menaçants se déplacent vers des endroits où la lumière est absente, et où les passions humaines sévissent, alimentées par la peur, la vengeance et la rage.

Ceux qui sont incarnés dans des régions protégées de la terre ne réalisent pas la situation désespérante de ceux qui se sont volontairement incarnés au milieu du chaos – désespérante non pas à cause de la pauvreté, de la guerre ou de la famine qui les entourent (bien que ce soient des conditions suffisamment atroces), mais plutôt à cause de leur propre noirceur intérieure qui leur a attiré ces conditions.

Car ces choses ne se produisent pas par hasard. 

Plusieurs s’imaginent que leur vie dépend d’un décret divin ou d’un «plan» qu’ils ne peuvent pas s’expliquer. La clé manquante (le lien qui peut fournir une explication juste et plausible à l’apparent chaos et à l’apparente souffrance) est la notion que chaque individu qui naît sur terre prend simplement un corps (un parmi d’autres) et que ses habitudes et ses actions précédentes attirent des opportunités et des épreuves qui sont les siennes en ce moment.

Si vous n’aviez qu’une seule vie, il serait en effet injuste que des meurtriers des meurent paisiblement dans leur sommeil à la fin de sa vie – comme cela se voit fréquemment. L’aphorisme «celui qui vit par l’épée, périra par l’épée» prend ainsi tout son sens – car durant cette incarnation ou une autre, le meurtrier périra par «l’épée».

[Note perso : Les gens disent souvent «au moins il y a une justice sur terre, car tout le monde meurt». Ce n’est pas là qu’on trouve justice, mais plutôt dans le processus de la réincarnation.]

Une des facettes intéressantes du karma, est sa grande efficacité pour enseigner la compassion aux êtres humains. C’est un fait connu que dans le passé, les humains avaient tendance à être brutaux et insensibles. Par exemple, on n’éprouvait aucun respect pour la vie humaine, on n’avait aucune considération pour la souffrance d’autrui, et absolument aucun sentiment pour les animaux. Les enfants étaient régulièrement battus, attachés, et même suspendus aux murs pour ne pas qu’ils dérangent les adultes. Un soldat pouvait transpercer un passant d’un coup d’épée simplement pour vérifier si sa lame était en bon état.

Ces attitudes humaines persistent encore aujourd’hui dans plusieurs régions de la terre (1). Mais on trouve aussi des individus civilisés, capables de ressentir la souffrance des gens. C’est l’essence de la compassion, qu’on appelle aussi empathie. Certains pourraient être surpris d’apprendre que cette nature empathique dérive de leurs propres souffrances antérieures. La souffrance de l’autre active la mémoire des souffrances vécues dans cette vie ou une précédente. Ainsi, ce qu’on ressent initialement c’est une douleur-mémoire évoquée par celle de l’autre.

Certains individus se limitent à l’empathie, c’est-à-dire à «souffrent avec» la personne en souffrance. D’autres sont portés à répondre à leur douleur-mémoire en essayant de soulager la souffrance. Au départ la personne peut faire cela pour soulager sa propre douleur-mémoire. Mais la répétition de ces épisodes pourra graduellement aider l’individu à développer bienveillance et compassion, et éventuellement, cette merveilleuse qualité s’intégrera à l’âme.

La compassion fait défaut dans plusieurs parties du monde, et ce sont les régions où la souffrance continue afin d’enseigner aux humains ce qu’est la souffrance. La souffrance sert aussi à montrer, de la manière la plus austère possible, la rage et la haine qui brûlent encore au sein de l’humanité. Il est vrai qu’il y a beaucoup d’âmes pacifiques actuellement incarnées sur terre. Mais en même temps, il y en a des millions d’autres qui sont cruelles, vindicatives, violentes et agressives. Quand on regarde l’humanité en tant qu’entité collective, nous voyons des masses sombres disséminées partout, avec seulement quelques parties lumineuses. Et comme l’humanité n’est qu’un seul «être» (selon une perspective cosmique) il s’ensuit que, d’une certaine manière, l’obscurité  affecte l’ensemble.

La terre est un miroir qui réfléchit l’état intérieur des êtres qui l’habitent. Et avec le développement de la bombe nucléaire, l’humanité a façonné une arme d’une incroyable capacité de destruction – une arme qui montrera toute la noirceur que la race peut contenir.

Nous espérons qu’un déclenchement apocalyptique à grande échelle sera évité, car il y a des possibilités de transition vers un monde plus bienveillant (où l’amour et la lumière pourraient se manifester) sans que presque toutes les nations soient désintégrées. Des désintégrations pourront se produire là où la population n’a pas appris à s’ancrer dans la lumière d’une spiritualité supérieure. Dans certaines régions – particulièrement en Amérique du Nord – les probabilités de transition vers ce monde meilleur restent possibles sans qu’il soit nécessaire de passer à travers la souffrance, la destruction et d’immenses pertes.

Mais seul le temps le dira. Le vaste nuage obscur de pensées et d’émotions attaché à la planète devra être dissipé. La façon la plus rapide de le faire est de permettre à ce nuage de libérer son activité destructrice là où il y a concordance de sentiments. S’il y avait suffisamment d’individus qui apprenaient à utiliser le pouvoir de leur esprit de meilleure manière, ce nuage pourrait se transformer en énergie inoffensive pouvant être utilisée positivement.

(…)

Karma de certaines nations
(Titres des courtes descriptions. Sous toute réserve car il s’agit de la perspective de l’auteur et que les choses ont bougé depuis 1984. Mais ça donne quand même à réfléchir.)

– L’Italie a perdu son âme.

– La Chine a perdu sa grandeur.

– La Russie a perdu sa passion.

– L’Iran a perdu la raison.

– La Suisse a perdu son honneur.

– L’Autriche a perdu son passé.

– La France a perdu ses perceptions.

– L’Allemagne a perdu son unité.

– L’Afrique du Sud a perdu sa compassion.

– L’Inde a perdu son mysticisme.

– Le Brésil a perdu sa grandeur de vue.

– La Pologne a perdu son courage.

– Israël a perdu son Maître.

– Le Mexique a perdu son imagination.

– Le Danemark a perdu sa probité.

– Hong Kong a perdu sa lumière.

– Le Japon a perdu sa dernière chance.

– Le Tibet a perdu son corps.

– La Belgique a perdu son enracinement.

– L’Australie a perdu son leadership.

– L’Écosse a perdu son charme.

– L’Irlande a perdu son intégrité.

– L’Angleterre a perdu sa majesté.

– Le Canada a perdu sa mission.

– L’Amérique a perdu sa générosité.

– L’Amérique du Nord a perdu ses racines.


(1) Je pense notamment à cette barbare et cruelle coutume que les Espagnols pratiquent encore. Même si la tauromachie a été abolie, des villageois continuent  à incendier des taureaux vivants et à les laisser brûler jusqu’à ce qu’ils expirent. La cruauté humaine n’a aucune limite. Possible boomerang karmique en perspective…

Source