Archives quotidiennes : 1-octobre-2011

Le mystère de la corde à linge

Quand j’étais petit, je voulais devenir grand. Tout simplement parce que les grands avaient l’air de tout savoir. Mais  quand ils regardent, tout est compliqué. Ils s’inquiètent de ce qu’ils voient. En aveugles… Alors, je me suis mis à taper ce que j’avais en dedans. Tous les textes que j’écoutais. Et j’écoutais à longueur de journée avec des oreilles plus grandes que les panneaux de grange de mon grand-père.

C’est assez étrange cette « idée » de « réalité ».

Il n’y a rien de plus solide que les enfants. Eux, regardent la corde à linge. Les adultes sont occupés à se demander si elle va tenir le coup, si les saletés provenant de la voie ferrée ne vont pas éclabousser le blanc. Et tout l’après… Il faudra recommencer.

Ils sont inquiets.

On dirait qu’ils marchent sur une corde à linge. Et plus ils avancent dans la vie, plus la corde à linge s’effiloche. Leur plancher en a pris un coup. Ils sont sur la corde raide.

Quand on est enfant, on regarde derrière la clôture  les choses, les couleurs, les mouvements, les formes, les ombres, les lumières.

Puis on entend crier : « Vient manger! ».

Oui, on a faim. Mais on s’attarde et on arrive en retard. Parce que sans doute, on mange la vie des yeux pendant que les adultes se font manger par la vie.

Ce doit être pour ça qu’ils arrivent à la fin avec des séquelles. On dirait que tous les trains leurs sont passés sur le corps.

Il y a des jours, comme ça, où je décide de ne plus être adulte. Je laisse tout, je pars, et je photographie des cordes à linge. Comme s’il fallait retrouver le plancher des vaches d’un temps sans temps.

Je m’aime quand je n’achète pas le bonheur de quelqu’un d’autre. Mais on a tendance a les acheter les bonheurs. On s’en fait copier-coller.

C’est comme ça que j’ai compris le mystère des cordes à linge…

Il n’y a pas plus heureux qu’un drap qui se balance au vent. C’est ce qui chicote les adultes : ils craignent que les draps se tordent, se salissent du fait qu’ils sont simplement accrochés. Ça les inquiète. Et pendant qu’ils sont inquiets, ils ne voient plus rien.

Le drap blanc a voilé leurs yeux.

Aveugles.

Tout être humain est une sorte de drap blanc qui danse dans le vent, au gré des températures, et du reste…

Comme les enfants.

Oui, nous sommes tous accrochés… Et dangereusement accrochés.

Mais si on tombe, ça ne signifie pas la fin du drap blanc.

Ça veut seulement dire qu’on est des enfants derrière une clôture et que les draps, quand ils tombent, ne meurent pas.

Faudrait un peu savoir qu’on a les pieds à la même hauteur que les draps…

Et ne jamais oublier de se frotter les yeux…

Sinon, nous risquons de devenir aveugles.

Il y a tellement de chiens qui se veulent de nous guider.

Les tueurs payés…

Clifford Olson. Meurtre d’au moins 11 enfants. Pension en prison: 1100$ par mois.

GWB: À partir de juin 2003, des attentats terroristes sont commis contre les forces militaires américaines puis contre les civils irakiens sans distinction ainsi que des prises d’otages.

Pour l’éditorialiste du Monde, si « depuis le 11 septembre 2001, les États-Unis n’ont pas connu d’attentat sur leur sol, ce résultat voisine avec une interminable liste d’échecs » comme la guerre d’Irak, les mensonges sur les armes de destruction massive, la torture dans les prisons d’Abou Ghraib et de Guantanamo, les vols secrets de la CIA, la non capture de Ben Laden, la montée de l’antiaméricanisme dans le monde et le radicalisme islamiste [97].

http://fr.wikipedia.org/wiki/George_W._Bush

Pension: ND ( non dévoilée).

Durant la Guerre civile américaine, Morgan s’investit dans la vente d’armes, achetant des fusils obsolètes à l’armée avant de les faire remettre en état, puis de les revendre à l’armée beaucoup plus cher. Cependant, de telles armes sont défectueuses et un scandale éclate. Le gouvernement refuse de payer Morgan, qui doit le poursuivre à deux reprises[6]. Comme beaucoup de gens riches de l’époque, Morgan échappe à l’engagement militaire en payant 300 dollars de compensation[7].

JP Morgan, avait inventé une fausse rumeur de crise économique au début des années 1907, ce qui lui avait permis le rachat de plusieurs milliers de banques aux États-Unis, et ce, en raison du vent de panique que ça avait provoqué. Autour de 1907, la valeur de leur actif était d’environ 1.3 milliard de dollars (près de 6 milliards en dollars des années 2000). En 2007, on estimait cet actif à 2000 milliards ( 2 trillions de dollars ). En 2008, la crise est très profitable à JP Morgan qui rachète des banques à faible coût. Cette thérapie de choc est utilisée dans un contexte de crise déjà latente, et on se rend compte aussi que des actions précises sont mises en place pour renforcer l’idée d’une crise, pour forcer ce qu’on appelle les « ajustements structurels » où on applique l’idéologie néolibérale de manière très brutale.

http://www.voir.ca/blogs/pierre_bellefeuille/archive/2009/01/08/recherches-sur-la-crise-financi-232-re.aspx

Aux USA, les Rockefeller et leurs camarades requins de la finance ont commencé un programme à long terme pour achever l’asservissement des étasuniens. Ils ont tranquillement et systématiquement gagné le contrôle des médias, des compagnies d’édition de manuels scolaires et, en disséminant leur richesse libéralement et stratégiquement, ils on été capables de dénaturer l’éducation.

Leur plus grand travail d’escroc a été de promouvoir les soi-disant sciences économiques. Leurs soi-disant sciences économiques est la technique de conduite des esclaves babyloniens. C’est essentiellement un mécanisme de pillage de l’argent des gens. Par exemple, les étasuniens ont eu un certain mantra seriné dans la tête presque constamment pendant des décennies : le gouvernement est mauvais, les affaires sont bonnes. Penser à ça : le gouvernement représente le peuple, les affaires représentent les riches. Maximiser la valeur de l’actionnariat signifie accroître le tribut des paiements à la classe dirigeante des esclaves. Les revenus de la classe moyenne ont été rabaissés et les deux parents d’une famille sont forcés de travailler afin de maximiser le tribut des masses. Ça force aussi les parents à envoyer leurs enfants dans les établissements communaux de lavage de cerveau à un âge plus jeune et plus réceptif.

Un grand tournant dans l’asservissement des étasuniens a été la diffusion de La Guerre des Mondes en 1938. Ce qu’ils en ont appris est que si les gens croient en une invasion d’aliens de l’espace légitimée par une pièce radiophonique, ils peuvent être incités à croire pratiquement n’importe quoi. L’âge de la télévision est devenu l’âge du lavage de cerveau des masses. Quelques libérateurs potentiels, comme John F. Kennedy et Martin Luther King, ont été assassinés afin d’empêcher que les étasuniens regagnent leur liberté.

Aujourd’hui l’empire des conducteurs d’esclaves babyloniens est menacé comme jamais avant. Tout d’abord, les grandes masses humaines se sont libérées d’une forme d’esclavage maçonnique connue sous le nom de colonialisme. Ces gens ont alors commencé à gagner le pouvoir économique et intellectuel. La plus grande menace est maintenant la montée de la Chine et de l’Inde.

http://www.alterinfo.net/L-histoire-Illuminati-Comment-furent-asservis-les-peuples-celtiques-par-les-tyrans-babyloniens_a9882.html