Archives quotidiennes : 13-avril-2012

Cat Stevens-Sad Liza

En souvenir de Daniel qui chantait du Cat Stevens

La schizophrénie du chien et de Tintin

Il y a un petit cercle rouge…

*************************************************************************

À chaque fois que l’on parle de la Palestine, on passe dans un « camp ». Tout ce que je vois, c’est de la souffrance. Et il y en a sûrement de « l’autre côté ». Deux souffrances qui se cherchent des coupables… Et à chaque fois qu’on écrit, on est coupable de prendre parti pour … la Palestine.

Mais qui est donc pour la souffrance? Est-elle nécessaire? Pas simple, on le sait. J’imagine que si on tue un enfant devant vous, le vôtre, vous auriez tendance à vouloir vous venger.

Tout ce que je dis est naïf. Ce qui ne l’est pas, ce sont les images que je vois.

Iraq, Palestine, Israël, U.S.A, peu importe.

Je n’avale pas l’idée la « nécessité de la guerre ».  On ne devrait sans doute pas laisser les décisions dans les mains des politiciens.

Jouer aux échecs avec des la chair humaine… On devrait laisser la chair décider d’abattre les pions qui nous mènent.

Une démocratie de bourreaux qui pendent ceux qui tuent chaque jour.

Les nouveaux barbares n’ont pas d’épée. Ils portent une cravate, on un air savant de gourou, et ils ont bien des agenouillés pour se brûler comme des lampions afin de satisfaire ces âmes de paille qui tuent soi-disant par nécessité.

Mais ils ont bonne conscience…

Les fous aussi, aliénés, sont certains des visions qui se bousculent en eux.

Le terme de schizophrénie regroupe de manière générique un ensemble d’affections psycho-cérébrales présentant un noyau commun, mais dites différentes quant à leur présentation et leur évolution.

« Schizophrénie » provient de « schizo » du grec « ??????? » (schizein) signifiant fractionnement et « ???? » (phrèn) désignant l’esprit. C’est donc une « coupure de l’esprit », pas au sens d’une « double personnalité », comme il est parfois entendu, mais au sens d’une perte de contact avec la réalité ou, d’un point de vue psychanalytique, d’un conflit entre le Moi et la réalité.

Group of Bedouin women – Palestine 1880

ÉVOLUTION

Quelques milliers d’années plus tard….

L’Homme éduque…

Oui, l’image n’est pas nouvelle, ni belle à voir.

La question n’est pas de choquer. La question est: Comment en sommes-nous venus là?

*****

Au fond, nous sommes tous devenus des palestino-israéliens sans le savoir. Le siècle des neurones soufflés. Comme le maïs… Divisés. En guerre..

Pop-Cornes… Affûtés. Couteaulisés. Armés jusqu’Adam et Ève.

Méchants, individualiste, implosés de médicaments, et peu importe les pays, pris en charge par l’État dès l’enfance. Peu importe le but, mais les écoles ne parlent pas d’amour. Les écoles parlent de rendement.

Et entre « nous », des piles de paperasse, des téléphones robots – faites le 8, faites le 1, faites le pitre, faites l’étoile…

Distancés, murés, enfermés…

Everyone is an Island!

Les enfants sont sexués à dix ans. Ils sont mannequins à 11, rêvent d’être des vedettes de la chanson ou du net à 12, et commencent à travailler à 28.

Ce qui est étrange, c’est qu’ils peuvent parler à n’importe qui à travers le monde par des réseaux sociaux, gratuitement…

Mais la réalité n’a jamais été aussi lointaine… Aussi « renseignés » qu’ils soient, leur vision est bi-polaire. Il y a le monde du virtuel, devenu réel, et le monde réel, traité comme du virtuel.

Quant aux émotions, elles ne devraient pas exister. Ça fait partie de l’élevage du troupeau des enfants d’un monde « idéal ».

On leur a dit qu’il faut être des cérébraux qui traitent leur « maladie émotive » par un armement de pilules colorées.

C’est l’ère du « c’est dur en dedans », c’est mous dehors…

Mais un jour, je sortirai du dedans pour être heureux en dehors…

À coups de traitements et d’idéologies…

On ne vit plus, on rêve de 0 à 77 ans…

Une vraie bande de dessinés.

Je suis un être humain…

“Je suis un héros quand j’arrive à convaincre une seule personne qu’un être humain a plus de bon que de mauvais en lui.”

Visitez: Carlos Chapman

 

“Je suis un héros quand je fais plaisir à quelqu’un ou quand je suscite un sourire.”

“Je suis un héros lorsque je réussis ce que j’entreprends”.

“Je suis l’acteur principal de ma propre vie et je veux partager ma joie, mon optimisme, mes rêves”.

“Je crois que chaque être humain est un artiste et sa plus grande oeuvre est sa vie.”

Fatigue

Partout, sur chaque continent, dans chaque pays, des gens qui résistent, qui luttent, pour plus de dignité, plus de bouffe, un droit à vivre, à respirer , à gérer leur vie, à être tout simplement heureux dans leur tête et dans leur environnement..pas un pays épargné, certains plus mal en point que d’autres, et partout, partout, ces micros et mégas hiérarchies qui disent non et maintiennent leur pouvoir avec de nouveaux modèles autoritaires sans cesse renouvelés … fatigue de lire toute cette merde planétaire, voir cette immense misère mondiale, toutes ces luttes, ces divisions stériles entre ceux qui n’ont rien et qui se bouffent entre eux en se trompant de cible, toujours cette contrainte exercée par des hommes sur d’autres hommes, la domination , tant d’exploitateurs, si peu de liberté en cette fin de civilisation ….

Le bonheur, ce sourire du coeur manque cruellement à l’appel ces derniers temps…ce n’est pas une crise, c’est une mutation et chacun, j’imagine, la voit selon ses propres chaines et conditionnements …… une chaîne sans fin de souffrance, alimentée par la peur, l’ignorance, le repli sur soi et les divisions … réelles ou comme je m’en aperçois de plus en plus, virtuelles…. perpétuellement conditionnées par le milieu, modelé par des règles, des lois, des principes de morale, avec une partie de l’humain qui devient de moins en moins intelligent au plus on l’écrase selon ce que j’observe sur mon blog…. tant de fatalisme, tant de cynisme, mais qui en bout de compte même rendu là, peu bougent pour se libérer et faire le choix d’être autonome, sans chaînes, et bosser pour ce choix  et préfèrent larmoyer sur le peu de choix qu’ils ont reçu de la part de pouvoir qu’ils haïssent … et la Roue continue de tourner …

C’est nous-mêmes, individuellement, qui avons établi ces autorités, elles n’ont pas surgi à la Vie spontanément. Pendant des siècles, nous n’avons cessé de les établir, et nos esprits ont été mutilés, pervertis par leur influence , conditionnés, manipulés, asservis et divisés.
Ce culte de l’autorité est pour moi la racine suprême de l’exploitation. Remettre son destin et ses choix entre les mains des autres sous prétexte qu’on ne se sent pas capable de faire ses propres choix , c,est de la peur, subtile et constante..peur du frigo vide, de perdre sa job et ses acquis… L’esprit actuel est rendu en esclavage par le milieu qu’il a lui-même créé par son insatiable désir manipulé par d’autres, il en résulte une peur incessante qui est la vôtre… quel marché de dupes pour un carré bétonné de sécurité …

Il est grand temps que le printemps reprenne son droit sur la terre que j’ai choisi et que j’y replonge mes mains et mon esprit … ce n’est pas la chance mais un choix qui m’a conduit ici au bout de ce chemin de terre, et il va être temps d’y remettre mes énergies afin de m’assurer que je peux continuer de vivre ce choix …

Je vois ce matin sur mon compteur en bas à droite qu’on approche du million de visiteurs uniques … Google Analytics me dit que vous avez été 91 298 visiteurs uniques ce mois ( 195 478 visites / 427 530 pages vues) dans le dernier mois … je ne sais pas si ça fait beaucoup de monde, mais en bout de compte, à quoi ça sert si cette énergie n’alimente que du voyeurisme pour visiteurs et ne me sert même plus de soupape personnelle face à ce que j’observe …

Entre les nouvelles que je lis, celles que je vous repasse, les connards qui pensent que la lutte contre le système c’est de troller mon blog et le temps que je passe à alimenter cette gloutonnerie newsphage virtuelle ,  je regarde par la fenêtre et ma seule pensée aujourd’hui est de voir fondre cette foutue neige et de sentir l’odeur de la terre ….

Marc Lafontan, Au bout de la route