MARILYN ET GINETTE

Pierre Folgia

L’échangeur Turcot : la structure plus surveillée du Québec ?

Mettons qu’on soit trois ou trente-six à la surveiller… J’vois pas comment les yeux des gars peuvent soutenir la structure avec leurs yeux. À moins qu’ils soient de Crypton, la planète de Superman.

Bon, je reconnais le pouvoir de l’œil, du regard.

Si on passe une paire d’yeux en dessous d’une robe, ça redresse…

Le jour où Marilyn Monroe était, jambes écartées,  sous la grille et que l’air ballonnait  sa robe,  j’étais un de ceux  qui soufflait en dessous.

J’en ai perdu le souffle. Je me suis dit que ces jambes-là pouvaient motoriser la plus moche des bécanes.

J’ai trouvé ça dur.

Pour les structures de béton, à mon âge, je ne suis pas sûr de tenir le cou.

Au temps de Marilyn, j’aurais pu faire voguer un voilier avec trente-six robes et lui faire traverser l’Atlantique. Mais là, tout ce que je peux faire, c’est de m’installer à côté de l’échangeur et prendre une photo au moment où il va culbuter.

J’enverrai ma photo à TVA. Ça ne coûte rien d’utiliser la chambre noire du peuple en manque de gloire.

Même pas quinze secondes.

Une question de temps, j’vous dit.

Je vois tout … Même les yeux bandés…

Un  sous- ministre vient de découvrir la sénescence du béton :

Selon le sous-ministre adjoint pour l’Ouest, Jacques Gagnon, c’est davantage un problème de détérioration que de construction qui a poussé le ministère à réduire d’urgence le trafic sur Turcot un vendredi soir d’été.

Marilyn, elle, demeure… Tout ce qui est passé dessous c’est écroulé : Kennedy, DiMangio, et l’autre dont je me suis amnésié du nom.

1,0 pour Marilyn. Deux boules, trois prises. Le baise-ball a trois buts à franchir :

La gloire, la richesse, et la tite brosse pour pelleter le marbre…

***

Dire qu’un jour, alors qu’il pleuvait à verse, je me suis servi du pont comme d’un parapluie.

J’ai été sauvé par mon casque. En l’enlevant, j’ai vu la gerçure charbonnée qui laissait se découvrir une tige d’acier cariée.

Ce qui fait que les ingénieurs sont menteurs comme des dentistes.

Paniquer ?

Quand le voisin meurt, ça veut pas dire que toute la rue va mourir. On a plus de chance de gagner  la loto que d’être écrasé par un viaduc. Vous vous prenez pour un Lavigueur ?

La F1 à Montréal.

Je suis d’accord avec ma consoeur Mira Elrouki : faut trouver autre chose. J’ai finalement ouvert mon biscuit chinois pour y trouver la solution :

Du vélo.

Et pour ceux qui s’ennuient du bruit, on leur fournira des écouteurs sans fils branchés sur la course d’un autre pays. En Stéréo : de la rive sud à la rive nord. Avec des micros sur les pédales. Ça vous va ? Avec des amplis bedonnant  comme ceux des  shows de Céline.

Y a toujours des cons pour donner l’argent de la rançon aux blackmaileurs. Je sais qu’on peut faire rouler bien des restaurants avec la F1. Un moyen d’ouvrir la sacoche de Madame Forget ?  Soit. Mais c’est Roger qui paye. Roger c’est vous.

Du chantage ? Comme dirait Gainsbourg : je te roule, moi non plus.

Le roulothon

Si vous y tenez vraiment, j’ai une autre idée…

Tant qu’à rouler, on pourrait faire un roulothon pour sauver le Grand-Prix. Me semble que Michèle Richard, Desjardins, Lapointe, pourraient tourner en rond longtemps et ramasser des sous…

***

Le Grand-Prix, c’est l’offre et la demande. C’est pour ça que Saint-Isidore n’a pas le Grand-Prix. Ni St-Louis-du-Ha-Ha !

Le circuit Gilles-Villeneuve, c’est comme les maisons : avec le temps ça prend de la valeur. Et plus l’acheteur pense qu’il a de la valeur, plus il s’endette sur la valeur. Y a pas que les pneus qui crissent….

Mais quand personne ne coure dessus, on appelle ça une crise immobilière.

Reste plus qu’à s’acheter des restaurants avec la valeur à venir.

Patrick Lagacé et Ginette

Ginette, c’est la Julie Couillard des pauvres. Elle n’a pas de politiciens à se mettre sous la lèvre, alors elle court les chroniqueurs et les blogueurs. Une naine de Paulin sur la Toile.

Les complots :

* Ben Laden a rongé les structures du Québec à cause des scouts qu’on envoie en Afhganistan.

*  La descente aux fromages du Québec est l’œuvre d’un ancien vendeur de barils de pétrole frustré.

* J’ai couché avec un personnage important.

Patrick, il ne te reste plus qu’à appeler Claude Poirier.

Du harcèlement blogiste.

Siècles des folles !

J’adore les magiciens qui scient les femmes en deux. On se demande toujours s’il va pouvoir la recoller. Recoller une moitié, c’est pas donné à tout le monde. Si le magicien a une formation en sociologie il risque de coller les deux morceaux à l’envers. Imaginez Angelina Jolie  sous Brad Pitt avec les seins juste au dessus de la tête !

Je reviens au magicien.

Le crétin la recolle après avoir sorti de son chapeau une lapine de Playboy !

Ah ! J’ai aussi remarqué que les magiciens soufflent sur leur petit poing fermé pour faire sortir des foulards de toutes les couleurs.

Tu as soufflé trop fort, Patrick. Te voilà rendu avec un gros foulard qui t’enroule.

C’est comme ça qu’on a découvert les momies dans les pyramides.

La chatte sur un toi brûlant…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.