Les hypothèques de tous les zapotèques

La plupart des firmes qui viennent pour produire de l’énergie éolienne sont d’origine espagnole : Endesa, Union Fenosa, Preneal, Iberdrola, Acciona and Gamesa. Il y a aussi des firmes françaises, suisses, allemandes et italiennes. Ces parcs éoliens font partie du plan « Puebla Panama » lancé en 2001.

Ces entreprises, en collusion avec le gouvernement mexicain, manipulent les pauvres, pour la plupart des Indiens non-hispanophones de ma communauté, pour qu’ils signent des contrats de location. Ces contrats signifient en réalité l’abandon de leurs terres pour 30 ans. Un abandon compensé par des sommes ridiculement basses : les propriétaires Indiens reçoivent 150 pesos (environ huit euros) par hectare et par an. Ils reçoivent également un versement unique de 1000 pesos (environ 50 euros) quand ils signent le contrat. Ces accords ont été présentés à notre peuple en espagnol, alors que dans la plupart des cas les gens ne parlent que le zapotèque. Basta

Le Vert des riches

On appelle ça du néocolonianisme « vert ».

Toujours la même formule : acheter des terres aux pauvres pour y implanter des essences qui produiront de l’énergie. Ou des éoliennes… Peu importe.

Au bout du rang, c’est une voiture qui mange au lieu d’humains.

Le but est de produire de l’énergie pour… en vendre. À ceux qui auront les moyens de se payer de l’énergie.

Une voiture qui ronge. Une énorme et salissante machine.

« Je viens d’une communauté zapotèque, dont la population est majoritairement indienne. Pour nous, le maïs est la principale ressource alimentaire, et il est aussi présent dans la plupart de nos rites quotidiens. Sans le maïs, nous mourrons. »

Ça se passe ailleurs. Mais demain ce sera ici. Peu importe votre « ici », on vous trouvera. On vous achètera.

Au bout d’un certain temps… Au bout de vos enfants et de vos petits enfants, il ne restera rien à manger.

Comme dirait le politicien : c’est mathématique.

Le pain blanc

Un bout de maïs dans le moteur. Et rien dans le cœur…

La poésie sera plus nourrissante que le pain.

L’homme blanc a la couleur du pain qu’il a créé en se débarrassant de la meule de pierre qui gardait intacte le blé.

Il a préféré la couleur…

C’est beau!…

Jésus CO2

Les gouvernements nous boulangent un monde où l’on se veut d’éliminer le C02. Et on accorde des crédits aux pays qui réussiront à le réduire.

Nouvelle religion des hypocrites à cravate.

Le jardin n’a pas été créé pour faire avancer des machines…

Selon Greenpeace, l’équivalent d’un terrain de football est brûlé toutes les dix secondes dans ce pays pour remplacer les forêts tropicales par des plantations lucratives de palmiers à huile. De plus, l’assèchement des tourbières sur lesquelles reposent ces forêts libère une quantité considérable de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

On n’y comprend rien… On est tous des zapotèques devant un nouvel ordre mondial.

La machine dévore l’homme.

Une hypothèque jusqu’à la fin d’un monde.

Demandez à un de ces cravatés, dieux et créateurs de le seul CV, de voir un peu plus loin que leur vie.

Hélas! La racaille est éternelle…

Comme Satan.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.