Archives quotidiennes : 12-mai-2012

Cat Stevens – Sad Lisa

AU CACHOT

Je t’enfermerais dans mon temps
À la tour des tours
L’éternité

Je fermerais les rideaux des heures
Pour jouer un tour
Aux horloges

Je mettrais tous les vents du monde
Dans nos souffles
Pour s’aimer

Je palperais ta glaise rose
Comme un Dieu
En amour

Et je mettrais au cachot
Toutes les prisons
Les chaînes

Je détruirais ce qui se détruit
Pour nous rebâtir
Translucides

Nous irions en voyage
Vers un monde
Nous

Je mettrais tous nos rires
En musique
Si

Avec toutes les clefs
Et les soupirs
Enmurmurés

Nous serions comme nous sommes
Deux fois un Univers
Lumièrés

Je ne changerais rien
Tu es trop belle
Mon art
Et il n’y aurait plus de soir
Les rideaux s’ouvrant
Paupières

Que l’on abaisse
Dans la chambre
Heureux…
Gaëtan Pelletier
5 juin, 2000

Les flatulences des dinosaures…

Les flatulences des dinosaures sauropodes, des herbivores existant il y a 150 millions d’années, auraient été suffisantes par leur production de méthane pour entraîner un réchauffement climatique à l’époque préhistorique, selon une étude publiée lundi aux États-Unis.

Ces énormes animaux comme le diplodocus, dont le poids était en moyenne de 20 tonnes, avaient à l’instar des bovins d’aujourd’hui des microbes au sein de leur flore intestinale qui produisaient du méthane dans le processus de fermentation digestive de leur nourriture constituée de végétaux.

«Un simple modèle mathématique laisse penser que les micro-organismes qui vivaient dans le système digestif de ces dinosaures sauropodes pourraient avoir produit suffisamment de méthane –un puissant gaz à effet de serre– pour avoir un impact important sur le climat de l’ère du Mésozoïque» (-250 millions à -65 millions d’années), explique Dave Wilkinson, de l’Université de Liverpool, et principal auteur de ces travaux parus dans la revue américaine Current Biology datée du 8 mai. Cyberpresse

 

J’étais en train de « formater » mon potager quand j’ai su que Hollande avait été élu.

Ça m’a fait peur…

D’un côté, tout en remuant le compost, j’ai songé à tout le bienfait de ce caca gigantesque qui aurait pu servir à faire pousser les grosses légumes de mon jardin. Et plus tard, j’ai écouté le discours de Monsieur Sarkozy. Des femmes pleuraient dans la foule. Touchant M. Sarko…

On aurait dit le Jour D : «  Les violons de l’automne blessent mon cœur d’une langueur monotone ». ( De mémoire…)

Vous savez ce qui ne va pas?

On a un problème de dinosaure… La mondialisation nous a apporté un amas de problèmes et il nous faudrait un héros de la taille de ceux des bandes dessinées américaines pour régler le sort du monde.

J’ai rêvé que ma terre glaiseuse pouvait être nourrie  par un pet de dinosaure : pas trop, car le jardin est somme toute, menu, mais assez pour que les carottes donnent un peu de vision aux aveugles.

Un rêve…

On n’a pas fini de pleurer. JP Morgan va perdre entre 2$ et 4$ milliards de dollars. Pauvre JP! Il s’est floué par son propre système de « flouage »… À vouloir être tous des dinosaures, on brasse du caca et on s’empoisonne avec ses « propres » gaz…

JP Morgan a décarcassé bien des banques… Source

Une vraie fable de Lafontaine où le corbeau perd son fromage de par un renard perché du haut du pouvoir.

La morale de l’histoire est que plus on est gros, plus le caca est gros…

Vous avez beau faire votre petit potager, jouer au petit vert qui « sauve la planète », tel qu’appris dans le petit livre mauve des étrangleurs d’humains. Plouf! Vous êtes vite piétiné avant que la subvention des états n’arrive.

***

Hollande a été élu…On lui a mis une cape sur le dos. Il va voler dans les airs, abattre les méchants, sauver la France…

Tant mieux…

Ce qui n’engraisse pas mon jardin, ni ceux de la France.

Pendant ce temps à Montréal, les étudiants sont en train de faire virer le gros bateau libéral à l’envers. La « crise étudiante », d’abord polie, assujettie aux règles des « parfaits états », commence à siffler des narines.

Violence!

Violence!

Casseurs de vitres!…

Le système est pur.

Les citoyens sont les « méchants »….

La  démocratie est l’art d’élire des princes cachés qui envoient à la guerre vos enfants…

On n’est pas violent. C’ est accidentel et collatéral…

***

Il y avait un jardin qu’on appelait la Terre

Je continue mon bonhomme de chemin, en Moustaki, en fabriquant mon propre compost. La chanson est trop longue pour mes oreilles qui avalent le même discours depuis des siècles.  Attendre la grosse machine de l’État? Elle a depuis longtemps été « méthaniée » par les géants style  JP Morgan et le copinage…

Les Amérindiens préparaient leur futur dans un comptage de 7 générations.

Aujourd’hui, c’est 7 ans : le temps de deux mandats.

L’accaparement des terres fait en sorte qu’on perd son jardin par monoculture et un petit montant d’argent, ou bien de  par l’utilisation de la force.

À mon avis, c’est une culture de flatulences…

On vote pour des gaz.

On a trop bouffé d’orgueil, cette bibite de l’âme.

Vaudrait sans doute, à l’avenir, voter pour des abeilles.

Faudrait sans doute ne pas trop attendre…

C’est la démocratie des bourdons stéroïdés…

Bleurk!

Avalés!

Gaëtan Pelletier

 

Annuler les dettes illégitimes, créer une société post-extractiviste

Nicolas Sersiron

L’organisation du monde repose sur quatre piliers : l’extractivisme, le productivisme, le consumérisme et les profits. Une sorte de plateforme est posée à leur sommet à la manière de celles qui servent à extraire le pétrole, l’énergie principale de ce système. Ni en pleine mer ni sur la terre, les piliers sont maintenant tellement hauts que la plateforme est au-delà des nuages. Là, une très petite partie de la population – que certains nomment oligarchie – vit comme dans un paradis (fiscal), totalement déconnectée des problèmes quotidiens de la majorité des habitants et des questions écologiques. Bien sûr, ce monde organisé par et pour ces gens vivant au-dessus, produit des déchets, des pollutions et du réchauffement. C’est le cinquième pilier, « l’alien », celui que l’on ne veut pas voir, celui des externalités négatives.

L’extractivisme est le plus imposant, celui sans lequel les autres n’auraient pu être érigés, ni la plateforme montée si haut. Il est constitué par le pillage des matières premières fossiles, minérales, agricoles, sylvicoles et halieutiques : l’appropriation, par quelques uns, des 4 éléments que sont l’air, l’eau, la terre et le feu (pétrole, uranium, charbon), des biens communs appartenant à tous. Il a été construit avec le pillage de la force de travail des esclaves et des peuples colonisés de l’ancien temps comme celui des employés et des petits producteurs d’aujourd’hui qui n’ont pas les moyens de nourrir, éduquer et soigner leur famille. A l’image de ces ouvrièr(e)s de Foxconn qui fabriquent les i phone, i pod, etc. en Chine. Ou, pire encore, celles du textile au Bangladesh qui travaillent – pour Zara et bien d’autres marques connues – plus de 200 heures, pour 30 ou 40 euros par mois. Des femmes, voire des enfants de moins de 15 ans, qui périssent trop fréquemment dans l’écroulement de leur usine mal construite ou dans l’incendie de ces ateliers dont les portes sont cadenassées afin de les contraindre à travailler devant leur machine, tard le soir.

Privatiser les ressources naturelles, sous payer le travail, et surtout ne jamais porter la responsabilité des pollutions et des désastres environnementaux, impliquait de trouver une solution de remplacement après la fin de l’esclavage puis la décolonisation de l’après dernière guerre. Alors l’endettement des pays et la corruption de leurs élites dirigeantes ont été soigneusement organisés par les gouvernements et les oligarchies du nord aidés par les institutions internationales à leurs soldes, Banque Mondiale, FMI, OMC pour assurer la continuité de l’extractivisme. La grande crise de la dette des années 80 a permis de parfaire le travail en imposant le libre échange à tous : une vraie concurrence faussée. Aujourd’hui les pays les plus riches en ressources naturelles ont les populations les plus pauvres. La malédiction des matières premières s’est abattue sur le Congo RDC avec une telle violence que selon le NY Times c’est près de 7 millions de congolais(es) qui sont morts assassinés depuis 15 ans dans l’est du pays, là où les sous sols sont les plus riches du monde, là où l’IDH (indice de développement humain) est un des plus bas au monde. Les PED (pays en développement) ont été envahis et conquis par les transnationales extractivistes. Elles laissent si peu de miettes que le remboursement de la dette publique, cet outil de l’asservissement des peuples, n’en finit jamais.

Au nord, l’extraction, par les actionnaires des plus values produites par les salariés, avait déjà fortement augmenté depuis la contre révolution conservatrice entamée dans les années 80. Mais la grande crise de la dette privée qui a débuté en 2007 avec les prêts « subprimes », conséquence de l’appauvrissement des salariés, a permis de renforcer encore ce processus. Pour sauver les banques privées, obèses et malades de leurs créances toxiques, les états les ont transformées en dettes à rembourser par les contribuables. La majorité des états associés en Europe à la BCE et au FMI, ont imposé ce transfert. Traduction, baisse des salaires et des retraites, détérioration et privatisation accélérée des services publiques, hausse de la TVA, baisse des impôts des plus riches, maintien des paradis fiscaux, augmentation de la dette publique sont quelques aspects de la croissance de l’extractivisme au nord au profit de l’oligarchie protégée par l’opacité des nuages qu’elle fabrique. Cela contre l’avis de grands penseurs de l’économie comme Paul Krugmann ou Joseph Stiglitz qui connaissent la spirale récessive que ces décisions créent.

Faire tomber la plateforme, un rêve ! Voyons plutôt comment nous, les 99%, pourrions déconstruire les piliers. D’un côté les ressources naturelles sont de plus en plus limitées, on commence à voir le fond de la corne d’abondance. De l’autre, l’emploi sera de plus en plus rare sous l’effet des gains de productivité issus de la techno-science et aussi des délocalisations. La fabrication de multitudes d’objets à la durée de vie de plus en plus courte, et surtout de plus en plus inutiles, est une mauvaise réponse pour l’emploi comme pour la planète. Car si l’extractivisme est le premier pilier, il est aussi le plus fragile. Il repose sur les monopoles et la centralisation du pouvoir qui sont en opposition aux principes démocratiques. Or le productivisme et les profits dépendent de nous, de notre consommation ! Alors ne faut-il pas imaginer une société post-extractiviste sans pilier ni plateforme ? Plus de temps à perdre !

En premier, il faut annuler la part illégitime des dettes du sud. Depuis 1985, en 25 ans, un transfert net au titre du remboursement de la dette publique de 700 Mds$ s’est produit, des populations pauvres du sud, en majorité à travers la TVA, vers les très grandes banques et les pays du nord. De même, il faut annuler les dettes illégitimes des états du nord qui opèrent le même type de transfert des 99%, vers les 1%, dont une bonne part de ceux qui les détiennent sont les grands actionnaires des banques. En France c’est près de 50 Mds euros par an qui sortent de la poche des contribuables pour enrichir le plus souvent de grands utilisateurs des paradis fiscaux.

Un mouvement très important pour des audits citoyens est en cours dans de nombreux pays européens : www.audit-citoyen.org. Comment accepter que des gouvernements dont les budgets sont volontairement en déficit chronique depuis plus de 20 ans, baissent chaque année les impôts des plus favorisés et des entreprises les plus profitables comme celles du CAC 40. Les « Merkosy » qui demandent à la population de se serrer la ceinture pour sauver les états endettés, en réalité les banques privées (voir la catastrophe Dexia) sont les complices de la grande hémorragie financière : l’escroquerie nommée dette. Roberto Lavagna, ex ministre des finances argentin en 2002, explique dans Libération du 22 fév. 2012, titré « On préfère sauver les banques que les gens », comment son pays, dans un état aussi catastrophique que la Grèce aujourd’hui, a été sauvé par la décision unilatérale de non remboursement de la dette et le décrochage de la parité peso-dollar. C’est ce que la Grèce fera, j’espère très vite, avant que les désastres ne soient irréparables, et surtout, que les banques du nord aient eu assez de temps pour se désengager, ce à quoi travaille le gouvernement non démocratique Papademos en complicité avec l’Europe du centre.

En second, nous savons que l’énergie à très bas prix – principalement le pétrole – est la base du développement de la société thermodynamique, capitaliste et centralisée qui privatise et marchandise tout. Or ce système est responsable du réchauffement, de la faim et des désastres environnementaux. Jérémie Rifkin, dans « La troisième révolution industrielle » (ed. Les liens qui libèrent) propose une sortie des énergies fossiles. « Grace à l’internet, l’énergie créée sera partagée de la même manière que l’information en ligne aujourd’hui. Quand des millions d’immeubles produiront localement une petite quantité d’énergie, ils pourront vendre au réseau leurs excédents et acheter ce qui leur manque grâce à ce partage coopératif et décentralisé. A long terme, l’énergie deviendra quasi gratuite et l’accès à ces services l’emportera sur la propriété pour devenir le moteur essentiel de l’économie. » Pour ne pas être coresponsable de cette catastrophe, nous devons dès maintenant résister au gâchis de l’énergie dans les transports, les bâtiments passoires et l’hyper consommation de biens matériels.

Pour finir, nous devons comprendre que c’est notre alimentation qui détermine le modèle agricole productiviste dans lequel 70% des terres, souvent à l’autre bout de la planète, sont consacrées à la production de protéines animales, car pour en produire une seule, il faut en moyenne 7-8 protéines végétales. Or, l’agro… industrie-chimie-distribution-spéculation, le plus puissant lobby du monde, est le premier responsable de la destruction de la biodiversité, des forêts, des eaux douces, et surtout de la pauvreté, de la faim et de la dégradation de la santé des peuples. Ainsi le combat pour remplacer les protéines animales par des protéines végétales dans notre alimentation permettrait de casser ce modèle alimentaire consuméro-productiviste responsable de 50% de tous les GES émis. En supprimant la pression sur les terres agricoles dédiées à l’élevage, tel le soja OGM d’Amérique, sur les grandes forêts tropicales, il ferait aussi disparaître la spéculation sur les denrées alimentaires et sur les gigantesques accaparements de terre, créateurs de misère en Afrique plus particulièrement.

La suppression du système dette, la relocalisation, l’agroécologie, la diminution de nos besoins alimentaires et matériels inutiles, la recherche d’autonomie coopérative, le partage et le retour à la gratuité des grands services publics sont des moyens de saper durablement l’assise des piliers en haut desquels dansent nos maîtres.

cadtm.org

Le barrage Belo Monte engloutira-t-il les indiens ?

Le « progrès » semble vouloir nous mener directement vers l’aplanissement culturel. Le fascisme bulldoze toutes les différences, toutes les beautés. 

D’ici quelques dédennies, nous serons une rangée de robots avec un air de Romney… Ou de mendiants cherchant l’eau. Il faudra sans doute défaire ces  « merveilles » du « génie humain » dans moins d’un siècle. Et refaire le cours naturel des fleuves…

La question est celle-ci: jusqu’où nous engloutira-t-on?  

Le développement durable – quelle belle formule! – c’est la guerre durable.  

PAR SOPHIE CHAPELLE (4 SEPTEMBRE 2012)

Ce sera un ouvrage gigantesque, le troisième barrage le plus grand au monde. L’édification du barrage de Belo Monte devrait coûter environ 13 milliards de dollars et satisfaire 11 % des besoins énergétiques du Brésil. Le gouvernement prévoit la mise en service de la première turbine en 2015.

Or, le 15 août dernier, le Tribunal régional fédéral annonce l’arrêt du chantier du barrage, au motif que les indiens n’ont pas été consultés avant le début des travaux. À peine quinze jours plus tard, le 28 août, le Tribunal suprême fédéral suspend le verdict considérant qu’il faut « empêcher des dommages notables et irréparables du patrimoine public, de l’administration, de l’économie et de la politique énergétique brésilienne ». Bref, les populations autochtones demeurent quantité négligeable.

L’impact du barrage géant sur les populations indiennes locales devrait être colossal. Construit sur le rio Xingu, affluent de l’Amazone, ce barrage entraînera l’inondation de 502 kilomètres carrés et générera le déplacement de 20 000 personnes. Si les terres des populations qui vivent à proximité ne seront pas directement inondées, leur mode de vie en sera grandement affecté car elles tirent leur subsistance de la pêche. Les 1,2 milliard de dollars d’investissements prévus par le gouvernement, d’ici à la fin des travaux, pour réduire les impacts négatifs de la construction risquent d’être largement insuffisants.

Regroupées au sein du mouvement Xingu Vivo Para Sempre (« Xingu vivant pour toujours »), les populations affectées ont déclaré qu’ « il n’y aura ni affaiblissement ni trêve dans la lutte pour la vie du fleuve et pour le droit de ses peuples ».

http://www.bastamag.net/article2569.html