Archives quotidiennes : 9-octobre-2013

Paul Desmarais: Quand Anonymous décolore la bourgeoisie caméléon

Une soirée. Douze millions de dollars, l’équivalent de 480 ans de travail pour unE salarié gagnant annuellement 25 000 $. Tant de moyens pour si peu de goût. Source: Le Couac  

« Quand tu entres dans la propriété, on t’ouvre un premier portail. Ensuite, tu dois faire des kilomètres et des kilomètres avant d’arriver au château », racontait Nicolas Sarkozy à propos du fief de son ami Desmarais.» Sarko et ses hémorroïdes  

Tous les artisans de cette soirée, qui a nécessité la construction d’un imposant pavillon temporaire, ont été logés à proximité du domaine.

Les proportions du domaine où ont été accueilli tout ce monde sont calquées sur les grandes constructions d’avant la Révolution de 1789, habitée par la royauté française. Le domaine de Sagard compte plusieurs milliers d’hectares où on trouve notamment un terrain de golf privé. La fortune de la famille Desmarais est évaluée à plus de 4 milliards, selon le magazine Forbes.Le Devoir   

****

Open up your eyes (ouvrez grands vos yeux), comme disait John Lennon,  et faites clinquer vos bijoux.  « On ne leur demande pas d’être pauvre et de tout donner, mais d’en partager un peu… », comme le souligne l’ami Allard.

***

30 août 2011. Madame Desmarais fête ses 80 ans. On retrouvera sur Youtube  une vidéo lancée par ANONYMOUS QC,  2H09 minutes.

Mais il semble que Sarko n’y était pas… Pourtant, « la filière françaises » du monde  des affaires a bien dressé le pantin, fasciné par la richesse…et la gloire.

Et la France dans tout ça?

C’est aussi l’homme qui s’était dit, en parlant de Nicolas Sarkozy : « c’est quelqu’un qui serait bien pour la France » , comme le rapporte le quotidien La Presse. Le principal intéressé a évoqué ce soutien lors de la cérémonie de vendredi :

« Si je suis aujourd’hui président, je le dois en partie aux conseils, à l’amitié et à la fidélité de Paul Desmarais. »

Les deux hommes se connaissent depuis 1995. A l’époque, Sarkozy était au fond du trou, écarté de la Chiraquie après l’échec de la candidature d’Edouard Balladur aux présidentielles.

« Un homme m’a invité au Québec dans sa famille. Nous marchions de longues heures en forêt, et il me disait : il faut que tu t’accroches, tu vas y arriver, il faut que nous bâtissions une stratégie pour toi. »

Il a depuis séjourné plusieurs fois au domaine de Sagard, 75 km2 au coeur du Québec, propriété de la famille Desmarais. Le terrain, qui compte 32 lacs, doit son nom à un missionnaire français du XVIIème. Desmarais comptait aussi parmi les invités de la soirée au Fouquet’s sur les Champs-Elysées au soir de l’élection du président, le 6 mai 2007.

Au Canada, les Desmarais ont soutenu plusieurs premiers ministres : Pierre Elliott Trudeau, Brian Mulroney, puis Jean Chrétien (dont la fille, France, est mariée avec le cadet, André Desmarais) et Paul Martin. Ce dernier a d’ailleurs été vice-président de Power Corporation avant de se lancer en politique. Rue 89  

Rue 89

Le party pour Jackie

Depuis quelques jours, l’organisation de la fête allait bon train. À travers des jardins français sans fin, dans une tente, une salle de concert extravagante et riche a déjà accueilli son très quétaine faux penseur de Rodin, une partie des 400 000 $ de fleurs, principalement des orchidées de partout à travers le monde, achetées spécialement pour l’occasion ainsi que la répétition de l’Orchestre Métropolitain à laquelle Papa Bush aurait assisté. Étonnant. Au départ, les Desmarais désiraient retenir les services de l’OSM mais, voyez vous, il semblerait que la convention collective de cet orchestre, plus généreuse que les conditions de la Guilde des musiciens, ait modifié les plans de la soirée.(…)

Avant que le spectacle ne commence, l’Orchestre métropolitain sera parqué dans le garage, près de la tente, en attendant sagement son tour. Chacun à sa place. Lors de leur performance, malgré la présence d’une technique de sonorisation plus que complète, le son pourri rendra à peine la qualité des pièces qui seront jouées. Point culminant du spectacle, un cadeau de fête de Monsieur, une chanson écrite spécialement pour Madame. Il est vrai qu’on ne peut pas offrir grand-chose à des maîtres qui possèdent déjà tout. Émue et terriblement reconnaissante, elle déclarera : « On m’a dit que je n’avais pas le temps de faire un discours, mais je suis émue et je veux remercier… ». Il est bien vrai qu’ils possèdent tout. Mais pas le temps, semblerait-il.

Plusieurs diront que la dépense totale pour cette soirée oscillerait entre 12 et 14 millions $. Une soirée. Douze millions de dollars, l’équivalent de 480 ans de travail pour unE salarié gagnant annuellement 25 000 $. Tant de moyens pour si peu de goût. Source: Le Couac  

Toutes ces bonnes âmes de la politique et de la finance, y compris le souverainiste Lucien Bouchard, vendeur de gaz de schiste de pote à pote, et le chanteur « souverainiste » Robert Charlebois, sont du « party ».

La bourgeoisie caméléon

Tous les pays « démocratiques » sont endettés. On s’étonnera du virement des richesses des peuples vers une élite bourgeoise qui a réussi à traverser les siècles en changeant de visage. Masquée. Le pompage  systémique des dirigeants par le biais des jeux de Monopoly mondialisé,  et des politiciens à « flirt de peau » avec ces joueurs compulsifs, est en train d’aplanir toutes les diversités, aspirer les richesses, appauvrir les peuples pour le… jeu. Elle n’a pas de couleurs, la bourgeoisie. Elle se fond, en prédateur, dans les modes et les mouvements sociaux et politiques. Et ils veulent tout. À commencer par le contrôle qui permet… de  TOUT avoir.

Ils adorent ça. Tout avoir. Tout posséder. Sans aucun atome d’humanisme.

À Montréal, on fait sonner les chaudrons pour manifester chaque soir. Jadis, on demandait au peuple de les donner pour les fondre et en faire des balles pour les « bonnes guerres ».

Le citoyen a les balles, mais n’a pas les armes…

La galerie de photos, prises d’écran

Un paon sur une table… Faite la queue…


Papa Bush ( M. Desmarais, à gauche… Mais de droite)

Jean Charest et son épouse

Le plafond. On se croirait au Vatican… À première vue…

La nourriture: je ne sais ce que c’est, mais ça doit se manger… en couleurs.

Dans le spectacle, outre les performances des musiques classiques, on retrouvera Al Jolson , ce blanc déguisé en noir.

Comme la bourgeoisie, mais à l’envers.

Car, au fond, nous sommes tous les nègres de cette race de serpents kaléidoscopique.

Ouvrez grands vos yeux, les petits noirs. Les « nègres » de ce monde habitent maintenant tous les pays, toutes les civilisations, toutes les races, toutes les couleurs. Et ce, grâce à la mondialisation. Ça vous javellise tout: les plantes, les fleurs, les petits princes, les gens simples, les terres des paysans, le gaz en dessous de vos pieds, tout, tout, tout. Les vampires à sueurs n’ont pas de limites.

Et quand vous leur donnez de vos impôts, trop souvent, vous leurs donnez de l’engrais pour faire pousser leurs dents canines.

Sans rapport, aux chiens, bien sûr…

Gaëtan Pelletier

Un soir de mai…

***

Correction: Si vous visitez le site You Tube, on vous dira qu’à la 14.55 minute, il y a Liza Frula, ancienne Ministre du Patrimoine canadien. Erreur.

Il s’agit de Mila Mulroney, épouse l’ancien Premier ministre, Bryan Mulroney.

« Al Qaida est financé par les Usa » (un ex membre)

L’ex-membre d’Al Qaida Sheikh Nabil Naiim a diffusé un témoignage étonnant en affirmant que le chef de Jabhat Al-Nusra, principale milice active en Syrie pour renverser Bachar, est en fait un agent de la CIA. Sheikh Nabil Naiim, considéré comme le leader historique du mouvement jihadiste islamique en Egypte, a dirigé le camp d’entraînement de Safwa Al-Qaeda où il rencontra Osama Bin Laden. Il est ensuite parti au Soudan avec le dirigeant d’Al-Qaeda Ayman al-Zawahiri et il a été reconnu officiellement membre d’Al-Qaeda. Directement impliqué dans l’assassinat du président égyptien Anouar el Sadate, Naiim a été emprisonné après une tentative d’asssassinat de Hosni Moubarak. Relâché après la chute de celui-ci, Naiim a renoncé à la violence et accuse à présent ses anciens collègues de figgurer sur les feuilles de paie de la CIA. « Je crois personnellement que le chef de l’armée Nusra Mohammed al-Jawlani et un agent de la CIA au sein d’Al Nusra. », déclare-t-il notamment dans cette vidéo.


michelcollon.info

Ramtha: le génie

Á ce jour, la très grande majorité des gens ignorent toujours qu’ils sont dotés du pouvoir de comprendre et d’être toutes choses. De sorte qu’ils permettent à des instructeurs, à des religions, à chacun de gouverner leur vie et d’interpréter pour eux la vérité. Ils permettent aux autres de compliquer et d’obscurcir la simple vérité qui leur est enseignée depuis des siècles, à savoir : la Source et le royaume des cieux sont en eux. Y aurait-il vérité plus belle ? Ceux qui l’ignorent encore pensent qu’il leur faut passer par les dogmes et les mécaniques, si l’on peut dire, comme les rites, les prières, les chants, les jeûnes, les méditations pour entrer en contact avec Dieu et atteindre à l’illumination. Alors qu’avec ces pratiques nous convainquons toujours plus l’âme que nous ne sommes pas l’objet de notre quête – que nous somme très loin de l’amour de Dieu et de la compréhension que nous cherchons à obtenir -, puisque nous sommes obligés de peiner pour le devenir. (…)

Pratiquer des rites et adhérer à des dogmes n’est pas chose fausse. Bien que l’on sente que ce n’est pas complètement juste, parce que la voix en soi – la source – dit que l’on est déjà ce que l’on s’efforce d’atteindre.

Je suis revenu en ce monde pour vous apprendre une voie meilleure. Je suis revenu pour vous dire que vous êtes déjà Dieu. Et aussi que vous n’avez jamais failli, que vous ne vous êtes jamais trompés et que vous n’êtes pas des créatures misérables et pitoyables. Je suis venu vous dire que vous n’êtes pas des pécheurs et que le diable, cette merveilleuse sottise, n’existe pas. Le jour où vous comprendrez ces choses vous pourrez commencer à employer votre temps à vous rendre heureux. (…)

Je vous dis que Dieu est en vous. Il l’a été durant l’ensemble de vos vies. Vous êtes d’ores et déjà Dieu. Car Dieu est l’intelligence créatrice qui réside profondément en votre être – l’essence qui vous a aimés jusque dans l’expérience de la limitation.
******

Une pensée n’est pas seulement comprise par le cerveau mais par le corps tout entier. Et la portion raisonnante du cerveau trouvera les mots capables de décrire l’émotion éprouvée.

Une pensée est comprise grâce à la sensibilité. La connaissance relève entièrement, de la sensibilité, de la sensation. Aucune pensée ne peut être connue et comprise si elle n’a pas été ressentie ; c’est la sensation qui permet son identification. Donc, pour connaître une pensée il faut la ressentir, c’est-à-dire la vivre dans tout le corps. Le savoir à lui seul ne suffit pas, il faut aussi le ressentir. Une fois que la sensation, le sentiment existe, vous pouvez dire : « Je sais, je connais. J’en ai le sentiment. »

(…) connaître ici ne veut pas dire comprendre avec l’intellect – l’intellect qui à la limite sait discourir avec éloquence avec des mots dénués de sens. La connaissance d’une fleur s’obtient grâce à l’être profond, grâce aux sentiments. Il est possible de comprendre l’essence d’une chose par la fréquence à laquelle vibre son émotion. Si vous voulez connaître une chose il n’est besoin que de vous autoriser à la ressentir ; la connaissance que vous en aurez sera toujours très juste.
******

Bien que votre cerveau ait été conçu pour capter toutes les fréquences de pensées de l’Esprit de Dieu, du champ entier de la Connaissance, il ne captera que celles que vous vous permettez de capter. Or comme la plupart des hommes n’acceptent pas les prodigieuses pensées illimitées qui bombardent constamment leur structure de lumière, leur cerveau est loin d’être pleinement actif, les seules parties en activité sont ses parties supérieures droite et gauche et certaines portions inférieures du cervelet. Le reste de leur cerveau sommeille. Ils repoussent toute pensée étrangère à leur famille, à la société, aux religions. Ils les rejettent, ne se permettant que de considérer celles acceptées communément. Les pensées illimitées de Dieu sont ainsi continuellement renvoyées par l’esprit de leur être dans le fleuve de la Pensée.

Il existe chez vous un terme, celui d’ « esprit fermé ». Celui-ci correspond à la stricte réalité, car lorsque vous refusez de vous aventurer au-delà des limites de la conscience sociale votre cerveau est littéralement fermé aux pensées à hautes fréquences – il n’accepte que celle à basse fréquences.

Ce qui fait de quelqu’un génie est sa disposition à considérer des pensées à risque, des pensées impossible. Il s’est permis d’exercer dessus sa raison tandis que d’autres les ont tout simplement rejetées. (…)

Avoir un esprit fermé implique également d’être fermé à toute éventualité de connaître ce qui est n’est pas expérimentable par les sens physiques.

Au royaume de Dieu rien n’est en fait impossible. Il est illimité, la faculté de penser est illimitée. Et dès l’instant qu’une chose peut être conçue elle existe – tout objet imaginé ou vu dans un rêve existe déjà. C’est du reste par l’imagination que la création tout entière est née. Chaque fois que vous dites à quelqu’un : « Oh, ceci n’est que dans ton imagination », vous le programmez dans la stupidité, dans une créativité très restreinte. Et c’est assurément ce qui se produit sur ce plan pour vous tous ! Moi, je vous dis ceci : Ce que vous vous êtes autorisés à penser, quoi que ce soit, cela est. Et tout ce que vous vous autorisés à penser est attiré à vous par le champ électromagnétique, l’aura dont vous êtes entourés. Cela est une certitude.

Ce qu’il y a de regrettable avec l’esprit limité est qu’il vous empêche de connaître la joie. Et il vous rend esclaves des illusions de la société, vous empêchant ainsi de connaître votre gloire comme Dieu. L’esprit fermé n’ose pas s’aventurer dans l’inconnu ni n’envisage-t-il de réalités plus belles. Il craint le changement. Or il y a infiniment plus de choses à voir, à comprendre et à vivre en dehors de celles en ce monde net et ordonné, mais où la vie alterne avec la mort.

Chaque fois que vous acceptez une pensée hors de vos normes habituelles les parties dormantes de votre cerveau sont activées. Les pensées plus vastes développent votre faculté de raisonnement et sont le tremplin de pensées plus illimitées encore. Et le désir de l’illimitation fait s’épanouir votre glande pituitaire. Le flot d’hormones devient alors plus abondant et le cerveau plus réceptif aux pensées à hautes fréquences.

Devenir un génie est extrêmement facile – il suffit d’apprendre à penser par soi-même.

Différence

galibert olivier Flickr

Qu’est-ce que tu as de différent?

T’as les yeux d’un enfant qui a grandi par en dedans. Peut-être qu’on  te déteste du bout du monde.

On sait pas lire le braille de tes yeux. Toujours les yeux… De l’âme dans ces deux miroirs.

Pas de cravate, pas de logis, bien des femmes, je ne sais…

Ta peau est comme celle de la Terre vue d’en haut.

Tu es comme une statue qui bouge. Même en photo. Qu’est-ce qu’ils ont les Hommes pour ne pas voir que la beauté est un tout petit diamant de « dieu » enfermée en ceux qui sont… différents?

Si une marguerite parle à une rose, la rose dira qu’elle se vend mieux…

Et alors?

On voit bien que le monde nous a touts truqués. Je suis blanc, tout petit, avec un œil qu’on dirait que je t’ai volé.

Avant, on disait que les « noirs » étaient inférieurs.

La différence est toujours  « inférieure ». C’est pour les gens qui sont enfermés …

Je me suis trompé.

Ceux qui sont enfermés.

La plus grande beauté de la différence est qu’elle colore la similitude cachée que nous avons tous.

Sinon, tout ce monde ne serait qu’une lumière avortée. Car les couleurs ne sont que celles d’un dieu peintre qui fait et refait sans cesse une toile. Personne n’est un musée.

Sauf les faibles. Ceux qui se croient forts de leur fixitude.

Le fort est fort de par tous les faibles.

Comprendre est saisir l’essence des choses. Et non pas prendre les choses et en faire l’essence.

La différence détestée, incomprise, en est une issue de nos êtres par pure perte de leur identité.

Curieusement, cette identité, unicité, ne provient que d’êtres qui nous permettent d’être « un ou une » dans la peur de disparaître.

Chacun est une couleur.

Mais tous ont racine dans une lumière.

On ne peut pas ne se nourrir que de soi.

Aimer c’est comprendre la différence de l’unicité.

Aimer c’est se nourrir.

Détester c’est mourir.

Tout le jeu de la Vie a apparence de contradiction et de différence.

Pour exister, pour créer, en dieux que nous sommes, toutes ces apparentes différences sont nécessaires.

De même que la lutte est nécessaire, à refuser, par la peur de ne pas exister.

Belle illusion!

Nous existons tous, UN, de par les autres… dits plusieurs.

C’est là la somme de toutes les peurs.

Au font, aimer et comprendre ne sont que la division de la même « chose ».

Haïr ne saura jamais…

C’est ainsi que le monde apparaît triste. Il a choisi de créer la  différence. Il a choisi la peur.

Mais il ne sait pas que ce choix est une mort en « soi » alors que l’on veut tuer l’autre pour existe.

Et que cela apparaît comme un moyen de vivre et de survivre.

© Gaëtan Pelletier , 16 août 2011