Archives quotidiennes : 9-mars-2010

LA DÉMOCRATIE JELL-0

Gelatin (US spelling) or gelatine (British spelling) (used to make Jell-o and other desserts) is made from the boiled bones, skins and tendons of animals. Gelatin can be made with fish bones, pork and/or beef skins. Gelatin is meat, bone, skin, hoof, or any other part/derivative. » Wikipedia.org

La grappe de raisin productrice de vinaigre

Au temps où tout va vite, la chambre ralentit. Les parlementaires ont choisi d’être des grappes de raisins. Ce qui donne l’actuelle démocratie : deux saveurs de jello qui se combattent de bagatelles.

Il fut un temps où on payait des filles moitié nues pour se battre dans la boue.

C’est ça que sont devenues les parlementaires : des gens qui luttent dans la boue.

Alors, on vit dans une décennie – voire plus – de résultat jell-o, comme dans gel 0.

Rien ne se passe, rien ne se crée.

L’apesanteur babillarde. Dans les combats de coqs les plumes volent. Et ce sont les seules choses qui volent.

Pas de plomb.

Pas de nouveau.

Pas de solide.

Rien que de la couleur qui branle dans le plat. Et le peuple comme le politicien mangent du même plat. Voire de la couleur…

Les sessions McDo : un parc pour digérer

Le citoyen ne demande pas aux politiciens d’effacer les taxes, de réduire l’impôt : il lui demande une certaine poigne. Mais dans leur lutte fratricide, les pauvres ont l’air à genoux. La vanité est la friandise de l’âme. Nos enfants sont accrocs… McDo a ses parcs pour enfants. Le pays aussi : le parlement.

Ils n’ont plus rien dans le ventre.

C’est malheureux.

Ils veulent le pouvoir. On ne sait trop pourquoi. À se demander si leur égo est plus grand que le pays. Ils n’ont pas de profondeur ; ils n’ont que l’apparence.

La démocratie est comme un mannequin qui voudrait rester mince en se faisant vomir. Les partis politiques sont prêts à vomir pour nous soulever le cœur et faire battre le leur.

Comme dans le film The Wrestler.

Les colons du débile et du crédit

Pendant qu’on débat en formule 18ième siècle, les affaires et les roulements de l’économie se sont mises à l’électronique.

Pendant qu’on babille, la fonction publique et ses hyènes qui avalent l’argent du peuple, pataugent dans leurs vieux discours, leur appareillage désuet. Les solutions sont veillottes, obsolètes : retrousser une crise économique par des travaux d’infrastructures c’est comme mettre le pilote automatique d’un bateau qui s’en va vers un rocher.

Les seules solutions «pratiques» sont des injections monétaires. Comme si l’argent réglait tout. Elle ne règle pas la vie. Et le citoyen veut vivre, pas compter.

En fait, l’État aurait besoin de se refaire avec des idées et des réalisations. Et pour ce faire elle a besoin d’analyser ce patient en phase terminale. Donnez de l’argent tant que vous voudrez aux soignants, le malade ne vivra pas longtemps. D’autant qu’il est amoché par le monde du travail fripé comme un hippopotame : on ne respecte plus le travailleur. On l’use et on le recycle. C’est une mode.

APC de la démocratie : une solution au plus crisse

Il y a longtemps que la démocratie n’existe plus. Quand une poignée d’hommes et de femmes sont manipulés par une poignée de fer monétaire… Rien à faire. Ni rien à défaire.

Le Jell-o est un dessert fabriqué d’une panoplie de produits soudés. Il faudra déstructurer cet amas de matières affectés, en faire une refonte.

L’apparence et l’esthétique ne font pas bon ménage ; c’est le ménage qui devrait être fait.

Si le politicien ne représente plus le peuple, il faudra que le peuple entre au parlement par une autre porte que le X.

On ne peut plus se passer de l’aspect pratique quant à la réalisation d’une société.

Entrer par la porte d’un      Jury Team est peut-être un premier pas.

Si les politiciens ont du temps à nous faire perdre, pas nous.

_______________________________

Jury Team Le peuple ne se reconnait pas dans les partis politiques ? On va créer un parti – JURY TEAM – qui n’aura pas d’autre programme que de faire élire des députés indépendants, lesquels sortiront directement du peuple. Ils en connaissent les aspirations. Ils brasseront la cage dans le sens de ce que le monde veut et de ce que la situation exige. Plus de députés inféodés à des partis politiques : des députés sans allégeance…Pierre JC Allard.

Cyberpresse et la crasse autour du bain

Nul besoin d’attaquer les tours d’un WTC pour détruire un pays… Il suffit de quelques gamins, assez grands pour bien parler, mais assez petits de l’esprit pour trouver du plaisir à lancer des pierres dans les vitres.

On casse tout…

Sur un billet du blogue de Patrick Lagacé, le détournement en mineurs s’est fait, tout insidieux, hors propos.

Les États-Unis, pudique pays

Une petite infiltration terroriste…

Le tout a commencé par une simple phrase contenant le mot :

jean41

5 mars 2010
13h58

Ce n’est pas de la pudeur…c’est du pur pharisianime…mieux des sépulcres blanchis.

En fait, c’est anodin. Ce n’est qu’un mot tiré de la bible. Est-il précis? Tout le monde s’entend sur le sens du mot. Sauf deux : Honorable et Respectable

honorable

5 mars 2010
14h40

jean41: bien que dans le dictionnaire, le mot “pharisaisme” est très vieillot et fort insultant, car les pharisiens sont les ancêtres spirituels de tous les Juifs. Ce mot dérive du temps où l’église catholique était antisémite ou en polémique ouverte avec le judaisme; tous les moyens rhétoriques possibles étaient utilisés pour dénigrer le judaisme. D’où l’invention du mot “pharisaisme” qui, antisémitisme oblige, puis ignorance oblige, dure encore.

Il me semble que nous devrions nous comporter un peu plus en adulte et évoluer au delà de la mentalité de l’an 500.

Peut-être remplacer “du pur pharisaisme” par “du pur fondamentalisme”, puisque, en fait, il y a des chrétiens fondamentalistes aux USA…

respectable

5 mars 2010
15h46

>>>c’est du pur pharisianime….

pharisien, nom
Féminin ienne.
Sens 1 Membre d’une secte juive d’Israël [Histoire].
___
Et l’utilisation du terme pharisien est antisémite et devrait être interdit.

Il s’ensuit alors une discussion corsée. Vous irez lire les commentaires…

Je vous épargne le reste..

La « modération » cyberpresse

On peut comprendre qu’un blogueur comme Patrick Lagacé n’ait pas le temps de modérer les propos des blogueurs. Il doit donc y avoir sur cyberpresse du cheap labor avec une grille de « censure ». Comme toutes les grilles, elle est inefficace. Car la « finesse » de certains commentateurs consiste à jouer les fin-finauds pour passer leur message… Et en remettre. Et attiser…

On a bien raison de les traiter d’emmerdeurs. On retrouve le texte de Pierre JC Allard sur les 7 du Québec, ainsi que sur Vigile.

Deux juifs emmerdeurs Les 7 du Québec

Deux juifs emmerdeurs Vigile

Le texte de Pierre JC Allard

Il y a longtemps que je fréquente le blogue de Lagacé. Il s’y dit du sérieux et du comique, mais sans méchanceté. Sans arrogance. Un blogue fait pour des Québécois… et que fréquentent beaucoup de bons Québécois. Il est donc dommage que s’y glissent des corps qui y semblent aussi étrangers qu’une fausse note dans du Beethoven, pour distiller le mépris et l’arrogance. Il sévit depuis quelque temps, sur le blogue de Lagacé, deux Juifs emmerdeurs : « Honorable » et « Respectable ».

Un exemple ?

 » 6 mars 2010 08h00 Pas mal certain que les canadiens Français qui ont majoritairement voté contre la conscription auraient toléré les camps de concentration au Québec durant la seconde guerre mondiale. Une vigilance raisonnable envers leurs descendants est donc légitime …. « 

C’est nous, Québécois, les descendants qu’il est légitime de surveiller….

Mauvais Québécois ou mauvais Étrangers ? Allez savoir !…. Il y a un mauvais esprit qui n’a pas de patrie. C’est le mauvais esprit qui ne peut être chez-lui nulle part, car il se veut différent. Il se bâtit une supériorité de façade sans laquelle il se sent démuni, car les autres, vous savez…. .

« Honorable » et « Respectable », me rappellent ces expats coloniaux d’Algérie ou du Gabon, de Calcutta ou d’Abidjan, qui se tiennent en groupes, vivent derrière une clôture et ont pour plus grand plaisir d’insulter les « natives ». Mépriser les « pas-supérieurs », vous savez, ceux qui n’ont pas fait Cambridge ou la Sorbonne.

La plupart du temps, ils le font entre eux, dans leur salon, ou sur leur terrasse. Ils se racontent des histoires de nègres en pensant que les boys indigènes qui leur servent leur Logavulin ou leur Pérignon sont sourds, ou ne comprennent pas. Les indigènes sont lents, vous savez…

Mais un jour ils s’enhardissent. Ils sortent en bande à Treichville, ou à Limete, et chantent « Aux arbres, citoyens ! »… Ça fait une meilleure blague à raconter aux copains. « Tu sais, on est gonflé, on leur a dit… et on a fait…. et ces mauviettes n’ont pas bougé ! Ils sont cons ! Con…golais ! Ha ! Ha ! Ha !… »

Et c’est si drôle de se moquer des Indigènes qu’ils finissent par le faire tous les soirs. Jusqu’à ce que les pauvres mecs, dans la Cité, se le répètent et en viennent à croire que tous les Français sont des salauds. Et le mec de la Cité, il ne connaît pas Pasteur, ni l’Abbé Pierre ; il n’entend jaser que les Français qui sont arrogants et méprisants… Il ne voit que les salauds. Alors il pense… pourquoi ils ne partent pas ?

Puis quelqu’un, un jour, un Bantou comme les autres, dit à un expat plus en verve ce soir-là, qui en a sorti une plus bête que d’habitude, de fermer sa gueule. Et l’expat voit qu’ils ne sont pas nombreux dans le bar à la trouver drôle. Après, on ne sait jamais comment ça finit.

J’en ai marre de « Honorable » et « Respectable ». Je ne sais pas si ces individus sont vraiment aussi stupides que leur comportement le laisse croire ou s’ils jouent le rôle d’agents provocateurs. Je ne sais pas s’ils sont deux, ou seulement les deux faces d’un même visage, mais le résultat est le même. En traitant les Québécois comme si nous étions tous des demeurés, ils invitent à des généralisations abusives.

Quand un article qui parle de bonshommes de neige et de la pudibonderie américaine est détourné de son objet, dès les premiers commentaires, pour devenir une critique acerbe de l’usage du mot « pharisien » qui véhiculerait un insupportable connotation antisémite, je vois deux insignifiants qui veulent se faire une petite notoriété de matamores dans leur petit milieu, parce qu’ils « osent » venir déblatérer sur les Québécois, dans un journal qu’on souhaite québécois.

« Honorable » et « Respectable » le font régulièrement. Derrière eux, j’entrevois une petite clique d’universitaires prétentieux qui rient comme des fous à se raconter qu’on peut vraiment dire n’importe quoi aux Québécois.

Je pense que ces emmerdeurs ont trop vilipendé le Québec et les Québécois. Ils CRÉENT des antisémites et Cyberpresse ne devrait pas tolérer qu’ils le fassent. Assez. Basta. Stop. Il est temps qu’un Québécois comme les autres leur dise de fermer leurs gueules.

C’est fait.

Pierre JC Allard

____________

Un commentaire sur Vigile nous emmène à ce texte de Chantal Hébert :

Cause noble ou dérapage ?

Publié dans |

·         Politique canadienne

Radio-Canada rapportait la semaine dernière que 500 artistes québécois, dont Gilles Vigneault et Richard Desjardins, avaient signé une pétition prônant le boycottage des produits israéliens et réclamant des sanctions internationales contre l’état hébreu. Sous le titre 500 artistes québécois contre l’apartheid israélien, l’organisme Tadamon, qui pilote la pétition en fait état sur son site internet.

La nouvelle coïncide avec “la semaine contre l’apartheid israélien 2010“, qui se déroule actuellement dans plusieurs campus universitaires québécois et canadiens, un événement auquel Tadamon est également associé.

Dans le brouhaha olympique, la pétition n’a pas fait de vagues dans un sens ou dans l’autre. Mais en Ontario, le mouvement en question est très controversé et la semaine anti-apartheid vient de faire l’objet d’une rare condamnation unanime de l’Assemblée législative.  Actualité, Chantal Hébert

Créer la pagaille

Si ces deux fin-finauds attaquent, se paient la tête de ceux qui les logent… Il revient alors à cyberpresse la responsabilité d’engager des modérateurs à grilles plutôt ignares qui ne semblent pas trop comprendre le faux débat dérivés par deux baveux qui mériteraient d’être bannis à vie.

Nous en sommes… LÀ. Dans notre tiédeur de jell-o, mielleux. Il faut savoir faire la différence entre un réel multiculturalisme et deux détonateurs.

Les rats se terrent. On gamine à qui mieux-mieux. Mais on dérange et détruit. Car la bonne volonté est celle d’être honnête dans une démarche.

Deux grains de sable insipides.

Que Cyberpresse nettoie un peu les propos des commentateurs non pas seulement dans les « mots » mais dans les mauvaises idées.

La crasse autour du bain… À force de se coller, sans être nettoyée, finit par ne plus avoir envie de se baigner…

Peut-être d’en noyer quelques uns…