Archives de Catégorie: ACTUALITÉ

Obama briefing

- Il faut sauver l’Irak.

- Mais nous l’avons déjà fait une fois!

- Mais c’était par un imbécile… Développez! Comme dirait le président Français.

- Je n’ai pas dit l’Irak. Voyons! J’ai … En fait, dit, le barrage et l’or noir. Pour l’instant, nous ferons de frappes chirurgicales… Mais j’ai bien peur que ce ne sera pas suffisant. Il faudra envoyer des troupes sur place… Mais discrètement…

- J’ai un cousin nain  ,  "à grandeur restreinte"….

- Pas de ségrégation, monsieur.

- Pas du tout: il est noir nain. Ou nain noir.   Il est tout petit…

- On s’en doutait. Il travaille dans un cirque?

- Pas de ségrégation, Monsieur le Président. Il a pondu un essai à Harvard: L’Achondroplasie : The life of  usuless citizens…

…. Et il est présentement en phase terminale d’un cancer du cerveau. Je… Je pense qu’il accepterait de se sacrifier pour Les États-Unis d’Amérique, cette grande nation. J’ai même un slogan: "Ce sont les petits qui font les grands".

- Ouais! Mais vous n’en avez qu’un seul.

Il esquissa un sourire.

- Donnons-lui une carte de presse. Un journaliste.

L’équipe échangea des regards narquois et moqueurs.

- Oui, mais il a des amis… De nombreux amis. Entre autres dans le domaine de la science médicale, ou de la médicale science.

- On dirait que vous avez un plan en tête…

- Une façon de parler. Les armes chimiques n’ont pas bonne presse. Mais si on l’envoie en Irak en jouant le rôle de journaliste, il suffirait de lui injecter le virus Ebola. Si les membres de l’EI, – tels que nos les avons nommés -, le gardent en captivité pendant quelques jours seulement, ils seront tous infectés.

Il y eut un bruit de chaises qui se répandit dans la salle.

- Mais c’est monstrueux ce que vous dites.

- Je sais, mais imaginez un nain décapité, Monsieur le Président des États-Unis d’Amérique, la nation se soulèvera contre ce geste bas. Ou ce bas geste… Ils seront alors deux fois plus en faveur de la guerre.

- J’en conviens…   Supposons que nous acceptions votre "idée", – c’est un test- quel nom donneriez vous à notre "agent"?

- Lowlow  Profile.

Il y eut un bruit de chaises dans la salle.

- Prenons des notes, buvons un peu de café, et nous reviendront sur le sujet plus tard.

PAUSE

Retour.

- Nous avons discuté de votre "projet". Toutefois, nous allons améliorer votre concept: nous allons créer une armée de nains… Nos usines fabriqueront de petites armes, le petits couteaux, de petites radios, de petites gamelles, de petites rations, de petits téléphones, de petits abris, de petits vêtements, de petites fourchettes, etc.

- Élaborez.

- Tout en petit, cela nous coûtera moins cher. Au lieur d’armer de petits cerveaux avec de grosses armes, nous allons armer  de petits soldats avec de grands projets. Ils auront de petits tanks… 10 fois moins d’essence. Imaginez ce que gagnera l’Amérique!

- Vous êtes génial, MOnsieur le Président de cette grande nation qu’est Les États-Unis d’Amérique. ( Snif!)

- Vous aller bénéficier d’un bonus de 10$ millions de dollars dans le mois qui suivra… Car votre idée m’en a amené  plusieurs. J’ai l’intention de créer deux milliards de mini-drones-moustiques qui voleront au dessus de l’État Islamique.

- L’État Islamique existe vraiment?

- ( Passage caviardé).

- Mais vous allez risquer de tuer de enfants , des civils… Ils sont tout petits…

- Nous travaillons présentement à fabriquer des drones à base végétale qui se désintégreront de manière verte.  Des drones invisibles, minuscules.

- Mais c’est monstrueux ce que vous dites!

- Une guerre verte ne sera jamais monstrueuse.

- C’est vrai, Monsieur le Président…. Alors, pourquoi ne pas envoyer des moustiques infectés?

- Parce que des moustiques ne créent pas d’emplois. C’est Dieu qui fabrique les moustiques, mais il n’est pas ici. Soyons francs: nous ne faisons que copier Dieu.

TROIS HEURES PLUS TARD

- Arrangez-vous pour qu’il meure  dans un accident de la route ou je ne sais quoi. – Il est fumeur… Il finira par mourir…

- Mais c’est trop long…

Il sourit:

- C’était une blague! Nous avons mis des particules d’arachides dans ses cigarettes.

- Je me tape la cuisse… Je suppose qu’il est allergique  aux arachides?

- Eh! Oui.

Il écarquilla les yeux.  Il récarquilla de yeux.

- Mais si un médecin arrive tôt, il pourrait le sauver? Nous serions perdus.

Re- sourire.

:-)

- Nous avons engagé le Dr Bolduc du Québec à titre de médecin personnel.

- Le Dr Bolduc? Mais qui est-ce? Si je devine j’acquiesce…

- Il est Ministre de l’Éducation au Québec.

- Pardon? Ministre de l’Éducation… Vous êtes sûr qu’il n’est pas Ministre de la santé?

Soupir!

- Il a été dépromu… Le système a perdu des livres,mais pas le Ministre de la Santé.

- Mais le Québec, c’est quoi?

- C’est des gens qui ne parlent pas comme nous. Mais c’est là qu’est née Celine ( pas de É) Dion.

- Ah! Oui. Celle qui chante My Art Will Go On.

- Oui, la chanson du Titanic. La fille  gèle sur un radeau, et le gars lui laisse la petite pièce de bois qui la fait flotter. Puis il descend lentement, blanc comme… un blanc mort. Plouf!  Ça m’a touché cette histoire. En plus, c’est vrai.  C’est un héros. On devrai le décorer…

… Il ne savait pas nager?

- Monsieur le Président (etc), les eaux étaient frettes en avril.

- Frettes?

- Eh ! oui. C’est comme ça que parle le Dr Bolduc.

"Yé frette, yé mort".

- Il est parfait pour nous. Mais s’il veut devenir Ministre de l’Éducation aux  États ( etc)…, il lui faudra apprendre à parler bien ou à bien parler.  Quelque chose d’autre?

- Son regard est étrange… Il a les deux yeux dans le même trou…

- ?????

- Il louche de l’intérieur, ni à droite, ni à gauche,… Et de temps en temps vers le haut. Et vers le bas…  Et de temps en temps, ça tourne…

- Je ne suis pas culturé comme vous, mais sa femme c’est Mary Shelley?

- Nous savons seulement qu’il est épousé à quelqu’une…

- Qu’on le prime tout de suite… Il parle bien?

- Il parle comme il regarde.

- Doublez son salaire.

- C’est déjà fait. Il l’a fait lui-même. Il est très auto homme…

10 JOURS PLUS TARD

- Il est mort?

- Il est mort…

-Arachides?

- Arachides.

- Ouf!

20 JOURS PLUS TARD

Message du Président,

Pour l’opération Lowlow Profile, nous utiliserons   des arachides biologiques afin de minimiser les pertes humaines du côté de l’EI.

God Bless You

B.A.

*******************

Gaëtan Pelletier

2014

 

Planètarioeuf

Trilogie

 

@#@#@#@#@#@#@#@#?&?&*(*(*()()

CoQ! CoQ! CoQ. Pas de neuf..

******

(Le projet secret des États-Unis d’armer les combattants islamistes moudjahidin en Afghanistan) « a été une excellente idée. Cela a eu pour effet d’attirer les Russes en Afghanistan. Le jour où les Soviétiques ont officiellement franchi la frontière, j’ai écrit au président (Jimmy) Carter: Nous avons maintenant l’occasion de faire en sorte que l’URSS ait sa propre guerre du Vietnam. En effet, pendant près de 10 ans, le gouvernement de Moscou dût mener une guerre insupportable, un conflit qui a entraîné la démoralisation et finalement l’éclatement de l’empire soviétique ». Rodrigue Tremblay, Mondialisation  

L’univers fut créé par un Big Bang, selon Georges Lemaître  et se terminera dans Big Bang de par  la folie américaine. ( On dira étasunienne, mais qui donc en ce monde inclue l’Amérique Latine dans ce bourbier d’avocats armés?).

IRAQ

Après la grande les grandes semailles de terreur  en Irak pour y "découvrir" des armes de destruction massive, l’américanus brutus décida,  pour des raisons gazéifières,  d’abattre un tyran pour en placer…plusieurs.  Voilà que toute la planète, avec L’OTAN  , ira réparer les dégâts du chaos. Bien avant que les "nouvelles" se fassent entendre, les pays étaient déjà rendus sur place, affolés  par les djihadistes ou ce que l’on nomme pompeusement mais brièvement l’EI, pour calfeutrer les gaffes américaines.

Les canards se promènent en file 

Alors là, nous somme dans la fosse à merde jusqu’aux dents. Nous payons tous pour ces romains-hamburgers qui envoient le sympathique John Kerry convaincre le "monde".

Mayday! Mayday! Mayday!

Encore un américanisme emprunté et avalé par la "révolution globaliste" des marchés, issu du français: m’aider.

Le citoyen-poule  ou la dépouliralisation 

"Aimez vous les œufs, les autres"  Jésus de Nazareth

Ces décideurs de "classe" ont fait du citoyen une poule pondeuse d’oeufs  qui terminent leur vie dans des paradis fiscaux.  Bref, vous donnez e, mais rien ne vous revient. Bref, on n’en revient pas. Nous sommes pauvres dans des pays riches. Deux mille huîtres… L’année charnière où l’économie fit basculer le monde. Ce n’est certes pas en Papouasie que se trouve Valls-Street!   Manu Militari…

La poule se lève, croit avoir pondu un autre de ses semblables,  mais on la vole. Alors la propagande lui dit que c’est un djihadistes qui oblige la poule à pondre des oeufs , puisque ceux volés doivent être comblés par la nécessité des "besoins" des peuples.

La poule est "dépoulisée". Elle ne tient plus son rôle de poule qui est en fait de se reproduire.  Non, elle est une usine à faire des œufs autre chose que la vie: la mort prématurée par meurtre avec permis de tuer, pourvu que l’État livre un certificat de tueurs enchéris.

:-)

Car nous les enchérissons. Nous les rendons riches.  Nous nous agenouillons. Nous les prions. Nous ixons… XXX.

Votez, c’est la démocratie!

Planètarioeuf

La Terre est devenue une planète ronde, mais ovale selon certaines conceptions visuelles issues de méditations profondes… (sic)  Mais nous sommes entre deux os…  Et notre vie se résume à élire des coqs remplaçant le pouvoir des rois de jadis. Ils n’ont plus besoin du pouvoir de "dieu"… Ils sont les dieux. En économie comme en politique, plus le coqs a de poules, plus il a de pouvoir. Avec NOTRE-VOTRE sueur-argent il s’est construit un pénis planétaire porteur d’un spermatozoïde atomique autodestructeur. Sauf qu’il ne l’utilise pas: il a peur. Alors, pourquoi avoir tant développé d’armes qui ne servent à rien?

DISSUASION NUCLEAIRE

Et de par nos avoirs… Nous vivons donc dans un nouvel ordre mondial :Le Coqarium. Un bocal d’eau salé et de terres convoitées et volées.  Et ces dieux nous tuent… À grands vœux, à petits feux… Ou à champignons dénaturés!

Imaginez un instant que nos Coqs investiraient tout cet avoir dans la fabrication de jardins planétaires afin de nourrir les peuples, les enfants souffrant de la faim, au lieu de fournir des armes, d’inventer des ennemis… Nous ne serions pas tous riches, mais nous serions tous vivants et attentifs à la beauté de cette planète, aux étoiles, au grand sourire coquet de l’infini qui nous questionne.

Le chaînon manquant

Le chaînon manquant c’est ça… Le pouvoir réel de donner à quelqu’un le pouvoir de faire grandir la VIE et non pas la MORT. La mondialisation n’a pas d’empathie. Elle est un cancer planétaire que nous devrions soigner en éteignant tous ces petits coqs malades.  Ils vivent parce que nous  sommes en santé. Nous mourons parce qu’ils sont malades…

Gaëtan PELLETIER

17 septembre 2012

 

La possession de THOR

La bataille de Thor contre les géants, réalisé en 1872 par Mårten Eskil Winge.

D’après ces textes scandinaves, Thor est un dieu guerrier, le plus fort de tous. Il possède un char tiré par deux boucs qui lui permet de traverser les mondes. Son attribut le plus célèbre est son marteau Mjöllnir, avec lequel il crée la foudre, et qui lui permet surtout d’être le protecteur des dieux et des hommes face aux forces du chaos, comme les géants, qu’il abat régulièrement et dont il est le pire ennemi. En tant que dieu de l’Orage, il apporte la pluie, ce qui fait également de lui une divinité liée à la fertilité. Il est le fils d’Odin et de Jörd, et a pour épouse la déesse aux cheveux d’or Sif.  Wiki

L’économie mondiale, principalement dans les pays occidentaux, dits riches, est rognée lentement depuis 2008.: Fermetures d’usines, précarité d’emplois, impôts élevés en France comme au Canada, la hache des retraites, le poison des guerres… Lentement, mais sûrement, le sang pisse pour toutes les causes. Alliage de sang et de sueurs. Les petits villages s’éteignent avec les vieux. L’Amérique hache et broie avec ses armes, autant de la bouche que de la goebbellisation planétaire, tout, tout, tout!

Le Thor version 2014 est planqué dans 50 États. Il a fourmillé à travers tous les continents, comme un virus hypocrite. Il a établi ses bases, ses "idéaux", ses valeurs, ses petits rois.

Il reste encore quelques artisans dans le mondes, tel ce vieillard de la Macédoine, qui fabrique encore des barils de chênes vieux de 150 ans. Grand-mère ne tricote plus des bas de laine: La machine à mille grand-mères les ont remplacés. Tricoter, c’était mieux qu’un chapelet. Qui a dit que la prière avait un nom? Elle est incrustée dans la vie simple. Vivre en harmonie, c’est déjà prier.

On coure les dieux d’acier et de plastique.

La décadence par fragmentation. Comme le gaz de schiste. Il faut détruire la vie et la Vie pour un peu d’or liquide.

C’est une lente plastination… On est dégradé par ceux qui accordent des grades ou qui s’autogradent.

Tuer et faire vivre en même temps…

On vous donnera un système de "santé" performant,  gangrené par la finance, mais d’un autre côté on abrégera vos bons jours par la coupe du repos mérité. C’est ça, le "progrès".  Du moins celui que l’on offre.  Celui qui a comme dénominateur commun: réforme. On devrait nommer toutes ces actions de nos gouvernements "dépréciation du citoyen". Peu importe le pays. La mondialisation a autant frappé la Chine  pour le moment gagnante que les pays occidentaux qui n’ont aucune idée du jeu auquel ils jouent.

Le meurtre

C’est la simplicité qui écope, le meurtre en série et dans une tornade tourbillonnaire avalant la belle simplicité de la Vie.  Celle à laquelle tant de gens ont rêvé, tant de gens pour laquelle ils ont travaillé, pour en fin de compte n’avoir que pour récolte une longue glissade vers une fin des temps au ralenti.

Derrière tout ça, le grand mensonge de l’espoir et du retour du "bien", du confort, d’une certaine aisance, bref, d’une qualité de vie.  On s’est dit qu’après de milliers d’années à tenter d’avoir un peu de repos, on y avait droit. On s’était dit qu’il fallait attendre deux mille ans. On avait la patience pour se bâtir un petit monde ou l’on jour aux carte, à la pétanque, à rouler à bicyclette, à jeter ses montres à la mer.

Mais non!

Et qui est donc responsable de cette "uniformité"? De ces calamités?

Quotidien

Ce matin, j’ai scié et brûlé les branches de pruniers malades. Ce matin, j’ai conversé avec mon amour. Ce matin, j’ai bu un café tranquille – très bon d’ailleurs – et je me suis dit que l’hiver arrivait et que c’était temps d’arracher les plants de tomates.

Ce matin, le voisin d’en face soulevait sa maison pour l’agrandir et faire un nouveau solage. Il y avait encore de ces papillons blancs qui avaient infesté les poireaux. Mais bon!… On peu s’en accommoder.

J’irai me coucher sur un oreiller de plumes avec pleins d’oiseaux dans ma tête.

Et demain, je ferai un sourire à la jeune fille qui m’a sourit pendant que j’attendais au coin d’une rue.

Le froid va bientôt arriver. Déjà que les grands vents du Sud ont fait tournoyer le courant jet.

Il n’y aura jamais assez de banquiers, de politiciens, d’hommes armés pour me donner un simple sourire. Pourtant, tout est là!  Comme le monsieur qui fabrique des tonneaux de chênes…

Les amérindiens savaient une chose: on ne peut pas tout avoir, car tout nous est donné. Et alors, il n’y a pas de possession…

C’est le noeud du drame: posséder. Mais nous avons franchi une frontière insensée: posséder des "choses" était acceptable.

Maintenant, on veut posséder les humains pour tout posséder ce qu’ils ont. Âme y compris…

Le diable n’est plus dans le détail… On le prie encore pour qu’il nous mène au "ciel".

Gaëtan Pelletier

sept. 2014

 

IGuette

 

04

Iguette= Il guette

***

Arrivera bientôt la montre encore "intelligente" , la IWatch. Avec ça, vous pouvez payer vos comptes.

:-)

On vivra dans un monde de tueries planétaires, crevant de faim, mais sachant l’heure et pouvant payer ses comptes et probablement emprunter avec sa montre. Et ça ne changera en rien l’imbécillité croissante de la petite planète bleue en train d’étouffer, de nous asphyxier lentement, à Gaza, à l’Irak, aux enfants tués dans les guerres et à la déTERRE Iorisation permanente de la race humaine.

Il y a 12,000 ans, on chassait le Mammouth pour survivre. 12,000 ans… C’est court dans les millions d’années de l’histoire d’une petite planète "par hasard" accolée à une étoile en guise de feu de camp pour chauffer la cabane ronde. Maintenant qu’on est au chaud et qu’on dévore du McDo, on dévore également du MAC do… Iphone, IWatch, etc.

Les nouveaux chamans 

On aura une montre et encore des dieux pour s’entre-tuer, parce dans ce cher et périlleux progrès de l’histoire, on aura pour la première fois dans l’humanité été pris dans le filet des miroirs des nouveaux prêtres goebbeliens, sortes  de chamans venus apporter "la bonne nouvelle".

Son porteur recevra différentes notifications, comme des courriels, des textos, des alertes, des avis de réunion, etc., par le biais d’une légère pulsion au poignet. Il pourra répondre à des messages en utilisant les options variables selon le contexte ou par le biais de la reconnaissance vocale. Siri y est également intégrée. Un haut-parleur permettra les appels ou les messages par walkie-talkie. Deux utilisateurs de la montre pourront échanger des dessins en gribouillant sur l’appareil. Les amoureux pourront même faire sentir à l’autre, en direct, les battements de leurs coeurs!

La Apple Watch pourra contrôler l’Apple TV ou encore servir de télécommande pour l’appareil photo du iPhone.

Plusieurs applications bien connues d’iOS seront disponibles sur l’Apple Watch, comme les cartes, la météo, Passbook, Photos, mais la grosseur de l’écran a obligé les designers d’Apple à les adapter et à trouver une nouvelle façon de les contrôler. La montre est donc tactile (elle détecte aussi la force de la pression), mais se contrôle également à l’aide d’une petite roulette semblable à une montre ordinaire, à droite de l’appareil.

La Apple Watch, résistante à l’eau, plaira assurément aux sportifs puisqu’elle pourra mesurer lors d’une activité sportive la distance parcourue, la vitesse de déplacement, l’intensité de l’effort via le rythme cardiaque et le nombre de calories brûlées. Elle apprendra à mieux connaître son porteur pour éventuellement lui proposer des objectifs pour se tenir en forme. Pierre-Olivier Fortin, Le Soleil 

Dans la prochaine version, on pourra sans doute savoir l’heure de sa mort, la raison de sa mort, combien nous devons en mourant et sans doute que votre compte Facebook, quelques minutes plus tard, rédigé une chronique nécrologique automatique. Puisque Facebook engrange tous les renseignements vous concernant, vous ne verrez plus non seulement votre vie défiler devant vous, mais toute la planète le verra. Fini le tunnel de lumière!  Un système automatisé choisira une photo de vous, – la "meilleure", et lancera un avis de décès triste et émouvant.

Tous vos "amis" seront que vous serez morts. Il y en aura deux ou trois qui larmeront en crocodile… Mais, bon! C’est la vie! comme disent les Iricains.

 À l’écoute des Aléoutes 

Le tribus de Sibérie ou celles frontalières à la Chine, nomades, sous la tente, ont maintenant leur antenne parabolique. Alors, vraisemblablement, sans être Nostradamus, ils auront leur IWatch. On pourra même les voir tuer un renne et boire son sang en HD. Mais ça ne s’arrête pas là… Une fois qu’ils seront trop intégrés, on les mettra sous la tutelle des espèces en voie de disparition et on les subventionnera pour qu’ils poursuivent leurs coutumes qui seront une bonne nouvelle pour les gens bien assis devant leur téléviseur: les voyageurs télé.

Mais bon! Avec les réchauffement de la planète, les rennes volants de Noël, il se pourrait que tout cela devienne fabulation et que les sapins deviennent des sapins de plastique en provenance de Chine. Et la neige pourrait être artificielle. D’ailleurs, les rennes n’ont jamais volé et le père Noël non plus. C’est des inventions d’adultes…

Imagine 

Je vous laisse imaginer le reste.

Mais pour une piste, je suis bon pour un coup de pouce.

On se lèvera le matin, plus besoin de regarder la télé: on a été licencié.

Ou alors, le réveille-matin de la montre sonnera. Le travail! Vous le fermez. Il se met en mode alerte.

- Chérie! Chérie! ma montre est brisée.

Vous allez courir chez le réparateur qui ne répare plus rien mais vous en vendra une autre.

En l’ouvrant, tout sourire de votre nouveau gadget, La IWatch 666, vous aurez accès à Facebook et à la nécrologie annonçant la mort de votre amour. Vous l’auriez su en vous retournant dans le lit pour regarder le regard froid de votre amour!

Comme chantait Piaf! "Dieu sépare ce qu’il a uni"

ET STEVE JOB AUSSI!

Gaëtan Pelletier

9:41

10:36

Lunch: darne de saumon  à base de sardines du Chili. Version améliorée 3.347.10.111

8:20

Pouls: 71

Nouvelle de l’heure: un homme meure suite à un accident de travail. La boîte noire de sa montre sera analysée.

etc.

La photologie

La pauvreté  met le crime au rabais.

Nicolas de Chamfort

La pauvreté est un refus de partager la grande fraternité de la merde.

Romain Gary

******************************************

C’est long apprendre l’astrologie… Et je ne suis pas doué en calculs. Alors, j’ai créé une nouvelle « science » : la photologie. Elle consiste à prédire l’avenir des gens par une simple photo.

Ce n’est pas trop malin : au lieu de se fier aux astres, on se fie aux désastres. La culture du désastre a pris bien de la place dans nos sociétés. Et, comme je l’ai déjà mentionné, les enfants sont la matière première des « adultes ». Ce fut, et ce sera toujours, la pépite qui fait saliver les investisseurs et tous les harmonisateurs pour une société monocorde.

Coffie

La plupart des gens me consultent pour connaître leur avenir… C’est la première fois que je vois quelqu’un habillé de mouches…  Ce n’est pas gentil, mais ici on vit assez vieux pour avoir le sens de l’humour. En fait, rire est  un luxe…. Un peu méchant? Ce  ne sont pas des mouches, c’est un essaim de banquiers venus voir si tu étais « potable »…

On voit bien que tu n’as pas mangé depuis longtemps. Attend quelques années, il y aura un McDo…

Tu devrais faire attention où tu mets les pieds. Les adultes  ont un jeu dangereux qu’ils appellent la guerre… Ils laissent traîner leurs jouets partout. Ils en cachent sous terre pour attraper l’ennemi par la jambe. Si tu passes dessus, tu auras encore plus mauvaise mine, comme dirait  Oncle Georges .  Eux, ils sont trop paresseux pour ramasser leurs jouets après  leur jeu. C’est l’argent du jeu qui les intéresse… Surveille bien le petit d’en bas… Il n’a l’air de rien, mais c’est une grosse mouche en puissance. Et qui sait si un jour, pour sauver ton pays, il ne te tirera pas dessus. Tu risques de devenir un dommage collatéral…

Je ne connais rien de ton pays, mais il y a des chances qu’on ait trois ou quatre secondes pour se parler. On ne fait pas long feu chez vous. Parler de ton avenir… C’est déjà s’avancer trop. Sans vouloir t’insulter, tu as l’air d’un œuf mal en point.

Pour l’avenir, rien ne dit que tu en as. Ça dépend qui a acheté le sol que tu as sous les pieds. Mais on ne sait jamais… Avec beaucoup de chance, tu pourrais te rendre à la trentaine. Ce qui ne te donnera pas le temps de faire de toi un réalisateur d’émissions sur les problèmes de la trentaine des Occidentaux dans le grand défilé de cette mode des « psychos narcissiques »  télévisés. Ils ont des problèmes, EUX… : leur blonde, leur voiture, de grands questionnements… Et de temps en temps, ils font des shows pour toi…

Esteban

Pour l’instant, tout va bien. Tu as déjà compris qu’il faut partir avec le butin avant que les autres viennent le chercher.

En partant, on peut voir ton petit air de méfiance… Ce qui pourra t’aider pour ton avenir. Avec de la chance, tu émigreras vers un plus gros village, avec une école, et tu apprendras à lire et à écrire.

À moins que tu ne sois déjà au travail pour quelqu’un et que tu te méfies à savoir combien il va te payer. Pas besoin d’être devin. La réponse est la même depuis des siècles : le moins possible. Si on te paye…

Il y a de fortes chances que tu vives  avec le moins possible. Ton avenir, pour l’instant c’est « le moins possible », mais vivant. C’est encourageant, non?

C’est vrai que le photographe a une sale tête. Et il a peut-être des cheveux blancs. Ce qui n’est pas toujours un signe de sagesse. Ici, ce sont souvent les pires… Mais ça, c’est une autre vie…

Dans ton pays, les cheveux blancs, ça existe. Il n’y a pas trop de grands livres en dessous, il y a de la vie, de l’expérience. On ne cultive plus ça ici, on a passé de la bio au aux modifications génétiques par une série de serpents électroniques pour « modifier » un peu le cerveau.

Tu en as de la chance! À court terme… Tes parents,  ainsi que le gratin de toutes  les organisations possibles et impassibles,  sont en train de te sculpter une personnalité : tu es déjà riche, détendu, sûr de toi.  À moins que ce soit l’effet de l’antidépresseur. C’est dur l’école…

Mais c’est peut-être là que tu démarreras ta première entreprise : la vente de ton surplus de ritalin. Ou encore de diverses substances légales de tes parents.

Tu sais lire et écrire. Tu as déjà une main de prise dans une montre. Deux, on appelle ça des menottes… La prison? Ne t’en fait pas : des riches y vont, mais pas trop longtemps. Le temps que le peuple se calme… Une autre mauvaise nouvelle le lendemain, et c’est fini!

Avec un air comme ça, tous les rêves te sont permis : tu pourrais devenir star de cinéma, chanteur, artiste-peintre, banquier, PDG chez Norbourg ou  à la Caisse de dépôt, ministre, etc. Si ça ne marche pas, tu seras pompier ou infirmier. Dans le pire des cas… Voyons! Tes parents ont dû te le dire!

Tu pourrais devenir  avocat ou médecin. Tu risques d’avoir plus de mouches dans la tête que le premier qui n’a pas d’avenir. On renforcera ta dose de médicaments. On te fournira des psy, des travailleurs sociaux, des idéologistes patentés, supposément crédible.

On te vendra de tout. Tu as les moyens de tout acheter. Le crédit est là pour les gens comme toi. Même des idées…

Pour l’avenir, il y a deux voies : tes ennuis pourraient te conduire au suicide vers la trentaine. Après trois mariages, tu  reviendras vers  la cinquantaine pour me consulter afin de connaître ton passé. Il n’y a pas de Google-Map pour savoir où l’on va dans la vie…

Pour l’instant, tu as les mains dans les poches de ton pantalon. Mais tu te rendras compte  très vite qu’on ne va pas loin avec les deux mains dans ses pantalons. Alors, on te donnera la recette : aller puiser dans les poches des autres.

Si tu es costaud, tu pourras aller dans la construction. Non! Pas planter des clous.. Planter des gens. Passer à la télé. Raconter des mensonges. Et engager des avocats pour dire que tout est vrai.

Au pire, si tu ne sais trop quoi faire, tu achèteras les terres des deux autres enfants en haut de ton image. . On a dû te dire qu’on fait son avenir? …Eh! Oui! Ça se prépare…

Il est écrit quelque part que l’on s’enrichit les uns les autres. Mais ça,  c’est dans les livres d’école. Les livres, ce n’est pas la vie. Et l’école encore moins…

Tu es une sorte d’oie de société… Un « à gaver »…

George

Tes parents doivent être pauvres… Une photo en noir et blanc! Comme un peu de pétrole dilué dans du blanc…

On dirait que s’annonce devant toi une belle carrière : le base-ball. Sauf que ta moyenne au bâton sera sans doute mauvaise. Mais ton camarade Dick Chenille te montrera comment devenir papillon et  ce  qu’on peut faire avec un bâton et des balles. Tu auras un lancer tellement puissant que celles-ci  iront jusque dans des terres étrangères.

Tu iras loin : avec de l’argent et les ethnies. Les ethnies ce sont ceux les deux premiers enfants d’en haut. Ce sont tous des terroristes en puissance. Le petit noir est peut-être en train de creuser pour planter une mine. Et l’autre, il doit avoir fait une cueillette de grenades…

La planète est ton stade. Un grand champ rond … Comme une boule bleue…

L’ultime réussite c’est le grand   Chelem

Comme le dit le cliché : La balle est dans ton camp.

Et le reste de l’arsenal…

Méfie-toi du petit juste au dessus de toi… Au cas où il deviendrait banquier. Car ceux-là ont repris un vieux truc d’il y a bien des lunes…

La légende la plus célèbre sur l’origine du jeu d’échecs[G 14] raconte l’histoire du roi Belkib (Indes, 3000 ans avant notre ère) qui cherchait à tout prix à tromper son ennui. Il promit donc une récompense exceptionnelle à qui lui proposerait une distraction qui le satisferait. Lorsque le sage Sissa, fils du Brahmine Dahir, lui présenta le jeu d’échecs, le souverain, enthousiaste, demanda à Sissa ce que celui-ci souhaitait en échange de ce cadeau extraordinaire. Humblement, Sissa demanda au prince de déposer un grain de blé sur la première case, deux sur la deuxième, quatre sur la troisième, et ainsi de suite pour remplir l’échiquier en doublant la quantité de grain à chaque case. Le prince accorda immédiatement cette récompense en apparence modeste, mais son conseiller lui expliqua qu’il venait de signer la mort du royaume car les récoltes de l’année ne suffiraient à s’acquitter du prix du jeu. En effet, sur la dernière case de l’échiquier, il faudrait déposer 263 graines, soit plus de neuf milliards de milliards de grains (9 223 372 036 854 775 808 grains précisément), et y ajouter le total des grains déposés sur les cases précédentes, ce qui fait un total de 264-1, soit 18 446 744 073 709 551 615 grains. Échecs, Wik

Finalement, Ponzi, c’est du copier-coller… On dirait de l’économie…

Signer la mort du royaume sans s’en rendre compte…

Il ne faut jamais oublier de regarder les vieilles et présumées naïves photos. Les paysans finiront peut-être par avoir raison du désordre de la présentation de l’album.

Les « grands » ne savent pas rester petits…

Bouchés et bouchers: chirurgies des zoufs en éducation

(Québec) Le ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, veut mettre en place un mécanisme d’évaluation des profs au primaire et au secondaire.

Le ministre Bolduc veut regarder «ce qu’on peut faire pour que dans les écoles il puisse y avoir un système d’évaluation» des enseignants, a-t-il affirmé lors d’une entrevue au Soleil hier. «Il faut avoir une évaluation, mais pour l’amélioration et la mise en place des bonnes pratiques. À long terme, avec des professionnels, ça donne de meilleurs résultats», a-t-il ajouté. DAPHNÉE DION-VIENS

Monsieur de Bolduc, promis  promu Ministre de l’Éducation devrait évaluer la grande pente de son propre ministère avant d’aller évaluer les enseignants à qui on demande – de par le biais des administrateur – 85% de "diplomation".  Diplôme à rabais, il va de soi, de par les nécessités économiques "d’un contexte économique défavorable". Une appellation contrôlée d’une "crise économique" qui n’en finira jamais puisqu’elle est elle-même nourrie par la gente politique grabataire. Grabataire, comme quand je veux courir, je suis dans un fauteuil roulant fourni par la mondialisation tentaculaire.

En mots simples: les gens comme lui n’ont plus de pouvoir. Et toute la dégradation des sociétés dites – ou se proclamant – évoluées sont maintenant ensevelies sous les livresques conseillers pédagogiques qui font de l’éducation comme les américains font des films. On a tous perdu le sens du réel et de la Vie dans cette tourmente en spirale des idées reçues.

Maintenant, c’est l’ignorance qui "cultive" l’éducation. Et l’oubli même de ce qu’est le savoir. La politique a simplement éradiqué l’éducation. Elle cherche des responsables…

Travailleur à temps plein, monsieur le ministre a des idées à temps partiel… C’est un autre "nihiliste" (vide) apparu dans le circuit de la politique. Et ce n’est pas qu’un trait du Québec: c’est celui de toutes les sociétés maboulées par les faux intellectuels payés à tourner en rond comme des hamsters de luxe.  Nous élisons des ignares qui se répartissent des sièges selon un "code"de coterie … exponentielle.

Les ignares ont maintenant le droit de déterminer les responsables des dégâts qu’ils ont eux-mêmes causés.

Dans ce système d’éducation devenu irréparable, on peut toutefois jouer au Dr, au chirurgien, ouvrir les plaies et les refermer. Car tout a été foncièrement démoli, malheureusement…  La politique est maintenant – bien que déguisée en démocratie – un totalitarisme de clowns qui se "croient entre eux".

Boucar Diouf 

 

La dernière tentative de diversion en la matière se disait être un sommet sur l’enseignement supérieur, alors qu’à mon avis, avant de se concentrer sur le sommet, il faut d’abord se préoccuper de la base de notre arbre de la connaissance. Les problèmes sont beaucoup plus cruciaux au niveau des racines et du tronc, qui limitent dramatiquement la montée de la sève vers ce sommet. Autrement dit, on ne peut pas du jour au lendemain augmenter la performance, l’accessibilité et le taux de fréquentation et de diplomation des universités quand ce qui se passe dans les écoles primaires et secondaires constitue ce que les chimistes appellent un facteur limitant.

Boucar Diouf 

***

Le monde occidental, prétendument supérieur, a été gangrené par cette race d’hypocrites insignifiants qui s’auto-congratulent après élection et gros C.V.

Pour ce qui est de la note pour le Ministre Bolduc, en matière d’éducation, ce serait 0.08/10.

C’est probablement la note la plus basse pour un ministre. Mais bon! Il n’a qu’à engager une firme pour se faire évaluer lui-même.

La plus belle étrangeté d’un système d’éducation est qu’elle est basée sur l’évaluation des connaissances qui détermine la capacité à exécuter une tâche. Si le système a besoin d’une autre évaluation, c’est que le système d’éducation a lui-même créé cette lacune. En conséquence, la lacune est dans le système d’évaluation trafiqué pour des raisons économiques et totalement faussé par la gros bon sens "philosophique" de l’arbre et des racines dont  parle M. Boucar Diouf.

Nous vivons donc sous un totalitarisme de comptables "BOUCHÉS" et bouchers…

:-)

Gaëtan Pelletier

Sept. 2014

P.S.: Il y a 30 ans, vivait chez-nous une jeune étudiante fille d’un politicien d’Ottawa qui nous avait lancé une formule que je n’ai jamais oublié.

" Ce qui est important ce n’est pas ce que tu connais, mais qui tu connais".

Eiinstein

Merci! Merci pour ce moment

03

###############################

Introduction:

Voici quelques passages du résumé de mon livre, Merci! Merci pour ce moment, concernant ma relation avec mon épouse devenue femme de pouvoir. 

P. 69

J’étais attiré par elle, mais j’ai dû résister longtemps avant qu’elle ne transforme notre  relation amitié  en une passion délirante.  Issu d’un milieu pauvre, le premier emploi que j’occupai fut celui de plongeur dans un restaurant, car mon père n’avait pas les moyens de m’envoyer à l’université. Je me suis cependant hissé par la suite au rang de journaliste pour un hebdo qui tirait à 30,000 exemplaires appartenant à la famille de Françoise.  Jeune, pour apprendre à patiner, j’ai emprunté les patins de ma cousine que j’ai dû peindre en  noir. J’ai patiné avec des patins à glace pour fillette… Cela m’a marqué pour la vie: quand je me regarde dans une glace, je vois un patin noir, visiblement mal ciré, marque traîtresse de ma pauvreté et un patin blanc. Françoise rigolait lorsque j’en faisais allusion.

- Tu es devenue schizophrène du potinage  patinage artistique

Françoise était une femme nombriliste qui accumulait les succès amoureux, parfois frivoles, voire incompréhensibles:

- As-tu une relation avec une,  d’autres?

- Non, seulement avec moi dans le miroir…

- Je te crois.

p. 146

Françoise racontait des mensonges à la presse en avalant le micro, tellement elle aimait son rôle nouveau qui la faisait se trémousser devant les grands de ce monde. Un jour, je découvrit une photo Angela Merkel dans sa sacoche. ( Pas Angela dans la sacoche, mais la photo).  Vu que je n’étais pas très cultivé, j’ai pensé qu’elle avait pour amant un E.T. Mais non, c’était bien Madame Merkel  à la coupe du monde, (ou au monde de la coupe,)  qui s’agitait fiévreuse à la vue du ballon ou d’un des joueurs.

- Qu’elle est ta relation avec Angela?

Elle soupira un moment et posa SA main sur SON front en répondant devant un miroir:

- Nous faisons du shopping ensemble…

- Du shopping?

- Oui, nous achetons des armes…

p. 165

Le jour où elle apprit que je lisais des romans policier américains, elle engagea trois types qui se rendirent à la librairie pour trafiquer ma liste de livres. C’est alors, qu’abasourdis, je découvris une liste de livres que je n’avais jamais lus: Du côté de chez Swatt.  Elle m’a ensuite forcée à apprendre le passé simple. Si j’avais pu choisir entre Guantánamo et le passé simple, c’est simple, j’aurais choisi Guantánamo. On a au moins de la musique pour nous torturer. Mes vieux disques de Johnny Hallyday disparurent et firent place à ceux de Beethoven.

p. 202

Moi qui grisonnait, je voyais Françoise se faire teindre les cheveux à tous les moi(s). Elle me défendait d’en faire autant. Je me sentais alors castré  de la coiffure. Et me semblait tout à fait incompréhensive à ma douleur et mes migraines. Je devins alors accroc aux médicaments.

- Tu sais… Il n’y a rien que je ne pourrais faire pour ton bien être… dit-il, avec des yeux de chien abattu.

Il acheta un pharmacie située à l’angle de la rue X et Y. Je découvris plus tard qu’elle s’intéressait davantage à ses investissements qu’à moi. Il souriait en disant investir sur l’avenir: le vieillissement de la population.

P. 300

Françoise n’aimait pas les pauvres. Sa blague favorite était celle-ci: il les nommait les Gens Cives. Sans doute faisait-il allusion à ces gens pauvres, édentés, qui ont à peine de quoi se nourrir. Pour un homme de gauche, se disant au service des pauvres,  je trouvais sa blague bien maladroite.

P.302

Françoise se prenait pour DSK au féminin. Déesse K., quoi! Pour la tester, un soir, je me déguisai en homme de service de grand hôtel, me couvrant d’un vernis noir que j’avais acheté la veille. Je pris un accent afouicain et lui demanda:

- Monsieur a besoin de quelque chose?

Au lieu de se jeter sur moi, elle  me découvrit sa nouvelle flamme. Je reconnus alors un jeune acteur, Jules Gallette.  Estomaqué, je retournai en pleurnichant, alors que toute la peinture de mon visage s’écaillait.

Je décidai d’en finir et commandai un kilos de somnifères à la pharmacie de Françoise. Elle  me surprit en pleine tentative de suicide. Je voulais dormir.Chiche qu’elle était, elle donna une baffe aux pilules et les ramassa pour qu’elles soient revendues à SA pharmacie.

Épilogue

J’ai écrit ce livre pour que chacun puisse connaître cette femme assoiffée de pouvoir, plus amoureuse de son téléphone intelligent que de moi. Mais je pris ma revanche deux fois:

Un jour, lorsqu’elle  échappa son téléphone intelligent à l’eau, en prenant son bain, je lui redonnai, lui colla à l’oreille, puis en souriant je lui dit: Allo! J’espérais alors que la batterie du téléphone ait suffisamment de courant pour l’électrocuter. Elle n’eut cependant qu’une seule réaction: ses cheveux redevinrent blanc comme neige.   Vu la somme de somnifères que j’avais avalé, je lui suggérai de refaire sa coiffure temporairement à l’aide de la peinture que j’avais achetée. Elle devint noire-corbeau…

J’ai remplacé, lors de nos derniers jours, sa pâte à dents par un tube de décapant étasunien afin qu’il goûter  à la pauvreté.  Lors d’un examen chez son dentiste,  ce dernier lui prédit qu’il allait perdre 87% de ses Gens-Cives.

- Heureusement, vous avez les moyens de vous payer des implants dentaires. 

Étant ancien plongeur de restaurant, j’ai décidé d’écrire ce livre pour qu’enfin il ne soit plus dans son assiette. Ni dans la mienne…

**********

Gaëtan Pelletier

6 septembre 2014