Archives quotidiennes : 21-mai-2013

GOUVERNEMENT MONDIAL, extrait du livre de Esteban Cabal

 

 Cirque

  

 

Rockefeller lors d’un repas avec des ambassadeurs de l’ONU :

Nous sommes au bord d’une transformation globale ? Tout ce dont nous avons besoin c’est d’une grande crise et  les nations accepteront le Nouvel Ordre Mondial 

 

 

Extrait du livre GOUVERNEMENT MONDIAL de Esteban Cabal 

KAOSENLARED.NET – L’objectif principal de ces sagas de banquiers internationaux David Rockefeller, un de ces principaux représentants, l’a parfaitement énoncé :

« Ce dont il est question, c’est de substituer à l’autodétermination nationale, qui s’est pratiquée pendant des siècles, par le passé, la souveraineté dune élite de techniciens et financiers mondiaux »

David Rockefeller fut le conspirateur mondial par excellence, le Roi des cénacles occultes. Sous ses ordres ont travaillé les agents secrets de la CIA, le MI6, le Mossad et en particulier Interpol, qui est son œuvre.

Aucun moyen de communication de masse ne se risquera jamais à révéler les plans secrets de Rockefeller et ses amis. Ils garderont toujours un silence suspect autour des activités secrètes des dynasties de banquiers nord-américains : les Morgan, les Davison, les Harriman, les Khun Loeb, les Lazard, les Shiff  ou les Warburg et bien naturellement les Rockefeller.

En 1991, en référence au rapport du Centre pour le Développement Mondial, David Rockefeller confessa : « Nous sommes reconnaissants envers le Washington Post, le New York Times, le revue Times et autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et ont respecté leurs promesses de discrétion (silence) pendant presque 40 ans. Il nous aurait été impossible de dérouler notre plan pour le monde si nous avions été objet de publicité pendant toutes ces années. »

L’excentrique et prétendument philanthrope David Rockefeller, qui a presque un siècle de vie, est sans doute le personnage le plus trépidant et controversé de cette caste usurière à laquelle nous nous référons. Bientôt, quand les journaux annonceront son décès, nous aurons l’occasion de connaître sa biographie insolite. Nous découvrirons des données qui nous ferons tomber à la renverse.

Le fondateur de la dynastie Rockefeller était le grand-père de David, nommé John Davison Rockefeller, descendant de juifs allemands arrivés aux E.U. en 1733. Conjointement avec la saga des Morgan et le groupe bancaire Warburg-Lehman-Kuhn Loeb, ils constituent le triumvirat ploutocratique du nommé Eastern Establishment. Son empire économique se généra pendant les années de la Guerre de Sécession (1861-1865) où s’affrontèrent les grands propriétaires esclavagistes du Sud avec les commerçants et industriels du Nord et qui se solda par 600 000 morts.

Les grands gagnants de cette guerre furent  4 familles oligarchiques, les Vanderbilt, les Carnegie, les Morgan et les Rockefeller, qui bénéficièrent du conflit comme fournisseurs de biens et de services et augmentèrent leur empire économique ensuite avec la concentration monopolistique qui succéda aux hostilités, arrivant à contrôler en 1880 les 95% du pétrole nord-américain.

La fortune des Vanderbilt se dilua dans le temps, celle des Carnegie passa en partie en succession aux Morgan, et celle des Rockefeller se dispersa entre les nombreux et mal avenus descendants du vieux John Davidson, pétrolier etbanquier, fondateur de la Standart Oil et de la Chase National Bank, qui plus tard s’appellera Chase Manhattan Bank dont le siège emblématique à New York fut le premier édifice construit à Wall Street.

La Chase se convertit en pilier central du système financier mondial, devenant la Banque principale des Nations Unies, et parvint à avoir 50 000 succursales réparties dans le monde entier. Les présidents de la Banque Mondiale John J. McCoy, Eugène Black et Georges Woods, avaient travaillé pour la Chase antérieurement. Un autre président, James D. Wolfensohn fut également directeur de la Fondation Rockefeller.

David Rockefeller, le plus connu de la saga, est le petit-fils du mythique John Davidson Rockefeller et fils de John D. Rockefeller junior qui épousa la fille de Nelson Aldrich, leader de la majorité républicaine au Sénat et qui fut connu comme « gérant de la nation ». La mère de David était une amoureuse de peinture et à son initiative fut construit le Musée d’Art Moderne (MOMA) de New York situé dans la villa dans laquelle naquirent David et ses frères.

David, le plus jeune de six frères, tous déjà décédés, eut lui-même 6 fils et 10 petits-fils qui joints au fils et petits-fils de ses frères forment l’actuel clan Rockefeller.

David Rockefeller (Gch), banquier et pétrolier comme son père (Dr) et son grand-père travailla dans les services secrets pendant la seconde guerre mondiale et ouvrit le chemin pour la création de l’ONU en 1945, dont le siège principal se trouve sur un terrain dont il fit don à (la ville de) New York. Il a côtoyé les principaux mandataires du 2Oème siècle. Il dirigea les lobbys les plus puissants du monde, comme le CFR, le Club de Bilderberg et la Commission Trilatérale.

En bons banquiers sans scrupules, les Rockefeller appuyèrent et financèrent les nazis allemandsIls allèrent jusqu’à se permettre de réécrire l’histoire. La fondation Rockefeller investit 139 000 dollars en 1946 pour offrir une version officielle de la seconde guerre mondiale qui occulte la réalité concernant le patronage par les banquiers internationaux du régime nazi, qui obtint également les faveurs de leur entreprise la plus emblématique : la Standart Oil. Les initiatives de cette Fondation, qui a également financé des groupes comme les Hare Krishna ou les rosicruciens de AMORC, sont parfois surprenantes.

David est frère de celui qui fut Sénateur, Gouverneur de New York et vice-président des E.U. (sous Gérald Ford, après la démission de Nixon), Nelson Rockefeller qui hérita de son grand-père maternel la vocation politique.

En 1962 Nelson déclarait : « les thèmes d’actualité exigent à grands cris unNouvel Ordre Mondial, parce que l’ancien s’effondre, un nouvel ordre libre lutte pour émerger à la lumière… Avant que nous ne puissions-nous en rendre compte, se seront établies les bases de la structure fédérale pour un monde libre ».

David Rockefeller a qui le président Carter offrit la direction de la Réserve Fédérale (qu’il déclina en faveur de son ami Volcker) s’entoura de lieutenants aussi puissants que Henry Kissinger, Zbigniew Brzezinski, Lord Carrington et Etienne Davignon qui méritent également d’être cités ici.

Abraham ben Elazar, plus connu comme Henry Kissinger, est considéré comme un des cerveaux du Nouvel Ordre Mondial. D’origine juive allemande, il commença comme conseiller de Nelson Rckefeller dans les années 50, occupa de hautes responsabilités dans l’Administration pendant les années 60 et 70, avec Kennedy, Johnson, Nixon et Ford. Il parvint à être vice-président des E.U. avec Ford, secrétaire personnel de Nixon, chef du Conseil National de Sécurité  et du Département d’Etat, et Ministre des Affaires Extérieures en différentes occasions.

Il a collaboré étroitement avec David Rockefeller et l’élitiste Conseil de Relations Extérieures, dont il fut président. Du CFR sont issus depuis tous les présidents des E.U. à l’exception de Ronald Reagan, dont l’équipe fut formée majoritairement pas des membres du CFR. Il appartient également à la Commission Trilatérale et au Club du Bilderberger et à d’autres organisations de l’orbite des Rockefeller. Sa compagnie de consulting Kissinger Associates a comme clients des Etatsdébiteurs et des multinationales créancières.

Le Polonais Zbigniew Brzezinski, marié avec une cousine de celui qui fut Président de la république Tchécoslovaque Edouard Benes, fut recruté par Rockefeller en 1971. Il parvint à être Conseiller de Sécurité Nationale du Gouvernement de Etats-Unis durant l’administration Carter, mais déjà auparavant il avait été nommé directeur de la Trilatérale, que lui-même a défini comme « la conjonction de puissance financières et intellectuelles la plus grande que le monde ait jamais connue ».

Il affirma que “la société sera dominée par une élite de personnes libres de valeurs traditionnelles qui n’hésiteront pas à réaliser leurs objectifs aux moyens de techniques épurées avec lesquelles ils influenceront le comportement du peuple et contrôleront la société dans tous les détails, jusqu’au point où il sera possible d’exercer une surveillance quasi permanente sur chacun des habitants de la planète ». A un autre moment, il dit ; « cette élite cherchera tous les moyens pour parvenir à ses fins politiques, comme de nouvelles techniques pour influencer le comportement des masses, ainsi que pour obtenir le contrôle et la soumission de la société ». Pas même George Orwell, auteur du terrorisant roman « 1984 » ne l’aurait mieux exprimé.

Dans une entrevue publiée par le New York Times, le 1er août 1976, Brzezinski affirma que de nos jours les Etats-nations ont fini de jouer leur rôle ». En certaines occasions il pronostique «le déclin des idéologie et des croyances religieuses traditionnelles ».

Brzezinski est un spécialiste des méthodes de contrôle social, ses essais publiés dessinent un horizon orwellien dans lequel Big Brother surveille et contrôle en permanence chaque individu. Il prédit l’existence de gigantesques bases de donnéesdans les quelles seront emmagasinées d’immenses quantités d’informations sur chaque citoyen (comme celle que possède le renseignement espagnol à El Escorial, Madrid), l’installation massive de caméras de surveillance dans les rues et les édifices (ce qui est déjà un fait dans toutes les villes du monde), la généralisation des satellites espions d’une incroyable précision (comme ceux qu’usent les troupes des E.U. depuis la guerre du Golfe) et la mise en circulation de documents d’identités électroniques (comme le sont les passeports modernes et les cartes d’identité, qui contiennent une micro puce avec une abondante information au sujet de leur propriétaire).

.

La fascination de Brzezinski  pour la technologie appliquée au contrôle social cadre parfaitement avec les plans des élites ploutocratiques, qui ont déjà développé d’inquiétants gadgets comme les micro puces sous cutanées avec un localisateur qu’ils prétendent rendre obligatoires pour toute la population mondiale et qui se substitueraient en les unifiant, à tous les carnets d’identité, passeport, cartes de crédit, permis de conduire, cartes de sécurité sociale, etc., rendant possible la disparition de l’argent physique.

L’autre invention terrible que l’élite nous tient déjà prête a été conçue par la compagnie étasunienne Nielsen Media Research en collaboration avec le Centre d’Investigation David Sarnoff (organisme contrôlé par le CFR et la société Pilgrims). Il s’agit d’un dispositif qui une fois installé dans un téléviseur, permet d’observer et d’identifier depuis une station de contrôle les spectateurs assis face au petit écran. Ce dispositif évoque « l’œil qui voit tout », l’Horus égyptien qui apparait sur les billets des dollars. « L’œil qui voit tout » n’est pas seulement un procédé littéraire du roman d’Orwell 1984. Il existe déjà des millions de caméras installées sur les routes, rues, entreprises et locaux publics, et des millions de webcam dans les foyers de tout le monde. Sans compter les modernes systèmes opératifs du monopole Microsoft, comme le Windows Media,  qui suivent sans arrêt tous nos mouvements à travers le réseau et permettent de lire notre courrier privé de Outlook, l’État de notre compte courant quand nous accédons à notre banque par le web, les mots clés que nous utilisons dans des moteurs de recherche comme Google et le contenu des pages que nous visitons sur Internet.

Lord Carrington dont le vrai nom est Peter Rupert, a été ministre britannique dans des gouvernements successifs, membre notable du RIIA (l’équivalent du CFR en Grande-Bretagne) et de la Societé Fabiana, Secrétaire Général de l’OTAN, dirigeant de la Barclay Bank et de l’Hambros Bank et, à partir de 1989, président du sinistre Club du Bilderberg.

Le quatrième lieutenant de Rockefeller et secrétaire Général du Club de Bilderberg est le vicomte Etienne Davignon. Son curriculum dit tout : président et fondateur de l’European Round Table (Table Ronde Européenne des Industriels, lobby européens des multinationales), ex vice-président de la Commission Européenne, Président de l’association pour l’Union Monétaire membre de la Trilatérale et du Centre d’Etudes Politique Européenne, ministre belge de l’Extérieur, président de Airholding, vice-président de Suez-Tractebel,administrateur de Kissinger Associetes,  Fortis, Accor, Fiat, BASFn Solvay, Gilead, Angl_American Mining, entre autre corporations.

 

Extrait du libre GOUVERNEMENT MONDIAL de Esteban Cabal

Traduction Anne Wolff

Source espagnole : David Rockefeller: “Todo lo que necesitamos es una gran crisis… » | CONTRAINJERENCIA

http://les-etats-d-anne.over-blog.com/article-gouvernement-mondial-extrait-du-livre-de-esteban-cabal-117894877.html

Comment les E.U. convertissent trois pacifistes en violents terroristes.

 pacifistes

Comment les E.U. convertissent trois pacifistes en violents terroristes.

FRAN QUIGLEY/KAOSENLARED –En seulement 10 mois, les E/U ont réussi à transformer une religieuse catholique de 82 ans et deux manifestants antinucléaires pour la paix accusés du délit d’entrée illégale en criminels fédéraux convaincus de violents crimes terroristes. A présent ils sont en prison, attendant leurs sentences pour leurs actions dans une installation de production d’armes nucléaires à Oak Ridge, Tenesse, leur histoire devrait faire froid dans le dos à toute personne préoccupée par la dissidence aux E.U.

Voici ce qui s’est passé

Tôt le matin, le samedi 28 juin 2012, les pacifistes de longue date, la sœur Megan Rice, de 82 ans, Greg Boertje-Obed, de 57 ans et Michael Wallis de 63 ans, coupèrent la clôture métallique qui entoure l’installation de production des armes Oak-Ridge Y-12 et entrèrent illégalement dans la propriété. Y-12 appelé le Fort Knox de l’industrie d’armes nucléaires, entrepose des centaines de tonnes d’uranium hautement enrichi et travaille avec chacune des milliers d’armes nucléaires maintenue par les E.U.

Les trois se décrivent comme les Transform Now Plowshares, (Transformant maintenant  en socs). Ils arrivèrent comme des manifestants non violents pour désarmer symboliquement les armes. Portant des bibles, des déclarations écrites, des pancartes en faveur de la paix, des sprays de peintures, des fleurs, des bougies, des petites bouteilles de sang, du pain, des marteaux avec des versets bibliques et des cisailles. Leur intention étaient de suivre les paroles d’Isaïe 2:4 ; « De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, Et de leurs lances des serpes: Une nation ne tirera plus l`épée contre une autre nation, plus personne n’enseignera la guerre à personne. »

La sœur Megan Rice est une religieuse catholique de la Société du Saint Enfant Jésus depuis plus de 60 ans. Greg Boertje-Obed, menuisier, marié, avec une fille en âge d’université est vétéran de l’armée et vit dans une maison pour travailleurs catholiques à Duluth, Minnesota. Michael Walli, vétéran de deux périodes au Vietnam converti en pacifiste, vit à la Maison Dorothy Day pour Travailleurs catholiques à Washington DC.

Dans l’obscurité, les trois activistes coupèrent à travers un clôture portant une inscription qui disait ; “Défense d’entrer”. L’inscription disait que l’entrée non autorisée, un délit, était passible d’une peine allant jusqu’à un an de prison de d’une amende de 100 OOO dollars.

Aucun personnel de sécurité ne vint les confronter.

Alors  les trois grimpèrent une colline à travers d’épais arbustes, traversèrent une rue et continuèrent jusqu’à ce qu’ils voient l’Installation de Matériel d’Uranium Hautement Enrichi (Highly Enriched Uranium Materials Facility HEUMF) entourée de 3 clôtures,  illuminée par des lumières resplendissantes.

Alors ils coupèrent les 3 clôtures, pendirent leurs inscriptions pour la paix, et inscrivirent avec les sprays des consignes pour la paix dans le HEUMF. Ils ne virent  toujours pas de personnel de sécurité. Ils commencèrent à prier et chantèrent des chansons comme « Down by de Riverside » et « Peace is Flowing Like a River ».

Quand finalement arriva le personnel de sécurité, à presque 4h30 du matin, les trois se rendirent pacifiquement, furent arrêtés et emprisonnés.

Le lundi suivant, le 30 juillet, Rice, Boertje-Obes et Walli furent inculpés et accusés d’être entrés sans autorisation sur un site fédéral, un délit qui est sanctionné  d’une peine allant jusqu’à un an de prison.Frank Munger, un journaliste primé du Knoxville New Sentinel fut le premier à se demander publiquement : « Si quelques manifestants pacifistes désarmés habillés de vêtements obscurs peuvent arriver au centre du site en profitant de l’obscurité, cela provoque des questions quant à la sécurité de ce site face à des intrus plus menaçants ».

Le mercredi 1er août, on ordonna que toutes les opérations nucléaires à Y-12 soient suspendues afin que le site se concentre sur la sécurité. La détention pour sécurité » fut ordonnée par le contractant de sécurité en charge de Y-12 B&W Y-12(une société conjointe de Babcock & Willox Company & Bechtel National Inc.) et appuyée par l’administration Nationale de Sécurité Nucléaire.

Le jeudi 2 aout, Rice, Bertje-Odek et Walli se présentèrent devant le tribunal pour une audience préliminaire. Le gouvernement demanda que les trois soient détenus. Un procureur les qualifia de « danger potentiel pour la communauté » et demanda que les trois soient maintenus en prison jusqu’au procès. Le Magistrat des E.U. autorisa leur libération.

La sœur Megan Rice sortit de prison et admit rapidement devant les médias réunis que effectivement les trois étaient rentrés dans la propriété et qu’ils avaient agis en protestation contre les armes nucléaires. « Mais nous devions le faire, nous l’avons fait parce que nous voulions que soit révélée la vérité sur la criminalité qui existe ici, c’est notre devoir », dit Rice. Elle remit aussi en question toute l’industrie de l’armement nucléaire. « Nous avons le pouvoir, l’amour, la force et le courage pour en finir avec cela et transformer tout le projet, pour lequel ont été dépensés plus de 7,2 milliards de dollars », dit-elle. « La vérité nous soignera et soignera notre planète, soignera nos maladies, qui résultent de la désharmonie de la planète, causée par les pires armes de histoire de l’humanité, qui ne devraient pas exister. Pour cela nous offrons nos vies, pour la vérité sur la terrible existence de ces armes ».

Alors, le gouvernement commença à augmenter les accusations à l’encontre des manifestants antinucléaires  pour la paix.

Le jour suivant celui où le Magistrat ordonna la remise en liberté de Rice, Boertje-Obed et Walli, un agent du Département de l’Energie (DOE) déposa une plainte contre les trois avec ’une accusation de crime fédéral pour dommage à la propriété fédérale, un crime punissable d’une peine allant de zéro à 5 ans de prison, selon e code 18 des USA section 1363

L’agent de la DOE reconnu que les trois portaient une lettre qui déclarait “Nous sommes allé à l’installation Y-12 parce que notre propre humanité rejette les projets du nucléarisme, l’empire et la guerre. Notre foi dans l’amour et la non-violence nous encourage à croire que notre activité ici est nécessaire, que nous venons inviter à la transformation, à défaire le travail passé et présent de Y-12,à désarmer et en finir avec tous les efforts ultérieurs pour augmenter la capacité dY-12 vers une structure économique et sociale fondée dans la guerre et la construction de l’empire. »

Alors Rice, Boertje-Obed et Walli furent confrontés à une accusation de mauvaise conduite un crime passible de 6 ans de prison.

Mais le gouvernement n’en resta pas là. La semaine suivante les accusations furent encore élargies.

Le mardi 7 août, les E.U. élargirent les accusations contre les activistes pour la paix à trois charges. La première était l’accusation originelle de dommage à Y-12 en violation code  18, code 1361 des E.U., passible d’une peine allant jusqu’à 5 ansde prison. La seconde fut un dommage additionnel à la propriété fédéralesupérieur à 1OOO dollars en violation du code 18 section 1363 des E.U. passible d’une peine allant jusqu’à 10 ans de prison. La troisième fut une accusation depénétration illégale, un délit punissable d’une peine allant jusqu’à un an de prison selon le code 42 section 2278 des E.U.

A ce point, ils risquent jusqu’à 16 ans de prison. Et les actions des manifestants commencèrent à attirer l’attention du public national et international.

Le 2O août 2012, le New York Times publia une photo de la sœur Megan Rice en première page sous le titre « La religieuse qui fit irruption dans le sanctuaire nucléaire » ? Citant des experts nucléaires, qui qualifiaient leurs actions de « la plus grande rupture de la sécurité dans l’histoire du complexe atomique de la nation ».

A la fin du mois d’aout 2012, l’Inspecteur Général du Département de l’Energie publia un rapport exhaustif sur les failles de la sécurité d’Y-12. Qualifiant les activistes pour la paix de personne ayant enfreint la loi le rapport indique qu’ils purent aller aussi loin à cause de « multiples failles du système à différents niveaux ». Les failles citées incluaient « les caméras cassées depuis 6 mois, l’inefficacité de la réponse des alarmes, des problèmes de communication et beaucoup d’autres failles des contractants et de leur contrôleur fédéral.  Le rapport conclu que « Ironiquement la violation de la sécurité deY-12 pourrait avoir été un important « appel d’attention » concernant les problème de sécurité de l’installation ».

Le 4 octobre 2012, les défendeurs annoncèrent qu’ils avaient été informés de ce que, à moins de se déclarer coupables pour le moins d’un crime et de l’accusation de pénétration illégale,  ils seraient également accusés de sabotage contre le gouvernement, une accusation beaucoup plus grave. Plus de3000 personnes signèrent une pétition au Procureur Général des E.U. Holder, lui demandant qu’ils ne soient pas accusés de sabotage.

Mais le  décembre 2012, les E.U. présentèrent un nouvel acte d’accusation contre les manifestants. La première charge fut la nouvelle accusation promise desabotage. Les accusés furent accusés d’intention d’endommager, interférer et faire obstruction à la défense nationale des E.U., de dommage intentionnel au E.U. et de dommage intentionnel aux installation nationale de sécurité en violation du Code 18 des E.U. section 2155, punissable de 20 ans de prison. Les charges 2 et 3 furentles accusations antérieures les crimes d’atteinte à la propriété, avec une condamnation potentielle à la prison allant jusqu’à 15 ans de plus.

L’accusation originelle de délit de pénétration illégale avait totalement disparu.Rice, Boertje-Obed et Walli risquent alors jusqu’à 35 ans de prison.

En seulement 5 mois, les accusations du gouvernement les convertirent d’accusés d’un délit d’effraction en accusés de multiples crimes de sabotage. 

Le gouvernement connu également le succès en dépouillant les trois du droit de présenter quelque défense ou témoin concernant les effets dommageables des armes nucléaires. Le bureau du Procureur des E.U. présenta un document qu’il appelait « Motion pour exclure que les accusés présentent des arguments sur concernant les Justification de Défense ». Dans cette motion les E.U. demandent qu’il soit exclu que les manifestants pour la paix présentent des arguments en appuyant l’illégalité des armes nucléaires., l’immoralité des armes nucléaires, le droit international ou des convictions religieuses, morales ou politique  concernant les armes nucléaires, les principes de Nuremberg développées depuis la  seconde guerre Mondiale, des protections en vertu du Premier Amendement, les nécessités ou le politique des E.U. concernant les armes nucléaires. »

Rice, Boertje-Obed et Walli argumentèrent contre la motion. Mais malgré un solide témignage de l’ex Procureur Général des E.U. Ramsey Clark, une déclaration dun médecin de réputation internationale et autres, le tribunal se prononça en défaveur des défendeurs.

Pendant ce temps, le Congrès examinait la violation de la sécurité, et l’attention des médias envers le jugement augmentait avec un notable article du Washington Post, avec une couverture de CNN et la participation de AP et Reuters.

Le procès eut lieu à Knoxville au début du mois de mai 2013. Les trois activistes furent accusés  de toutes les charges. Rice, Boertje-Obed et Walli furent appelés à la barre et admirent ce qu’ils avaient fait et expliquèrent pour quel motif. L’administrateur fédéral pour Y-12 dit que les manifestants avaient porté dommage à la crédibilité du site aux E.U. et globalement et il alla jusqu’à affirmer que leurs actes avaient eu un impact sur la dissuasion nucléaire.

Aussitôt que le jury se fut retiré, le gouvernement mis en prison les protestataires parce qu’ils avaient été convaincus de “crimes de violence”. Le gouvernement argumenta que couper des clôtures et peindre des consignes avec des sprays étaient des dommages à la propriété et en tant que tel constituaient un crime de violence pour lequel la loi imposait l’emprisonnement jusqu’au verdict.

La défense signala que Rice, Boertje-Obed et Walli étaient resté en liberté depuis leur arrestation sans aucun incident. Les avocats du gouvernement argumentèrent que deux des manifestants avaient violé leur liberté conditionnelle en participant à une audience du Congrès sur les problèmes de sécurité de Y-12, un acte qui avaient été approuvé par leurs agents de liberté conditionnelle..

Les trois furent emprisonnés immédiatement. Dans leur décision de mise en détention jusqu’au verdict, le tribunal argua que tant les sabotages comme lesdommages à la propriété étaient définis par le Congrès comme des crimes fédéraux de terrorisme. Vu que les sentences potentielles étaient de dix années ou plus, le tribunal jugea qu’il y avait une forte présomption en faveur de l’incarcération, qui n’était infirmée par aucune circonstance spéciale qui justifiait leur mise en liberté jusqu’au verdict.

Les trois activistes non violents pour la paix sont actuellement en prison en tant que prisonniers fédéraux en attente du verdict qui sera prononcé le 23 septembre 2013.

En 10 mois une religieuse de 82 ans et deux pacifistes ont été transformés avec succès par le gouvernement des E.U. de manifestants non violents antinucléaires accusés d’un délit d’effraction en criminels convaincus de violents crimes terroristes.

Fran Quinley est un avocat dIndianapolis qui travaille sur des thèmes de pauvreté locale et internationea;e. Ses rubriques apparaissent toutes les deux semaines dans de Indianapolis Star.

Source anglaise: http://www.commondreams.org/view/2013/05/15-7

Source espagnole :

Cómo convirtió EEUU a tres pacifistas en violentos terroristas | CONTRAINJERENCIA

Traduction française Anne Wolff

From left, Greg Boertje-Obed, Sister Megan Rice, and Michael Walli. (Photo: Saul Young/News Sentinel)

http://les-etats-d-anne.over-blog.com/article-comment-les-e-u-convertissent-trois-pacifistes-en-violents-terroristes-117918314.html