Le doute est leur meilleur produit

DOUBT IS THEIR PRODUCT

RESTER EN VIE

Sur le site de Suzanne Bissonnette, Rester en vie, vous trouverez un article concernant les manières de manipuler les gouvernements concernant les produits pharmaceutiques.

Parvenu à un point où les dirigeants ont abusé des citoyens jusqu’à la limite, ceux-ci n’ont plus rien pour se défendre.   Doubt is theirProduct est un livre éloquent sur l’art de la manipulation…

Les recherches et les résultats sont là pour prouver, par exemple, que la vaccination cause des effets secondaires précisés, à court terme or à long terme. La technique du doute consiste à apaiser LES FAITS, les études, dans le but de protéger les compagnies.

 

Pour tenir le public dans la confusion  au sujet des risques engendrés par le réchauffement climatique, la fumée secondaire, l’amiante, le plomb, le plastique et beaucoup d’autres matières toxiques, les cadres de l’industrie ont embauché des scientifiques peu scrupuleux et les lobbyistes  pour  contester les preuves scientifiques sur les risques sanitaires.. Ce faisant, ils ont non seulement retardé l’action sur les risques spécifiques, mais ils ont construit des barrières pour rendre plus difficile pour les législateurs, les organismes gouvernementaux, et les tribunaux les  réponses aux  menaces futures. Doubt Is Their Productt, David Michaels. Tiré d’un article de l’auteur: CRash d’une médecine en vol plané

http://les7duquebec.wordpress.com/2009/10/22/ah1n1-crash-d%E2%80%99une-medecine-en-vol-plane/

LE TEXTE DE SUZANNE BISSONNETTE : EXTRAIT

En 1969, un cadre du producteur de cigarette Browns&Willianmson racheté maintenant par R.J. Reynolds Tobacco Cie, a commis l’erreur de mettre sur papier le parfait slogan pour la campagne de désinformation en faveur de cette industrie :

Le doute est notre produit. Le doute est notre meilleur moyen de concurrencer les preuves dans l’esprit du public.

Dans les dernières années de nombreuses industries ont adopté cette stratégie.

Des corporations ont entamé des campagnes questionnant la validité d’études démontrant des effets secondaires défavorables lors d’exposition au bérillyum, plomb, mercure, chloride de vinyl, chromium, benzene, benzidine, nickel,et bien d’autres produits chimiques et pharmaceutiques.

Comme si ce n’était pas assez, le Congrès et l’administration Bush ont encouragé ces tactiques en facilitant la procédure pour des groupes privés qui voulaient mettre au défi des recherches subventionnées par le gouvernement.

Bien qu’il existe des situations ou une telle démarche puisse s’avérer légitime, le résultats de ces procédés est inquiétant :

  • De nombreuses corporations d’industries diverses ont réussi à s’éviter des frais et d’autres inconvénients en bloquant et ralentissant des efforts de protection de la santé publique.

SUITE DU TEXTE SUR LE SITE DE SUZANNE BISSONNETTE

Pour l’industrie pharmaceutique: le doute est le meilleur produit !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s