Archives quotidiennes : 9-juillet-2012

Le marché immobilier

India, Ramkekadi, Bidonville

Magnifique résidence à vendre pour amants de la nature. Joli 2 ½, chauffage solaire le jour, branchailles la nuit. Idéale pour occidentaux  désabusés,  désirant vivre une aventure en plein centre de besoins réels. Activités sportives incluses : recherche d’eau, de nourriture, de vêtements. Course « à pied », randonnées pédestres, photographie. Peinture. Art seulement… (les murs étant aformes.. ) .

Buanderie silencieuse.

Antenne, électricité à la chandelle, télévision à piles.

Tout près des services : cigarettes, boissons, sexe, bars. Tout cela dans un domaine enchanteur d’humains tridimensionnels.

Vivez l’aventure des effets de la paupérisation par le néolibéralisme.

Restaurant 7 services : 1 par jour.

Cure d’amaigrissement. Nourriture biologique. Nettoyage du corps, foies engorgés, ballonnements intestinaux, varices, maux de tête, perte d’appétit, ronflements, arthrite,  estime de soi, frustration, angoisses, etc.

Environnement silencieux, exempte de bruits de moteur.

Profitez des prix les plus bas… Le secteur est en pleine expansion.

Près d’un centre d’achats. Souliers de vieux pneus, appareils désuets à réparer, centre de dépannage, artisanat, verrerie, et colliers de perles.

Prix : 129,000 $ CAD.

Loin des nappes de pétroles, des bouchons de circulation et des politiciens.

P.S. : possibilité de location d’une bicyclette rouillée, d’enfants, ou de femmes de ménage.

DIG – Une ville fantôme construite par la Chine en plein cœur de l’Angola

Nova Cidade de Kilamba est une ville flambant neuve, faites de bâtiments aux couleurs vives et impeccables, construite en moins de trois ans à une trentaine de kilomètres de Luanda, capitale de l’Angola. Nova Cidade de Kilamba est également à peu près vide, une ville fantôme bâtie par une compagnie d’Etat chinoise – China International Trust and Investment Corporation (Citic) – pour la modique somme de 3,5 milliards de dollars. Où sont passés les 500 000 personnes que peut accueillir ce complexe urbain qui détonne tant aux alentours de la capitale angolaise ?

Une journaliste de la BCC a visité Nova Cidade de Kilamba, décrivant un endroit « étonnamment silencieux, les voix rebondissant sur les murs de béton tout frais et les routes vides. Il n’y a guère de voitures et encore moins de personnes, juste des dizaines de rangées d’appartements colorés se répétant à l’infini, les volets fermés et les balcons vides. Après avoir conduit pendant quinze minutes, nous n’avons rien vu à part des ouvriers chinois, dont beaucoup vivaient dans des préfabriqués autour du site. »

La ville nouvelle déserte est l’œuvre de l’Etat chinois qui, en contrepartie, a été payé, comme c’est souvent le cas en Afrique, par un accès prioritaire aux ressources naturelles du pays, le pétrole dans le cas de l’Angola.

Techniquement, le projet pharaonique a donc été amorti par le gouvernement angolais. Le problème, c’est que personne ne vient. Sur les 2 800 appartements disponibles dans un premier temps dans les 750 bâtiments de huit étages, seuls 220 ont été vendus. Sur la dizaine d’écoles du complexe, seule une poignée fonctionne.

Le projet est défendu bec et ongles par le gouvernement du président José Eduardo dos Santos, qui avant le début de son mandat avait promis de construire un million de maisons en quatre ans. Le problème actuel étant que les résidences de Nova Cidade de Kilamba – dont le prix oscille entre 120 000 et 200 000 dollars – sont inaccessibles pour la grande majorité de la population, dont les deux tiers vivent avec moins de 2 dollars par jours, selon les estimations des organisations internationales.

« Il n’y a tout simplement pas de classe moyenne en Angola, uniquement les très pauvres et les très riches. Et donc, il n’y a personne pour acheter ce type de logement », résume Elias Isaac, membre de l’Open Society Initiative of Southern Africa (OSISA), cité par la BBC. Le gouvernement angolais promet de faciliter les emprunts-logements et de prévoir une part de logements sociaux dans le parc immobilier. Ses détracteurs estiment qu’il a surtout voulu se précipiter en vue de l’élection présidentielle, qui a lieu le 31 août. (Photos Facebook).

SOURCE