Archives quotidiennes : 10-mai-2013

4 soeurs photographiées dans la même position pendant 36 ans

Chaque année depuis 1975, le photographe américain Nicholas Nixon prend dans la même position (de droite à gauche Heather, Mimi, Bebe et Laurie) le visage des quatre soeurs Brown. Elles étaient âgées au début du projet de 15 à 25 ans, on peut les voir grandir/vieillir au travers de cette série de photos « Brown Sisters ». Ce projet artistique a pris 36 ans et c’est franchement splendide/intéressant de partir de la première photo jusqu’à la dernière.

The-Brown-Sisters-1975The-Brown-Sisters-1976The-Brown-Sisters-1977The-Brown-Sisters-1978The-Brown-Sisters-1979The-Brown-Sisters-1980The-Brown-Sisters-1981The-Brown-Sisters-1982The-Brown-Sisters-1983The-Brown-Sisters-1984The-Brown-Sisters-1985The-Brown-Sisters-1986The-Brown-Sisters-1987The-Brown-Sisters-1988The-Brown-Sisters-1989The-Brown-Sisters-1990The-Brown-Sisters-1991-1The-Brown-Sisters-1992The-Brown-Sisters-1993The-Brown-Sisters-1994The-Brown-Sisters-1995The-Brown-Sisters-1996The-Brown-Sisters-1997The-Brown-Sisters-1998The-Brown-Sisters-1999The-Brown-Sisters-2000The-Brown-Sisters-2001The-Brown-Sisters-2002The-Brown-Sisters-2003The-Brown-Sisters-2004The-Brown-Sisters-2005The-Brown-Sisters-2006The-Brown-Sisters-2007The-Brown-Sisters-2008The-Brown-Sisters-2009-634x501The-Brown-Sisters-2010

Source 

L’égoïne

deu

Ce monde, c’est le nôtre ; et cette époque, c’est maintenant !

Car, malgré les messages anxiogènes et démoralisants des médias, cet Éveil de l’humanité est bel et bien en cours aujourd’hui, à travers d’innombrables initiatives positives, individuelles ou collectives, chacun pouvant le voir et le créer, en soi et autour de soi.

L’Éveil de conscience des peuples et des individus est ainsi le pont entre les mondes, le moyen et le moteur de la transition des âges ou de la mutation sociétale et planétaire.

 

Héritière du Christ et du Bouddha, comme de Woodstock ou de mai 68, la nouvelle culture spirituelle, que chacun pressent, attend et espère, ne consiste pas à prendre des poses ou des manières « spirituelles » ou à afficher un éternel sourire béat, mais à être vrai, naturel, intuitif et créatif, à œuvrer plutôt que travailler, à inventer plutôt qu’appliquer, à réfléchir plutôt que répéter, et à écouter son corps, honorer sa sexualité, vivre ses émotions, exercer sa pensée et expérimenter l’expansion de sa conscience.

La nouvelle culture de vie qui s’en vient, ne vise pas à formater et enfermer l’être humain dans des moules et schémas répétitifs et restrictifs, mais à lui procurer les conditions idéales pour se connaître, se comprendre, se trouver, se transformer et se réaliser, exprimer ses plus remarquables et brillants potentiels et manifester sa nature éveillée, accomplie et unifiée.

La nouvelle spiritualité, libre, intuitive et spontanée ne conduit donc pas à être l’esclave d’un gourou, d’un groupe ou d’une doctrine, mais à devenir un humain adulte, évolué, actif et autonome, et à remplacer le rituel par l’expérience, les superstitions par la connaissance, la dévotion par l’estime de soi, l’obéissance par le dialogue, la prière par l’intuition et la discipline par l’inspiration. Source

Moi aussi, parfois, j’ai des violons à la place des neurones ou des cellules. Je parle comme ça. ( Voir plus haut, intro).  Je dois être un idéaliste inconscient : je rêve d’un monde meilleur. Mais pour « rêver » d’un monde meilleur, il faut élaborer un plan d’un monde meilleur. Il faut également que chaque « cellule humaine » participe en étant éveillée. Il faut comprendre ce qu’est l’amour : non pas seulement un « sentiment » ou émotion, mais un acte issu d’une compréhension du TOUT.

Ce n’est pas pour demain…

Cette pauvre humanité, pour survivre, a mangé de la chair, s’est glissée sous des igloos, a bouffé des insectes – devenus en Occident, un plat – ou cuisine-, qui titille la dent d’un bourgeois à la recherche de sensations « diversifiées ». Ou bien il se paye un voyage de tourisme sexuel.

On n’est pas sorti du boa.

Chasseur-cueilleur, il a passé à l’agriculture. Probablement le pas le plus grand pour l’Homme.  Oublions celui du lunatique de 69 qui a « fait un pas de géant » pour l’Humanité.

Il aurait pu enfin vivre décemment, élever des enfants, sourire, et ne pas attendre l’image du barbu venu  le sauver de la horde des barbares. Ils ne sont plus à cheval, ils n’ont plus d’épée, ils ont de plans sulfureux pour vous asphyxier. Ils vous extorquent de l’argent pour des plans de pension, pour votre avenir, et les transforment en armes.

La propagande chloroforme. L’école chloroforme.  La conduite chloroforme.

En des milliers d’années, il n’y a pas eu une seule intervention divine. Il y a des livres magnifiques, dont la bible, mais le message n’est pas appliqué. On préfère attendre …

Il arrive…

Le fou avec la pancarte qui arpente la rue, et sur laquelle  est écrit : « La fin du monde est proche ».

On rigole.

Il y en a d’autres avec de pamphlets :  « Dieu viendra sauver le monde ».

On ne rigole plus. On mitraille des formules, dites prières. Et même le clan des irréductible « étanazien » prétendent que le LORD est de leur côté.

Arrêt d’image

On a un jour évalué le QI de Léonard Da Vinci : 220. Pour trouver celui de G.W. Bush, la formule est simple : enlevez le zéro du chiffre. Pour un calcul objectif, il faut ajouter le Quotien Émotionnel . C’est zéro, donc, enlever le zéro.

Heureusement qu’on a le Ipad, l’internet, et les 30 émissions sur l’art de cuisiner pendant que la famine engloutit les enfants « à l’autre bout du monde », on s’en balance. On a réussi. Si les autres  échouent, c’est leur faute.

Ils n’ont peut-être pas assez prié…

Science fiction

220px-Bill_Gates_au_Medef

Supposons que « dieu », dans sa grande bonté, ait créé le monde « à l’envers ». Il a d’abord « fabriqué » Bill Gates et qu’il lui a confié toutes les richesses de la Terre en les distribuant de manière équitable.

Tout le monde mangerait à sa faim, tout le monde aurait un jardin, tout le monde habiterait des maisons parfaites, rectangulaires, avec de la pelouse parfaite, bref, un monde de 1950 dans vos rêves. Américanus Status.

Notre Homme ne connaissant pas la misère n’aurait rien à quoi s’échapper… Sauf à lui.

Alors, nous aurions assisté à une longue décadence de milliers d’années pendant lesquelles  notre humain  serait devenu un singe à drones, complètement désabusé de son « trop ». Il aurait couru vers la simplicité volontaire.

Puis la longue et lente agonie de l’humanité… Écoeuré, il s’enferme dans des grottes pour refaire le monde et vivre en toute simplicité. Il ne sort que pour tuer de lapins, des rats, des serpents, et du poisson pour échapper au monde plat et sans âme, qui finira par découvrir que les érables donnent du sirop, les bleuets sont – sans qu’il le sache – des antioxydants et que la pluie est laide mais nécessaire à la culture.

Bref, il se rend compte que tout ce qui vit fait partie de lui et est sa nourriture réelle.

A-t-il besoin d’acheter une brouette chaque année?

A-t-il besoin de se payer de dernier poêle BBQ en vogue?  ( Quand on pense que nos ancêtres ont mangé du « brûlé » sur feu de bois pendant des millénaires. )

Caustique! Sarcastique! Et tic! Il invente l’arc et la flèche. Car, comme les sacs de plastiques, l’arme peut être ajoutée au compost de la nature.

La morale de cette histoire est que « dieu » a eu la sagesse de ne rien donner en trop pour que l’être humain trouve ce dont il a vraiment besoin.

Aujourd’hui, nous voilà dans un récit de SF.

Quand l’économie était un cheval pour deux vaches, c’était réel.

Maintenant, avec le virtuel,  on ne sait plus si les vaches sont réelles, si les maisons sont payées, si Bill Gates est un dieu, si le diable n’est pas une organisation de gangsters élus.

Omerta.

Pour un amérindiens, le progrès fut de se voir dans le miroir.

Pour l’instant, c’est de créer des visages qui alimenteront et fabriqueront les sophistiqués miroirs.

Et comme Alice, on peut y entrer… Mais comment en sortir?

L’égo est la drogue la plus puissante de ce monde.

Avec ce produit, on peut voir des noirs blancs, des nègres Bill Gates, et des tas de fourmis dans nos armoires. Mais comment s’en sortir?

Le Crédo est une note parfaite pour créer une mélodie du malheur.

Le Do créé…

Le monde est truffé d’égoïnomanes.

Le vote est une aiguille dont il faut se méfier.

Gaëtan Pelletier

10 mai 2013

Sittin’ On The Dock Of The Bay | Playing For Change

Hello everyone,
Today our heroes and soul brothers, Roger Ridley and Grandpa Elliott, return for a new song around the world, « Sitting on the dock of the bay », featured on our new PFC 2 album. I once asked Roger why with such a powerful voice like his he was singing on the streets, he replied, « I am in the joy business, I come out here to be with the people ». Roger and Grandpa have brought so much joy to the life of millions and today we are blessed to see them reunited again. We all shine on and Roger’s light is as bright as the sun!!

Follow the link below to order the new album and support Playing For Change by telling all your friends and family to join the movement at http://playingforchange.com