Archives quotidiennes : 3-février-2012

Cream- Sunshine of Your Love

DARWIN ET LES COW-BOYS

Déjà un peu évolué...

Déjà un peu évolué...

C’est un professeur d’études islamiques, Seyyed Hossein Nasr, qui a peut-être le mieux résumé l’enjeu de l’offensive créationniste en observant: «La théorie de l’évolution est le piquet de la tente de la modernité. Si elle tombait, toute la tente s’écroulerait sur la tête de la modernité.» (dans Science) La Presse, Mario Roy

 

Il est bien possible que l’Homme descende du singe. Toute la science est une série de copier-coller avec un nouveau fragment chromosomique : la vanité et la foi sans trop d’imagination ni d’ouverture d’esprits.

Mais le singe, pour en arriver là, devait être une guenon violée par un E.T. d’une grande intelligence… Il voulut connaître le mélange des émotions et du savoir.

La preuve la plus flagrante… Le banana-split

Ovni à bananes...

Ovni à bananes...

La banane et le vaisseau réunis. Inconsciemment, des millénaires plus tard, ce velu grisé de la matière, avait enfanté le prolongement de deux idées dormantes au fin fond de son cerveau.

Pendant des millénaires, ce demi-singe parlant, mais sans Blackberry, n’avait inventé que l’arc et la flèche. Ce qu’il avait fait de mieux… à part accrocher une pierre tailler à un bout de bois pour la guerre.

Cette invention est due au hasard : c’est en voyant un ami accroché à une liane, propulsé dans les airs  que surgit l’idée.

Et Dieu ?

Qu’on commence par le singe ou Georges W. Bush, ou le perce-oreille d’Ottawa, la palette de «Dieu» est énorme.

Ce qui m’étonne le plus c’est le premier homme qui a eu l’idée de tirer sur les pis d’une vache pour en voler le lait. Encore là, il n’eut pas l’idée de le pasteuriser…

Sa descendance – des banquiers, eurent eux aussi l’idée de mettre un prix sur une chose. Le troc était devenu fatiguant…

Arriva le plus grand singe de l’Histoire : celui qui décida d’engager quelqu’un pour tirer trois vaches.

Il le renvoya le lendemain en trouva un qui pouvait tirer quatre vaches en une heure.

Puis l’autre qui arriva un peu plus tard acheta et les hommes et les vaches et forma une compagnie : Cow-boy. Un mélange de la vache et du garçon de trait.

C’est bien le premier singe qui se questionna ce qu’il arrivait après la vie si jamais une pierre bien taillée lui fendait le crâne.

Les vendeurs de drogues se pointèrent.

L’invention de la roue propulsa toute cette fourmilière d’empotés visqueux jusqu’à la chaîne de montage.

Il passa de la grotte à Hollywood.

Puis tourna un film d’après le roman de Pierre Boulle : La planète des singes.

La cravate de soie termina ce chef d’œuvre de «Dieu» : si c’est à l’image de Dieu, alors Dieu est un bandit avec un troupeau de brebis.

Et les clercs se font distribuer des boutons d’or pour construire les clôtures.

Finalement, toute l’histoire se termine bien : les singes s’en vont dans les paradis fiscaux après avoir arraché la peau des petits propriétaires et épargnant.

Tout ça concentré dans une petite boule d’eau flottant dans l’espace.

«Que l’environnement change l’expression des gènes est exceptionnellement important étant donnée la condition très déséquilibrée de notre environnement!» – Janice Bailey, département des sciences animales de l’Université Laval

Me demande qui est déséquilibré dans tout ça.

Alors ni Dieu ni Darwin n’ont existé…

C’est pour ça qu’on est devenus crétinement vert en ne pouvant même plus jeter son dévolu…