La surpêche des banquiers: USD $ 9 000 000 000 000.

L'arnaque

« Entre le leurre et l’argent du leurre, il faut choisir »
Dicton militaire

Miroir aux alouettes :

Cette expression vient tout simplement d’un type de piège qu’utilisaient autrefois les chasseurs pour attirer certains oiseaux, dont les alouettes.
Composé de morceaux de bois garnis de miroirs, ce piège, lorsqu’il était agité, provoquait des reflets brillants qui attiraient les oiseaux que les chasseurs n’avaient plus alors qu’à capturer au filet ou à abattre au fusil.

Un oiseau à la volette…

On dirait que les masses sont devenues les proies favorites des grands chasseurs financiers. Leurs techniques pour s’emparer des richesses de pays se  sont affinées par … l’hypocrisie.   Les conquérants arrivaient dans les pays du «nouveau monde» avec une arme très dangereuse : le miroir. Il effrayait qu’en même temps il finissait par sans doute éveiller la vanité endormie du sauvage qui allait bientôt subir le buldozer évolution.

La confession

Le 3 mars 2009, j’écrivais un billet intitulé Les tueurs à gages de l’Humanité. Je croyais avoir inventé l’expression, ne connaissant pas le livre de John Perkins  Confession of an Economic Hit Man . Bien que critiqué dans certains passages ou détails, le livre demeure dans le fond véridique, et montre clairement qu’il y a eu conspiration pour extorquer des milliards de dollars aux pays pauvres à travers le monde en leur prêtant plus d’argent qu’ils ne pouvaient rembourser pour ensuite prendre le contrôle de leurs économies.

Écrit en 2004, cinq ans plus tard, la confession de Perkins semble non seulement plus plausible, mais sous certains aspects, les méthodes utilisées étaient même répandues à travers les astuces financières jusqu’au centre même des Etats-Unis, créant une crise financière que nous verrons plus loin.

Dans une entrevue livrée dans Democracy Now ! , le 9 novembre 2004, voici les grandes lignes de l’entrevue.

  • En gros, nous étions formés et notre travail consistait à construire l’empire américain. De créer des situations où le maximum de ressources étaient drainées vers ce pays, vers nos multinationales, notre gouvernement, et nous avons été très efficaces. Nous avons construit le plus grand empire de l’histoire du monde. Et nous l’avons fait au cours des 50 ans qui ont suivi la deuxième guerre mondiale, avec peu de moyens militaires en réalité. En de rares occasions, comme en Irak, les militaires interviennent mais uniquement en dernier recours. Cet empire, contrairement à tout autre empire de l’histoire du monde, a été crée d’abord par la manipulation économique, par la fraude, par la corruption de personnes avec notre mode de vie, et à travers les tueurs à gages économiques. J’en faisais partie.
  • Le premier tueur à gage économique était Kermit Roosevelt, dans les années 50, le petit-fils de Teddy [président des Etats-Unis – NDT] , qui renversa le gouvernement Iranien, un gouvernement démocratiquement élu, le gouvernement de Mossadegh qui avait été désigné « homme de l’année » par le magazine Time.(…) la décision a été prise de faire appel à des organisations comme la CIA et la NSA pour recruter des tueurs à gages économiques comme moi et nous faire travailler pour des sociétés privées, des sociétés de conseil, de construction. Ainsi, si on se faisait prendre, il n’y avait aucun lien avec le gouvernement.
  • Ces compagnies ensuite construisaient des réseaux électriques ou des ports ou des autoroutes qui ne servaient qu’aux quelques familles les plus riches de ces pays. Les pauvres de ces pays se retrouvaient en fin de compte avec une dette incroyable qu’ils ne pouvaient absolument pas payer. Un pays aujourd’hui comme l’Equateur consacre 50% de son budget national juste pour rembourser sa dette. Et il ne peut pas le faire. Ainsi nous les tenons à la gorge. Si nous avons besoin de plus de pétrole, nous allons voir l’Equateur et nous leur disons, « Bon, vous ne pouvez pas nous rembourser, alors donnez à nos compagnies les forêts d’Amazonie qui regorgent de pétrole. » C’est ce que nous faisons aujourd’hui et nous détruisons les forêts amazoniennes, obligeant l’Equateur à nous les donner à cause de cette dette. Ainsi, nous accordons ce gros prêt, et la majeure partie revient aux Etats-Unis. Le pays se retrouve avec une dette plus d’énormes intérêts et il devient notre serviteur, notre esclave.
  • En Irak, nous avons essayé la même politique avec Saddam Hussein, mais Saddam n’a pas marché dans la combine. Lorsque les tueurs à gages économiques échouent, l’étape suivante est d’envoyer ce que nous appelons les chacals de la CIA, à savoir des personnes qui tentent de fomenter un coup d’état ou une révolution. Si ça ne marche pas, ils recourent aux assassinats, ou ils essaient. Dans le cas de l’Irak, ils n’ont pas réussi à atteindre Saddam Hussein. Ses gardes du corps étaient trop efficaces. Il avait des sosies. Ils n’ont pas réussi à l’atteindre. Alors la troisième ligne de défense, si les tueurs à gages économiques échouent et si les chacals échouent, c’est d’y envoyer des jeunes hommes et des jeunes femmes pour tuer et se faire tuer. Ce qui est évidemment en train de se passer en Irak.
  • AG : Quels étaient vos relations avec la Banque Mondiale ?
  • JP : Je travaillais en très étroite collaboration avec la Banque Mondiale. La Banque Mondiale fournit la majeure partie de l’argent utilisé par les tueurs à gages économiques, ainsi que le FMI. Mais après les attentats du 11 Septembre, j’ai changé. Je savais que je devais raconter l’histoire parce que les événements du 11 septembre sont le résultat direct du travail des tueurs à gages économiques. Et la seule manière pour retrouver la sécurité dans ce pays et retrouver une conscience tranquille serait d’utiliser ces mécanismes que nous avons mis en place pour apporter des changements positifs à travers le monde. Je crois réellement que nous pouvons le faire. Je crois que la Banque Mondiale et d’autres institutions peuvent être changées et être amenées à faire ce qu’elles sont censées faire, qui est de reconstruire les zones dévastées de la planète. Aider, aider réellement les pauvres. 24 000 personnes meurent de faim chaque jour. Nous pouvons changer cela.

Un petit tableau

Item

Issuer / Guarantor

Amount of Outlay or Guarantee

Commercial Paper Funding Facility Federal Reserve $1,800 billion
Fannie Mae (NYSE: FNM), Freddie Mac (NYSE: FRE), and Ginnie Mae U.S. Treasury / Federal Reserve $1,650 billion
Temporary Liquidity Guarantee Program FDIC $1,400 billion
Geithner’s Legacy Loans Program FDIC $1,000 billion
Term Asset-Backed Securities Loan Facility (TALF) Federal Reserve / U.S. Treasury $1,000 billion
Term Auction Facility (TAF) Federal Reserve $900 billion
Obama Stimulus Plan U.S. Treasury $787 billion
Earmarked within 2010 budget proposal for additional bailout U.S. Treasury $750 billion
Treasury Asset Relief Program (TARP) U.S. Treasury $700 billion
Total USD international currency swap lines Federal Reserve $688 billion
Money Market Investor Funding Facility Federal Reserve $540 billion
Line of credit to FDIC supported by Bair, Geithner, and Bernanke U.S. Treasury $500 billion
Citigroup (NYSE: C) Guarantee U.S. Treasury / FDIC $306 billion
Hope for Homeowners Act of 2008 U.S. Treasury $304 billion
Fed Purchase of Long-term Treasuries Federal Reserve $300 billion
Term Securities Lending Facility (TSLF) Federal Reserve $225 billion
Economic Stimulus Act of 2008 U.S. Treasury $168 billion
Other loans: Primary Dealer Credit, etc.* Federal Reserve $138.2 billion
Paid to JP Morgan Chase (NYSE: JPM) to settle Lehman debt Federal Reserve $138 billion
Bank of America (NYSE: BAC) guarantee U.S. Treasury / FDIC $118 billion
AIG (NYSE: AIG) Bailout (excluding TARP) Federal Reserve $110 billion
Bear Stearns brokered sale Federal Reserve $25.9 billions
I’m afraid to look … Total: $13,548,100,000,000

On a égaré USD $ 9 000 000 000 000

On a égaré 9 trillions…C’était la dette il y a quelques mois… Ça ressemble à un mode DELETE sur un clavier…

Si cette prise de contrôle avait été planifiée et était mise en vigueur calmement, parallèlement à l’émission d’une autre monnaie, ce serait une solution. Faite en catastrophe, elle ne peut être… qu’une catastrophe. Et seul pourra gérer cette catastrohe un gouvernement qui suspendra les libertés démocratiques. Nouvelle Société Pierre JC Allar, Économiste et avocat

Mignon le chat.

$44,297 pour chaque américain.

$120,000 par foyer

Quand vous écouterez un anticomplotiste ou un bulletin de nouvelles, dites-vous que le chat est dans la télé, mais que dans vos vies c’est un tigre.

On adoucit comme on a adouci l’ère hitlérienne, ce «parfait» végétarien, non fumeur, non buveur.

On connaît la suite. L’Histoire se répète par le peaufinage de l’illusion.

Welcome in OUR BRAVE NEW WORLD…

At $44,297 for every American, the sum outstrips the mean annual wage of American workers. At more than $120,000 per household, the sum could have placed us well along the path to energy independence by providing a hybrid vehicle from Ford (NYSE: F), an 8 kW solar panel installation, and a small wind-powered generator to every single American household.

$10.2 Trillion? A Mere Drop in the Bucket

http://www.fool.com/investing/international/2009/03/24/102-trillion-a-mere-drop-in-the-bucket.aspx


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.