Archives quotidiennes : 8-novembre-2013

Le snobisme Frankenstein

Facendo la colazione

Dans la gargantuesque tentative de dénuer le monde de son âme, de le rendre « mécanique », nous voilà sans doute tous des Mary Shelley, l’auteure du célèbre roman « Frankenstein ».

Dommage! Grand dommage! On a soufflé sur les âmes pour en éteindre la bougie. Mais on a compensé par une belle et ordurière arnaque du savoir « scientifique ». L’Homme s’est pris pour dieu. Davantage lesdits athées qui ne savent même pas qu’il sont déshabités, sans  lieu précis, non finalement rien compris, mais sont devenus des disciples de cette ignorance que nous sommes autre « chose » qu’un montage insignifiant de cellules.

Sinon que dans l’enfermoir d’une banque soit disant salvatrice. Futur garanti.

Toutes les sciences s’occupent de « NOUS ». L’alchimie des aliments, le grand et pavoisé défilé chimique de l’industrie pharmaceutique. Toutes.  Sans compter la « science » de l’économie. La radine. Celle qui a fait croire qu’elle nourrirait les enfants du monde. Elle les éteint comme on souffle une chandelle.  Elle continuera de par son succès et sa filée de requins mordicus à dents effilées de croire en cette « religion ».

La laïcité est qu’il n’y a pas d’amour – ou plus d’amour – mais une autre négation qui mène à l’aplanissement. On parle d’homophobie! Ah! De quel mot doit-on user pour parler de la différence dite affichée de son « orientation spirituelle »? Dans cette cyclopéenne vision et fabrication d’un monde « frankensteinien », il y a une absence de nuances aussi creuse que le Grand Canyon. Abyssale! Si fragile cette mécompréhension! Car à force de vouloir tout expliquer, tout « RE-construire », l’art de vivre est un cauchemar.Du moins de ce prétendu « art » auquel nous nous nourrissons à chaque chant du coq.

Qui donc sait maintenant si nous ne vivons pas la nuit plus que le jour?

Le travail n’a jamais tué personne….

Dans l’écrin du quotidien que trop géré, notre apport à l’autodestruction est issue de notre esclavage.

Notre plus belle, notre plus noble liberté, -celle que nous avons hélas perdue – , est celle de la simplicité perdue. La Vie – peu importe le nom que vous lui donnez – nous a livré une planète en friche, un monde à fabriquer. Comme si tous les outils étaient là…

Moins de technique et plus d’amour.

Mais qu’est-ce donc que « l’amour »?

Il y a cet inconnu mystère des affinités… Mais dans la cadence sociale, l’amour est un effort de compréhension et « d’aceptabilité ».

Il ne faut pas se leurrer. Nous vivons dans une tour de Babel …

Non, le travail n’a jamais tué personne. Sauf que dans sa forme actuelle, il est possible qu’il tue tout le monde. Nous avons tous les mains propres. 

Votre pays est un insidieux vendeur d’autos. Il ne vend que des machines. Il ne construit que des machines. Il ne construit que des cerveaux.

L’Histoire de l’Humanité est dans une phase d’adolescence.

De fait, l’Homme n’est pas encore un Homme. C’est un soldat-esclave.

Ce que nous cultivons nous entoure au point d’être l’univers, ou vu comme tel. À éplucher des pommes, on arrive à ceci:

tumblr_mi2eh7AGui1qzs3xio1_1280

À éplucher des humains…

Embrassons tous notre cher Frank et parlons nous en twittant….

tumblr_mvce25VVa41soeph9o1_1280

De tous les temps, les snobs on conçu un système de fabrication de richesse pour la richesse. Ils ne savent rien faire d’autre. Et cela vaut pour tous les grands intellectuels qui ont les souliers tellement cirés qu’ils dérapent du cerveau.

Gaëtan Pelletier

8 novembre 2013

Publicités

De demain à hier

Septembre 1929

“Il n’ya aucune raison de s’inquiéter. La marée haute de la prospérité va se poursuivre.” – Andrew W. Mellon, secrétaire au Trésor.

14 octobre 1929

«Secrétaire Lamont et les fonctionnaires du département du Commerce a refusé aujourd’hui les rumeurs selon lesquelles une dépression sévère dans les affaires et l’activité industrielle était imminente, ce qui avait été fondée sur une interprétation erronée d’un réexamen des industriels et des conditions de crédit émises plus tôt dans la journée par le Federal Reserve Board ». – New York Times

5 décembre 1929

«Entreprise du gouvernement est en bon état.” – Andrew W. Mellon, secrétaire au Trésor

28 décembre 1929

«Maintien d’un haut niveau général des affaires aux États-Unis au cours de Décembre a été examiné aujourd’hui par Robert P. Lamont, secrétaire au commerce, comme une indication que l’industrie américaine avait atteint un point où une rupture dans le cours des actions de New York ne signifie pas nécessairement une dépression nationale “. – Associated Press expédition.

13 janvier 1930

“Les rapports au ministère du Commerce indiquent que les entreprises sont dans un état satisfaisant, Secrétaire Lamont dit aujourd’hui.” – Le point Nouvelles.

21 janvier 1930

“Signes évidents que les entreprises et l’industrie ont tourné le coin de la période temporaire d’urgence qui a suivi la déflation du marché spéculatif ont été vus aujourd’hui par le président Hoover. Le Président a déclaré les rapports au Conseil des ministres a montré la marée de l’emploi a changé dans la bonne direction ». – Envoi Nouvelles de Washington.

24 janvier 1930

«Le commerce de récupération maintenant terminée le Président l’a dit. Business Conference rapports d’enquête industrie a progressé de pouvoir. Aucun besoin de stimulants! Progrès dans tous les sens par les prévisions du printemps précoce.” – New York Herald Tribune.

8 mars 1930

“Le président Hoover prédit aujourd’hui que le pire effet de l’écrasement en cas de chômage aura été adoptée pendant les soixante jours suivant.” – Washington Dispatch.

1 mai 1930

«Bien que l’accident n’a eu lieu il ya six mois, je suis convaincu que nous avons maintenant passé le pire et a continué avec l’unité de l’effort de nous retrouver rapidement. Il ya une certitude de l’avenir d’un peuple dont les ressources, l’intelligence et le caractère du peuple des États-Unis – qui est, de la prospérité ». – Le président Hoover

29 juin 1930

“Le pire est passé sans aucun doute.” – James J. Davis, Secrétaire d’Etat au Travail.

29 août 1930

«Mai ouvrier américain aujourd’hui envisager l’avenir avec confiance.” – James J. Davis, Secrétaire d’Etat au Travail.

12 septembre 1930

«Nous avons touché le fond et sont à la hausse.” – James J. Davis, Secrétaire d’Etat au Travail.

16 octobre 1930

“Regarder vers l’avenir, je vois dans la nouvelle accélération de la science continue emplois pour nos travailleurs. La science permet de guérir le chômage”. – Charles M. Schwab.

20 octobre 1930

“Le président Hoover a désigné aujourd’hui Robert W. Lamont, Secrétaire du Commerce, en tant que président du comité spécial du Président sur le chômage.” – Envoi de Washington.

21 octobre 1930

“Le président Hoover a convoqué le colonel Arthur Woods pour aider à placer 2.500.000 personnes de retour au travail cet hiver. – Washington Dispatch

Novembre 1930

“Je ne vois aucune raison pour que 1931 ne devrait pas être une année extrêmement bien. – Alfred P. Sloan, Jr., General Motors Co.

20 janvier 1931

“Le pays n’est pas en bon état.” – Calvin Coolidge.

9 juin 1931

“La dépression a pris fin.” – Dr. Julius Klein, secrétaire adjoint du Commerce.