Archives quotidiennes : 10-juin-2013

Information

information

Nous sommes tous « informés ».

Mitraillés d’informations.

Notre cerveau est l’habit de nos âmes, le corps…

Mangez tous, mangez-en tous, des infos quotidiennes, fast-food de l’esprit. MCDO, c’est rien à côté de ce que l’on veut nous faire bouffer.

Clowns Einstein… Les grands panseurs…

La bêtisation par les diplômes trafiqués copier-coller. Les bouffis à doigtés cadenassés sur leur Ipad, ou clavier.

Les lettrés illettrés…

Les Alzheimer de l’Histoire.

Je pense que Nietzsche a dit que si vous ne savez rien de l’Histoire vous risquez de la répéter. Avec 7 milliards d’humains menottés aux idées reçues et trafiqués.

L’Occident est la plus grande fabrique à nègres jamais apparue dans l’Histoire d’une planète.

Il n’est plus transporté par bateau: les bateaux électroniques viennent à lui. Ça le blanchit.  Travail aux tours.

Nous sommes sculptés chaque seconde, chaque minute, chaque heure.

L’information est un ciseau d’un artiste faux, un aspirateur d’avoir et d’êtres.

Vous voyez le pantin, mais pas les ficelles.

Pinocchio n’est plus en bois. Il est devenu invisible et traverse les murs, les océans, les États, et il est l’élu du peuple.

Sortez vos drapeaux! Faites étendard…  Vomissez vos haines!

La nouvelle arme atomique, implosive est née: l’invortation-information.

Bloup!

Rédigé, digéré!

Gaëtan Pelletier

10 juin 2013

Image

Insaisissable

tumblr_mh20nzu8Lz1rvj8yco1_500

Attentat de Boston : Todashev abattu, jouons tous à Cluedo!

Le but du jeu est de trouver qui a tué le Docteur Lenoir, dans quelle pièce du manoir et avec quelle arme a été commis le meurtre. Cluedo,Wikipedia

Les personnages:

 personnages

Les armes

armes

***

«  À la guerre, même les morts sont utiles, dit Porta. Ils attirent les mouches et les détournent de ceux qui sont encore vivants ». ( Oubliés de Dieu, Sven Hassel )

 I Todashev

Le 22 mai, Ibragim Todashev, un témoin clé dans les événements entourant les attentats à la bombe du marathon de Boston, a été assassiné par un agent du FBI à sa résidence en Floride. Todashev, une présumée connaissance de Dzhokhar et Tamerlan Tsarnaev, les suspects dans l’attentat, n’était pas armé et en garde à vue lorsqu’il a été abattu de sept coups de feu, dont un à la tête. W41kInfo

***

Les versions entourant le « meurtre » de Todashev sont toutes aussi variables que l’invention du père Noël. Mais au final, c’est comme dans Le Parrain : le silence.

Selon la première version, il aurait foncé avec un couteau sur les agents du FBI  en train de le questionner. Mais il advint par la suite que cette version fut désavouée par le FBI lui-même.  Il aurait tenté de prendre l’arme d’un agent… Mais on a tant varié  le scénario que personne ne sait ce qui s’est réellement passé.

Il s’est passé, dans les faits, que l’homme a été abattu de 7 balles, dont l’une à l’arrière du crâne.

La version de la chaîne ABC, indique que l’individu se serait emparé d’une épée de Samouraï « laissée à proximité ». Mais une épée décorative… Si l’objet représentait une menace, pourquoi les agents du FBI n’ont-ils pas saisi « l’arme »?

 épée décoratif

New York Times : une barre de fer…

 barre de fer

…ou un manche à balai

 manche à balai

En continuant de « descendre » et de fouiller pour trouver des armes, précisons que Tordashev était un adepte des arts martiaux.  Sans doute, ses poings étaient-ils des armes de destructions massives…

Sur le site Rianovosti, on a d’abord parlé d’échange de coups de feu.

Interrogatoire « maison »

L’interrogatoire aurait duré 2 heures, puis 4 heures, selon les versions des différents réseaux américains. D’abord coopératif,   il serait devenu furieux : le colonel Moutarde lui aurait monté au né.  Tordashev, qui devait quitter le pays plus tôt, avait accepté l’interrogatoire du FBI… à son domicile.

Un petit résumé du journal Le Devoir :

Trois représentants des forces de l’ordre ont révélé sous le couvert de l’anonymat que le jeune homme de 27 ans s’était précipité sur l’agent du FBI avec un couteau. Toutefois, deux d’entre eux ont plus tard déclaré ne plus être certains de ce qui s’était exactement passé alors que le troisième a affirmé ne pas avoir reçu de nouveaux renseignements relativement à cet incident.

Blessé, l’agent du FBI a été transporté à l’hôpital. Sa vie n’est pas en danger. Le Devoir

 

Blessé? Mais par quoi? Le couvert de l’anonymat. Les U.S.A ne fabriquent plus de chaudrons, rien que des couverts. On peut supposer que la marmite mijote un peu trop, à une intensité  telle,  que tous les couverts doivent être mis sous couvert.

Aveu de crimes

L’homme aurait avoué trois crimes commis le 11 septembre 2011… (Quel hasard!).  Mais il n’a pas eu le temps de signer ses aveux. Ou bien il  a refusé. C’Est le jeu du Cluedo. Trouvez le leurre avant l’erreur.

Pas d’avocat. Pas d’enregistrement. Rien que la version brumeuse des gens du FBI. Des experts dans l’art du brouillard.

Dans cette broussaille d’infos difformes, il ne reste qu’un seul leitmotiv : le mode « A Capella » d’une nation en lutte contre un terrorisme intérieur, pour la simple raison que le terrorisme « extérieur » n’est pas suffisamment actif pour nourrir l’arsenal défensif et oppressif, voire guerrier d’une Amérique en plein délire.

On nous livre un jeu réel et assassin, loin de celui que je jouais,  avec mes enfants,  autour d’une table, les dimanches soir.

À se demander, en bon « complotiste » , si Ibragim Todashev en savait un peu trop sur ce cheptel de Révérends Green. Les saints ricains, moralistes fabulateurs, auraient pour mission d’étendre la démocratie dans le monde. Un saignant capitalisme… Au but inavoué le développement néolibéral défoncé et l’accaparement des richesses des peuples.

Les indices (clue) qu’ils laissent dans leur mode benêt, leur maladresse dans les opérations, font en sorte que le jeu de guerre auquel ils se livrent  est une sorte de masque comme en portaient les voleurs de banques : un bas de nylon.

Un bas de nylon…

Ça n’est pas dans le jeu de Cluedo.

Mais les braqueurs de banques avaient compris que ça déformait un visage.

Quel est donc celui États-Unis?

 Bas de nylon bandit

Si vous voulez refaire le jeu Cluedo, version réelle, enfilez un bas sur les personnages que trop typés du jeu.

Miss Scarlett et Professor Plum seront impossibles à identifier.

Nous percevons désormais la « réalité » à travers un bas de nylon. Les banquiers en portent, les dirigeants également, et tout le tas d’immondices préfabriqués en créateurs d’emplois,  manipulant de fils d’argent, la nouvelle race aryenne mondialiste.

Compagnies à numéro, entreprises gigantesques, « défrontaliéreurs », permis en main, ont fabriqué une guerre économique planétaire.

C’est moins visible que les cadavres des fosses communes de Dachau. Mais c’est bien plus efficace. On efface des peuples entiers… On a tout simplement affiné la formule d’un certain Hitler.

C’est ainsi que le jeu de Cluedo est devenu « virtuel ». On sait faire disparaître les pixels ( humains) qui peuvent vous faire voir la réalité et l’étendue du massacre.

La pauvreté, la dette, le chômage, les conditions de travail des sociétés dites développées ne sont pas étrangers à ce mode de fonctionnement.

On tue un  tchétchènien  inconnu.

Qu’en a-t-on à cirer?

Justement,  le plancher rond de la Terre est en train de s’effondrer. Car, au fond, tout est lié.

Le chômeur est un terroriste  social en puissance. Il n’en fait pas assez pour la nation.

Dans un monde où les banquiers sont désormais porteurs de bas de nylon, ils creusent tout ce qu’il y a à creuser pour éventrer le petit coffre de vos avoirs.

Le terrorisme, le vrai, on l’a élu.

Et on l’engraisse…

Gaëtan Pelletier

10 juin 2013