Archives quotidiennes : 18-août-2013

LEY 9.70 documental Colombia, Monsanto en Colombia

https://www.youtube.com/watch?v=SRZk0D1WqRw

Pourquoi «9,70»?

En  2012  indépendamment décidé de faire un documentaire racontant  l’histoire que nous voulions raconter ,  de la façon dont nous voulions raconter  et dans  le temps le permet notre budget .  9,70 Ce documentaire est appelé
Le gouvernement colombien a promulgué en 2010 une série de lois et de résolutions en un temps record.  L’idée:  la signature de l’Accord de libre-échange avec les États-Unis . Une des conditions qui mettent le gouvernement de  Barack Obama  et son prédécesseur  George W. Bush  était législation  sur la privatisation de la graine.
Une telle loi est la résolution 9.70.  Cette résolution interdit une pratique ancienne que les agriculteurs engagés dans la production de la nourriture, qui était de mettre de côté une partie de leur récolte pour la prochaine campagne de semis. Les graines obtenues de cette façon jamais des cultures fortes et plus efficaces.  9,70 La résolution interdit cela et condamne ceux qui le font en prison. 
Pour voir la bande-annonce  http://www.youtube.com/watch?v=B8JgD0jPXbg

Campoalegre

Le documentaire examine les effets de la décision en prenant comme exemple le cas de  Campoalegre, une petite ville au sud de riz Colombie  où la mesure a été appliquée aux dernières conséquences. En 2011, l’agence de contrôle agricole en Colombie (ICA) est venu au village et a saisi 70 tonnes de riz. Il est ensuite retourné avec les forces d’opérations violentes et finalement détruit la semence dans une benne à ordures comme illégale. Au total,  70 000 kilos de nourriture ont été jetés ,  et les propriétaires de riziculteurs ont perdu des millions et ont été accusé.

Les paysans, les peuples autochtones, les Afro-Colombiens et les agriculteurs en général, pour les générations qui ont été manipulés, conservés et les semences améliorées, ne comprennent pas la signification du présent décret qui privatise l’exercice même de l’agriculture.

– See more at: http://idea.me/proyectos/9162/documental-970#sthash.2ihh5XGx.dpuf

 

378816082_640

Critique et partagez le documentaire réalisé par Victoria Solano:

En 2011 et en un temps record une série de règles et de lois imposées par les Etats-Unis ont été proclamés par le gouvernement colombien pour permettre l’entrée en vigueur du libre-échange.

La résolution 9.70 a été publié en 2010 pour réglementer l’utilisation de la semence en Colombie. Une résolution qui applique les concepts de propriété intellectuelle et de graines qui a été adoptée en tant que condition de l’approbation de l’Accord de libre-échange (ALE) entre la Colombie et les États-Unis.

Le documentaire examine les effets de la décision en prenant comme exemple le cas Campoalegre, une ville au sud de la Colombie, qui a reçu la résolution. En 2011, l’ICA est venu à la ville et ont saisi 70 tonnes de riz, puis revint avec la police, et finalement détruit la semence dans une benne à ordures comme illégale.

***********************************************************************

 

El pasado sábado os presentamos “Eloy”, un excelente cortometraje. Hoy vamos a conversar con su directora Victoria Solano. Nacida en Colombia, actualmente vive en Argentina.Estudió medios audiovisuales con énfasis en cine en Colombia, e hizo una maestría en periodismo en la Universidad de San Andrés, en Argentina. En Colombia trabajó funtamentalmente en como directora de post-producción de programas institucionales y culturales, involucrándose esporádicamente en la asistencia de dirección de comerciales.

En el año 2011 ganó el fondo de PROIMAGENES EN MOVIMIENTO por el guión del cortometraje: ¨Los Helados del Cumbal¨ . En el rodaje Victoria fue asistente de dirección y posteriormente lideró el proceso de montaje del proyecto.

En Argentina publicó investigaciones y minidocumentales para grandes medios como clarín.com, desempeñándose como periodista audiovisual.

En el año 2012 fundó la productora Clementina Producciones, con la que participó en el concurso CINEXPERIENCIA MDQ como directora del cortometraje ¨Eloy¨, mejor corto profesional del concurso. Posteriormente el corto hizo parte del ciclo de cine COSTA CINE, realizado en la ciudad de Concordía, Argentina.

Actualmente se encuentra en la post- producción de su documental 9.70. La película fue incluida en el catálogo de proyectos de DOC BUENOS AIRES 2012 y participó en la rueda de negocios VENTANA SUR, en el mes de abril será emitida por el CANAL TELESUR.

J.L.P: ¿Cómo surgió “Eloy”?

Victoria Solano: Marco Cartolano, que es el guionista, y yo teníamos una fuerte inquietud por empezar a realizar nuestros proyectos de manera independiente, no queríamos esperar convocatorias o patrocinios. En ese momento nos enteramos de la existencia de un concurso en el que teníamos que rodar nuestra historia en 24 horas: Cinexperiencia, ese fue el empuje que necesitábamos para convertir ese monólogo inicial que era Eloy en un cortometraje. Se unió la oportunidad de Cinexperiencia con los deseos que teníamos de rodar.

J.L.P: ¿Qué fue lo más difícil del rodaje?

V.S: “Eloy” fue mi primer proyecto como directora, tenía muchas preguntas, muchas propuestas y ganas de probar algunas cosas, pero todo esto se dió en el marco de una competencia. Teníamos que rodar cerca de 86 planos en 24 horas, completamente en exteriores. Yo sentía que no tenía espacio para el error, éramos 8 personas que estábamos ahí y todos habíamos hecho esfuerzos de toda índole para estar en el rodaje, algunos  hasta tuvieron que pedir permiso en su trabajo para poder participar. Como dije antes, sentía que no me podía equivocar. Tenía la responsabilidad de responderle al equipo técnico, a los actores y a los extras que se entregaron por completo al proyecto. Así que había que hacerlo bien, había que maximizar el  tiempo y lograr un producto que fuera competitivo para el concurso. Todo esto por primera vez.

J.L.P: ¿Qué referentes cinematográficos tienes?

V.S:La verdad son muchos y de maneras diferentes, por ejemplo, de Jean- Pierre Jeunet, me encanta la capacidad que tiene de crear mundos  y sumergirnos en ellos. De Stanley Kubrick me gusta la limpieza cinematográfica que tiene, los planos simétricos, las secuencias perfectas y la manera en la que logra describir a sus personajes en un solo plano. También me gusta el punto de vista único  de las historias que nos ofrece Tarantino en su cine, siento que puede traspasar cualquier temática y género parado desde su forma de ver la vida.

Últimamente he estado viendo mucho a Wes Anderson, respeto y admiro mucho la coherencia de su cine, son historias que se responden así mismas en todos los aspectos, existen mil formas de encararlas pero parece que cada decisión que toma va en el mismo camino de las otras. No puedo dejar de mencionar a Martín Scorsese,  que es para mí el mejor director de actores y a Cristopher Nolan que tiene la capacidad de jugar constantemente con nuestra mente de un lado al otro y de sorprendernos mientras vemos sus películas.Creo que todos ellos tienen algo en común, que es lo que los hace interesantes, y es el punto de vista único que ofrecen de las historias.

J.L.P: Háblanos ahora de tus proyectos

V.S: Mi proyecto más importante en este momento se llama Clementina Producciones. Se trata de una productora que estamos montando con Marco Cartolano. Clementina tiene como función contar historias y hacerse cargo de ellas desde su idea hasta su distribución. No queremos vivir de la publicidad o de los institucionales, no queremos tener clientes, queremos ser una especie de colectivo donde el cine no se haga de manera vertical, sino como una cooperativa de artistas que trabaja mutuamente por llevar buenas historias a la pantalla grande. Tenemos un gran equipo de artistas, actores y profesionales que nos acompañan en este sueño.

En ese sentido tenemos muchos proyectos. Estamos en la post-producción del documental 9.70, que será emitido próximamente en el Canal Telesur. En la producción de un minicorto llamado ¨Encandilada¨ y otro llamado ¨Dante y el sueño¨ que esperamos lanzar en el segundo trimestre de este año.

J.L.P: En España estamos padeciendo la mayor crisis que se recuerda y eso está afectando con gran impacto al cine ¿cómo veis todo esto en Argentina?

V.S: Yo pienso que el contexto de un país se ve reflejado en su cine, pero también tiene que ver con la manera en la que el estado lo mira y el lugar en el que lo pone. Yo viajé a Argentina buscando más oportunidades de hacer cine y me encontré con un país que le está apostando a exportar contenidos audiovisuales, un país que propone espacios como concursos, convocatorias, festivales, circuitos de exhibición y con Ventana Sur, que es la rueda de negocios audiovisuales más importante de Latinoamérica, todo eso habla de un entorno, un clima propicio para promocionar nuestro trabajo patrocinado por entidades estatales.

Todo lo anterior desde el punto de vista de la distribución, que es la parte más compleja del cine, por lo demás hacer cine hoy no es tan caro, está al alcance de nuestras manos, lo que más se necesita son buenas ideas y trabajar en ellas, eso fue  otra cosa que encontré acá, una gran cantidad de actores y otros artistas talentosos con ganas de dedicar esfuerzo y tiempo a estos proyectos. Es una gran llave lo que se está formando hoy en Argentina.Hoy en día hacer cine no es tan caro, se trata de tomar la decisión de hacerlo y encontrar la mejor manera de difundirlo, la gente sigue consumiendo contenidos interesantes. Yo estoy segura de que muchos directores talentosos de  España encontrarán la manera de seguir haciendo buen cine sin necesitar un gran presupuesto, lo importante es que los circuitos de distribución se mantengan vigentes y que se sigan escribiendo buenas historias que no tengan necesariamente como temática principal la crisis.

J.L.P: Los cortometrajes ya no se pasan en los cines que es su espacio de
visionado lógico y más adecuado ¿cómo ves la red como vehículo de transmisión de todos estos trabajos?

V.S: Actualmente  el cine, la televisión, la radio, los libros, todos los medios están en Internet, yo pienso que es una gran herramienta de difusión. Todos queremos ver nuestras películas en pantalla grande, pero no debemos subestimar el poder de internet, por ejemplo, sin internet hubiera sido imposible que un español viera “Eloy”, Internet es eso, es la posibilidad de llegar a una mayor cantidad de  público, sin tener que sacrificar la calidad.Claro que yo quiero que los cortometrajes se vean en festivales y en salas de cine o en tv, pero una cosa no anula la otra, para mi Internet es  la posibilidad de llegar a lugares y personas que de otra manera sería imposible. Y al final de la historia hacer cine adquiere significado cuando alguien puede ver tu trabajo.

J.L.P: Cineastas o películas favoritas.

V.S: Los cineastas los que mencioné y pues, casi la mayoría de sus películas. Me faltaría mencionar El Eterno Resplandor de una Mente sin Recuerdos.

Curiosamente encontré un gran referente cinematográfico en la literatura, se trata de  un librito que se llama Lecciones de Cine, que para mí fue muy impactante, porque te permite ver al director fuera de la alfombra roja o del set de grabación que es lo que normalmente tenemos en el imaginario. Cuando empecé a leer este libro me di cuenta de que los grandes directores tienen dudas de cosas complejas y simples, que han tenido un proceso y que no se formaron de un día para el otro. En este momento ese libro es un gran referente audiovisual, es como a sentarse a tomar un café con los directores que admiras, poderles pedir consejo y darse cuenta que son tan humanos como tú.

J.L.P ¡Gracias, Victoria!

V.S: ¡Muchas gracias a ti, José!

José López Pérez

– See more at: http://www.nosolocine.net/entrevista-a-victoria-solano-directora-del-corto-eloy/#sthash.b5onCY87.dpuf

***

poesía

Por un mundo mejor. Lo sentimos, traducido por Google.

https://gaetanpelletier.wordpress.com/2013/08/22/el-cuerpo-en-los-flores/

Simple comme une prière…

tumblr_mrf9ltdqRs1rrs362o1_500

La plus grande prière, ce sont les oiseaux qui la font. D’arbre en arbre, sur des fils électriques, partout, là où il y a des vers, des brins d’herbes, de la terre, de l’eau.  C’est que nous ne savons pas comment être un oiseau.

Les enfants s’étonnent des petites choses. Un têtard est une baleine dans la petite flaque d’eau. Et quand on garde ce regard étonné, on voit bien, de ses yeux que chaque regard cache un fragment de dieu.

Un humain, c’est un adulte qui n’a jamais grandi: il a fait sa tâche « sociale », reconnu les corde qui tentaient de le mener, mais de son âme ciselée, il les a coupées.

La peur est la pire des maladies… L’Occidental a peur des montres, il craint le temps, le calcule, en fait un chiffrier. Il me reste ceci… En ans, en jours, en heures.  Il est né d’une toute petite cellule, un soir de mai, dans le ventre d’une mère. Il mourra comme sont morts tous ceux qui sont passés sur cette Terre. Ce n’est pas l’instant présent qui compte, c’est de n’avoir pas d’instant. Car l’instant reste toujours une lamelle infime du temps. Il n’y a pas ce qui est passé et ce qui reste, il a seulement la Vie, la belle troublante vie, les fleurs qui parlent aux yeux, parfumées, mais surtout ces « autres » l’âme encore plantée dans la Vie.

Prier se résume à « Je suis ». Prier ce ne ‘est pas prier une entité fabriquée, c’est sourire à l’autre. Puisqu’il n’y a rien à faire contre ce grand mystère, il faut prier comme les oiseaux. Bref, ne pas prier pour un monde meilleur… La Terre n’est qu’une brindille dans l’Univers. On s’y perche un moment…

Le « sentiment » religieux est une horrible perdition: il est clos, enfermé, pas mieux que la fixitude des banques.

C’est bien simple: chacun est l’église de l’autre. La grandeur humaine n’est pas dans la réalisation « visible », mais dans l’invisible que nous ne savons pas cerner. De par nos « valeurs », le mendiant est un échec. Mais de par nos valeurs cloisonnées, notre échec peut être plus grand que celui du mendiant. On ne connaît pas, ou bien mal, ce qui nous grandit et ce que chacun a besoin pour grandir.

Nous avons cette illusion que la Vie a des limites. Mais nous ignorons que les limites qu’elle semble avoir sont celles que nous posons.  L’Univers n’est pas une « idée », c’est une Vie en éternel création. Et c’est possiblement nous qui en sommes les acteurs. Nous sommes émotions et déchirements. Ce sont nos idées qui nous dessinent. Le corps n’est que la chapelure de l’âme.

Dans la simplicité et l’écoute, nous sommes une prière créatrice. La Vie ne nous demande pas de faire à la sueur de nos fronts, elle ne nous demande rien. Elle veut simplement que nous soyons dans l’acceptation sans attente.

La Vie ne se prie pas. Elle est. Les mots sont sans signification. À moins qu’ils se referment sur un intérieur inconnu, là où nous sommes éternels. Bien en dehors de la chaîne de montage des corps qui font l’amour.

On ne peut pas « organiser » un bonheur. Car ce qui est organisé, calculé, est à l’envers de la Vie.

Nous sommes les soumis de l’organisation. C’est le cerveau qui se prend pour dieu…

La servitude de la comptabilité… Et la foi en elle…

Les oiseaux ne comptent pas les arbres qu’il reste, ni les branches. Ils attendent qu’ils arrivent pour cueillir.

Prier, c’est ce re-cueillir.

Gaëtan Pelletier à

18 août 2013

Le voyage du cercueil

Le monde a semé des luminures 
Des joyaux piégés, des devantures 
Les Seigneurs à dollars, laminés d’or 
Poursuivent la crasse camouflée de dorures, dort 
 
Mon frère, dort, dans la peur de la Vie plus que de la mort 
Et pendant qu’ils frivolent, volent et volent
 Sous tes pieds les sols  
Ils sèment des déserts de poison, et dans l’aride territoire 
Le corps acéré, maigre  en lame de rasoir 
 
 
On entend d’ici, le rouge des printemps 
Les giclures pourpres des sangs 
Les enfants labourés ont leurs pieds attachés 
À nos écrans pourprés 
 
Les machines délirantes crachaillent leurs feux, carburent 
Aux discours insidieux des faux dieux 
Et la chamaille te larme! 
Et tes cris son ceux des enfants! 
Tu hurles, tu râles, en attendant 
De nouvelles armes…
 
La Terre est ta maison, et la maison t’enterre 
Tel un rond, fourbe, et lent cimetière 
Les esclaves acolores quittent leur village 
Pour engrosser l’avoir de ces fallacieux sages 
 
On te dit « main-d’oeuvre », déplacé, dépaysé 
Le doigt et l’âme dans l’engrenage 
Le cachot est virtuel, et les négriers cuivrés 
On t’a monté un beau bateau, petit nègre de mirages! 
 
La vanité aura creusé dans l’Univers 
Un cercueil: La terre 
Sous les combustions allongées 
Des cendres virevoussantes dans une urne givrée
 
 
 
 

Gaëtan Pelletier 

18 août 2013 

Les bons vieux classiques ( Marc Lafontan)

« Nous ne cherchons pas le pouvoir en vue de nos propres fins, mais pour le bien de la majorité tel que nous le définissons.

Les hommes, ces créatures frêles et lâches, ne peuvent endurer la liberté ni faire face à la vérité. Ils doivent être dirigés par ceux qui sont plus forts qu’eux. L’espèce humaine a le choix entre la liberté et le bonheur, or le bonheur vaut mieux.Le bien des autres ne nous intéresse pas, nous ne recherchons que le pouvoir, le pur pouvoir. Les nazis et les communistes se rapprochent beaucoup de nous par leurs méthodes, mais ils n’eurent jamais le courage de reconnaître leurs propres motifs. Ils prétendaient s’être emparés du pouvoir pour une période limitée ; passé le point critique, il y aurait un paradis où les hommes seraient libres et égaux. Nous ne sommes pas ainsi, nous savons que jamais personne ne s’empare du pouvoir avec l’intention d’y renoncer. On n’établit pas une dictature pour sauvegarder une révolution. On fait une révolution pour établir une dictature. La persécution a pour objet la persécution. La torture a pour objet la torture. Le pouvoir a pour objet le pouvoir.L’esclavage c’est la liberté. Seul, libre, l’être humain est toujours vaincu. Mais s’il renonce à son identité, s’il se soumet entièrement et totalement, il se fond dans le pouvoir collectif, il est alors tout-puissant et immortel.Ce pouvoir est aussi le pouvoir sur d’autres êtres humains, sur les corps mais surtout sur les esprits.

Le pouvoir sur la matière n’est pas important, notre maîtrise de la matière est déjà absolue. Ce qui importe c’est de commander à l’esprit. La réalité est à l’intérieur du crâne… Le réel pouvoir, le pouvoir pour lequel nous devons lutter jour et nuit, est le pouvoir non sur les choses, mais sur les hommes. Comment assure-t-on le pouvoir sur un autre ? En le faisant souffrir. L’obéissance ne suffit pas. Comment, s’il ne souffre pas, peut-on être certain qu’il obéit, non à sa volonté, mais à la nôtre ?
Le pouvoir est d’infliger des souffrances et des humiliations. Le pouvoir est de déchirer l’esprit humain en morceaux que l’on rassemble ensuite sous de nouvelles formes que l’on a choisies. Commencez-vous à voir quel sorte de monde nous créons ? Un monde de crainte, de trahison, de tourment. Un monde d’écraseurs et d’écrasés, un monde qui au fur et à mesure qu’il s’affinera deviendra plus impitoyable. Le progrès dans notre monde sera le progrès vers plus de souffrance. Notre civilisation est fondée sur la haine ; il n’y aura pas d’autres émotions que la crainte, la rage, le triomphe et l’humiliation. Nous détruirons tout le reste.Nous avons coupé les liens entre l’enfant et les parents, entre l’homme et l’homme, entre l’homme et la femme. Mais plus tard, il n’y aura ni femme ni ami. Les enfants seront à leur naissance enlevés aux mères, comme on enlève leurs oeufs aux poules. La procréation sera une formalité annuelle, comme le renouvellement de la carte d’alimentation. Il n’y aura plus de loyauté que pour le pouvoir. Tous les plaisirs de l’émulation seront détruits remplacés par l’ivresse toujours croissante du pouvoir, qui s’affinera de plus en plus. Il y aura à chaque instant, le frisson de la victoire, la sensation de piétiner un ennemi impuissant… Autant qu’un monde de triomphe ce sera un monde de terreur… Nous commanderons à la vie à tous ses niveaux.Vous imaginez qu’il y a quelque chose qui s’appelle la nature humaine qui sera outragée par ce que nous faisons et se retournera contre nous. Mais nous créons la nature humaine. L’homme est infiniment malléable.

Tel est le monde que nous préparons. Un monde où les victoires succèderont aux victoires et les triomphes aux triomphes, un monde d’éternelle pression, toujours renouvelée, sur la fibre de la puissance. Vous commencez à réaliser ce que sera ce monde. À la fin vous ferez plus que le comprendre, vous l’accepterez, vous l’accueillerez avec joie, vous en demanderez votre part en idolâtrant vos propres bourreaux. »

Extrait de 1984 de G.Orwell

Un poisson rouge vit dans un bocal au fond de l'océan. Il y est depuis si longtemps qu'il est très habitué à son bocal, il en connaît les limites, les contours, il sait que l'eau dont il a besoin est contenue à l'intérieur. En dehors du bocal, il ne sait pas. Il y pense parfois, et oublie bien vite. Un jour, il apprend que le bocal va inévitablement se briser et qu'il devra abandonner cette existence délimitée par le périmètre du bocal. On lui dit que cela s'appelle "mourir". Son destin, après la fin du bocal, lui est tout à fait inconnu. Il a très peur.
Y a-t-il de l'eau dans l'océan hors de son bocal ? Il craint bien que non. Va t-il survivre à la destruction du bocal ? Il est persuadé que non. Et surtout, il est très attaché à ses mouvements dans le bocal, à la vue qu'il a depuis le bocal et qu'il n'échangerait pour rien au monde contre autre chose, contre un inconnu, malgré les souffrances que lui cause souvent l'enfermement dans le bocal.

Il n'existe dans sa mémoire rien de comparable à l'univers de son bocal. Il ne veut rien d'autre.
Quand le bocal vient à se briser, le poisson est rendu à l'océan, il réalise que l'eau est présente hors du bocal, que l'espace y est infini et que son attachement au bocal ne venait que de l'oubli de la nature de l'océan dont il provient, à l'origine.

Quand le bocal se brise, rien ne se passe. L'eau retourne à l'eau, l'univers réduit du poisson rouge subit une expansion soudaine. Il est libre.

Fin de transmission
Marc Lafontan