Archives quotidiennes : 27-avril-2013

Que le peuple marche! Du Reebok au cerveau…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Manquait plus que la visite de Sarkozy au Québec… Le chantre-coq  venu faire des « conférences ». Monsieur de Sarko fait partie de la gente dirigeante qui risque de revenir hanter la France. Mais, avant tout, il fait partie de cette chaîne de fast-food vendue  aux peuples : mangez du gaz de schiste, développez-vous, vous serez riches! Et ils sont foultitude à aller voir se désarticuler ce pantin au nez Pinocchio chanter les petits matins de la planète, pendant que nous dormons au gaz.

Tous pareils.

Nous avons des gestionnaires… Oui, des gestionnaires. Ils peuvent sans lésiner acheter un avion à 100$ millions mais laisser crever des gens dans la rue, voire de grands coins de pays.

Et ils nous font la morale.

Et ils engagent des troupes délirantes pour aller écraser les « chômeurs-voleurs »!

Belle affaire!

Bon! Maintenant qu’on a fait disparaître Ben Laden, c’est qui le terroriste?  On s’acharne à en trouver qui font des chaudrons remplis de boulons, comme si les peuples étaient en danger. On a tellement écrit le mot « terroriste », qu’il en est qui veulent leur 15 minutes de gloire. Je pense à Boston… Y-a-t-il un citoyen qui, en voyant la déflagration, ne s’est pas dit qu’un vrai terroriste aurait fait 10 fois plus de dommages?

Le terroriste, les copier-coller de Ben Laden, nous les avons élus.

Ils ont les mains blanches comme les draps des motels de luxe. Avec un peu de punaises de lit camouflées sous le matelas des paradis fiscaux

Des éponges à peuples. Sèches. . Mais quand on leur donne de notre sang, ils se gonflent le thorax. Vous leur donnez votre travail? Ils gonflent leur compte en banque.

On critique?

Ah!

Si vous n’êtes pas satisfaits, allez marcher dans la rue.

Ils nous font marcher.

Si quelqu’un veut me montrer une pancarte qui ait pu changer une société, qu’on me la montre.

À ce que je peux comprendre du « monde », nous sommes infestés de ces monstres contrôlant l’armée, la police, les fonctionnaires, les lois, et, en sus, « la vérité ».

L’appauvrissement continu n’est pas terminé. Il ne fait que s’étendre comme un « feu sauvage » sur une lèvre.

« Embrassez » une carrière! Défendez les idées de l’État. Les débonnaires balbutiant leurs discours sucrés.

Marchez! Qu’ils disent…

On court pour travailler, et on marche pour se plaindre.

Pas de problème, on va vous guérir.

Au Québec, on n’a plus le droit de marcher masqué. J’ai pensé qu’on devrait tous se faire pousser la barbe, mais là, nous allons faire face  à un problème : on sera tous des terroristes islamistes barbus.

Et les femmes?

Nous voilà revenus à la case départ. Les gardiens de la paix, habillés en soldats de la Guerre des étoiles n’ont plus de respect pour la gente féminine. Elle est égale à l’homme et maltraitée comme un homme.

Au fond, ça ne fait pas trop mal à cette élite dirigeante que de marcher. C’est bon pour la santé….

On ne peut pas marcher avec, dans sa poche, un couteau suisse ou un coupe-ongles.

Des armes!

Marcher à s’user les genoux, marcher à s’user le cerveau, marcher  pour un cravaté payé, marcher pour  défaire la machine à tricoter toute la misère du monde et vous vendre le chandail du « Freedom » Made in Nowhere, c’est de la marchandisation d’humains.

C’est une première pour l’Humanité : il paie pour ramer. Il concocte des pancartes. Il les porte. Mais en fin de compte, il reste crucifié pour avoir marché « un peu fort ». L’État peut se payer les meilleurs avocats.

P.S. : Demain, plus tard, dans dix ans, il y aura, en Saint-Liboire, ou en Santa-Cruxifixia, une marche pour souligner le pouvoir de la marche.

Et bientôt, dans une pub près de chez-vous :

«  La marche, ça marche ».

Pris pour inventer, inventons une nouvelle marche; la marche à reculons. Ils ne pourront pas dire que nous marchons, mais que nous démarchons. Alors, les avocats en auront pour dix ans avant de décider si la « démarche » est une marche.

Gaëtan Pelletier

27 avril 2013