Prescrire ou guérir ? Le tabou qui tue

Si Big Pharma contrôlait l’industrie  automobile…

1.            Une intermédiaire coûterait plus de 2 millions $CA, avec une marge de profit de 15 000%

2.            La même voiture se vendrait au Mexique pour moins de 5 mille dollars.

3.            Les démarcheurs des grands manufacturiers inciteraient le Canada à intensifier le contrôle et la surveillance, sinon la répression, des vélos, des trains, des avions, des autobus, des gymnases, des souliers de marche, des métros. ( Source )

Croyez-vous ? J’ai cru… Mais cette histoire de H1 N1 l’an dernier m’a fait douter… Un milliard c’est beaucoup de fric et n’a-t-on pas été un peu beaucoup complaisant avec médecins, pharmaciens, tous ces hommes en blanc bien plus présents que les hommes en noir de sinistre légende ? Alors, mes cousins chéris, j’ai une petite nouvelle pour vous : il y a au moins un dossier qu’on traite au Québec avec plus d’insolence que chez-vous… Celui de la santé.

Comme je viens souvent m’abreuver aux mamelles de la mère-patrie dont Avox est l’appétissant mamelon, je crois juste et bon de vous faire partager quelques indices qui nous arrivent de toute part et nous inquiètent. Le plus grave des non-dits, le pire tabou dans notre société, celui qui tue, n’est-il pas celui qui nous laisse croire que toutes ces pilules et ces vaccins qui ont fait de la Sécu la plus menacée des baleines ne nous font toujours que du bien ?

Il y a quelques mois, une petite fissure dans la digue. Pas un vandale qui vient détruire, un vrai médecin qui s’nterroge : est-ce que le client en a vraiment pour son argent ? Puis c’est une autre question qui se pose : ce client qui devrait d’abord être un patient, est- ce qu’on le suit vraiment d’assez près quand on a accompli le rituel de le médicamenter ? Encore une fois, c’est un médecin qui parle…

En septembre, c’est un petit coup d’épingle sur ce que font les pharmaceutiques. On s’en doutait, mais un peu navrant, tout de même… En octobre, c’est l’acharnement préventif, le futur ’humain » de la médecine moderne qui est sur la table, opéré à coeur ouvert.

Tout ça sans méchanceté, sans vitriol, quelques remarques constructives entre professionnels animés d’un même idéal… Là où j’ai vraiment débarqué du char triomphal de la médecine salvatrice, c’est il y a deux semaines, quand j’ai appris qu’au Canada on mettait à mal les organismes chargés de contrôler ce que le système fait et vend aux consommateurs-patients.

Je n’ai pas été rassuré ni consolé d’apprendre qu’on lui faisait la même chose en Angleterre. En France aussi, avec cette odeur de soufre qui se dégage d’une possible connivence entre le fabricant SERVIER du produit Mediator contre l’obésité et l’AFSSAPS. Une bavure qui s’est prolongée 33 ans et dont on soupçonne que sont décédé des centaines de patients, par lésions parfois fatales aux valvules cardiaques…

Je n’ai rien vu ici sur le sujet. J’ai jugé qu’il valait la peine d’en parler… Voyez-moi comme le cousin prodigue qui revient….

Pour chapeauter tout ça, si la vie vous intéresse et que les tabous vous ennuient un peu, il y a le livre-phare de Hadler, récemment traduit en Français par Fernand Turcotte M.D, qui parle des maladies de l’Inquiétudes … ou comment gagner sa vie et vous faire perdre la vôtre en vous faisant très peur… Hadler n’est pas un rigolo. Turcotte n’est pas un inconnu en France (Prix du livre 2007 attribué par le périodique français Prescrire)  !

Il faudrait peut-être qu’on méfie un peu plus de ceux qui pensent qu’il vaut mieux prescrire que guérir…

Pierre JC Allard

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.