Archives quotidiennes : 14-septembre-2009

LA MÉLODIE DU BONHEUR

J’étais assis avec ma fiancée – comme dirait Foglia – en train de regarder Legault expliquer sa démission. Je ne suis pas un grand fan de la politique. J’y ai toujours vu de la magouille. Mais devant un Legault, ému, comment ne pas croire en la politique? Il y avait là un moment presque historique : Paul Crête, la veille avait perdu dans le comté de Rivière-du-Loup. Le parti québécois s’effritait… Si ce n’était que de la politique qui s’écaille, on pourrait passer outre. Si ce n’était que du grenouillage, on peut s’en passer également.  Mais on ne peut pas se passer d’humanisme. Et le P.Q. avec son ex. tendance sociale démocrate, représente tout de même un certain espoir. L’espoir d’un monde plus juste, ou la répartition de la richesse doit être une priorité pour un monde meilleur.

–          On n’a plus rien de la sociale démocratie, dis-je. On vient de perdre  quelque chose….

–          Pour la sociale démocratie, m’a-t-elle répondu, il faut de l’argent à distribuer.

Et pour les budgets à venir, rien de très affriolant. Un petit chapelet de catastrophes, toujours imprévisibles… Comme le budget de Madame Sacoche. Avec du sirop comme ça, on risque de ne pas se guérir de ne pas aimer la politique.

Et puis, déclic.

Je venais de visionner les deux films de Richard Desjardins L’erreur Boréale et le Peuple Invisible. Documentaires qui démontrent  que les politiciens ont vendu notre richesse collective… Très tôt. Vers 1910, les bons «canadiens français» bûchaient pour des compagnies américaines du bois canadien vendu ou donné «pas cher».

Ce qui me touche,  c’est que les autochtones du Canada sont aussi des conquis. Ce sont aussi des gens à qui on a accordé des territoires qu’on a violés par la suite.

Le néo-libéralisme «sauvage»  qui par sa crise de l’automne dernier,  nous a épluchés, déplumés.

Alors, ce paon de la civilisation est devenu un charognard.

Les arnaqueurs mondialistes

La vision «idéale» du néo-libéralisme est que les entreprises privées s créent de l’emploi, créent de la richesse,  Jusqu’ici, tout va. Mais dans la réalité, ces gens-là ne sont que des «compagnies-nombrils» prêtes à avaler toutes les richesses du monde, sans égards à l’humain. Et surtout à ne pas la partager, mais à l’engranger.

De la richesse pour la richesse. Et aussi concentrée que le jus d’orange en boîte. Suffit d’ajouter de l’eau. Mais on est trop avare ou –belle expression – fesse-mathieu. Mais qui donc  fournit la matière première à ces accapareurs qui n’ont aucune peine à saigner les peuples?

Les politiciens.

Mais ce n’est pas aussi simple… Les politiciens, surchargés, se créent une structure étagée pour déléguer. Ça, on le comprend. Du ministre aux sous-ministres, du haut-fonctionnaire au petit fonctionnaire, c’est un  modus operandi qui fait partie de la manière de faire, où la frange de l’honnêteté et de la malhonnêteté n’est pas traversée … Sauf que pour la plupart ils s’en vont tous dans le secteur privé. Qui a les moyens d’acheter un bon sous-ministre ou un haut fonctionnaire bien efficace?

Travaillent-ils pour le peuple ou les compagnies?

Borderline

Le chantage

Nous sommes soumis à un chantage régulier : pour «attirer» ces compagnies ou ces «créateurs d’emplois et de richesses» nous devons faire des concessions : abaisser les impôts, accorder des «faveurs», etc. Pour la simple raison que nous craignons de devenir pauvres. Et plus nous nous faisons arnaquer, plus nous devenons pauvres en terme de peuple.

C’est comme ça que les amérindiens, malgré les compensations, malgré, les territoires accordés (mais déflorés –c’est le cas de le dire) ont perdu leur identité et leur façon de vivre. Aucun respect. On a détruit leur environnement. Les animaux quittent, les autochtones n’ont plus de moyen de survie à leur manière : on aura beau leur donner des antennes paraboliques et tous les gadgets, habiller les jeunes en rappeurs, c’est toujours le bon vieux miroir qui séduit. Une vieille méthode qui a fait ses preuves.

Les dépossédés n’ont pas de pouvoir. Ils survivent. Ils ne vivent pas, ils survivent. Ils ne vivent pas, ils sont des esclaves. Les enfants qui travaillent dans le tiers-monde n’ont pas le choix : se nourrir. Souvent, le plus souvent, des résidus d’un monde riche qui niche sa richesse dans des paradis fiscaux. Et il y en a des milliers qui meurent de faim chaque jour. Nous, nous sommes là à débattre de théories, à regarder cette lutte de moulins-à-vent contre moulins-à-vent sans pouvoir rien faire.

Même si on adoucit le mot coupable à responsable, ça ne change rien. Dans cette hiérarchie compliquée – qui perd le contrôle – on se retrouve avec un tas de compost à l’envers : le mélange brut du dessus est celui que l’on voit en premier. Avec la corruption qui se brasse et bouillonne dans ce défilé d’égos où tout le monde prend le meilleur pour «soi», il ne reste que la poubelle du dessus pas encore mûre pour nourrir le petit jardin humain.

Ajoutez à cela la pauvreté des choix, on se retrouve pauvres en idées et en liberté. Car le système politique à deux PP ( partis politiques) est désuet au point de nous avoir donné 4 élections en 5 ans. Rien que pour retourner la veste à l’envers…

L’épandage

Après avoir brassé le tas de compost et l’avoir épandu dans le champ, il ne nous reste qu’une couche chétive. Plus elle est mince, plus nous avons froid. Notre avoir commun c’est notre couverture…

Nous sommes en État de chantage depuis des décennies. Quelqu’un prend le meilleur et l’empoche. Et de nos petits déchets servant à nourrir le compost, nous n’avons plus grand chose. Le verbe taxer est passé au mot «taxage» qui signifie «obliger une prostituée à réaliser un gain minimum». Pour qui?

Alors nous sommes là, devant la télé, à regarder ces «daydream believers», de bonne foi, mais nous n’avons pas de coupables à pendre. C’est qu’au long de ce filoutage rendu invisible, nous sommes devenus un peuple aussi invisible que celui dont parle M. Desjardins.

Plus le riche affine ses moyens de flouer l’individu et le peuple, plus le pauvre – ce qui inclut les petits salariés – n’a les moyens de lutter.

Ce qui fait que dans les années qui viennent nous serons condamnés à vivre de la poubelle des «grandes compagnies» créatrices d’emplois et de richesses.

Nous vivons dans un système bicéphale ou le lobe gauche ignore ce que fait le lobe droit.

Alors pour ce qui est du «luxe» de la social-démocratie», on dirait que nous avons été enlevés…

Nous avons payé la rançon. Sauf qu’elle est éparpillée dans le monde…

Quant au pouvoir politique, c’est la belle illusion : eux aussi ont leurs maîtres-chanteurs. Mais la facture nous est refilée…

La note coûte cher. Étant donné que nous sommes dans une ère de mondialisation, la chanson est partout pareille.

Comme dans ce vieux  film «La mélodie du Bonheur».

do : le dos, il a bon dos
ré : rayon de soleil d’or
mi : c’est la moitié d’un tout
fa : c’est facile à chanter
sol : l’endroit ou nous marchons
la : l’endroit où nous allons
si: c’est siffler comme un pinson
Et nous revenons à do, do do do DO !

Le politicien, c’est du bas de gamme…