LA ROUTE VERS L’INFINI

LA JOIE

La joie est une chose qui se cultive et s’apprend. Elle n’est nulle part ailleurs qu’en nous. Tous ceux qui la cherchent voyagent si loin qu’ils ne peuvent plus la voir. Tous ceux qui veulent l’avoir deviennent prisonniers de leur possession. On la porte comme un enfant…Mais il faut l’élever. Et unie à la compassion et à l’amour des autres, à la reconnaissance la VIE dans l’autre, elle est le bonheur qui danse et qui se moque du malheur d’avoir les pieds sur Terre.

Mais la joie ne peut être si celui ou celle qui la porte n’est pas la joie. Elle n’est pas dans le vin que l’on boit, elle est ravivée par le vin.

Et l’art de la transmettre n’est pas un apprentissage donné: ce n’est qu’une graine envoyée par le vent du rire et le paysage du sourire.

Elle n’est pas facile à acquérir. Mais une fois acquise elle est difficile à déloger. Elle se moque de la peine ou prend une attitude froide et d’attente. La peine est ce qui passe. La joie est ce qui reste.

On ne peut pas cultiver un jardin en même temps que parfaire l’attrait de sa maison.

Il faut choisir. Entre l’apparat qui passe et stagne ou le jardin qui pousse et donne des fruits…

3 réponses à “LA ROUTE VERS L’INFINI

  1. Gaétan

    Puissiez-vous avoir raison : « La peine est ce qui passe. La joie est ce qui reste ».

    Pierre R.

  2. Bonjour 🙂
    Votre texte me fait penser à l’expression  » la beauté est dans l’oeil de celui qui regarde ».
    Ainsi un paysage, un vin, une musique ne nous procurera pas la même impression selon notre état d’âme. C’est notre regard sur la vie et sur le monde qui nous le fait paraitre beau ou laid. Lorsqu’on a de la joie en soi, le négatif n’a pas de prise. Vous parlez de compassion et d’amour des autres, pour aimer l’autre il faut s’aimer soi et j’ai souvent remarqué que les personnes aigries ne s’aimaient pas, sans doute ne savent elles pas donner ce qu’elles n’ont pas reçu. La peine passe si on ne l’entretient pas 🙂
    J’aime décidément beaucoup ce que vous écrivez.

    • Era,
      Merci de la visite.
      Vos commentaires sont très pertinents. Ce genre de texte est difficile à écrire. C’est aller profondément… Hélas! Les sociétés ne cultivent pas la profondeur. Même qu’on nous apprend à consommer des «idées». De sorte que l’on s’appauvrit dans notre être en s’enrichissant dans nos avoirs.
      Je crois que le reste est une question de développement individuel…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.