Du navet au NAVET

Un paysan et sa femme décident, à l’approche du printemps, de semer pois, carottes, pommes de terre, haricots et navets. La pluie, accueillie avec joie, permet une bonne germination.

Mais au moment de la récolte, après un bel été ensoleillé, un navet géant résiste à l’arrachage. Le paysan et sa femme vont alors faire appel, un à un, à tous les animaux de leur ferme ; ainsi la vache, les deux cochons, les trois chats, les quatre poules, les cinq oies, les six canaris secouent le navet, tantôt à petits coups, tantôt violemment… mais le navet ne bouge toujours pas.

La vieille femme a alors l’idée d’appeler à l’aide une petite souris affamée et tous ensemble se remettent à tirer et à s’arc-bouter de toutes leurs forces : le navet géant jaillit alors du sol, faisant tomber à la renverse toute la compagnie qui éclate de rire et se régale le soir même d’une bonne soupe… au navet.

************************************************************************

Du navet au NAVET

Camus a peut-être préservé le monde, mais la génération de mes parents l’a refait en oubliant l’histoire. Mon père me dirait t’as eu de la chance, « t’as pas eu des patates pour ta fête et des oranges pour Noël comme dans mon temps. » Pas très réconfortant. La génération de mes parents, qui apparemment se battait contre la censure de l’église. J’ai lu « Le libraire », c’est vrai ce qu’on y lit ? J’ai de la misère à le croire. Est-ce que les gens, après s’être débarrassé de la censure de l’église se sont dit « nous sommes libres, laissons aller les choses ? » Minuit moins cinq, sur l’horloge du facisme mondial

Sylvain Racine

Le plus énorme cul-de-sac…

Je suis né en 1947. J’ai eu quelques bébelles pour ma fête, mais j’ai connu ma grand-mère qui elle a eu des oranges pour Noël.

C’est une bénédiction pour l’évolution intérieure. La misère et sa réaction positive nous emmènent bien plus loin que les problèmes sociaux. Bien plus loin…

C’était le temps où la planète avait la grandeur de l’Univers… Et le village, la grandeur d’un pays.  Comme ces paysans de l’Amérique latine, du Bengladesh… en mode survie.

On n’a pas toujours eu le luxe de penser, de réfléchir. Et encore, j’en connais qui l’ont eu et qui l’on « gaspillé »… De fait, les gens qui savent voir – avec un esprit grand ouvert – sont rares.

C’est un énorme cul-de-sac, d’une immensitude à faire frémir.

Le 9/11

L’ordre mondial

Les complotistes… les vrais, pas ceux qui dénoncent.

Le contrôle de l’argent

Le contrôle des foules

Le grand pouvoir qui détruit…

Le grand cul-de-sac arrive : au moment où les terres ne seront plus des terres pour se nourrir, mais des terres possédées par des gens de pouvoir.

La vie simple

Ce n’est pas dans l’ordre des choses ni, pour ainsi dire, de se lever chaque matin pour combattre le mal. Celui qui a maillé tout ce monde complexe, falsifié l’être humain, déshumanisé, robotisé… Il l’a construit comme on construit des esclaves dans une arnaque devenue mondiale.

Au temps de l’esclavage des noirs, on sait aujourd’hui que des noirs ont vendu ou ont aidé les blancs à prendre ces êtres sans âmes  pour en faire des bêtes.

Mais à quoi donc aspire notre humain?

À rien d’autre qu’à vivre… À travailler, à fonder une famille. Il ne veut pas nécessairement être « grand », il veut seulement vivre. Vivre avant que la mort vienne le chercher.

Et c’est là qu’il n’a plus le temps de se mettre à être un soldat qui lutte à démantibuler tout ce montage terrifiant que l’on voit. Mais pour le voir, il faut avoir le ventre plein. Et l’esprit libre. Ce n’est malheureusement pas le cas de tout le monde.

En ce sens, vivre de patates et de tous les légumes-racine est quasiment un moindre mal. Le mal et la faim actuelle sont issus de poisons insérés dans le psychisme et le charnel.

L’âme a mal…

Avant c’était la chair et la peur de l’enfer.

Mais elle a mal… Ce qui ajoute à la douleur du corps qui vient en vieillissant.

Car la misère humaine n’est pas qu’une misère sociale : c’est également une misère intérieure. Chaque être est unique, mais personne n’est égal à l’autre dans la force, la vision. Ce n’est pas une question d’intelligence non plus. Nous sommes à l’heure de cette intelligence de « cerveaux ».

Mais il y a celle des émotions qui sont une force prodigieuse quant à la compréhension de ce monde, de son « moi », de son rôle, de ses capacités…

Saisir.

Les gens simples sont victimes de cette pauvreté de l’intellect boursoufflé comme un crapaud qui veut devenir bœuf.

Qui sait si ce ne sont pas eux les vrais « intelligents »?

Les moutons au banc des accusés

Si le monde va mal, c’est la faute des moutons.

C’est là le grand raisonnement des intellectuels qui se rendent compte tout à coup que la Terre tourne autour du soleil.

Pourquoi le mouton se défendrait-il contre les loups?

La responsabilité de la détérioration du monde va à ceux qui sont au pouvoir autant dans le domaine politique, de la santé, ou des organisations géantes qui se veulent planétaire. Mais ce sont des fauves au discours savonneux qui n’ont jamais rien à se reprocher. De fait, ce sont des moutons OGM greffés au pouvoir.

Quand le mal fait l’amour à ceux qui ont un certain contrôle sur les gens, de là pousse une flopée de Satans.

Si l’on faisait un grand tour de l’Histoire pour savoir qui a inventé les « conspirations », je doute que nous en trouvions les racines. Pourtant, un certain Shakespeare avait trouvé la clef des conspirations et le mal de vivre des simples et des « élus » aux grands projets.

Porter jugement sur l’ignorance c’est déjà une forme de haine et une incompréhension profonde de la nature humaine. Ainsi que de l’Histoire… La vraie. Celle qui inclut l’élément humain, le chaînon faible…

S’il y a des « troupeaux » d’ignorants, il y a également des troupeaux de savants, gorgés de leurs savoirs qu’ils croient HUMANISTES.

Or, il n’en n’est rien. Parce qu’ils ignorent souvent ce qu’ils sont.

Du navet au chou-fleur nappé

Il est écrit dans la Bible : « Respecte père et mère ». Ce n’est pas qu’une phrase naïve et dogmatique, c’est une compréhension profonde des choses.

Une fois le ventre plein, une certaine génération s’est mise au travail pour remplir autre chose… Le cerveau.

Ce fut-là l’erreur. Elle a cultivé des cerveaux sans cultiver des âmes. C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés avec des monocéphales, unijambistes, qui boitent… Leur savoir est issu d’une race de calculateurs avides. Et ils ont cru que l’on pourrait être encore plus heureux en possédant le savoir. Car le savoir menait au rang. Et tout cela était lié à la richesse.

D’où la naissance de rejetons encore pire… Le snobinard.

Et lorsqu’il est nombriliste : il apprend sans rien donner. Plus encore, il aime voler le savoir de l’autre, s’en accaparer.

Pour le pouvoir.

Et pour la grosse queue de paon.

Le rejeton des mangeurs de navets et de fèves au lard a donc donné naissance à une race d’insipides.

C’est bien ce que voulait finalement notre « créateur » social : une créature hybride, guère dangereuse, seulement à cultiver son nombril.

Ce n’est pas parce que l’on sait des choses que l’on sait les aligner, en soustraire les subtilités, et comprendre vraiment ce qui se passe en ce monde.

Non.

On a créé une race d’abeilles qui mangent le miel des gens simples mais qui se permettent de les juger.

C’est entre deux pages d’Histoire… Entre ceux qui s’échangent du savoir inutile.

Comme dirait Pierre JC Allard… On peut alors se livrer au luxe de la poésie.

Ce que je faisais avant.

Ou de la musique…

C’est à se demander si la commande ne vient pas de « haut » : ceux qui gouvernent et qui se font des esclaves des artistes. Et les artistes qui souvent perdent leur fromage comme le corbeau perché sur un arbre.

L’Histoire est un mélange de faits et de vécus. Mais, avant tout, il y a la vie… Organiser, créer des systèmes n’est pas un exercice intellectuel.

C’est un exercice et une action pour la vie…

C’est elle qui devrait être la poésie…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.