Archives quotidiennes : 31-mai-2013

Citoyen! Allume!

Alerté par les porteurs de pacemaker ayant subi des interférences électromagnétiques à proximité de ces ampoules, Pierre Le Ruz, directeur scientifique du Centre de recherche et d’information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques (CRIIREM), a vérifié : « Nous avons, entre autres, mesuré des radiofréquences harmoniques jusqu’à 200 volts par mètre, alors que la valeur limite en vigueur est de 27 volts par mètre. » L’électro-pollution ainsi générée entraîne une diminution de la mélatonine, une hormone qui induit le sommeil, régule l’humeur et inhibe la prolifération des cellules cancéreuses. La revue scientifique The Lancet a publié dès 1978 une étude reliant diminution de la mélatonine et cancer du sein. D’autres études ont montré qu’il en est de même pour l’hypertrophie bénigne de la prostate, le cancer de la prostate, de l’ovaire, du col de l’utérus, du poumon, de l’estomac, de la thyroïde et le cancer colorectal. Autres conséquences à court terme : troubles du sommeil, excitabilité, irritabilité et hyperactivité. Il faut donc éviter les ampoules basse consommation, notamment à côté de la tête. Mieux vaut opter pour les bonnes vieilles ampoules à incandescence. Quitte à réduire la durée d’éclairage pour économiser les ressources de la planète en allant nous coucher… plus tôt. SOURCE

***

Krishnamurti

Qu’est-ce que Krishnamurti fait ici? Justement, il y a des jours où l’on aimerait se reposer un peu de la guerre contre les gouvernements devenus des putains à la solde des compagnies qui n’ont qu’un seul but :

À chaque fois qu’on essaie d’éteindre une bêtise, il y en a dix qui s’allument quelque part dans le monde. On veut bien croire que toute révolution part de soi, mais le malaise par ces   « autres », bien nombreux, qui encrassent la planète et nous tuent à coups de vert falsifié, menteurs et hypocrites vont finir par achever un monde où l’on pourra plus s’adonner à la révolution intérieure… Comme Krishnamurti…

On cultive le « danger » pour nous mettre en état d’alerte et de peur. Figés. Comme une souris devant un chat. Avoir peur, c’est mourir un peu… Avoir peur de tout perdre…

Il n’y a pas de 911 pour la vie. Il n’y a pas de téléphones ni  de e-mails. Il n’y a pas une planète de secours comme la roue dans le coffre de votre voiture. On roule sur les chapeaux de roue…

La peur a un effet très fort sur les foules et ainsi est utilisée afin de contrôler les foules et les peuples. Dans les systèmes totalitaires ou dans l’esclavage traditionnel, l’objet de la peur est clairement identifié, il s’agit d’une menace de punition ou de mort en cas de désobéissance. Dans les systèmes dits démocratiques où une telle menace n’est pas explicite, il importe plus de contrôler ce que pensent les gens, en déformant les informations des médias et avec des menaces plus abstraites ou même virtuelles[3].Wikisaitout

La chandelle contre les puits

Il y a longtemps que l’on parle d’imposer les ampoules fluo compactes aux   ampoules à incandescence trop énergivores… Au point où certains ont songé à se faire une réserve d’ampoules.

La belle culture du vert… Le citoyen pollue, le gouvernement blâme le citoyen.

On questionnait les élèves d’une école. Des enfants de 8, 9, 10 ans.

– Qu’est ce que tu fais pour la planète?

– Je recycle. Je n’utilise pas de plastique et j’ai convaincu mes parents de changer les ampoules de la maison.

Monsieur de Goebbels n’aurait pas fait mieux.

Pendant qu’on souille le sous-sol des USA avec la grande trouvaille du gaz naturel – la richesse sous nos pieds :

* on barbouille une région avec l’or noir des sables bitumineux,

* on laisse les compagnies pharmaceutiques répandre ses poisons e

* on laisse la démocratie dans les mains de développeurs qui engrangent leurs profits dans des paradis fiscaux

* on crée des enfants soldat

* On cultive la peur

* On enrégimente le citoyen

* On ne sait plus faire la différence entre politicien et businessmen

* Le bien est représenté par une blouse ou une cravate, la plupart issus d’un photoshop intérieur.

* les enfants vont à l’école où c’est le temps de jouer où ils apprennent que la vie est une carrière.

* Et on se fait cuisiner à la Monsanto

J’en passe.

On nazifie tout ce qui peut se nazifier sous couvert de progrès et de « développement ». On tue tout ce qui peut se tuer pour nous « faire vivre »… Et quand le citoyen parle, c’est un idiot qui ne comprend rien.

Le savant est dans une éprouvette

L’éprouvette est dans le savant

Mais le savant n’avale pas le contenu de l’éprouvette … Comme c’est le cas dans le documentaire Gasland où l’auteur ayant un pot d’eau « analysée » et certifiée potable, l’a présenté à un PDG et lui a demandé de la boire.

La pollution « économique »

Les saints économiques  n’ont plus d’auréoles, ils ont des diplômes et sont vasectomisés de la vie réelle : ils produisent des spermatozoïdes stériles. Ils couchent mais n’accouchent de rien sinon que de la reproduction de monstres.

Une nouvelle sexualité : la reproduction des salauds.

Le bien-être de l’humanité mes lunettes! Et mon œil avec…

Maximiser la valeur de l’actionnariat signifie
accroître le tribut des paiements à la classe
dirigeante des esclaves. Les revenus de la
classe moyenne ont été rabaissés et les
deux parents d’une famille sont forcés
de travailler afin de maximiser le tribut
des masses. Ça force aussi les parents
à envoyer leurs enfants dans les
établissements communaux de lavage
de cerveau à un âge plus jeune et plus réceptif. Alter Info

Durant la Guerre civile américaine, Morgan s’investit dans la vente d’armes, achetant des fusils obsolètes à l’armée avant de les faire remettre en état, puis de les revendre à l’armée beaucoup plus cher. Cependant, de telles armes sont défectueuses et un scandale éclate. Le gouvernement refuse de payer Morgan, qui doit le poursuivre à deux reprises[6]. Comme beaucoup de gens riches de l’époque, Morgan échappe à l’engagement militaire en payant 300 dollars de compensation[7].

JP Morgan, avait inventé une fausse rumeur de crise économique au début des années 1907, ce qui lui avait permis le rachat de plusieurs milliers de banques aux États-Unis, et ce, en raison du vent de panique que ça avait provoqué. Autour de 1907, la valeur de leur actif était d’environ 1.3 milliard de dollars (près de 6 milliards en dollars des années 2000). En 2007, on estimait cet actif à 2000 milliards ( 2 trillions de dollars ). En 2008, la crise est très profitable à JP Morgan qui rachète des banques à faible coût. Cette thérapie de choc est utilisée dans un contexte de crise déjà latente, et on se rend compte aussi que des actions précises sont mises en place pour renforcer l’idée d’une crise, pour forcer ce qu’on appelle les « ajustements structurels » où on applique l’idéologie néolibérale de manière très brutale. Voir.ca, Pierre Bellefeuille

La soupe terrienne

On se moque des sorcières qui dans leur soupe de pattes de crapauds, de venins de serpents, de poils de rats, et d’une petite raclette de corbeau séché à l’air… Peu importe.

La recette de la soupe 21e siècle n’est guère meilleure. Mais elle a de la classe. Il y a bien des doctorisés qui accrochent leur diplôme au mur et crucifient un monde sans le savoir.

Ils sont échevelés parce que divisés. Ils sont ensemble parce que la vanité est une belle soudure. Ils sont de plus en plus plusieurs dans un « un » d’un sceau apposé.

Les sots sont bien posés…

Les sots sont apposés…

La Terre n’est qu’un Ebay dans l’Univers : tout s’achète,  tout se vend…

Les vendeurs du temple s’impriment entre eux : comme des billets. Ou bien ils sont passés au virtuel… Au moins un progrès.

Que la lumière soit

Le sujet n’est pas nouveau. Plus on invente pour notre bien être, plus on invente de nouveaux poisons.

L’ampoule dite à basse consommation est bien à l’image de notre monde : elle dépense peu d’énergie tout simplement pour transvaser à une élite de Frank Einstein « copier-coller »  une autre richesse.

Les petits génies du mal qui peuvent se passe de « vous ». Du moins une bonne partie…

Les nombrils se reprographient…

Elles fonctionnent au gaz qui est une sorte de flatulence. Au lieu  d’une lumière crue et vivifiante.

La chandelle est une poésie de l’âme…

Ils disent que ça pollue…

La vidéo de la lampe du génie Aladin II, comme dans le conte

Le conte est parsemé d’allégories : la lampe et les pouvoirs magiques du maître pourraient symboliser la connaissance, le voyage, les longues études, et la grotte ténébreuse, l’ignorance. Les deux variantes apparaissent alors comme deux issues possibles de l’apprentissage : selon qu’Aladin maîtrise ou non les connaissances qu’il a eu l’occasion d’apprendre, il pourra se jouer de son maître ou au contraire tout perdre.

La vidéo  ne vous apprendra peut-être rien. Que l’ampoule  crée des cancers? … Regardez-là jusqu’à la fin.

Et vous pourrez aller voir des commentaires tels que le suivant :

Pour ce? qui est du mercure dans ces ampoules, la journaliste à raison.

Pour ce qui est du champ électromagnétique, à moins de garder une ampoule en permanence à 10 centimètre de sa face, il ne devrait pas y avoir de problème. L’intensité d’un champ électro. diminue extrèmement vite avec la distance.? Tant qu’à ça les cellulaires sont au moins 1000 fois pire…

Pour lier le cancer de la prostate avec les ampoules, c’est plutot absurde!

Ça n’a guère d’importance en un sens. Sans doute faut-il sucer l’ampoule pour se rendre malade. Demandez au fabricant de la sucer allumée. Elle ne chauffe pas de toute manière.

Mais vu dans une approche globale, la technologie « scientifique » nous amène à «  penser sous forme de gaz ». On est bien chambrés.  Mais on n’a plus l’éclat de la vieille ampoule. Du moins, on nous jaunit… Nous voilà éthérés et valsant dans le petit tube d’une religion qui n’a qu’un siècle: mais un siècle dévastateur.

Je nommerais cela la scission des citoyens par un procédé de gazéification. Car en gazéifiant la démocratie à la base, en soudant le citoyen dans une « croyance » en la technologie et ses vertus, en la logique, elle le plastifie par la peur et fait de lui le meilleur investissement au « monde ».

Et l’économie serait une science… Le mot « économie » devient alors, de façon concise, synonyme de « science économique » et peut être considéré comme substitut de l’expression « économie politique »

Et c’est pour ça qu’on est de plus en plus pauvres. Pauvres non pas simplement d’argent mais d’une chose qui devrait être le but de cette existence, peu importe le bout du tunnel…

La vie… Pas mourir à tous les jours. Vivre simplement.

Les tours du WTC ce n’est rien à comparer aux dégâts que l’on cause chaque jour aux travailleurs dans un « système » où le bonheur est un avenir qui n’est jamais arrivé. Une promesse de la futurologie, parmi bien d’autres.

Un détour par la futurologie

Naturellement, une portion significative des futurologies de mon temps se sont magistralement cassées la figure. Les tessons multiples de ces prophéties inanes finirent promptement balayées sous le tapis du quotidien et, évidemment, on n’en parle plus trop fort aujourd’hui dans les coins, préférant railler les prédictions plus anciennes, devenues, elles, parfaitement grossières et bouffonnes. Ainsi, je n’oublierai jamais cette illustration utopiste de 1950 nous présentant une ménagère de l’an 2000 totalement prisonnière de son rôle conventionnel mais, mais, mais… récurant désormais la maison familiale d’un seul jet joyeux et libérateur, au boyau d’arrosage, vu que l’intégralité de son intérieur «est» en latex super-lavable ultramoderne (sur le modèle inavoué de son conjoint du temps récurant son garage, en fait).

Ysengrimus, Le lourd passé de la futurologie

Tout ça pour dire qu’il faut se méfier des promesses et des gadgets qui passent pour nous « soulager » de nos tâches.

Si vous avez un cadeau à offrir à quelqu’un, envoyez-lui le lien.

Le citoyen fluo et gazéifié

C’est à ça qu’on nous amène : à nous disperser, fluidifiés, jaunâtres, dépensant peu, mais offrant le même service à une élite qui contrôle le savoir, la science et  la démocratie. La cuisine de l’endoctrinement, de la chaufferie du bateau, fait en sorte que le citoyen n’est qu’une bûche ou un morceau de charbon. On se fiche qu’il vive carbonisé. Il n’est qu’une monture de chair  dans une pub d’élitocrates (sic) qui vous dit en sourdine:

IL CHAUFFE POUR NOUS

Il n’y a plus de pays pour « ça ». Il n’y a que des âmes effritées, brûlées, carburant aux antidépresseurs, où la normale d’une bonne déprime passe par un repos de quelques mois. Même à l’université. À la période de mes études universitaires, je n’ai jamais vu d’étudiants en « burn-out ». Aujourd’hui, ils sont souvent rôtis avant de commencer une carrière.

Heureusement qu’on invente chaque jour des gadgets pour « sauver le monde ».

Mais où sont les fins finauds qui peuvent nous calculer combien de ces ampoules si bienfaisantes sont annulées par un baril de pétrole pris dans les sables bitumineux?

Combien d’eau pour traiter le gaz naturel?

Éclairez-nous!

Il est temps pour les peuples de la planète de s’éclairer eux-mêmes sans attendre la filée de charlatans qui peuvent tout expliquer.

Sauf les 50 dernières années des habitants d’une planète où les joueurs de cartes sont capables de faire tomber des pays.