Archives mensuelles : octobre 2008

JULIE COUILLARD SE VIDE LE COEUR EN REMPLISSANT UNE CAFETIÈRE

JULIE COUILLARD

VERSION 1.02

Bienvenue au resto Chez Maxime.

J’étais en moto l’autre jour, par une belle journée de septembre, quand à mi-chemin de mon but,  bang !

J’avais oublié d’éteindre la cafetière. Je n’ai pas rebroussé chemin. Mais j’ai eu la frousse.  J’ai pensé à mon agent d’assurances, mais ¼ de seconde plus tard à mes primes d’assurances, ma maison, ma femme, mes chats, et ma basse Hoffner Made in China.

Quand je suis arrivé à la maison, le fond de la cafetière était noir : Il ne restait plus qu’un sirop boucanant  que j’ai dû frotter avant que ma femme n’arrive du travail.

Puis ce matin, en lisant les lambeaux de la biographie de Julie Couilard, je me suis dit qu’elle avait atteint le fond de la cafetière et qu’elle nous servait ce fond en l’enflant d’eau.

Bref, elle avait l’air d’avoir filtré  son café à l’envers : elle a laissé l’eau s’évaporer pour nous  inviter au Café Chez Maxime, en l’honneur d’un membre célèbre du cénacle ottawaien, le cercle du 155,400$, et plus…

J’étais commotionné à la lecture des trailers de son prochain livre.

On y apprend, entre autres que :

  • Le Premier Ministre Harper boirait  du gros Pepsi.
  • Maxime mépriserait ses électeurs : «Pendant qu’il distribuait les sourires il se penchait vers moi et mine de rien me soufflait à l’oreille des réflexions méprisantes sur ses électeurs».
  • «Maxime Bernier se voyait beaucoup plus comme une vedette que comme un homme politique. Sa coupe de cheveux, l’éclat de son teint, la forme de son noeud de cravate et le pli de son pantalon – autrement dit l’image qu’il projetait – figuraient beaucoup plus haut dans sa liste de priorités que le sort du Darfour ou la guerre en Irak. Il était plus vaniteux que 10 vedettes de cinéma réunies.»
  • «Duceppe. Ce câlisse-là, il va au même salon de coiffure que moi et ça fait des mois qu’il se bat la gueule devant tout le monde pour dire qu’il va anéantir Maxime Bernier parce que sa blonde est une fille de la mafia. C’est lui le responsable.»
  • Maxime Bernier voudrait devenir Calife à la place du Calife.

L’OBJECTION DE MAXIME BERNIER.

«Ridicules». Toutes des inventions.

J’ai jeté un œil au sondage de LA PRESSE :

À 4992 répondants – ce qui me fait penser à l’année où Christophe Colomb a découvert l’Amérique – 24%  croient aux  propos de Madame Couillard. 40%, non.

Je suis éhontément dans les 24%. Pourquoi ? Parce que la politique est truffée de mensonges.

Un politicien qui prend soin de son pli de pantalon, de sa santé, qui veut s’afficher, qui sacre et qui veut devenir Premier Ministre du Canada. Je ne vois rien de d’atypique du portrait de l’homme dans cette grappe d’élus. Que Monsieur Bernier se défende avec un tricot de non, c’est qu’il n’a pas de choix autre.

Mon œil n’en croit pas mes lunettes. Tous les politiciens veulent passer à la blanchisserie un jour ou l’autre. La politique : Un combat de boue où on se javelisent sur tous les porte-voix publics.

On y apprend quelque chose de nouveau : il est métro-sexuel.

J’aurais dû garder mon fond de cafetière.

J’ignorais que ça se vendait…

LE CAFÉ INSTANTANÉ

C’est ça l’instantanéité de l’information : on s’arrache des lambeaux de pages, de phrases, de citations. Ça n’a rien à voir avec la biographie elle-même. La biographie relate la vie de Madame Couillard, non pas celle de Maxime Bernier. Avant d’ameuter la GRC, il faudrait la lire cette biographie d’une vie de 39 ans.

Je pensais que Madame Couillard avait fabriqué son café à l’envers. Pas tout à fait… Pour l’instant c’est de l’instantané de journalistes. De la poudre à café.

Finalement, au Canada, on peut refaire la feuille d’érable à l’envers : Il suffit d’ajouter de l’eau à un bloc de sucre d’érable et on verra pousser un érable et ses petits drapeaux canadiens.

LA POUBELLE

Monsieur Bernier aurait dit à Madame Couillard de mettre ses documents secrets à la poubelle.

Elle a mit l’homme à la poubelle et a gardé les documents.

Pas bête !