Obama et les U.S.A: Quand les cowboys se tirent dans le pieds…

 

Cet article a été écrit en 2010. Je ne pense pas que quelque chose ait changé…

Gaëtan Pelletier

Le président Barack Obama, qui s’adressait aux Américains mercredi au lendemain d’une cuisante défaite électorale, a mis ce revers sur le compte de l’économie et refusé d’y voir un désaveu pour ses réformes. Cyberpresse

 

C’est triste… On pendait qu’Obama allait sauver les U.S.A. Le sauveur noir vient de se faire griller un peu. Il en est ressorti blême.

Et pourquoi?

C’est tellement simple.

L’eau du bain économique et le résultat…

La marmite des États-Unis d’Ahmérique (sic)  est une vieille eau usée et sale. Usée par les Cheney, et tous les autres qui ont passé sur la future veuve du monde.

Peut-on nettoyer un pays après deux décennies de saletés? Saletés entretenues par la Fed et la file d’arnaques auxquelles se livrent les banques depuis plus d’une décennie?

Avant la crise financière de 2008, les banques ont attiré des millions d’Américains dans des prêts hypothécaires à haut risque, souvent à l’aide de taux d’intérêts « allumeurs » qui augmentent rapidement après un temps défini. Les pyromanes fous de l’argent de Wall Street savaient très bien que les prêts ne pourraient pas être remboursés, mais, comme tous les bâtisseurs de pyramides de Ponzi, ils avaient l’intention d’exploiter le plus longtemps possible l’escroquerie, confiant que, en bout de piste, le gouvernement entrerait dans le jeu pour couvrir leurs pertes.

Cela a résulté en prêts toxiques qui étaient regroupés, transformés en produit financier et vendus, créant une imposante structure de dettes reposant sur des fondations frauduleuses et légalement douteuses — à partir de laquelle les dirigeants des banques et les actionnaires principaux atteignirent des niveaux de richesse personnelle vertigineux.

Lorsque la pyramide de Ponzi s’est effondrée, le gouvernement fédéral a sauvé les banques à hauteur de milliers de milliards de dollars. Conséquemment, les banques nagent maintenant dans l’argent et leurs dirigeants ont fracassé des records de salaires, autant en 2009 qu’en 2010. François Marginean, Cent Papiers

Injectons dans un système qui souffre d’un terrorisme intérieur

La Fed s’apprête à injecter de l’argent… Bref, on sort l’imprimerie électronique, ce qui va atténuer la valeur du billet. Mais où est le problème?

Il est à l’intérieur même du pays… L’argent émis est ravalée par les banques qui semblent les seules à « profiter » du déclin américain inavoué.

 

AFP – La banque centrale des États-Unis (Fed) a annoncé mercredi au lendemain des élections législatives qu’elle ouvrait en grand les vannes du crédit pour soutenir la reprise et les prix.

La Réserve fédérale « a l’intention d’acheter des obligations du Trésor à moyen et long terme pour un montant supplémentaire de 600 milliards de dollars d’ici à la fin du deuxième trimestre de 2011 », indique le Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) dans un communiqué publié à l’issue de deux jours de réunion à Washington.

Le but de cette injection massive de liquidités dans le circuit économique est de soutenir la reprise de l’emploi et les prix, ajoute le FOMC, qui se dit déçu par les progrès de la Fed vers son double objectif qui est d’assurer le plein emploi et la stabilité des prix. France24

Le blues du blouse…

Aux U.S.A. le monde des affaires est à l’image du Far-West… Les étatsuniens se tirent dans le pied plus vite que leur ombre… Blouser est un art.

Et voilà M. Obama les mains liées. Même si on en plantait un par État, il y aura toujours cette valse de banquiers en train de blouser le peuple et détruire un pays déjà amoché.

Bien que cela soit déjà assez choquant, ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Le réel scandale qui doit être clairement expliqué à tous est le suivant. Il était un fait connu depuis au moins 2009 que les banquiers revendaient les mêmes hypothèques à plusieurs reprises, encore et de nouveau. Le scandale est que les « mortgage-backed securities » étaient une fraude qui revendait jusqu’à 20 fois les mêmes hypothèques à différents investisseurs.

En finance, un mortgage-backed security (MBS) ou un titre hypothécaire est une valeur immobilière adossée à des actifs. Il s’agit d’une forme d’asset-backed security. Sa valeur de revente est garantie à la fois par un ensemble de portions d’hypothèques et par les intérêts payés sur ces hypothèques. (Source)

La seule façon que ce coup pouvait fonctionner était de faire en sorte que les hypothèques fassent défaut, dans le but de mettre fin aux demandes des investisseurs à être repayés, alors que l’argent d’extra provenant des ventes artificiellement multipliées va dans les poches des banquiers et financiers. En d’autres mots, les banques ont vendu 1000% de ces « mortgage-backed securities » et avaient ensuite besoin qu’elles s’effondrent, les ont intentionnellement montées pour qu’elles s’écroulent, pour couvrir leurs traces. Alors du moment où le gouvernement et la banque centrale (privée), la Fed, avaient abaissé les taux d’intérêts pour créer une nouvelle bulle financière en encourageant les Américains à acheter des maisons dont ils n’avaient pas moyen de payer, la crise des subprimes fut engendrée. Il était déjà connu depuis longtemps par le gouvernement américain, alors sous Bush, et du FBI, par exemple, qu’un nombre effarent d’hypothèques frauduleuses avaient été accordées à des gens qui n’ayant pas les moyens suffisant pour se payer une maison dispendieuse. Le gouvernement avait alors décidé de fermer les yeux et jusqu’à ce jour, protège toujours les banques au lieu de la population. François Marginean, La crise des saisies immobilières ( Foreclosure).

L’art de camoufler les arnaques

De nouvelles révélations émergent chaque jour. Le New York Times a rapporté jeudi que des travailleurs en sous-traitance pour les services de prêts chez Citigroup et GMAC étaient parfois si épuisés qu’ils jetaient tout simplement des documents aux rebuts. D’autres employés contractuels chez Goldman Sachs traitaient les dossiers de saisies immobilières si rapidement qu’ils « voyaient à peine ce qu’ils signaient ».

Toutes les grandes banques sont impliquées et des centaines de milliers, sinon des millions, de propriétaires menacés d’expulsion sont affectés. Il existe de nombreux cas connus de familles expulsées de leur maison qui n’étaient aucunement en retard dans le paiement de leur hypothèque.

Les secrétaires à la Justice des 50 États ont déclenché une enquête coordonnée et plusieurs d’entre eux ont appelé à l’imposition d’un moratoire sur les saisies immobilières, qualifiant la falsification des documents de « fraude contre les tribunaux ». Le chef de la majorité au Sénat, Harry Reid du Nevada, qui est dans une chaude lutte électorale dans l’État ayant le plus haut taux de saisies immobilières du pays, a aussi appelé à un moratoire.
Une procédure régulière élémentaire dicte qu’un moratoire doit être imposé. Personne ne sait à ce point-ci combien de maisons ont été illégalement saisies ou réappropriées. Les dossiers de la banque sont en désarroi. La logique et la loi exigent qu’aucune autre famille ne soit saisie jusqu’à ce qu’une investigation approfondie soit menée.
Mais l’administration Obama s’est une fois de plus ralliée aux banques contre la population. Les régulateurs fédéraux ont simplement pressé les banques afin qu’elles revoient leurs propres pratiques pendant qu’elles « poursuivent les saisies le plus rapidement possible », selon le Washington Post. Alter Info , Tom Eley

Personne ne sait… Un air bien connu. Falsification de documents. Une manière d’enfouir toutes les preuves de la vaste opération qui a mené le pays à la crise économique 2008.

Crise qui n’allait pas durer… Du moins, on pensait pouvoir sauver le patient avec…plus de bandages.

Il y a une limite à arrêter une hémorragie…

Reste plus qu’à donner du sang au blessé grave : ça lui ressort au bout du ventre, mais en rajoutant, on finit par croire que les États-Unis est encore un pays en vie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.