Archives quotidiennes : 15-avril-2013

Le triangle des Bermudes

Trio

Le Triangle des Bermudes est une zone de l’océan Atlantique qui serait le théâtre d’un grand nombre de disparitions de navires et d’aéronefs. De nombreuses légendes existent à propos de cette zone. Wikipedia

Justin Trudeau vient d’être élu chef du PLC. J’ai écouté son discours, et ce gars-là en a dans le ventre. Il n’est pas seulement beau, il est intelligent. Surtout très touchant… Il y avait des émus qui rêvaient jusqu’aux larmes. Je pense qu’entre midi – le 14 avril – et 18H00 , Tag Heuer, il s’est vendu des mouchoirs de papier au point de créer quelques nouveaux emplois dans les compagnies, quelque part dans le monde. Snif! Vraiment! Tout un discours!

Frémissant, honnête, alliant politique et un assaisonnement Green Peace, on ne peut douter de ce jet de flamme de 41 ans qui a tout un avenir devant lui. À l’entendre, on dirait Moïse qui va séparer les eaux du Canada avec celles des États-Unis et du reste du monde. Un vrai Chavez Nord-Américain.

Il sera Premier Ministre du Canada en 2015.

Aucun doute!

Monsieur Harper doit déjà préparer ses bagages.

Mais là n’est pas le problème…

Toute cette filée de Yes We Can ne changeront rien à la face du monde. Les problèmes intérieurs du pays qu’est le Canada pourront être réglés. Mais dans un contexte mondialiste et de plus en plus néolibéral, les violeurs de richesses trouveront bien le moyen d’écrabouiller l’onirisme un peu aveuglé de tous les dirigeants qui se présentent dans « leur pays ».

Son père, Pierre Elliot Trudeau s’était fait traiter de mondialiste dans les années 70.

Il avait sans doute raison : personne n’a le choix. C’était un rêve de l’époque devenu le cauchemar d’aujourd’hui.

Le cauchemar, c’est de rêver…  On a vu passer la file des mondialistes, des supposés « de gauche », un peu maladroits, et les mythomanes « preachers » qui vantent les mérites des grandes, des énormes organisations mondiales pour « sauver le monde ».  De rêves en rêves, tout le monde finit par dormir. De discours en discours, tout le monde finit par faire un chapelet de formules auquel il s’accroche : nous revoilà dans une religion athéiste.

On coure les dieux…

Malheureusement, ils prennent leur retraite à grands frais et s’en vont six pieds sous terre comme tous les autres.

Il faut alors en conclure que la solution à l’amélioration des 7 milliards d’humains ne passe plus par la politique ou la religion. Elle passe par la prise de conscience qu’il n’ y a pas de sauveurs qui puisse échapper au char d’assaut de la finance, de l’économie, des compagnies hypocrites à numéros. Il n’y a que le peuple… Beaucoup trop poli, qui est toujours à genoux, ignorant l’Histoire et ses « passants de génie » qui n’ont fait que détruire cette planète.

Du Québec au Canada, du Canada à l’Empire Britannique, de La Libye, de la Syrie, il n’y a qu’un fil conducteur : les États-Unis. Avec la CIA et son cheminement de tueurs en série, à commencer par l’ancêtre de Guantanamo : les réserves amérindiennes.

Que le Québec se sépare du Canada ne changera rien. Que le Canada participe, avec la bonne foi de l’imbécile qui croit encore que la grandeur est nourricière, alors qu’elle est assassine, peut changer le monde ne donnera aucun résultat.

Tout l’Occident est en déclin.

L’avenir appartient sans doute à l’Amérique-du-Sud et de sa résistance  à ce fléau mondial. Ce qui n’est pas encore fait…

Les dirigeants, comme dans  ce célèbre Triangle des Bermudes, disparaissent… Mais les peuples restent , la vie demeure, et si l’on veut améliorer l’état d’une planète amochée, des pauvres en « croissance », il faudra plus que  ce cirque politique rappelant le début de « l’autre siècle » où la femme à barbe faisait sensation.

Il faut sortir de l’illusion entretenue par le cirque.

Malheureusement, avec toutes ces entités cachées, il n’y a pas de monde à construire tant qu’il n’y aura pas de destruction d’un siècle qui a préparé celui dans lequel nous vivons.

La bâtisse « Planète Terre »  ne supporterait pas l’inspection d’un inspecteur aveugle.

Même si vous ajoutez des aspirants, plombiers mondialistes, à la réfection, c’est un leurre.

La réfection n’aura jamais lieu.
L’avenir appartient à la destruction.

Et cela ne passe pas par un vote, mais par une prise de conscience et une réelle honnêteté dépassant le soi-disant pouvoir politique.

Choisissez votre « quand »…

Gaëtan Pelletier

15 avril 2013