Archives quotidiennes : 20-mars-2012

Destruction par marketing

Peut-on sortir de l’ère industrielle ?

J’ai la conviction profonde que ce qu’on appelle humain, c’est la vie technicisée. La forme de vie qui passe par la technique, qu’elle soit du silex taillé ou du silicium, organisée comme aujourd’hui par un microprocesseur ou par autre chose. Dans tous les cas, nous avons affaire à de la forme technique. L’individuation psychique, c’est-à-dire la manière de devenir ce que je suis, l’individuation collective, la manière dont se transforme la société dans laquelle je vis, et l’individuation technique, la manière dont les objets techniques se transforment, sont inséparables. Un homme qui vit sur une planète où il y a un million d’individus n’est pas le même homme que celui qui vit dans une société où il y a sept milliards d’individus. Sept milliards, cela veut dire sept mille fois plus ! Ce sont des facteurs colossaux.

Quand on appréhende les questions dans leur globalité, il est inconcevable de faire face à cette poussée démographique avec des moyens non industriels. Ce n’est pas possible. La question n’est pas de sortir du monde industriel, parce que ça, c’est du vent. Les gens qui disent cela sont des irresponsables ! La question est d’inventer une autre société industrielle, au service de l’humanité et non pas du capital. Des gens ont rêvé de cela. On les appelait des communistes. Marx est le premier philosophe à avoir dit que l’homme est un être technique. Mais Marx et le marxisme, c’est très différent ! Il faut repenser en profondeur, premièrement, qu’est-ce que la technique pour l’être humain ; deuxièmement, sa socialisation ; et troisièmement, le projet d’économie politique qui doit accompagner une industrialisation. Le problème n’est pas l’industrie, mais la manière dont on la gère. Elle est sous l’hégémonie du capitalisme financier.

D’où vient cette hégémonie du capitalisme financier ?

En 1977, au moment du mouvement punk, c’est l’enclenchement d’une catastrophe annoncée. La droite radicale pense : il faut remplacer l’État par le marketing. En 1979, arrivent Thatcher puis Reagan en Grande-Bretagne et aux États-Unis, les conservateurs tirent les conséquences de ce qu’on appelle la désindustrialisation. L’énorme RCA (Radio Corporation of America, ndlr) est rachetée une bouchée de pain par Thomson, l’électronique part au Japon, Thatcher a compris que la grande puissance du Commonwealth touche à sa fin. Donc, pour pallier à la déroute de la puissance industrielle, ils se lancent tous les deux dans la spéculation financière. Tout ce système qui s’est écroulé en 2008 a été mis en place à cette époque, c’est l’école de Chicago. Ils dérèglent tout, les puissances publiques, le système social, et de manière systématique. Ils vont tout dézinguer. La conséquence de tout cela, c’est la destruction des savoirs et une nouvelle prolétarisation généralisée.

Comment s’opère cette destruction des savoirs ?

Les institutions familiales, l’éducation, l’école, les systèmes de soin, la sécurité sociale, les partis politiques, les corps intermédiaires : tous les outils du savoir sont systématiquement détruits, le savoir-faire (les métiers, les techniques), le savoir-vivre (le comportement social, le sens commun), le savoir-penser (la théorisation de nos expériences). Les lieux où se développaient ce que les Grecs et les Romains nommaient la schola. Tout cela a cédé face au goût vers la satisfaction immédiate, à la pulsion infantile égoïste et antisociale. Alors que le désir est le départ d’un investissement social.

Voir l’article au complet

Source: Bastamag 

Le Congo: un gros biscuit pour les « sociétés développées » ….

L’intention cachée des États-Unis en Ouganda, en Afrique centrale et dans la Corne de l’Afrique est la conquête du pétrole et des ressources minérales stratégiques. La poursuite de Joseph Kony et la protection des enfants ougandais ne sont qu’un écran de fumée, un prétexte pour une « intervention humanitaire » dans une région où les « guerres civiles » soutenues par les États-Unis (Soudan, Rwanda, République démocratique du Congo, Somalie, Éthiopie) ont fait plus de huit millions de morts au cours des 20 dernières années :

« Dans une autre manœuvre visant à atteindre l’hégémonie régionale et surpasser la Chine, les États-Unis cherchent à prendre pied par le biais d’AFRICOM dans le bloc incroyablement riche en ressources qu’est l’Afrique centrale. La République démocratique du Congo (RDC) constitue l’une des plus grandes régions du monde privée d’un veritable gouvernement. Elle contient de vastes gisements de diamant, de cobalt, de cuivre, d’uranium, de magnésium et d’étain, en plus de produire plus d’un milliard de dollars d’or annuellement. Il est tout à fait possible pour les États-Unis d’accroître considérablement leur présence en RDC en invoquant le prétexte de vouloir capturer Joseph Kony. (Nile Bowie, Merchandising and Branding Support for US Military Intervention in Central Africa,Global Research, 14 mars 2012.)

Dans une décision récente, le Pentagone confirme l’envoi de Forces spéciales appartenant au Corps des Marines (United States Marine Corps, USMC), pour former des troupes ougandaises non seulement dans la lutte contre Joseph Kony et l’Armée de résistance du Seigneur (Lord’s Resistance Army (LRA)), mais aussi contre Al-Shabaab en Somalie. Joseph Kony est utilisé comme prétexte pour intervenir militairement dans cinq pays africains:

Jusqu’à maintenant, l’unité opérationnelle a déployé de petites équipes dans cinq pays africains, dont certains sont menacés par le groupe terroriste Al-Qaïda au Maghreb islamique, selon un communiqué de presse du Corps des Marines. (Stars and Stripes, 15 mars 2012.)  Source

«Le Congo est un pays aux richesses fabuleuses, rapporte Serge Blais. On y trouve du pétrole, des diamants, de l’or et du cuivre en grande quantité, ainsi que du cobalt et des métaux précieux, qu’on utilise dans les nouvelles technologies. On y trouve également la deuxième plus grande forêt tropicale au monde (après celle d’Amazonie), ainsi que le deuxième plus grand fleuve (en matière de débit), ce qui procure une richesse en agriculture et en hydraulique. On dit même que si on mettait à profit le potentiel hydroélectrique du Congo, on pourrait électrifier toute l’Afrique! Mais, aussi, le Congo se classe bon dernier selon l’indice de développement humain. Ce pays est donc un immense paradoxe, puisqu’il recèle des richesses fabuleuses, mais aussi une pauvreté épouvantable.»

Serge Blais est chargé de programmes pour la République démocratique du Congo pour le compte de Développement et paix, l’organisme officiel de solidarité internationale de l’Église catholique du Canada. Il a vécu cinq ans au Congo et il y retourne trois ou quatre fois par année afin de superviser les projets que finance son ONG. «Développement et paix est une organisation de solidarité avec les populations qui cherchent à résoudre leurs problèmes, dit-il. Sauf exception, nous n’avons pas de coopérants sur le terrain, nous venons plutôt en appui direct aux populations qui s’organisent sur place.» L’ONG récolte des fonds au Canada pour financer des initiatives conçues et mises en oeuvre par des organisations locales en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

Les conséquences d’un État faible

Ce pays d’Afrique centrale est une fois et demie plus vaste que le Québec et compte dix fois plus d’habitants. C’est le quatrième pays le plus peuplé d’Afri-que, et le plus peuplé de la francophonie. Depuis son accession à l’indépendance en 1960, cet ancien Congo belge s’est successivement appelé Congo-Léopoldville puis Congo-Kinshasa (pour le différencier du Congo-Brazzaville voisin), puis Zaïre jusqu’en 1997. Il est désormais appelé République démocratique du Congo (RDC) ou RD Congo, ou tout simplement Congo. Cette succession de noms illustre l’histoire tourmentée qu’a connue ce pays. Et cette République démocratique n’a rien de démocratique, puisqu’elle est aux mains d’une multitude de brigands.

«Le pays souffre d’une forme d’exploitation qui frise le banditisme», résume Serge Blais. En plus de nos multinationales qui s’en mettent plein les poches, le Congo est aux mains de bandes armées qui contrôlent des portions du pays. «On pourrait dire que ça ressemble au Far West du XIXe siècle, dit-il. C’est-à-dire qu’en l’absence d’un État capable d’assurer le respect des lois sur son territoire, des aventuriers de toutes sortes y sévissent, souvent avec la complicité des dirigeants du pays.»

Ces dernières années, un nouveau joueur s’est ajouté: la Chine, qui investit massivement dans ce pays aux mille richesses. Or, estime M. Blais, le fait que les Chinois sont maintenant présents «ne fait aucune différence». Comme au temps des colonies, «la « métropole » vient chercher les ressources dont elle a besoin pour se développer, dit-il. Le Congo demeure une source de ressources qui sont mises en valeur par d’autres, que ce soient les Européens, les Canadiens, et maintenant les Chinois et les Indiens.»

Victime de guerres civiles à n’en plus finir, on estime qu’au cours des quinze dernières années, de cinq à six millions de Congolais sont morts — soit presque autant que la population du Québec, et le dixième de celle du Congo. Le pays est en outre en proie à une corruption systémique de la part des fonctionnaires de l’État, des policiers et de l’armée. «Ceux-ci ne sont pas payés ou si peu, explique Serge Blais, ce qui fait qu’ils se servent à même la population. C’est ainsi que lorsque le maïs vient à maturité dans les champs, les militaires viennent le voler, ou ils font des barrages sur les routes, ou inventent de fausses taxes dans les marchés… Ils agissent ainsi souvent pour une question de survie, pour nourrir leur propre famille. Mais cela a pour effet de décourager toute population qui tente de s’en sortir.» Source , Le Devoir 

Une vieille « histoire »…. 2006.

Gaëtan Pelletier

Autre article: L’Afrique et le redéploiement militaire des U.S.A

Le hold-up historique

Internationalnews

Conférence donnée par Myret Zaki et Etienne Chouard le 17 février 2012 à Genève

« Cette crise n’en est pas une. Tout se passe comme prévu. La tenaille de la dette s’est construite selon un mode opératoire qui a été longuement rodé dans les pays du Tiers Monde avant de s’appliquer aujourd’hui dans les pays riches ». La loi Pompidou Giscard a interdit à l’Etat français de créer la monnaie pour l’obliger à emprunter aux marché financiers, ce qui nous a entraînés dans la spirale de la dette.

« Notre constitution ne nous donne aucun droit, sinon de choisir nos maitres ». Ces maitres ne sont pas choisis par nous, mais par les plus riches. »

« Les financiers n’influencent pas le gouvernement, mais SONT le gouvernement »

« L’impuissance des peuples est programmée ».

« L’article 123 du traité de Lisbonne asservit les Etats aux marchés financiers » E.Chouard

Étienne Chouard, professeur d’Économie-Gestion à Marseille, chercheur indépendant, «Enjeux pour le peuple du contrôle public de l’État et de la banque».

Myret Zaki, rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan, «L’État, otage du secteur financier»

Modération par Fabio Lo Verso de La Cité

Très important à partir de la 37′

VERSION « ENRICHIE » DE LA CONFERENCE PREMIERE PARTIE DISPONIBLE ICI: vimeo.com

Source

___________________________

Goldman Sachs: le Saigneur des Agneaux

La mort de Ben Laden immortalisées en figurine

Traduction Google

Un superbe produit de la Chine.

avant

Aujourd’hui marque le 10e anniversaire de 9/11. Nous nous souvenons de ce jour, et nous ne l’oublierai jamais. Le 1 er mai 2011, le président Barack Obama a fait une annonce que la force de l’armée américaine a tué Oussama ben Laden au Pakistan. La toute l’Amérique applaudi. Ainsi, avec succès rencontré, mission accomplie, et de la justice qui a été fait, les Américains devraient méritent quelque chose à célébrer la mort d’Oussama. C’est ça, la « Obama tuer Oussama » figurine. Le voir en action après la pause.

Vous pouvez demander, pourquoi il n’y a pas de vue nouvelle figurine de nous récemment.Eh bien, nos plans ont été changés en raison de la mort de Oussama ben Laden . Pour ce derniers mois, nous avons consacré beaucoup de notre temps à travailler sur le projet OKO.Qu’est-ce que c’est? Eh bien, si vous êtes à la recherche d’un moyen idéal pour rendre un hommage au 10ème anniversaire de 9/11, nous avons un chiffre très réaliste « Obama tuer Oussama » l’action.

IN001Geezuss. C’est, sans aucun doute, la meilleure figurine pour les Américains. Il est d’environ 20 cm de haut.

IN002La tete de foi du président Barack Obama est spécialement peinte à la main. : P

in003Sérieusement, le niveau de détail dans cette chose est tout simplement incroyable. Le président Obama est habillé dans son costume familier.

IN004Voir à ce que BlackBerry attaché à sa ceinture? C’est probablement son gadget le plus aimé.

in005Président doit porter brillants souliers vernis! Où sont vos chaussures de golf, monsieur?

in006Il a dû Shoot Shoot Osama avec quelque chose, non? Apportez le long d’un fusil d’assaut!

IN007De munitions?

IN008Seuls deux piles de trésorerie laissé dans la mallette … pourrait les Etats-Unis perdre son statut de leader mondial dans le port sûr pour les investisseurs mondiaux? Ce jour du pays comme un investissement notés AAA peuvent être numérotés. Même Apple est plus riche quele gouvernement des États-Unis …

in009Wow. La figurine est livré avec un socle de l’écran panoramique. Belle peinture!

in010Si seulement Oussama était ce drôle quand il était vivant, alors tout le monde aurait été content … Allez, je suis sûr qu’il regarde super-duper horrible quand il était mort.

in011Quoi de mieux que Oussama ben Laden à plat avec un headshot et tire la langue? C’est ce que j’appelle la justice!

IN012Il ressemble à … un zombie.

in013Pensez-vous qu’il était pieds nus, ou était une sorte d’Oussama bascule de type?

IN014Vous pourrir en enfer!

IN015Justice a été rendue!

in016Pour faire du chiffre encore plus amusant de jouer avec, 3 cartes bulle sont livrés avec elle.

<min017C’est ainsi que vous attachez les bulles à la figure.

in018Cool hein? Le niveau de détail dans ce chiffre est totalement génial, surtout le visage. Le regard mort maladroit d’Oussama ben Laden est notre favori, mais nous nous attendons à un coup d’oeil plus horrible, peut-être montrer son crâne avec une mare de sang sera génial. Le regard stoïque héroïque du président Obama est waaay trop beau, et nous pensons qu’il pourrait être de Captain America! Dans l’ensemble, nous sommes vraiment fiers des artisans pour la création de cette figurine fantastique. Sculpter le Bien et le travail de peinture à l’articulation d’habitude que nous avons tous en droit d’attendre et d’amour à propos de ces jouets. Donc, si vous êtes intéressé à acheter cette figurine OKO, n’hésitez pas à visiter le magasin MIC et obtenir un épuisement des stocks ! Le prix est 129 $ pour une personne, frais de port non inclus. S’il vous plaît prendre note que le transport maritime peut prendre 2-3 semaines depuis magasin MIC ne souhaite pas se précipiter ses artisans afin de maintenir la norme de fabrication de l’article ce collectionneurs. Une dernière chose, il est en édition limitée (seulement 500 ensembles ) et il ya une limite de commande: un par client.

En fait, nous aimons l’idée d’immortaliser PDG technologie en figurines. Le SteveDoll etZuckerDoll nous avions présenté plus tôt sont devenus des objets de collection aujourd’hui, puisque nous avons cessé la vente après que nous ayons reçu des lettres C et D de cabinets d’avocats représentant Apple et Facebook. Assez triste hein? Nous avons décidé de passer à d’autres chefs de la direction immortaliser haute technologie tels que Steve.W, Steve.B, et Bill.G, cependant, la mort d’Oussama ben Laden retardé nos projets.

Last but not least, pour ceux qui ont perdu leurs proches sur les 9/11, mes condoléances les plus profondes et authentiques avec vous tous.