Archives mensuelles : novembre 2009

A/H1N1: DOCTEURE TERESA FORCADES

TERESA FORCADES

 

UNE BENEDICTINE SUR LE H1N1 (ru, 7.11.2009). Soeur Teresa Forcades i Vila OSB, Bénédictine au célèbre monastère de Montserrat près de Madrid, docteur en médecine, parle de la grippe A (H1N1) dans une interview où elle lance un appel pour une approche sereine de la maladie en insistant sur le droit des citoyens de refuser de se faire vacciner contre celle-ci.
Voici une transcription du texte, selon El Periódico de Catalunya du 7 oct. 2009 :
»Que fait une religieuse qui parle sur l’Internet des dangers du vaccin de la grippe A ? –
Notre règlement impose cinq heures de prière et six heures de travail. Ora et labora.
Je consacre une partie de mes heures de travail à la recherche médicale. Je suis docteur en médecine et j’ai publié en 2006 un essai, ‘Crimes and Abuses of the Pharmaceutical Industry.’
Quand avez-vous décidé qu’il vous fallait parler de la grippe A ? – En mai de cette année on m’a demandé de faire une conférence sur le vaccin du papillomavirus et j’ai été très frappée par l’absence de références scientifiques dans les recommandations officielles. Quelques jours plus tard, j’ai parlé sur TV-3 de ce vaccin et depuis j’ai des demandes pour m’exprimer sur le vaccin de la grippe A.
L’Organisation Mondiale de la Santé n’est pas digne de confiance ? – Je ne comprends pas les motifs qui ont conduit l’OMS à agir d’une façon aussi absurde.
Absurde ? – Oui. En mai dernier, l’OMS a changé la définition officielle d’une pandémie – elle est passée d’un définition logique (une pandémie est une contagion à l’échelle mondiale avec un taux de mortalité élevé) à une définition illogique (une pandémie est une contagion à l’échelle mondiale).
Quelles sont les conséquences de ce changement ? – Sous cette nouvelle définition de la « pandémie », la grippe annuelle (saisonnière) correspond largement à ces conditions. Allons-nous lancer une alerte sanitaire mondiale à chaque retour de l’automne ? En plus de cette absurdité d’un point de vue scientifique, cela implique de graves conséquences financières et politiques.
Vous ne faites pas confiance à ce vaccin. Pourquoi ? – Ce vaccin contient des adjuvants si puissants qu’ils peuvent amener la réponse immunitaire normale à s’accroître d’un facteur 10. De plus, deux doses sont recommandées, à prendre après l’injection contre la grippe saisonnière qui elle aussi contient des adjuvants, certes moins puissants. Jamais ces substances n’ont été auparavant injectées trois fois de suite dans la population, en commençant par les enfants, les malades chroniques et les femmes enceintes.
Quels effets peuvent en résulter ? – La stimulation artificielle du système immunitaire peut provoquer des maladies auto-immunes.
C’est-à-dire ? – La même conception de deux des vaccins qui ont déjà été approuvés en Europe (Pandemrix et Focetra) indique que l’on peut s’attendre que pour chaque million de personnes vaccinées, 99 feront l’expérience d’une paralysie évolutive connue sous le nom de syndrome de Guillain-Barré.
Si cela se produit, les compagnies pharmaceutiques seront poursuivies… – Mais aux U.S.A un décret déjà approuvé exempte les politiciens et les compagnies de toute poursuite.
Suggérez-vous que l’action des cartels pharmaceutiques est irresponsable ? – Ils n’ont œuvré que pour leurs intérêts.
Quelqu’un peut-il être forcé de se vacciner ? – En 2007 l’OMS a pris un arrêté qui établit l’exception. Dans tous les cas l’OMS ne donne que des recommandations, sauf dans un seul cas où elle peut alors donner des ordres qui outrepassent la souveraineté des pays membres.
Dans le cas d’une pandémie ? – Exactement. En 2007, l’OMS a pris un arrêté qui en cas de pandémie lui donne légalement la possibilité de contraindre les pays membres de vacciner entièrement ou en partie leur population. Les gouvernements de ces pays seraient obligés alors d’imposer des amendes ou autres pénalités aux individus qui refuseraient de se faire vacciner.
Croyez-vous aux conspirations? – Je pense qu’il y a des intérêts en jeu qui ne sont pas bons pour la population. Comment peut-on justifier l’argent investi dans l’achat des vaccins de la grippe A quand celle-ci est moins virulente que la grippe saisonnière ? Dépenser autant d’argent pour des vaccins et d’autres mesures préventives sans références scientifiques suffisantes est un scandale et nous devrions réclamer des comptes.
Que pensent vos consoeurs religieuses de votre site et de vos déclarations? – Une sœur âgée de près de 90 ans a formulé une objection, disant que la grippe A était un sujet très grave et que je ne pouvais pas me prononcer contre le vaccin sans avoir de très solides arguments.
Et alors? – Je lui ai passé mon rapport. Après l’avoir lu, elle s’est approchée de moi après les Vêpres et m’a juste dit : « Compris ».
Avez-vous peur? – Parfois.
Priez-vous beaucoup? – Autant que je peux. »
Voir aussi le nouveau site de Sœur Teresa OSB http://www.catalunyareligio.cat, avec une vidéo remarquable du 23.9.2009 concernant tous les aspects de cette soi-dite ‘pandémie’, médicaux et politiques (en espagnol, sous-titré en anglais). Cette Bénédictine n’a pas froid aux yeux.

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=515748

A (H1N1), SOEUR TERESA FORCADES

Des questions sans réponses

Dans ce document, qui est la traduction anglaise d’une réflexion rationnelle et objective basée que sur des faits vérifiables de la Docteure  Teresa Forcades i Vila, vous trouverez ce qui constitue selon moi les questions auxquelles la Société Radio-Canada aurait avantage à ne pas ignorer afin de faire cesser « les théories de conspiration », selon leur définition.

Docteure  Teresa Forcades explique que la grippe A n’est pas nouvelle, qu’il existe trois types de virus, le A, B, C.  Le virus C, qui infecte peu de personnes,  n’est pas utilisé dans les vaccins.  Chaque année,  les vaccins comportent un mélange de virus de type A et B.  Donc cette grippe A H1N1 n’est pas nouvelle puisque le type A est déjà connu. Ce virus a déjà existé au début du siècle passé de 1918 à 1957 environ. Vers 1957, le virus disparaît puis réapparaît de nouveau en 1977 re-synthétisé par un laboratoire a partir du corps d’une femme Inuit morte de la grippe « espagnole » au début du siècle dernier.

Toute cette information se retrouve dans The New England Journal of Medecine.  Depuis 1977, le virus A H1N1 fait partie des virus de chaque année. Ce qui est nouveau dans cette grippe, c’est la souche S-OIV qui a été découverte le 17 avril 2009 sur 2 cas en Californie.

Bernard Debré, du comité National d’éthique en France et le Président de toutes les organisations de médecins espagnols, Rodriguez Sandrin, affirment qu’avec les données actuelles, ce nouveau virus a un taux de mortalité inférieur a celui de la grippe saisonnière . Voilà pour l’explication vulgarisée de ce qu’est ce nouveau virus.

Il y aurait deux irrégularités pour lesquelles il faut s’interroger . La première est la présence du virus vivant H5N1 dans les 72kg de vaccins de grippe saisonnière livrés par Baxter dans quatre pays en Europe, soit 16 laboratoires différents. Pour elle, il est évident que ce mélange de virus vivant dans le vaccin de Baxter n’est pas une erreur de manipulation.  Baxter a reconnu le problème officiellement, mais sans plus.  Elle dit aussi qu’elle ne se fera pas vacciner par un vaccin de la firme Baxter pour le manque de sûreté. La deuxième irrégularité est a propos de l’alerte à la pandémie décrétée par Margaret Chan de l’OMS, alerte mondiale déclarée 15 jours seulement après les premiers cas de grippes en Californie et du  passage au niveau 5 sans raison apparente.

Comment ont-ils pu déclarer un mois et demi plus tard le niveau 6 de la pandémie ? Pourquoi ont-ils déclaré une telle pandémie avec un virus aussi peu mortel? S’ils l’ont fait pour celui-ci,  alors chaque année il y aurait pandémie avec la simple grippe saisonnière qui est plus dangereuse que la grippe A H1N1. La raison est qu’au mois de mai 2009,  l’OMS a changé la définition d’une pandémie. Au lieu de l’ancienne version qui définissait une pandémie comme une maladie qui infecte une grande partie de la population avec un taux de mortalité importante, ils ont supprimé le risque de mortalité et laissé le début de la définition, c’est-à-dire un agent infectieux nouveau qui affecte une grande partie de la population dans divers endroits du monde, avec des doutes sur l’immunité des personnes affectées.

Avec cette nouvelle définition et l’élimination du risque de mortalité, qu’est ce qui empêche que chaque année il y ait une nouvelle pandémie de grippe, par exemple ? Avec cette nouvelle définition, rien ne l’empêche. Tout cela peut être vérifié par tout un chacun en allant voir sur le site  l’OMS. Je voudrais rajouter que tout ce dont elle parle, ne vient pas des médias alternatifs, mais bien de la presse « main stream » ou encore de revues scientifiques officielles.

Ce que je viens de vous présenter n’est qu’un bref aperçu. Je vous suggère fortement de lire le document en anglais pour celles et ceux qui maîtrise la langue de Shakespeare, mais aussi à visionner la vidéo (qui se trouve ici) dans laquelle la docteure Teresa Forcades présente son analyse en espagnol, vidéo contenant un sous-titrage en anglais.

Dimanche le 8 novembre 2009, l’émission Découverte, à Radio-Canada, prétend faire le tour de la question concernant le virus A H1N1.  Je vous invite donc à regarder cette émission et à juger par vous-même de l’objectivité de Radio-Canada.

Sylvain Racine

LE PETIT SIGNE DE LACROIX

SnapShot

CARICATURE YGRECK.CA , AVEC AUTORISATION

Canoe – Infos – Quelques questions à propos de la grippe A (H1N1)

Canoe – Infos – Quelques questions à propos de la grippe A (H1N1).

TITANIC ÉCONOMIQUE

TITANIC

C’était comme si quelqu’un avait passé un doigt géant

sur tout un côté du navire.

Lady Duff Gordon, rescapée

Le RMS Titanic (Royal Mail Steamer Titanic) était un paquebot transatlantique britannique de la White Star Line, construit en 1911 à Belfast et ayant comme port d’attache Liverpool. Il était le plus luxueux et le plus grand paquebot jamais construit au moment de son lancement.

Il était dit insubmersible car il possédait seize compartiments étanches mais ceux-ci ne montaient pas plus haut que le pont E. De plus, se trouvaient à bord, 8 pompes capables d’évacuer 400 tonnes d’eau par heure. ( Source, Wikipedia)

Le Titanic naviguait à plus de 20 nœuds lorsqu’il entra en collision avec l’iceberg. En moins de 10 secondes sa coque s’ouvrit en dessous de la ligne de flottaison à tribord, sur une longueur de plus de 90 mètres. En 10 minutes, les 5 compartiments avant du navire sont inondés sur une hauteur de plus de 4 mètres au-dessus de la quille. La collision entre le Titanic et l’iceberg fut un accident exceptionnel lors duquel 6 compartiments s’ouvrirent immédiatement sur l’océan. L’arrivée d’eau à laquelle les pompes et le système de subdivision de la coque ne pouvaient faire face, fut d’une ampleur colossale et condamna le navire. SOURCE, Titanic in Belfast

L’ambition Titanic

Les gens de Wall-Street, les banquiers, les dirigeants, financiers de tout acabit ont  été de grands ambitieux qui nous ont précipités dans un fond ….sans fonds.

Le Titanic fut poussé à fond, vitesse maximale, pour battre un record.

Et pour le comparer au phénomène de la «subprime», ses bateaux de sauvetage n’étaient pas assez nombreux. Il était donc surévalué, et en grande dette du point de vue de la sécurité. ¸«Ça n’arrivera pas…». Avait-t-on dit.

Il arrive aujourd’hui ce qui arriva alors sur le navire. Mais notre navire à nous est  une boule ronde et bleue appelée Terre. Et six milliards de passagers, dont une grande part crève de faim.  La débâcle,  qui ne fait que commencer , vient de retarder le souhait de tout humaniste : un ordre mondial nouveau avec une répartition plus juste des biens, et un souci de l’environnement.

Le voilà encore aux prises avec des besoins primaires : le navire coule. Personne n’a le loisir de cultiver un jardin ou planter des arbres.

En un sens, c’est peut-être cette crise d’une ampleur inégalée qui pourrait engendrer une révolution à l’échelle planétaire : ceux qui ont faim n’ont rien pour se défendre et sont acculés à leur misère. Dans le monde occidental, toutefois, la richesse, même mal distribué, a façonné de grandes illusions.

Le cauchemar commence et ces nouvelles générations, n’acceptant pas la faim et la tromperie d’une clique de financiers et de banquiers pourrait s’élever et prendre une Bastille.

La destruction créatrice

La destruction créatrice désigne le processus de disparition de secteurs d’activité conjointement à la création de nouvelles activités économiques.

La «destruction créatrice» (Schumpeter) est le concept par lequel une innovation technologique créée engendre une force motrice de l’économie.

Tous les économistes de la planète ont vite saisi ce nouveau moteur et l’ont utilisé au point de chambarder à tous les cinq ans, voire dans une période plus courte,  les marchés.

Ce phénomène, autrefois quasi accidentel, s’est avéré une stratégie nouvelle de fabrications et de ventes de produits.

Un exemple concret du début du 20ième siècle : l’arrivée de l’automobile a chambardé et détruit rapidement tout le secteur lié au déplacement à l’aide du cheval. Des métiers sont disparus : maréchal ferrant, vendeurs de chevaux, éleveurs de «moteurs», fabricants de carrioles, etc.   Par contre, il a fait naître d’autres industries, dont celles de l’automobile qui perdure encore aujourd’hui. Henry Ford conçut la chaîne de montage, embaucha un grand nombre d’ouvriers et les secteurs parallèles profitèrent de cette industrie d’une manière quasi exponentielle : il fallut développer un réseau de «services» pour répondre à la demande.

Un réseau routier adapté à ce nouveau mode de transport.

Et un réseau de vendeurs et de concessionnaires.

Et nouveaux métiers : mécaniciens, menteurs de voitures, etc.

Une révolution.

De l’or noir à l’or des fous

Ce «nouveau monde» attira les investisseurs. Ces investisseurs, toujours novateurs et toujours voraces,  ne s’arrêtèrent pas au seul concept de déplacement. Afin de creuser le filon, ils conçurent dans les années trente une nouvelle formule :  le maquillage. Ceci en modifiant les carrosseries des automobiles pour en faire un bijou.

Et c’est sur cette «idée» qui parut éternelle que se bâtit le mode actuel de toute l’industrie de l’automobile. Changer l’apparence…

On n’a pas inventé le camouflage mais on l’a peaufiné grandement.

Mais ce n’était qu’un début.

Le «concept» fut utilisé  au point de devenir une pratique courante dans toutes les industries.

L’abus du concept : les «OGM» électroniques

On a tant cru à ce «procédé» que toutes les inventions des dernières décennies sont devenues des «OGM électroniques», issus de croisements et d’améliorations de certains produits de base qui menèrent aux «besoins» de consommer.

Créer l’habitude. Une drogue électronique, ni plus ni moins.

C’est la technique qu’utilisent les vendeurs de drogue dans les rues des villes : ils donnent les premières doses qui rendent les consommateurs accrocs.

Le même procédé est utilisé en téléphonie : on donne les cellulaires pour ensuite vendre des abonnements.

Le même procédé est lui aussi utilisé dans la vente d’imprimantes : on la vend à un prix ridicule mais on vend les cartouches d’encre à un prix plus élevé que la machine elle-même.

Mais pour «prolonger» une habitude d’achat et créer l’illusion d’un concept métamorphosé, on procéda ad nauseam à des modifications d’apparences ou d’améliorations subites de façon à rendre volontairement le produit désuet.

Le crédit : le lifting réinventé

Jusqu’à une certaine époque, le crédit était basé sur la réalité des biens du consommateur. Ce qui permettait un certain équilibre une  garantie. Bref, la monnaie était le symbole d’un PRODUIT RÉEL, d’une valeur réelle correspondante au symbole de l’unité monétaire.

Le bien étant une sécurité pour le prêteur, le prêteur, emballé par ses réussites, décida d’enlever les bateaux de sauvetage du Titanic.

Il camoufla les biens réels en biens «possibles» : la maison était un investissement si sûr, et sa valeur toujours montante, qu’il vendit à des gens insolvables.

  • Les institutions financières pouvaient accepter de prêter jusqu’à 110% de la valeur du bien hypothéqué.

Ces dispositions ont eu pour effet de gonfler la demande pour les propriétés (la proportion de propriétaires a atteint 69% en 2004) en attirant une clientèle à risque. Cette hausse de la demande s’est traduite par une hausse de prix qu’on peut maintenant qualifier de « bulle immobilière ».

Outre les transgressions des règles de prudence régissant la distribution du crédit, l’ampleur de cette crise vient du contournement des ratios réglementaires de solvabilité bancaire par la titrisation des créances américaines risquées. Celles-ci furent revendues sous forme d’obligations à des épargnants un peu partout dans le monde donnant à cette crise une dimension mondiale. Crise des subprimes

Comme sur le Titanic, on a réduit le nombre de bateaux qui aurait du être conforme aux normes de sécurité.

20 canots : 1178 passagers

1178 gilets de sauvetage

Nombre de passagers : 2201

La valeur «estimée» dépassait grandement la réalité des biens échangeables.

5 compartiments : 5 continents

Il était dit insubmersible car il possédait seize compartiments étanches mais ceux-ci ne montaient pas plus haut que le pont E.

En 10 minutes, les 5 compartiments avant du navire sont inondés sur une hauteur de plus de 4 mètres au-dessus de la quille.

Le naufrage de l’Économie touche maintenant tous les continents. Dans combien de temps, ce château de cartes s’effondrera-t-il? On pompe les pertes à grands coups de milliards.

Pour l’instant, cette Économie flotte, en arrêt, l’échine courbée.

Le iceberg auquel elle s’est heurtée  est composée de millions d’individus  de «glace», sans intérêt humain : de la «chair à banquiers», pour le but ultime du profit.

On pompe même une eau inexistante, car les fonds injectés proviennent de …nulle part. Sinon, comme le soulignait un économiste, tout cet «argent» aurait pu servir à financer de nombreux projets positifs…avant.

La vitesse : Titanic et Économie

Le Titanic naviguait au moment de l’impact à 22,5 nœuds. Sa vitesse maximale était de 23 nœuds.

Selon  Hervé Fischer, Directeur fondateur de l’Observatoire international du numérique, UQAM, auteur de Le choc du numérique, la virtualisation des transferts et la vitesse de ceux-ci, seraient en cause dans la débandade actuelle :

Cette virtualisation de l’économie favorise certes la fluidité des échanges mais aussi l’emprise des pulsions que l’imaginaire peut exercer sur elle, et donc sa volatilité. De fait, ses monnaies ne sont plus des unités de mesure et d’échange du réel, mais la matière première elle-même, numérique, d’une économie soumise aux aléas du gambling. L’accélération des flux de ce jeu financier active aussi sa dynamique événementielle et en fait palpiter intensément les rêves de puissance. Et ses produits toxiques peuvent contaminer la planète entière en un temps record en créant des remous d’une ampleur immédiate redoutable. L’économie numérique devient ainsi plus vulnérable à la panique

…En spéculant, on ne devient peut-être pas tant cynique ou immoral que tout simplement joueur. On joue pour jouer, en espérant bien sûr toujours gagner. Et conséquemment, le numérique déresponsabilise. Il favorise la triche, les fausses comptabilités, les fausses stratégies et la dépendance. Et on perd la conscience des conséquences réelles, éventuellement dramatiques, de ses jeux, sans penser aux ouvriers qui vont perdre leur emploi, aux familles qui ont acheté leur maison avec des hypothèques irréalistes, aux personnes âgées qui ont placé leurs fonds de retraite dans des institutions qu’ils croyaient sécuritaires. Technologies numériques et crise financière

Perte de conscience des conséquences réelles, mais également perte de conscience des avoirs réels. Le «jeu» de l’instantanéité et de l’invisible mène à la construction d’une réalité biaisée et sans rapport avec la «matérialité» économique à la base même de celle-ci.

La méthode  du lapin

La base de l’économie est un échange de biens réels : une vache contre trente lapins.

Simple.

Les lapins se reproduisent rapidement et ont la réputation de courir vite. On a donc choisi le «mode lapin» pour multiplier des «biens» échangeables.

Mais un lapin virtuel, sans égard à la réalité.

Les profondeurs de l’abîme

Les capitalistes ont été mauvais gagnants. Ils ont poussé leur système à l’extrême, c’est-à-dire à l’excès. Risques démesurés, appétits gargantuesques, incompétence et arrogance crasses, fraudes éhontées ont marqué la dernière décennie. Jusqu’à ce que les colonnes du temple s’effondrent. Le capitalisme abîmé, André Pratte, La Presse

Les analyses actuelles, venant des «experts» et également des responsables mêmes de ce naufrage, ne révèlent guère la profondeur du gouffre dans lequel nous nous enfonçons. Au contraire, elle nous crayonne un plan gras, comme si on réparait le navire avec une colle magique.

On dirait une armée de chirurgiens se retrouvant avec un patient à l’artère tranchée, n’ayant pour seul outil que leur chewing-gum qu’ils mastiquent en discours affolés pour solidifier cette matière rose et tenter de rafistoler le vaisseau  du malade.

Nous ne savons encore rien des profondeurs de l’abîme.

Et ils ne veulent pas que nous le sachions.

On se retrouve à un envers de formule dans un monde lui-même chaviré. Normalement, on hurlerait : «Les femmes et les enfants d’abord».

On le hurle, mais on sait bien qu’avec la traîtrise qui caractérise la race des seigneurs à cravate, ils sont prêts à jeter femmes et enfants par dessus bord pour s’emparer des bateaux de sauvetage.

Ils l’ont fait. Pourquoi changeraient-ils de tactique, puisque cela a fonctionné?

Du Titanic à l’Hindenburg

La catastrophe du Hindenburg est l’incendie, survenu le 6 mai 1937 à l’aéroport de Lakehurst non loin de New York, du dirigeable allemand Hindenburg. Gonflé au dihydrogène, il prit feu sous l’œil des caméras, tuant 34 personnes et sonnant le glas des vols de dirigeables commerciaux. Hindenburg

À la vitesse où coule l’Économie mondiale, il se pourrait que ce soit davantage une maison en flamme qu’un navire.

On se souvient du Titanic non pas seulement à cause du nombre de passagers, mais de l’entreprise orgueilleuse et des erreurs monumentales qui auraient pu éviter la catastrophe.

Le drame de l’Hindenburg mit fin aux vols des dirigeables.

Cela suffira-t-il à nous convaincre que la bouffissure des financiers, leur arrogance, leur incompétence, mènera cette planète et surtout, ses habitants, à un monde meilleur?

Small is Beautiful, disait Schumacher.

C’est sans doute la formule de l’avenir : une société faite de petites cellules bien compartimentées, mieux soudées.

Sinon, il ne reste qu’à attendre le 14 avril…

Et tous les 14 avril à venir.

Lise Thibault plaide non coupable

Lise Thibault2jpg

 

Les avocats me semblent les seules personnes au monde pour qui le temps d’attente et de prolongation est payant. ( Gustave Régaud)

Madame Thibault n’est pas – pour le moment coupable – seulement accusée de…. Toutefois, selon certains, la «reine » ne peut être poursuivie. La représentante? On ne sait pas.

Les avocats  ne veulent pas savoir la réponse: ils attendent…

 

Thibault_BREF

Le conte à rebours

Les «docteurs» et la vaccination – citations

Citations médicales sur les vaccinations

« Les vaccins donnent les maladies, en créent de nouvelles et propagent la mort. La preuve scientifique qu’une provocation artificielle d’une maladie empêche l’apparition d’une maladie naturelle n’a jamais été établie. Comme médecin, je m’élève contre ces vaccinations et proteste contre le mythe de Pasteur. »

Dr. Paul-Emile CHEVREFILS

« Les vaccinations en bas âge ne peuvent pas aider car elles ont des effets dangereux sur le système immunitaire de l’enfant laissant peut-être ce système tellement atteint qu’il ne peut plus protéger l’enfant durant sa vie ouvrant la voie à d’autres maladies suite à une dysfonction immunitaire. »

Drs. H. BUTTRAM et J. HOFFMANN

« Je suis fermement  convaincu que la vaccination ne peut être montrée comme ayant quelque relation logique avec la diminution des cas de variole. La plupart des personnes sont mortes de la variole qu’ils contractèrent après avoir été vaccinées. »

Dr. J.W. HODGE  (The Vaccination Superstition)

«  Certaines souches de vaccines peuvent  être impliquées dans des maladies  dégénératives telles que l’arthrite rhumatoïde, la leucémie, le diabète et la sclérose en plaques. »

Dr. G. DETTMAN (Australian Nurses Journal)

« Plusieurs auteurs allemands ont décrit la relation entre la sclérose en plaques et les vaccinations contre la variole, la typhoïde, le tétanos, la poliomyélite et la tuberculose. »

British  Medical Journal 1967


« Le risque de souffrir de complications sérieuses provenant des vaccins contre la grippe est beaucoup plus grand que la grippe elle-même. »

Dr. William FROSEHAVER

« C’est une grande insulte faite au système immunitaire d’un enfant que d’introduire dans son sang des protéines étrangères ou les virus vivants dont sont composés les vaccins d’aujourd’hui. »

Dr. MOSKOWITZ

« Contrairement aux croyances antérieurement établies à propos des vaccins du virus de la polio, l’évidence existe maintenant que le vaccin vivant ne peut être administré sans risque de produire la paralysie… Le vaccin viral vivant de la polio transporte en lui-même le risque de produire la polio paralytique chez les individus vaccinés ou leurs contacts. »

Dr. SALK

(SALK A introduit le vaccin original de la polio dans les années 50)

« Les vaccins peuvent causer l’arthrite chronique évolutive, la sclérose en plaques, le lupus systémique érythémateux, le Parkinson et le cancer. »

Pr. R. SIMPSON de l’American Cancer Society


« Allons-nous échanger la rougeole contre le cancer et la leucémie. »

Dr. MENDELSOHN

« Le déclin du tétanos en tant que maladie commença avant l’introduction de l’anatoxine dans la population. »

Medical Journal of Australia 1978

“L’évidence suggère que les personnes qui sont vaccines contre la grippe ont approximativement 10 fois plus de chance de contracter le syndrome de Guillain-Barré que ceux qui n’ont pas été vaccinés. »

Center for Control Diseases 1977

“C’est une véritable épidémie … Il est grotesque de prétendre qu’il n’existe aucun lien entre l’autisme et la vaccination sauf des coïncidences. La vérité est que des enfants sont blessés par vaccinations. »

Dr. Bernard RIMLAND

Directeur et fondateur du Autism Research Inst. Of San Diego


“Pendant 23 ans, j’ai observe que les enfants non vaccines étaient plus sains et plus robustes que les enfants vaccines. Les allergies, l’asthme et des perturbations comportementales étaient clairement plus fréquentes chez mes jeunes patients vaccinés. D’autre part, les premiers      souffert plus souvent ou plus sévèrement de maladies infectieuses que les autres. »

Dr. Philip INCAO

“ Sur les 3,3 millions d’enfants vaccinés annuellement aux Etats-Unis avec le DCT, 16 038 démontrèrent des crises aiguës et des pleurs persistants – ce qui est considéré par plusieurs neurologistes comme l’indication d’une irritation du système nerveux central ; 8 484 eurent des convulsions ; 8 484 furent en état de choc dans les 48 heures suivant l’injection du DCT. »

Dr. Allan HINMAN et Jeffrey COPELAN

(Journal of the American Medical Association)

« Il n’y a pas de raison de croire que le vaccin de l’influenza (grippe) soit capable de prévenir ou de diminuer la maladie. Ceux qui fabriquent ce vaccin savent qu’il ne sert à rien mais ils continuent à le vendre tout de même. »

Dr. Anthony MORRIS                                                                  (Anciennement chef du Contrôle des vaccins, gouvernement des Etats-Unis)


« J’appelle ça de la vaccinnomanie. Nous sommes arrivés à un point qui n’est plus défendable sur le plan scientifique. Introduire de nouveaux vaccins dans le corps sans savoir comment ils pourront affecter dans le temps les fonctions du système immunitaire frise la criminalité. »

Nicholas REGUSH, journaliste médical

« En 1992, une étude publiée dans The American Journal or Epidemiology a démontré qu’un enfant a 8 fois plus de chance de mourir, trois jours après avoir reçu le vaccin DCT (diphtérie, coqueluche et tétanos) qu’un enfant non vacciné. »

« …Le lancement du B.C.G. est un modèle de gangstérisme économique, une gigantesque et malhonnête opération commerciale. Rien ne manque au scénario : un inventeur farfelu, des expériences de laboratoire truquées, un vernis pseudo-scientifique, des statistiques tronquées, une publicité éhontée, l’appui acheté des mandarins, et, suprême astuce, la gratuité du produit… financé par le contribuable !

Tout cela ne sort pas de l’ordinaire ; le public français est habitué aux scandales. Mais ce qui est propre au B.C.G., et qui atteint les sommets du machiavélisme, c’est l’ultime manœuvre, réussie, de coercition diabolique imaginée par les promoteurs, le Conseil de la République, l’obligation vaccinale pour le B. C. G.

Dr. Jean ELMIGER  (La Médecine retrouvée)

« … Quand un car dégringole un ravin avec 40 écoliers à son bord, le drame fait la une des journaux dans le monde entier.

Les centaines d’enfants tués chaque année par le B.C.G. restent anonymes… La poule aux oeufs d’or de l’Institut P… finirait en court-bouillon ! Le corps médical ne doit en aucun cas en être informé… »

« …Apprenez ici une vérité terrible : chaque fois que vous entendez parler d’une affreuse mort d’enfant, terrassé dans les premières semaines de sa vie, par une « méningite virale », vous êtes en droit de suspecter le B.C.G., même si l’autopsie a confirmé le diagnostic classique d’« encéphalite virale > foudroyante… »

« …Si le médecin responsable d’une telle horreur est conscient du rapport de cause à effet, il est un criminel éclairé, et un lâche pour n’avoir pas parlé. S’il ne saisit pas le rapport, il est un dangereux imbécile prêt à la récidive… »

Dr. Jean ELMIGER  (La Médecine retrouvée)

« Les campagnes publicitaires en faveur des vaccins représentent un endoctrinement type lavage de cerveau… On utilise tout d’abord la désinformation, avec trucage des chiffres statistiques et amalgame savant de l’effet protecteur du vaccin avec d’autres affections et une annonce de possibilité de contagion totalement fantaisiste. Ensuite on sème la terreur, pour faire croire à l’ensemble de la population que telle maladie est effroyable, mettant au même rang de gravité une banale rougeole et une poliomyélite paralysante. Ensuite on procède à la banalisation de l’acte vaccinal. »

Dr Alain SCOHY

« La quasi totalité des cas de poliomyélite recensés aux U.S.A., de 1980 à 1994, a été causée par l’administration du vaccin oral atténué.»

Dépêche AFP, 1er février 1997

«Les Français, manipulés et désinformés en sont venus à considérer l’acte vaccinal comme le baptême : hors vaccin pas de salut. Or, il n’a jamais été prouvé scientifiquement que les vaccins étaient efficaces et sans danger… Le principe de la vaccination constitue la plus monstrueuse erreur médicale et scientifique du siècle.»

Dr. Louis DE BROUWER  (Vaccination erreur médicale du siècle)

« Le système immunitaire s’avère particulièrement endommagé à la suite de vaccinations de routine… »

« …Le capital immunologique se trouve substantiellement amoindri chez les nombreux enfants soumis aux programmes vaccinaux courants.»

Le Concours Médical   (20 janvier 1974)

« …Ce n’est pas une pratique médicale sensée que de risquer sa vie en se soumettant à une intervention probablement inefficace, afin d’éviter une maladie qui ne surviendra vraisemblablement jamais. »

Dr Kris GAUBLOMME

« 2/3 des 103 enfants décédés de la mort subite du nourrisson avaient reçu le vaccin D.T.P. dans les 3 semaines précédant la mort. Certains même étaient morts le lendemain. »

Dr TORCH   (« Neurology 1982 »)


« Une équipe médicale du Baylor Collège à Houston a retrouvé le virus SV 40 dans les tissus de patients souffrant de tumeurs du cerveau et de mésothéliomes. Ce virus, reconnu cancérigène, a ainsi été injecté à 30 millions de personnes à travers le monde par le vaccin contre la polio… »

Science et Vie  (décembre 1996)


« …Les vaccinés, loin de constituer un barrage protecteur vis-à-vis des non-vaccinés, sont au contraire dangereux et peuvent contaminer le reste de la population, puisqu’il est prouvé qu’ils peuvent être porteurs et transmetteurs de virus poliomyélitiques par voie intestinale, et peut-être par d’autres voies… » Dr. Yves COUZIGOU

« …Les végétariens prétendent depuis toujours que l’ingestion de la chair des animaux introduit petit à petit chez l’homme la bestialité de l’animal abattu…

Qui parle ici d’ingestion ? …Il est injecté à travers la peau, échappant à son contrôle… Les compères C. et G. (Calmette et Guérin) n’ont pas pris l’animal au hasard. ils ont choisi la vache. Ce paisible bovidé devient lentement mais sÛrement le lien analogique et quasi parental de la grande famille des Français… »                                                                                                                                                                                                     Dr. Jean ELMIGER  (La Médecine retrouvée)

«.Depuis 1957, l’O.M.S. ne recense dans les statistiques que les formes paralytiques de poliomyélite, alors qu’avant la vaccination, toutes les formes de polio étaient incluses, ce qui permet de faire apparaître une régression des cas qui est loin d’être la vérité.»

Dr SCHEIBNER  (Expert Australien)

« …Après l’échec retentissant du vaccin Salk (Au Massassuchets, 75 % des cas paralytiques avaient pourtant reçu 3 doses ou d’avantage du vaccin), une parade géniale fut trouvée pour sortir l’industrie du médicament du pétrin (« Life science ») : on décida de nouvelles normes pour l’établissement du diagnostic de la polio.

Pr. GREENBERG

« Si le principe de la vaccination était concevable au début du 20ème siècle du fait que le monde médical et scientifique ignorait pratiquement tout de la biologie moléculaire, des virus et rétrovirus endogènes et même exogènes et du principe de la recombinaison de ces derniers, il en va tout autrement depuis quelques décennies. Continuer à vacciner des populations entières, depuis 1978 des centaines de millions d’individus, constitue non seulement une erreur, mais également un acte criminel, véritable génocide, à l’échelle planétaire. » Dr Louis de Brouwer (Sida, le vertige)

« Que la vaccination soit obligatoire ou non obligatoire, vacciner de force, c’est violer y collaborer est meurtrier. »

Dr. Guylaine LANCTOT

« La vaccination est le modèle de l’incertitude, des interactions et relations imprévisibles. Elle se situe aux antipodes de l’esprit scientifique. »

Dr Jacques KALMAR

« L’ânerie humaine est la source des pires catastrophes… » ( Montaigne)

« …Mais aussi une mine d’or inépuisable pour qui sait l’exploiter. »

Dr. Toulet

« L’effet patent des vaccins est de favoriser la mort. »

Pr. Louis Claude Vincent

« Dans plusieurs pays en voie de développement, on s’était imaginé qu’avec une seule campagne de vaccinations on arriverait à résoudre le problème. Or, dans plusieurs de ces pays, la fréquence de ces maladies a augmenté, allant même jusqu’à quintupler depuis la vaccination.»

Pr Lépine     ( Médecine praticienne n°467)

« Quant Les scientifiques et les médecins s’attribuent la gloire d’une évolution qui est due en réalité aux plombiers et aux paysans! C’est grâce à eux que s’est développée une meilleure hygiène et que l’on a pu avoir une meilleure nourriture.([…) Avec une bonne nutrition, vous vous assurez un bon système immunitaire et vous n’êtes plus la proie des maladies. »

Peter Duesberg,

(Professeur de biologie moléculaire et cellulaire à l’université de Berkeley)


« Un virus, même atténué, peut reprendre sa virulence – c’est notamment le cas du virus polio vaccinal, qui redevient pathogène après son passage dans l’intestin et contribue à contaminer l’entourage. Les cas de polio chez les contacts des vaccinés par le vaccin oral sont bien connus. »

« Il n’existe aucune souche vaccinale issue des singes qui soit dépourvue de virulence neurologique.»

Dr Garcia Silva  ( le Maroc Médical n° 43)

« L’introduction volontaire et non nécessaire de virus infectieux dans un corps humain est un acte dément qui ne peut être dicté que par une grande ignorance de la virologie et des processus d’infection. […] Le mal qui est fait est incalculable. »

Pr R. Delong,

(Virologue et immunologue de l’université de Toledo aux Etats-Unis.)

«En 1945, la Hollande était le pays d’Europe le plus touché par le fléau tuberculeux. En 1974, sans jamais avoir eu recours au BCG, la maladie y était totalement éradiquée. A l’inverse, le fléau tuberculeux reprenait de la vigueur partout où le BCG est encore pratiqué »

Bulletin statistique du ministère de la Santé publique et de la Sécurité sociale    ( n° 1 de 1974)


« Le pire vaccin de tous est celui contre la coqueluche. (…) Il est responsable d’un grand nombre de morts et d’un grand nombre de dommages cérébraux irréversibles chez les nouveau-nés. »

Dr Kalokerinos  (24 mai 1987 Sunwell Tops)

« On a mené une campagne à la hussarde. On a violé la conscience des gens. Même les grands-mères de 80 ans venaient réclamer leur vaccin ! »

Pr Alain Fisch

«  Les hommes politiques sont donc désormais responsables et coupables. Leur culpabilité repose sur le fait qu’ils ont en main toutes les informations sur le système actuel. Ils savent parfaitement que l’expertise fonctionne à sens unique. Ils connaissent la collusion entre les experts et les vendeurs. Ils acceptent cet état de choses. Les dirigeants politiques ont des comptes à rendre. »

Dr Lacaze

« Les idées pasteuriennes propagées et enseignées comme un catéchisme d’enfant de cœur font reculer l’intelligence et donc la civilisation. »

Dr. René DUFILHO

« Les vaccinations ne sont que d’abominables mystifications hygiéniques qui ont déconsidéré la science et la pratique de l’art de guérir en décimant l’humanité pour enrichir les vaccinations. »

Dr. Hubert  BOENS


« La vaccination est la plus grande escroquerie médicale de tous les temps. »

Pr. Jules TISSOT

« Toute vaccination est un scandale si on la considère sur un plan scientifique. »

Dr. Jacques KALMAR

« La présence d’un œdème cérébral chez des enfants en bas âge qui meurent peu de temps après une vaccination contre l’hépatite B est inquiétante… Les enfants de moins de 14 ans ont plus de chance de mourir ou de souffrir de réactions négatives après avoir reçu le vaccin de l’hépatite B que d’attraper la maladie. »

Dr. Jane ORIENT

(Médecin, directrice de l’Association des médecins américains et des chirurgiens)

« Comme dans les livres saints, le dogme est installé sans faille. »

Dr. Jacques KALMAR

« Toute vaccination est susceptible de provoquer une encéphalite légère ou grave. »

Dr. Harris COULTER

(Vaccination Social Violence and Criminality)

« Peu de médecins sont disposés à attribuer un décès ou une complication à une méthode qu’ils ont eux-mêmes recommandée et à laquelle ils croient. »

Pr. Georges DICK

(British Medical Journal, juillet 1971)

« Le drame c’est que les hommes soient aveugles au point de ne plus être accessible qu’à l’erreur. Et les hôpitaux, les cimetières sont pleins de gens qui ont accepté, avec satisfaction, de se laisser assassiner stupidement par la malveillance de la seule force qu’ils ont cultivée avec soin : la force de leur IGNORANCE. »

Dr. Jacques KALMAR

«  Nous retrouverons toujours les mêmes remarques concernant les effet défavorables des vaccinations. Une vaccination, quelle soit, est toujours, biologiquement et immunitairement parlant, une offense pour

l’organisme. »

Pr R. Bastin (Concours médical,  Ier février 1986)

« Les micro-organismes inoculés à travers toutes les barrières naturelles ont été bricolés de telle manière que la majorité des individus développe des pathologies chroniques dont les symptômes ne sont pas faciles à rattacher à leur cause initiale. »

Dr Jacqueline Bousquet

Si nous continuons à généraliser et multiplier l’emploi des vaccins, on peut concevoir que d’ici quelques décades une pathologie nouvelle, celle de sociétés vaccinées, verra le jour.

Pr . P. DELOGE

(Tendance de la médecine contemporaine  1962)


Ne vous hâtez pas de faire tomber la fièvre de votre malade ; s’il souffre d’une affection virale, vous risquez de compromettre sa guérison.

Pr . André LWOFF

( Prix Nobel de médecine )

« Les vaccins donnent les maladies, en créent de nouvelles et propagent la mort. La preuve scientifique qu’une provocation artificielle d’une maladie empêche l’apparition d’une maladie naturelle n’a jamais été établie. Comme médecin, je m’élève contre ces vaccinations et proteste contre le mythe de Pasteur. »

Dr. Paul-Emile CHEVREFILS

« Les vaccinations en bas âge ne peuvent pas aider car elles ont des effets dangereux sur le système immunitaire de l’enfant laissant peut-être ce système tellement atteint qu’il ne peut plus protéger l’enfant durant sa vie ouvrant la voie à d’autres maladies suite à une dysfonction immunitaire. »

Drs. H. BUTTRAM et J. HOFFMANN

« Je suis fermement  convaincu que la vaccination ne peut être montrée comme ayant quelque relation logique avec la diminution des cas de variole. La plupart des personnes sont mortes de la variole qu’ils contractèrent après avoir été vaccinées. »

Dr. J.W. HODGE  (The Vaccination Superstition)


«  Certaines souches de vaccines peuvent  être impliquées dans des maladies  dégénératives telles que l’arthrite rhumatoïde, la leucémie, le diabète et la sclérose en plaques. »

Dr. G. DETTMAN (Australian Nurses Journal)

« Plusieurs auteurs allemands ont décrit la relation entre la sclérose en plaques et les vaccinations contre la variole, la typhoïde, le tétanos, la poliomyélite et la tuberculose. »

British  Medical Journal 1967

«  Le risque de souffrir de complications sérieuses provenant des vaccins contre la grippe est beaucoup plus grand que la grippe elle-même. »

Dr. William FROSEHAVER

« C’est une grande insulte faite au système immunitaire d’un enfant que d’introduire dans son sang des protéines étrangères ou les virus vivants dont sont composés les vaccins ’aujourd’hui. » Dr. MOSKOWITZ

« Contrairement aux croyances antérieurement établies à propos des vaccins du virus de la polio, l’évidence existe maintenant que le vaccin vivant ne peut être administré sans risque de produire la paralysie… Le vaccins viral vivant de la polio transporte en lui-même le risque de produire la polio paralytique chez les individus vaccinés ou leurs contacts. »

Dr. SALK                                                                                            ( Le Dr. SALK a introduit  le vaccin original de la polio dans les années 50)

« Les vaccins peuvent causer l’arthrite chronique évolutive, la sclérose en plaques, le lupus systémique érythémateux, le Parkinson et le cancer. »

Pr. R. SIMPSON de l’American Cancer Society

« Allons-nous échanger la rougeole contre le cancer et la leucémie. »

Dr. MENDELSOHN

« Le déclin du tétanos en tant que maladie commença avant l’introduction de l’anatoxine dans la population. »

Medical Journal of Australia 1978

« L’évidence suggère que les personnes qui sont vaccines contre la grippe ont approximativement 10 fois plus de chance de contracter le syndrome de Guillain-Barré que ceux qui n’ont pas été vaccinés. »

Center for Control Diseases 1977

« Cest une veritable épidémie … Il est grotesque de prétendre qu’il n’existe aucun lien entre l’autisme et la vaccination sauf des coïncidences. La vérité est que des enfants sont blessés par vaccinations. »

Dr. Bernard RIMLAND

Directeur et fondateur du Autism Research Inst. Of San Diego

« Pendant 23 ans, j’ai observe que les enfants non vaccines étaient plus sains et plus robustes que les enfants vaccines. Les allergies, l’asthme et des perturbations comportementales étaient clairement plus fréquentes chez mes jeunes patients vaccinés. D’autre part, les premiers      souffert plus souvent ou plus sévèrement de maladies infectieuses que les autres. »

Dr. Philip INCAO

«  Sur les 3,3 millions d’enfants vaccinés annuellement aux Etats-Unis avec le DCT, 16 038 démontrèrent des crises aiguës et des pleurs persistants – ce qui est considéré par plusieurs neurologistes comme l’indication d’une irritation du système nerveux central ; 8 484 eurent des convulsions ; 8 484 furent en état de choc dans les 48 heures suivant l’injection du DCT. »

Dr. Allan HINMAN et Jeffrey COPELAN

(Journal of the American Medical Association)

« Il n’y a pas de raison de croire que le vaccin de l’influenza (grippe) soit capable de prévenir ou de diminuer la maladie. Ceux qui fabriquent ce vaccin savent qu’il ne sert à rien mais ils continuent à le vendre tout de même. »

Dr. Anthony MORRIS                                                                              ( Anciennement chef du Contrôle des vaccins, gouvernement des Etats-Unis)

« J’appelle ça de la vaccinnomanie. Nous sommes arrivés à un point qui n’est plus défendable sur le plan scientifique. Introduire de nouveaux vaccins dans le corps sans savoir comment ils pourront affecter dans le temps les fonctions du système immunitaire frise la criminalité. »

Nicholas REGUSH, journaliste médical

« En 1992, une étude publiée dans The American Journal or Epidemiology a démontré qu’un enfant a 8 fois plus de chance de mourir, trois jours après avoir reçu le vaccin DCT (diphtérie, coqueluche et tétanos) qu’un enfant non vacciné. »