Archives quotidiennes : 10-juin-2010

LA LITIÈRE DE NOS ÉLUS

Si les honneurs purs n’étaient achetés qu’au
prix du mérite, que de gens qui sont nus seraient
couverts, que de gens qui commandent seraient
commandés. »
Le Marchand de Venise ( W.Shakespeare )

Le salaire des élus

On se plaint tous des salaires des élus. Un  ministre – au Québec – gagne environ 150,000$.

Là où le bât fait bobo, c’est au niveau des frais liés aux tâches. Il y a une certaine désinvolture masquée  dans les choix de ces dépenses dites reliées au travail.

Comme le visionnement de films pornos…

Le beurre du salaire

Jacki Smith, la ministre de l’Intérieur (GB),  une dame intransigeante a réclamé des frais  de remboursement pour des films pornos visionnés par son mari.

Elle plaide l’inadvertance. Elle a payé ses frais de télévision… Point.

La même ministre aurait aussi touché 116, 000 livres d’indemnité logement au titre d’un logement secondaire, car elle avait déclaré comme résidence principale, le logement de sa sœur !

Son mari est également un de ses employés.

Pendant qu’elle est partie, il visionne des films. Pas tous 3 X, mais enfin!…

Elle affirme  qu’elle va tout rembourser.

Son mari n’a qu’à se brancher à un peer-to-peer. C’est gratuit, et on ne risque même pas d’être poursuivi. Du moins, pas pour le moment…

La culture des Élisabeth au Canada

Étant donné que nous avons hérité du système britannique, nous avons 10 provinces et dans chaque province il y a un ou une représentante de la reine : les lieutenants-gouverneurs. Et pour le pays, un autre : ce qui nous fait onze rois ou reines.

Pour les dépenses reliées aux fonctions, nous avons bien plus que des films pornos.

Et la fonction en est une de cosmétique.  On ne sait pas trop à quoi sert cette «fonction» sauf celle de représenter la monarchie. Les vedettes de cinéma sont payées grassement pour des pubs à dérider les visages mollassons. Les ersatz de la monarchie s’empiffrent de nos sueurs.

On est redevenus des terriens au service de majestés. Les sillons de nos terres sont des rides dans lesquelles nous fertilisons leur fortune.

On cultive les Élisabeth comme des oignons. Et ça nous fait brailler à chaque fois qu’on en voit une. La monarchie c’est comme la pelure d’une pelure d’une pelure.

Voici un exemple de dépenses que l’on a reproché à notre représentante de la monarchie, au Québec seulement. Le règne de Mme Thibault :

L’enquête de Mme Fraser observe que de 1997 à 2007, Mme Thibault a utilisé 239 000 $ à des fins personnelles. Par exemple, les fonds publics ont payé une facture de 4000 $ pour souligner l’anniversaire d’un membre de la famille de Mme Thibault. Deux repas privés à Québec ont coûté 2800 $. Un voyage de pêche a représenté une dépense de 3700 $ de fonds publics. Des séjours en Ontario ou au Nouveau-Brunswick, sans activités officielles, ont coûté respectivement 2300 $ et 1600 $ -ce dernier périple s’est résumé à un voyage de golf.

Mme Thibault a bénéficié de plusieurs séjours à l’hôtel, une fois cinq nuits, une autre fois quatre, au mont Tremblant par exemple, sans que cela soit lié à ses fonctions. Chacun de ces séjours a coûté plus de 2000 $. On a aussi retrouvé des remboursements de repas sans justification pour 14 000 $, une réception sans objet, pour 4500 $ et un versement direct de 3500 $ à Mme Thibault sans explications. Denis Lessard, La Presse

Le salaire des figurants

La représentante de la reine  nous aurait coûté près de 10 millions de dollars en dix ans.

Ce qui équivaut au salaire d’environ 200 soudeurs travaillant sur une période de 10 ans. Ou de 400 plongeurs de restaurants.  Des gens qui produisent quelque chose…

Il y a de quoi se  questionner sur le «cosmétisme» du rôle de  reine, cette espèce de cintre à bijoux.

La parade des chapeaux nous coûte cher.

Sans compter que ça finit par faire des princes et des princesses. Comme dirait Benoît VI : «Il y a des condoms qui se perdent».

C’est l’envers du monde du cinéma : les figurants gagnent plus cher que les vedettes.

Si c’était un de  nous l’élu?

On serait tentés de faire comme eux. Chacun son choix, chacun-pour-soi.

Je passerais mes dépenses de la manière suivante :

– La collection de films de Charlie Chaplin

–  Une horloge du Titanic

–  Une petite culotte de Janis Joplin

– Une sculpture de Michael Jackson fabriquée par un Inuit

– Une paire de pantoufles «Obama» tricotée au noir par une Mexicaine

– Un Messerschmitt B-109.

–  Une litière à chats.

Pourquoi la litière à chats?

Nous  avons deux matous  qui coûtent très cher : ça mange comme des princes et ça se promène partout dans la maison, fiers et altiers.

Mais  quand ils vont au petit coin, le bouquet d’effluves n’est pas toujours royal.

De sorte que nous leur avons acheté la meilleure litière qui soit : couvercle fermé.

Et plus je la regarde, cette satanée litière,  plus je lui trouve des airs de parlement…

Sauf qu’elle est payée…