Archives de Tag: États-Unis

La prison à 50 États

prison usa

J’ai peur de regarder en dessous de mon lit!… Il y a un monstre. 
Couche-toi et dort, tu devrais regarder en dessous de ton pays…. 
Robert C. Cornwell 
 

J’ai appris, de la bouche de mon fils qui a fait des recherches sur les ancêtres des Pelletier, que mon arrière-arrière grand-père avait migré des États-Unis au Canada.

Brrrr!

Depuis je me lave à l’eau de javel trying to erase  pour me laver de cette souche. Mais probablement qu’il était trop doux pour faire la chasse aux amérindiens, papi-papi, puisqu’il est revenu au Québec.

***

Les U.S.A. mènent le monde par la peur, par leur clinquant. De sorte qu’ils ne sortent plus de leur pays de peur de se faire huer et ne laissent plus entrer personne de peur de se faire tuer. Mais ils s’entre-tuent entre eux…

Enfant, j’y ai fait des séjours parce que mon père y travaillait. Si la tendance continue, ils auront  besoin de plus de policiers que de citoyens. Les dirigeants américains ont l’art de cultiver la peur pour engager les" boys" à faire la guerre aux méchants et à transmettre la liberté frauduleuse et toute menteuse de leur système de dégénérés qui se reproduisent comme des blattes.

Ils sont prisonniers chez eux…

On tue un américain, ils se vengent en en tuant 50,000. La loi de "l’étalon". Talion, étalons, ces fourmis d’églises diverses ne se voient plus le nombril à force de manger food-food fast.

L’Amérique chantée par Dassin est maintenant un énorme miroir, mais un miroir rongeur comme un rat-Narcisse se mirant…

Mais là où se cache le grand secret des U.S.A., c’est dans sa pauvreté. Soldats des multinationales, soldats des armées allant répandre la bonne nouvelle. L’américain moyen et pauvre est piégé: autant dans son ignorance des différences de l’être humain, se gargarisant de haute-technologie, c’est avant tout un vendeur d’autos et d’armes, un kapo avec une culture de Goebbels fabriqués à la chaîne.

Tout Fordisme. Tout pyramidal. Hypocrite.

On dirait un remake d’un vieux film des années 30… Mais en 3D.

Il n’y a personne à blâmer. La masse américaine est victime de son ignorance et de ses valeurs "primaires". Puérile  jusqu’à la moelle. Et navrant dans le constat.

Elle est même en train d’avaler sa "propre liberté". Après avoir puisé dans les réservoirs des esclaves à harnacher, la voilà elle même dans un bateau étroit, encagée, apeurée, voire enchaînée.

La carte étasunienne est une paupière fermée sur le monde.

C’est la culture de l’aveuglement et des formules vides.

Et les chiens-guides sont élus…

Comme disait Elvis, dans un de ses livres JAILHOUSE ROCK:

One for the money 
Two for the show 
 

Les paillettes et Vegas… Une ville dans le sable… Un pays dans la merde!

Le terrorisme intraveineux…

gp

2014

Nous, les bisons de l’avenir…

Bison 1

Drapeau américain

J’aime les étasuniens – je parle de l’ensemble – comme j’adore la soupe aux quenouilles. Ça ne veut rien dire. J’ai peur du syndrome du bison décarcassé mondial. Les américains  courent partout, se tirent dans le pied et se prennent pour le fromage Gouda et Bouddha. Ça prie, ça tue, le cerveau à moitié dans le formol. Ce pays est un non-désodorisant qui souffle ses vapeurs nauséabondes partout dans le monde. Pas pour la chair, rien que pour la fourrure. Ça se penche pour ramasser tout ce qui tombe. Ils sont bons à faire de la gelée royale putride. Ça butine de pays en pays avec leurs hélicoptères d’acier.

Seigneur! Donne-nous quelqu’un d’autre pour « diriger » le monde. Tu nous as envoyé une race de saigneurs visqueux et séchés comme la morue boucanée, raide, indigeste, abjecte.

Ce pays ne cultive que la mâchoire, les dents, pour mieux broyer et avaler le reste du monde. Ils ont des dents qui lancent des balles, des revolvers pleins les poches.

Je me sens comme dans un chaudron devant des troupes de cannibales. C’est un pays à succion. Un aspirateur à richesses. Des gamins, des drones de gamins et de manchots à balais.

Plouf!

Ils s’avalent eux-mêmes. Eux et leur « In God we Blesse », ou autres naïveté narcissique.

Le reste du monde est une caravane qui passe, les nouveaux sauvages, avec leurs tatouages de menteries, de fourberies nous écrasent. La CIA est une fabrique à rats. Ça serpente tous les couloirs de tous les pays à violer. Ils bricolent en cachette des plans retors.

Nous, les futurs bisons à massacrer, nous nous révoltons contre cette robotique  effervescence mondialiste, dénudant les démunis, engloutissant les pays, les civils, les enfants, la riche dissemblance, l’unicité, le vaste, délaissant et ravageant tout pour la monoculture de hamburgers en bœuf étouffé entre deux tranches de pain gonflés à la dette.

Vous êtes endettés?

Vous mendierez tant!…

Les voleurs-violeurs sont pauvres! Ah!  Petit américain, vote, vote, vote et rote le repas de tes élus à coups de milliards de dollars. Faussez la monnaie, comme un guitariste de fond de bar pour la bande de soûlés, d’enivrés et de mercantilistes militantistes visqueux malotrus.

Bande de déterriens, inhumains, panthères passées à la chaux.

Arthrite terrestre… Boucaniers et boucaneurs de peaux. Sucettes à pétrole. Zeus de fonds de bouteille.

On vous craint. Vautours menottés, cervelles de chancres. Vous nous ulcérez, impies pitoyables.

Goudron déterré de la Terre. Cambouis à chenilles. Fléau! Fléau! Fléau!

Passez! Outrepassez pour que le monde passe à autre chose ou qu’il revienne à ce qu’il était, ou reste ce qu’il est.

Vous puez du progrès comme une bouche matinale après une cuite de 100 ans.

C’est la guerre de cent ans. Cent ans de déculture, de banditisme étouffé, de dresseur de dentistes hâbleurs, esbroufeurs.

Architectes de machines à sous. Gueules de bégueules. Carnassiers chihuahuas  enflés aux stéroïdes.

Passez dans l’Histoire pour qu’on fasse un bout de chemin.

Les bisons ne sont pas sur terre que pour leur peau…

Mais l’Histoire aura un jour la vôtre…

 Lextermination du bison américain

Gaëtan Pelletier

3 janvier 2012

Dix petits nègres…

obama

Dix petits nègres est un roman policier d’Agatha Christie dans lequel dix personnages, dont chacun, dans le passé, a perpétré un homicide contre lequel la justice est impuissante, sont incités à se rendre sur une île et, bien qu’ils en soient alors les seuls résidents, sont mystérieusement assassinés l’un après l’autre, d’une façon qui rappelle inexorablement les dix couplets d’une comptine.  Ouiqui

 

Un invité va élaborer un plan diabolique pour tuer d’anciens criminels ayant échappé à la justice; lui-même étant un criminel très dangereux …

Nouvelle de dernier leurre:

Papa Bush aurait fait un saut en parachute, à 90 ans. Il n’a pas dit que c’était son dernier, mais toute la planète l’aurait souhaité. Le fils, atteint de fibrose christique,- avec sa monomanie langagière du "God Bless America –  s’est transformé en peintre. Comme Hitler, mais à l’envers… Il se peint les pieds en prenant son bain. Et deux fois  à l’envers, parce qu’il est devenu peintre après la  les guerres.

Peindre son "nettoyage"… Il y aurait de quoi fouiller le cerveau-éponge de cet autre nègre au service la finance, ablutioné , ou s’auto-nettoyant de ses péchés par un des baptêmes à répétitions au savon. C’est Ponce-Pilate qui ne se contente pas des mains… L’immersion complète. Mais aujourd’hui, avec la science du message codé scientifico-magnifique, c’est de l’hydrothérapie.

Un bain pas de tête…

1102-Bushpeinture1.jpg

S’entre tuer "internement"  

Aux États-Unis, il ne se passe plus une semaine sans qu’un "tireur fou" abattre quelqu’un … sans raison.

« Nous sommes le seul pays développé au monde où cela se produit. Et cela arrive à présent une fois par semaine ! On en parle pendant 24 heures et on oublie. Il n’y a pas un seul pays comme ça ! Notre niveau de violence par armes à feu défie les statistiques ; aucun pays ne tolèrerait cela ! »

Ce qu’oublie M. Obama, c’est que ce pays est le seul à se livrer à un massacre planétaire "sans raison", outres que celles invoquées d’autodéfense.  

Hypocrisie des  présidents-nègres élus "démocratiquement".  Money vote!

L’Histoire amnésique 

Les écoles des pays dits développés n’enseignent plus l’Histoire.  Sinon, on saurait qu’en 1917, les États-Unis fournissaient à l’Europe un soutien sous bien des formes, dont  quelque 2 milliards  de dollars prêtés à la France.  Bref, un grand support aux européens…

C’est ainsi que débuta, avec le nègre Wilson, l’idée de la guerre "payante". Les États-Unis entrèrent en guerre avec des fusils de bois pour se pratiquer… 125,000 marines. Mal outillés.  Mal formés. Et mal informés. Il ne connaissaient alors que la guerre interne… Mais cet événement allait les réunir enfin dans un grand projet: gendarme du monde.

Jusque là, l’Amérique ( eh! oui! Qu’une seule…), centrifugée, encore en luttes domestiques découvrit l’Euréka d’Archimède comme Sieur G.W. Bush dans son bain. Mais toujours à l’envers: il s’était découvert bien avant en misant sur le pétrole en baignant dans le monde des affaires.

Le marché "noir"

L’Amérique ( U.S.A), s’offusquant religieusement d’importer des nègres, trouva le moyen d’en sculpter par la "main invisible" du règne de la finance. Les États-Unis se transformèrent donc en un colonialisme "invisible" dans le siècle qui suivit. De sorte que pendant dix décennies, on élira autant de présidents-nègres, réunis sur leur île de 50 États.

Enquête 

Un invité va élaborer un plan diabolique pour tuer d’anciens criminels ayant échappé à la justice; lui-même étant un criminel très dangereux … 

Le problème, vu la situation mondiale, est que le criminel est sur l’île. Mais, dans son nouveau plan luciférien, il faudra chercher le coupable hors de l’île.

Gargantua peut être vu par le peuple comme la personnalisation d’une énergie gigantesque, mais bienfaisante qui ordonne le chaos primordial. Oui? Qui? 

À l’avènement de la mondialisation, le territoire de chasse s’est étendu au point d’accorder un pouvoir illimité à la classe dominante étasunienne de manière à contrôler la "démocratie interne" qui décide qui sera l’assassin sans savoir qu’il est l’assassin. Si Agatha Christie a vendu près de 100 millions d’exemplaires de son livre Dix petits nègres, c’est à sans doute le chiffre correspondant au nombre de victimes  de cette planète en guerres diverses, y compris les dommages collatéraux des crises économiques et du nouveau concept créé pour nourrir ce Gargantua.

Alors, pour être subtil dans la formule du choix, il se pourrait que Hilary Clinton soit la nouvelle présidente des États-Unis. Une femme… Du nouveau!

Peu importe qui sera le prochain nègre des conglomérats financiers internationaux – SANS PAYS -, on continuera de croire qu’une nouvelle négritude s’est formée et que religieusement au cours des dernières décennies.

La propagande, c’est maintenant le monde de la finance qui la contrôle. Mieux encore, elle embauche et contrôle des propagandistes.

Ce qui est, en somme, une chaîne de Ponzi qui rase la planète avec un rouleau compresseur rapide, efficace, sans vision d’avenir, mais avec un appétit des banques encore plus "hénorme" que celui de Gargantua.

Refrain 
:One little, two little, three little, four little,
five little Injuns boys,Six little, seven little,
eight little, nine little, ten little Injuns boys. 
 

Gaëtan Pelletier, 13 juin 2014

Image

Comment les États-Unis ont avalé le territoire amérindien

Refroidir SIFCO (22 SIFCO)

Image

Les étasuniens souffrent d’embonpoint…

tumblr_mtay01R2Bc1rn4t8co1_500

La connaissance des singes à gaz

 

Carte de la Terre plate antique, dessinée par Orlando Ferguson en1893. Elle contient plusieurs références à des passages bibliques ainsi que des critiques de la Théorie du Globe. 

Orlando Ferguson, un… Étasunien.

***

 

L’info Kalachnikov 

Si nous voulions qualifier notre ère actuelle, il faudrait la nommer la KP. La Kalachnikov Parkingson. Les gens tremblent de partout… Saccadés. Pour le travail, l’avenir, la grande peur de manquer de "tout". Bref, c’est le paradis dans un brasier. Satan doit s’en lécher les babines d’une langue de feu, les yeux de braise, dans son château en cambouis soutiré des entrailles de la Terre.  Mais voilà!  a-t-on besoin de Satan? Non seulement nous sommes laidement nourris – ad nauséam – comme si nous étions enveloppés de cette soupe, à faire des longueurs dans la piscine de nos écrans 1080 p., nous  achetons des produits pour nous informer entre nous à une vitesse telle, que tout est échange de …riens.

Les échanges sans souvenirs sont le signe d’un Alzheimer  ( ouah! je l’ai écrit sans fautes, sans dictionnaire…) de sociétés planétaires. Notre simiesque bipède aime les histoires courtes, malgré le fait qu’il a découvert le feu il y a des milliers d’années. Et des millions de damnés…

À force de "savoir trop", on ne sait plus rien… Nous sommes le caviar des petits singes à mallettes. Oxfor, M.I.T, Harvard, Seigneur! nous sommes des bouffeurs de bouffons 5 étoiles par l’État qui vous glisse un certificat de garanti de bon sens et d’intelligence. Un petit morceau de sucre gonflé jusqu’à la barbe-à-papa.

Velcome to the Circus Barnum&Bêlez…

Marionnettons-nous!

index.php

Nous sommes sous l’emprise de sculpteurs radins ( c’est un jeu de mots). "Le penseur "r a fait place aux marionnettistes  de Washington.  Il y a 50 ans, à peine, on nous promettait que nous pourrions aller en voyage de noces sur la lune. Maintenant, on va finir par ne plus voyager sur Terre.

L’après pétrole 

Dans 50 ans, il n’y aura plus de pétrole. On ne pourra même plus livrer la nourriture aux habitants des cités monstrueuses, échevelées de tours à bureaux, qui se lamentent sur le sort de leur "monument" à préserver et tous les problèmes engendrés par la centralisation de ces usines à cirques mondialistes. Si vous avez des enfants de dix ans, ils en auront 60.

La grandeur du développement exponentiel se transformera en déclins exponentiels.  La bonne nouvelle est que les avions et les chars d’assaut ne pourront plus voler et rouler. La mauvaise est qu’étant donné que l’on décrétera ces armes comme "essentielles" au "futur" de l’humanité, on asséchera d’abord les simples citoyens.

Le président, comme les pdg, les lustrés, sont comme le système Windows: les mises-à-jour ne se font pas. La manière d’envisager le futur est la même que celle du début du 20 e siècle. Il n’existe pas d’information  réelle par les voies des gouvernements, les hommes d’affaires, bref, de tous ceux qui DÉCIDENT du sort du monde.

L’info  Kalachnikov est une recette qui barbouille les vues futures.

Nous sommes les nègres d’un irréalisme bombé, trafiqué, comme si nous vivions sur 4 planètes à croissance… endettée.  Mais au bout de la Terre, il n’y a pas de dette possible. Mars n’est pas un emprunt…

La Terre est ronde. Jadis, on a cru qu’elle était plate. Mais étant donné nos besoins en agriculture, en espace, etc, la Terre est redevenue plate pour des raisons économiques.  Pour exacerber l’économie, on a eu recours  à l’obsolescence programmée  pour soustraire ce qu’il y a de plus merveilleux à soustraire en ce bas-monde: l’être humain. Il transpire pour une laveuse à tordeur qui durera désormais 10 ans au lieu de 30.  Il tremble, il est malade dans un monde dans lequel poussent les hôpitaux comme des champignons, et il termine ses jours dans un paradis artificiel, bien au chaud.

À entendre les infos-AK47, les vieux qui ont bâti ce monde seraient responsables de la dégradation de ce monde: ils coûtent trop cher à garder en vie. Puis ils ont tout eu… Les 30 glorieuses… Comme si c’était un hasard! En fait, c’est un mélange entre la science du début du 20 e siècle, de l’après-guerre, du baby-boomer et des trafiquants économiques des années 70 qui décidèrent que la grandeur de la Terre était infinie…

Comme la dette, comme le futur, comme les mensonges… Comme tout ce qui fait croire que nous sommes des princes et princesses en devenir. Et cette chère conception des "intelligences inégales".

Alors, M. le président des U.S.A conduit des drones au lieu de taxis. Le truc est d’avoir construit une voiture inversée, avec le siège du passager à la fois en avant et en arrière d’un véhicule magique dont le conducteur est invisible.

Avec tous ces pouvoirs "invisibles", le clown qu’agite la marionnette est peut-être un assemblage malin, au pouvoir miniaturisé qui conduit l’amuseur public. Bref, c’est la marionnette qui conduit le marionnettiste C’est l’illusion des "grands" et des petits.

Comme disait mon voisin: " On nous a fourrés".

C’est ça l’impérialisme "chirurgical moderne" : opérés un à un par une force de frappe qui détruit tout pouvoir de "penser par soi-même". Ou le pouvoir d’enfermer un homme dans le faux pouvoir.

En plus, le singe à gaz, développeur ou agent de développement de la merveille des merveilles, la voiture, préfère ignorer  ce qui existera après son déluge.

On nous annonce chaque jour que les terroristes menacent la démocratie. Ce qu’on ne dit pas, c’est que la démocratie alliée à l’étranger-businessman menace une planète entière.

L’information, telle que nous la recevons, c’est un silencieux au bout d’un fusil.

 

Gaëtan Pelletier

Mai 2014

 

 

 

Aux États-Unis, tout est possible… In Blood We Trust

Caricature 2001   N’importe qui, n’importe quoi, n’importe comment.

CIA

P.S.: Nous embauchons.

*** Gaëtan Pelletier

P.S.: Humour, pour ceux qui trouvent ça drone…   drôle…

In Blood We Trust!

Le F-35, l’escroquerie du siècle


Le F-3

Le F-35  est le plus vaste programme d’armement de l’Histoire. Cet avion multirôle est construit par Lockheed Martin, avec comme principaux partenaires Northrop Grumman et BAE Systems.

Il devrait équiper pour les 40 prochaines années les armées de l’Australie, du Canada, du Danemark, des États-Unis, d’Israël, d’Italie, du Japon, de Norvège, des Pays-Bas, du Royaume-Uni et de Turquie, et remplacer les F-16, F-18 et F-22.

Cependant, sa fabrication a débuté alors que l’essentiel, ses logiciels aéronautiques, n’a toujours pas été inventé. Les industries de défense des États acheteurs ont été fermées au profit des USA, sans savoir si ce matériel sera livré ou non.

Depuis le lancement du projet, son coût ne cesse de varier, conduisant à l’annulation de diverses commandes. Au début du mois, le Government Accountability Office (GAO) publiait une étude rassurante, mais basée sur des chiffres déjà anciens de deux ans. Simultanément, le département de la Défense assurait qu’il reviendrait moins cher à l’achat, mais plus cher à l’entretien.

Selon une étude canadienne indépendante du professeur Michael Byers pour le Centre canadien de politiques alternatives et l’Institut Rideau, la vérité est beaucoup plus sombre : en vérité, personne ne peut connaître le coût exact d’un avion qui n’a toujours pas été conçu précisément. Cependant, les 65 avions commandés par le Canada pourraient lui revenir la somme astronomique de 1,5 milliard de dollars US par avion sur 40 ans (en 2007, les États-Unis assuraient que cet avion ne reviendrait pas plus cher que le F-18 et estimait son coût à environ 377 millions de dollars US pièce).

Le schéma ci-dessous illustre l’augmentation du prix des 65 exemplaires canadiens au cours des dernières années.

 Defense Acquisitions. Assessments of Selected Weapon Programs, Government Accountability Office, March 2014. Selected Acquisition report (SAR) Summary Tables, Department of Defense, March 2014.

 The Plane That Ate the Canadian Military. Life-Cycle Cost of F-35 Fleet Could Reach $126 Billion, par Michel Byers, Centre canadien de politiques alternatives, March 2014.

voltairenet.org

http://gaetanpelletier.wordpress.com/2010/08/04/le-f-35-a-un-chaudron-a-100-millions/

http://gaetanpelletier.wordpress.com/2012/08/22/le-f-35-loiseau-qui-deplume-les-societes/

http:/100-millions/

La soupe à l’eau : le jeu des cowboys et des indiens

tumblr_mmzze5UQuD1qa5045o1_1280

"Auriez-vous une cigarette?" demanda un effiloché mal vêtu à un homme assis proprement dans sa BMW. 
- Vous êtes dégueulasse et vous coûtez cher…  
- À voir votre mallette, votre cravate, votre vernis et vos cheveux bien cirés, vous enfumez toute la planète. J’ai les doigts jaunes, mais l’âme blanche… Dans vos pubs, on dit que je refuse d’éteindre… Dans votre cas, vous brûlez une planète entière, alors cessez de me faire chier. 
"POOOOOOOOOOOOOOLICE"! 
" On vous l’emmène au frigo, monsieur! 6 chefs d’accusation… 
Le feu passa au vert.  
 
*** 

Obama, le parfait cireur des souliers, et pas le moindre, mondialiste-mollusque, va passer à l’Histoire comme un "tueur pacifiste", Prix Nobel de la dynamite étouffée dans l’eau.

Le pétard mouillé idéal pour la culture des morues "hors terre". Nobel a inventé la dynamite, et Obama le drone.

Les kapos ont pris du gallon… Avant, dans les ruelles de Varsovie, ils étaient guenillés. Les voilà POP-ulaires. Et gangrène de la vie terrestre…

Le règne des guenilles 

Comme disaient mes ancêtres: " Nous sommes bien gréés pour aller nulle part avec de la guenille pour mat. Après le barbiturique G. Walker Bush, voilà un autre "esprit" américain, Père Noël distributeur à cadeaux.

O bas mat…

Jeune, je jouais aux cowboys et aux indiens. Mon père m’avait acheté deux pistolets avec des balles de plastique, une ceinture et un chapeau.  On jouait aux cow-boys et aux indiens avec frénésie.  Pour les enfants, c’est naïf, mais dans la vraie vie, c’est comme inventer des méchants avec l’Histoire bien trafiquée et s’adonner à un tout petit sport.  Mais les amérindiens se  sont fait voler leurs terres… Et le reste du monde est maintenant une nouvelle race d’arriérés, sortes de nouille baignant dans une soupe légère, aérée, ou l’on compte les nouilles avant de vous la servir.  Et quand les investisseurs ne sont pas contents, on enlève 5 ou 6 nouilles par soupe pour accroître le profit.

C’est la soupe Treblinka , version souriante… Les prisonniers du camps de Treblinka n’avaient pas la "chance" de lire les ingrédients sur leur assiette.

Bonne continuation! 

Et voilà!

Dans la grande ferme de l’animalerie humaine, on continue d’abattre des enfants, les affamer, les faire mourir pieusement dans le IN GOD WE TRUST, qui devrait être changé pour in GHOST WE TRUST, car les fantômes – s’ils pouvaient revenir sur Terre – en auraient long à dire sur le jeu du "Cowboys et des indiens".  L’art d’avaler les terres est passé de l’art à avaler l’eau.  Bonne soupe à vous! L’intellectuelle soupe des analyseurs nourris à la fermentation de l’Histoire. Le temps de réaction de la vermine  gente politique est tellement déphasée que l’on devrait faire des élections aux trois mois.

Le pus des repus  

Mentors menteurs, faux délivreurs de peuples, arna-sans- coeurs patentés, le jeu des cowboys et des indiens est maintenant mondialisé. Qui plus est, le voilà à fouiller le petit citoyen comme s’il était une parcelle de ce monde à brouiller, à décortiquer de par la NSA, le petit citoyen "mobile", obligé de s’expatrier, de changer de pays, de culture. C’est l’effiloché parfait. Dépayser pour régner. Goinfrer les avoirs pour tout avoir.

En tant que terriens, nous sommes géniaux: le pain ne sert plus à nourrir, mais il sert à faire des profits. La puissance de travail de la race humaine est maintenant entre les mains de ceux qui ont de ces fouets sophistiqués – tels le F-35 - , cet appareil monstrueux qui déplumes sociétés avec son coût qui grimpe si rapidement qu’on a peine à le voir passer.

La grande grisaille 

L’eau commence à devenir grise et les nouilles semblent issues du poulet aux hormones chanté par Ferrat.

Un monde assez bizarre… Là où ceux qui lisent la bible ne savent pas – ou alors, pratiquent le déni – ce qu’est un … pharisien

Le re-publicain 

Ainsi, dans l’évangile selon saint Luc, la parabole du pharisien et du publicain illustre la supériorité morale du « publicain » (collecteur subalterne juif, au service de l’occupant romain, détesté par la population locale) qui se reconnait pécheur et implore la pitié de Dieu sur celle du pharisien qui se prévaut de son observance des règles pour se juger supérieur aux autres hommes… ( Wiki) 

Ainsi, dans la vie actuelle, re-publicains ou autres, la morale étasunienne se noie comme une soupe dans les luttes intestines qui nécessiteraient un coloscopie en profondeur . 

En attendant, la soupe est prête.

L’austérité, c’est la minceur pour le petit enfermé dans son monde de foi en la science politique.  C’est la nourriture intellectuelle que nous avalons.

Avaler et avalés…

Toutes les nouilles ont une cause: la soupe.

Gaëtan Pelletier

Avril 2014

Articles en relation

http://gaetanpelletier.wordpress.com/2012/12/14/le-f-35-la-fleche-et-larc/

EXTRAIT:

«  Je pense que tu vends des flèches pour t’acheter des flèches… »

Et l’autre répondit :

« Tue toi-même les oiseaux, et vend nous les plumes… Ça créera des retombées économiques… »

« C’est quoi ça? ».

« Si tu vends des flèches en les achetant, tu pourras davantage fournir à ton peuple de quoi manger, puisqu’il restera la chair… »

« On a suivi ton conseil, mais voilà que tout le monde est gros et qu’il à peine à marcher. Nous avons dû faire semblant qu’il n’y avait plus de nourriture et enterrer les carcasses »

« Es-tu Chef ou guerrier? »

«  Les deux ».

 

Etats-Unis: la ville de Columbia chasse les SDF du centre-ville !

 

Etats-Unis: la ville de Columbia chasse les SDF du centre-villeFlickr via St Stev

Dans le quartier d’affaires de la ville de Columbia aux Etats-Unis, vous ne risquez pas de croiser unSDF. En effet, la municipalité n’a laissé que deux choix à ces personnes démunies: quitter le centre-ville ou se faire arrêter par la police.

La semaine dernière, le conseil municipal de la ville de Caroline du sud a adopté à l’unanimité une mesure intitulée «La réponse d’urgence pour les sans-abri», comme le rapporte le site américainThinkProgress. Ce plan prévoit que les policiers qui patrouillent dans le centre-ville obligent les SDF à s’en éloigner. Ils ont pour consigne de renforcer la «qualité de vie» dans la ville en traquant toutes les petites infractions. Et pour bien s’assurer qu’aucun SDF ne continue à dormir au cœur de Columbia, une hotline a été mise en place pour que les commerçants et les habitants puissent signaler les sans-abri à la police.

Un seul choix: «la prison ou une pseudo-prison»

Pour accueillir tous ces sans-abri chassés du quartier d’affaires, la municipalité va ouvrir, en partenariat avec un organisme de bienfaisance local, un refuge d’urgence située en périphérie de la ville. Cependant, comme le précise Thinkprogress, il est peu probable que ce lieu pouvant accueillir 240 personnes puisse suffire alors que la ville compte six fois plus de personnes sans logement. Le plan va encore plus loin puisque les sans-abri ne seront pas autorisés à marcher en dehors du refuge et qu’un agent de police aura la charge de surveiller la route menant à l’abri afin de vérifier que les SDF ne fassent pas le chemin inverse. Pour partir, ces derniers seront contraints de se signaler à l’avance et de faire la navette avec un van dédié au trajet. Une situation qui se résume à «la prison ou une pseudo» prison pour le site américain.

Michael Stoops, membre de la Coalition nationale pour les sans-abri, a affirmé à Thinkprogress que cette mesure était «la plus anti-SDF qu’il n’ait jamais vu appliqué dans n’importe quelle ville au cours des trente dernières années». Des associations de défense des sans-abri pourraient déposer plainte prochainement pour faire arrêter ce plan de la ville de Columbia. Ils estiment que ce régime viole les droits des citoyens sans-abri à se réunir en toute liberté. La directrice juridique du groupe de défense des SDF a estimé pour sa part que «l’idée sous-jacente est qu’ils veulent (les membres du conseil municipal, ndlr) que les sans-abri ne soit plus visibles dans le centre-ville. C’est, en fait, un abus de pouvoir», a t-elle ajouté.

http://www.newsring.fr/actualite/1007043-etats-unis-la-ville-de-columbia-chasse-les-sdf-du-centre-ville

 

Source : Etats-Unis: la ville de Columbia chasse les SDF du centre-ville ! « Le Blog de la Résistance

Un "additif" au post précédent, L’ONU accuse les E.U. de traitement cruel, dégradant et inhumain envers les pauvres les nouvelles formules de semi-liberté sont à présent appliquées dans plusieurs états. Un système qui s’importe en Europe… pas mal pensé : créer une masse de "non productifs" en quantité industrielle, diriger vers eux la vindicte populaire, des personnes à charge – ce qui est réel, ce ne sont pas les multinationales qui payent les charges additionnelles mais bien les travailleurs… Etapes suivantes : d’une part créer des réserves de travailleurs au rabais avec l’assentiment de la population travailleuse, sur le mode « Offrez vous une nouvelle domesticité » publicité d’une officine de mise à l’emploi partiel sous payé des « assistés sociaux », vu dans un quartier de la haute bourgeoisie bruxelloise. Les crétins applaudissent des deux mains, ils ne pensent pas que demain cela risque bien d’être le sort de leurs gamins.

Une méthode encore plus rentable toujours pour les mêmes : la prison-usine associée à la tolérance zéro. Après licenciements et expulsions massifs, celui qui vole un pin devient bon pour l’esclavage… un raccourci ? Certainement en ce qui les concerne mais de ma part, un simple constat.  Et les mêmes crétins continuent à applaudir des deux mains et se mettent à voter pour ceux qui mettront de telles mesures de nettoyage social des rebuts de leur société le plus rapidement et drastiquement possible…

C’est avant tout un constat que j’ai pu faire sur le terrain… punir la misère, créée par les Corporation, devient la règle, les matrices d’opinion sont matraquées par leur médias qui rendent l’opinion publique favorable à cet ensemble de mesure qui constituent un système mis en place de manière préméditée, et il n’existe actuellement en tout cas en Belgique aucun mouvement social qui s’attaque à cette dangereuse dérive… j’ai beaucoup cherché, je n’ai trouvé qu’un associatif institutionnalisé aux ordres, ayant « bénéficié » du genre de formations prodiguées par Soros et cie, sous « fausses bannières » dont les mécanismes sont parfaitement décrits dans Des droites au look de gauche par raúl zibechi

Globalisation !Tout un programme, un triste programme ! Et combien de bonne inconscience populaire réprobatrice non des accapareurs mais de leurs victimes !

Anne

http://les-etats-d-anne.over-blog.com/article-etats-unis-la-ville-de-columbia-chasse-les-sdf-du-centre-ville-123203108.html