Archives mensuelles : août 2009

Le H1N1 : Allez donc tousser sur vos élus !

Virus h1n1

************************************************************************************

Mon site qui avait d’abord pour but d’être littéraire s’est transformé en un site d’activiste, picoté de «complotismes», par la force des choses.

La semaine dernière je recevais une lettre personnelle d’une française qui disait qu’en France on ne pouvait pas parler trop de ses réticences pour la vaccination.

En voici un extrait :

Aussi je fais partie des personnes qui militent contre toutes les vaccinations et je ne le fais pas dans mon pays puisque je risquerais des représailles sévères . Il est en effet dit  couramment par les ministres de la santé que toute personne faisant de la propagande contre les vaccins risque des poursuites pour soi disant non assistance à personne en danger, bien sur. Je risque d’être accusée de décourager les gens à se vacciner, je représente donc un danger public en matière de santé publique. ( ça, c’est à condition que l’on parte du présupposé que les vaccins ont éradiqué des épidémies alors que c’est précisément l’opposé qui est vrai ! )

Je ne vous citerez pas le reste puisque les attaques ont été telles contre cette «activiste» que ça dépasse certaines scènes de  films de science-fiction : des détails et des faits à vous donner des frissons…

Le climat au Canada

Le 15 juillet j’étais frappé par un virus qui m’a cloué au lit pendant des jours et a sabordé mon été. Court, l’été au Québec…

Inquiet, je me résigne à consulter un «professionnel de la santé» qui me donne rendez-vous à 7h00 le matin.

Devant mes «symptômes», il a l’air de paniquer et veut m’envoyer immédiatement à l’hôpital pour la panoplie que l’on connaît. J’ai fait comme Jésus, j’ai donné mon urine, mon sang, et quelques images rappelant le Saint Suaire…

Connaissant les réactions vives et les douleurs, je suis en mesure de penser que j’ai 99% des chances d’avoir attrapé cette saleté de trio-virusal qui me donne du fil à retordre.

Alors, je me lance dans la recherche aux fins de connaître les «mesures» du gouvernement du Kanada pour cette pandémie. On y a répertorié des cas si anodins, que l’on se demande pourquoi le gouvernement canadien a entreposé du Tumaflu et se prépare aux vaccins pour l’automne, 50 millions de doses.

Sauf que  les chiffres, pour les «victimes»   ne semblent pas tout à fait véridiques : les hôpitaux ne prennent pas trop le temps de vérifier la souche de votre «grippe» et renvoient  le patient chez lui.

Quoi faire ?

Lavez-vous les mains et toussez dans votre coude.

En français dans le texte. (sic)

L’information «officielle»

D’habitude, les médias sont là pour vous informer. Or, on en parle très peu. C’est la hache… On est tiède comme une eau de pluie par un beau soir d’été. Quant à dénicher de ces professionnels de la santé qui œuvrent dans les hôpitaux pour avoir l’heure juste, pas moyen… Ils ont dû se faire coudre la bouche par ces chirurgiens de la finance et du «contrôle» de l’information. Au compte-gouttes, comme ces petites solutions salines qu’on glisse dans vos veines pour éviter la déshydratation…

Dans les blogues dits «officiels» on ouvre un peu les valves…

Marie Claire Lortie, dans La Presse, cite le cas d’Oscar Arias, président du Costa Rica, atteint du virus. Elle s’inquiète également de ce «camouflage» étrange.

On devrait lancer un mouvement de divulgation publique de ce type pour désamorcer la panique autour de cette maladie. Il pourrait y avoir un manifeste: “J’ai eu le H1N1″ ou (au Québec ce serait plutôt “je suis pas mal certaine que j’ai eu le H1N1 mais je n’ai pas été testée parce que on ne teste plus”), un peu comme les féministes françaises l’ont fait dans les années 70 pour l’avortement en demandant à des personnalités publiques de dire “J’ai avorté”, idée reprise récemment par le mouvement pro-euthanasie avec une déclaration publique de personnalités médicales françaises “Nous les avons aidés à mourir…

La véritable pandémie

«J’irai cracher sur vos tombes» Boris Vian

Ce n’est pas une mauvaise idée, car en parcourant les dernières 50 années d’Histoire, on constate que le pire virus de la planète est cette espèce qui se perpétue en élito-cratisme : le politicien et le financier. Copain-copain.

Ces crétins sur échasses, grand amateurs de points G,  sont en train de nous duper. Si j’étais Zola, je les accuserais d’eugénisme de crime contre l’humanité. Les zélus nous prennent pour des cons. S’il y avait des guillotines à vendre sur Ebay, je pense que le vendeur ferait fortune. Car il est bien des têtes qui devraient tomber, sinon nous allons droit à la catastrophe planétaire. D’ailleurs, c’est à se demander si ce n’est pas là leur but.

Qu’ils commencent par se vacciner entre eux, à avaler des doses de Tamiflu, car les Thomas commencent à se multiplier dans les sociétés dites avancées. Avancées de quoi ? À se demander si notre démocratie n’est pas un vernis qui cache sous le plancher une termitière de ces homo-cravatus arrogants qui dînent à nos frais.

Ils ont les moyens, eux, de dépraver des copier-coller de leurs «grands projets» mondiaux. La vanité est un miroir à deux faces que l’on peut acheter aisément.

La souche

Des études génétiques ont démontré que le virus aviaire (H5N1) présentait des similitudes quasiment identiques avec le virus de la grippe espagnole qui tua entre 30 et 100 millions de personnes dans le monde, selon les différentes estimations. C’est plutôt inquiétant dans la perspective où il a été admis en 2005 que des scientifiques essayaient intentionnellement de recréer le virus de la grippe espagnole de 1918. Ce virus avait complètement disparu de la face de la planète… jusqu’à ce que ces scientifiques le ressuscite.

Parlant de cette grippe espagnole, elle porte un nom trompeur puisque la vraie source d’origine ne fut pas l’Espagne, mais bien Fort Riley, une base militaire américaine du Kansas.

Mais les prédictions pandémie de grippe aviaire ne se réalisèrent pas parce que ce virus n’est pas vraiment contagieux. Le virus H5N1 avait besoin d’être mélangé à d’autres virus d’influenza plus contagieux, comme celui de la grippe porcine (utilisé comme arme biologique par la CIA contre Cuba en 1971), pour devenir le vrai tueur en série. Et comme par magie, le voilà! François Marginean, Les 7 du Québec

Mise au point

Je n’ai rien à vendre, je ne suis pas un maniaque du «complotisme», et j’aimerais davantage écrire de la poésie et de la musique.

Disons simplement que j’ai un ras-le-bol de voir les  citoyens qui aspirent à vivre sur cette planète une vie simple avec tous les droits d’humains égaux livrés à une bande de barbares qui ont un cerveau mais  pas d’âme.

Ces robots qui sont toujours à comploter pour nous anesthésier, amateurs de queue-de-pie, ne méritent pas notre support ni notre empathie. Eux, n’en ont pas

Alors, il ne nous reste plus, à nous citoyens du petit x des votes, à aller tousser sur eux pour rendre un brin tout le venin qu’ils nous injectent chaque jour dans leur parade de «grands» de ce monde.

Si, après, on pouvait aller cracher sur leur tombe, l’Humanité en sortirait un peu plus forte et probablement plus en santé.

As-tu du cœur ?

Le vieux Rodrigue avait bien raison… Nous devrions peut-être délaisser notre hyper-cérébralisation pour réajuster notre mode de pensée «one-track-mind» à la réalité de nos êtres.

L’ENFANT DANS LA BOÎTE À PILES

Si on prend l’exemple du papier recyclé, on constate que pour éliminer l’encre au moment du recyclage, on utilise du chlore, un blanchissant très polluant pour nos rivières et qui se dégrade difficilement. Le papier "gris" (peu désencré) nécessite moins de chlore, mais n’est pas toujours adapté aux utilisations courantes.

___________________________________________________________

Le recyclage est une façon de verdir un peu notre environnement. Les centres sont en crise. Le carton à 125$ la tonne a chuté à zéro.

J’ai souvenir d’une lecture d’il y a deux semaines sur un vieil article montrant un travailleur sorti de la ville pour aller ramasser et recycler les déchets de ce monstre. Il se faisait alors 4 fois le salaire qu’il gagnait dans son métier. Mais ce qui m’avait le plus frappé était cette jeune fille de 10 ans en train de gagner sa vie dans une grande poubelle à ciel ouvert.

La vertu du recyclage

Je reprends cette idée de Mario Roy de La Presse au sujet des «vertueux» qui sont devenus assommant.

Quand je suis allé à l’école, cette semaine, j’ai noté qu’il y avait une boîte pour recycler les vieilles piles.

On ne sait pas trop où vont les piles… Ça donne bonne conscience d’avoir une boîte. J’en ai qui traînent à la maison. J’avais un clavier sans fil. Je l’ai remisé… Une machine à consommer des piles… Les piles viennent en grande partie de la Chine par le biais des magasins à 1$, ou autres succédanés sous d’autres banderoles.

Les chiffonniers du Monde

Cet enfant-là n’est pas un chiffonnier, c’est un ouvrier. Il travaille dans une usine de recyclage de piles.

Calcuta

Demain, je retourne à l’école. Ça fait vingt fois que je regarde la boîte sans trop savoir pourquoi. Je viens de comprendre : elle contient un enfant, un petit prince qui ne grandira sans doute jamais. C’est un esclave…

Un esclave pour mon clavier. Mais surtout un esclave pour les magasins à grande surface. Ceux-là qui avalent les villages un à un, tuant la vie et les petits commerces.

La récupération informelle

Qui a le choix d’être «formel» ou «informel»? Car certains «recycleurs» sont une sorte de paria qui pratiquent le recyclage pour survivre.

Cette activité est fortement insalubre, dangereuse voire illégale selon les endroits, et peut être considérée comme dégradante : à l’exception de quelques cas de personnes le faisant dans un but scientifique ou artistique, elle n’est pratiquée que par ceux qui n’ont guère d’autres choix : personnes marginalisées sans domicile fixe dans les pays développés, habitants des bidonvilles des pays en développement. Elle fait partie des activités de l’économie informelle.

S’il est difficile de savoir combien de personnes exactement exercent cette activité, les estimations donnent un total compris entre 2 et 6 millions de personnes au niveau mondial. (wikipedia)

Toutes les grandes villes du monde ont leur bidonville et leur «recycleurs». En Argentine, Buenos Aires, la population étant d’environ 12 millions, 80,000 de ces recycleurs vivent des déchets de la ville.

Comme les hyènes qu’on laisse entrer dans certaines villes la nuit… Pour la nettoyer.

Le pauvre des pauvres

Nous nous plaignons de la crise financière. Mais elle touche, elle aussi, les gens sans «classe». Non répertoriés, ramasseurs de déchets.

Li Xincun ne savait même pas ce qu’était une crise financière jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il ne gagnait plus sa vie avec la revente des déchets recyclables collectés dans tout Pékin. "Les prix s’effondrent. Ce commerce devient de plus en plus dur", dit ce chiffonnier de 45 ans, vêtu à l’ancienne d’un costume bleu Mao élimé, en poussant son vieux triporteur dans les rues de Pékin à la recherche de produits recyclables.

On recycle aussi, pressés, les enfants pour la guerre.

Le nazisme vert

Le grand mensonge est de refiler à nos enfants l’idée que l’on va sauver la planète en recyclant.

Si le catholicisme nous rendait – à mon «époque» – coupables de nombreux péchés, notre monde s’est trouvé une nouvelle religion avec un «dieu» visible.

Les vertueux du recyclage sont comme des soldats de la mondialisation. Si on leur a dit qu’il faut recycler pour sauver la planète, ils vont le faire avec foi dans leur mission, tout dévoués, parfois hautains et possesseurs de vérité, alors qu’ils ne sont que les marionnettes des seigneurs de l’économie.

Les religions nous vantent la vie après la mort, la délivrance. C’est là également une idée fausse de l’Univers. Une fausse conception. Ici bas, c’est l’Homme qui créé l’univers dans lequel il vit.

Ils poussent les nouveaux prêtres.

Ils poussent dans des institutions de ciment de croyances et de crédos.

Au fond rien, en apparence, n’a changé.

En fait, il est quelque chose de changé : Satan s’est en quelque sorte multiplié. Il est même devenu un modèle.

Il a coupé ses cornes et les a recyclées  en cravates.

Si on jouait sur les mots, on pourrait dire : pile ou face?

Tamiflu: la maladie par la santé chez les enfants

À 60 ans ces enfants-là, à force d’avaler ces trucs, ces vaccins, sans compter la pharmacie «ouverte», vont sans doute être en santé et avoir une espérance de vie dépassant les 61 ans. Plus besoin de plans de pension…

______________________________________

Une étude britannique jette de l’ombre sur l’utilisation chez les enfants de l’antiviral Tamiflu, vendu sous ordonnance au Québec.

Dans cette recherche publiée lundi dans le British Medical Journal, des médecins britanniques remettent en question l’usage routinier de ce type de médicaments antigrippe.

Selon eux, les bénéfices sont limités, par rapport aux effets indésirables. Ils affirment que le Tamiflu ne fait que réduire la durée des symptômes d’une journée et demie et diminuer les risques de contagion de 8 %. Les enfants peuvent en revanche souffrir de vomissements qui peuvent entraîner, chez certains d’entre eux, la déshydratation et d’autres complications.

Cette étude n’est pas la seule à tirer de telles conclusions. Il y a un peu plus d’une semaine, l’agence sanitaire britannique, la Health Protection Agency, notait déjà que des enfants traités au Tamiflu avaient souffert de nausée ou de cauchemars. Selon deux études réalisées dans des écoles britanniques, plus de la moitié des enfants qui ont été soignés au Tamiflu, après qu’un de leurs camarades eut attrapé la grippe, ont ressenti un de ses symptômes.

La recherche, qui a été menée sur 2000 enfants de 12 ans et moins, ne porte pas précisément sur l’épidémie de grippe A (H1N1). Les médecins concluent néanmoins que le Tamiflu a peu ou pas d’effets sur les crises d’asthme ou d’autres problèmes respiratoires, et sur les otites.

Dans ce contexte, un des auteurs de l’étude, le Dr Carl Henegan de l’hôpital Oxford, affirme que la prescription systématique n’a pas sa place et demande au gouvernement britannique de revoir sa politique, qu’il juge « inappropriée ». En Grande-Bretagne, le Tamiflu est facilement disponible sans ordonnance.

Au Québec

Au Québec, les antiviraux ne sont prescrits que sur ordonnance. Toutefois, le ministère de la Santé et des Services sociaux recommande aux médecins de prescrire du Tamiflu aux enfants de plus d’un an et de moins de 23 mois qui présentent des symptômes de la grippe, puisqu’il s’agit d’un groupe à risque élevé de complication.

Pour le reste, la décision de prescrire ou nom revient au bon jugement des cliniciens.

La société pharmaceutique Roche, qui produit le Tamiflu, qualifie l’étude britannique « d’alarmiste ». Elle soutient que les nausées et les troubles digestifs sont des symptômes naturels chez les enfants qui ont la grippe. Selon l’étude contrôlée d’autorisation de mise sur le marché du Tamiflu, 15 % des enfants grippés traités ont souffert de vomissements, contre 9 % des enfants grippés non soignés.

Radio-Canada.ca avec Agence France Presse et Le Monde

OPÉRATION ANTI VACCINS:LETTRES À VOTRE DÉPUTÉ

Source: Radio-Canada, 22 août 2009

Source: Radio-Canada, 22 août 2009

J’ai reçu cette lettre d’une lectrice concernant une concertation sur un «action» anti vaccin.Vous pouvez l’imprimer et l’envoyer à votre député. Ou tout simplement en lire le contenu…intéressant.

Servez-vous de ce texte pour demander aux députés de votre département et particulièrement de votre circonscription et aux sénateurs de votre département de poser une question au ministre de la Santé.

Faites-nous connaître les réactions de nos représentants au parlement.

Madame, Monsieur le Député / le sénateur …………………

De graves anomalies concernant la grippe porcine (H1N1), interpellent de nombreux français : en effet, lors de son apparition au Mexique, fin avril 2009, les media ont largement indiqué que la durée d’incubation de la maladie était d’environ 3 jours, ce qui suppose qu’au maximum 8 jours avant l’apparition du 1er cas, cette maladie était totalement inconnue au Mexique.

Or, près de 2 mois avant l’apparition de cette maladie, un communiqué de presse du 9 mars 2009 (AFP), lors de la visite de Monsieur SARKOZY au Mexique, nous indique : «  Sanofi-Aventis (EURONEXT : SAN et NYSE : SNY) annonce aujourd’hui la signature d’un contrat avec les autorités mexicaines, pour la construction d’une usine de production de vaccin contre la grippe, représentant un investissement de 100 millions d’euros. »

Les commentateurs précisent alors : « …La nouvelle usine de Sanofi Pasteur au Mexique sera construite selon les standards permettant à Sanofi Pasteur de basculer aisément de la production de vaccin contre la grippe saisonnière à celle de vaccin contre la grippe pandémique, dans l’éventualité où une pandémie de grippe humaine vienne à être déclarée et une fois la souche de virus grippal pandémique identifiée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). »

Un grand nombre de nos concitoyens ne croyant ni aux facultés de voyance des signataires de ces contrats, ni aux coïncidences, sont aujourd’hui inquiets :

Ils rappellent qu’en 2006 s’est tenu à Rome un congrès international appelé « Projet
Cochrane », afin de faire le point sur la vaccination contre la grippe
depuis 37 ans.

1..      Dans le rapport qui regroupait 51 études sur 260 000 enfants, dont 17 études menées par des Russes, les chercheurs ont conclu qu’il n’existait pas  la moindre preuve que la vaccination des enfants entre 6 et 23 mois avait  une quelconque efficacité. (cf. The Cochrane Database of Systematic Reviews,  « Vaccines for preventing influenza in healthy children » – 1-2006).

2..  D’après 25 autres études comprenant 60 000 adultes, le groupe Cochrane  a estimé que la vaccination réduisait le risque de grippe d’à peine 6 %,  pour les personnes en bonne santé. (cf. The Cochrane Database of Systematic  Reviews, «Vaccines for preventing influenza in healthy adults » – 1-2006).

3..      Quant aux gens âgés, après avoir passé en revue 64 nouvelles études,  le groupe Cochrane a conclu qu’aucune étude ne permettait de constater l’efficacité du vaccin.
Le Dr Tom Jefferson, qui a participé au projet international Cochrane, a  conclu de toutes ces études que « la protection de 100 % clamée de toutes  parts n’a jamais été entrevue ».

En outre, se référant à la protection contre la menaçante « pandémie » de grippe aviaire, il a ainsi résumé la situation actuelle :

« La meilleure stratégie consiste à se laver les mains ».

Cette analyse a été évoquée dans « Le Figaro » du 2 octobre 2007, et dans « Réalités et Vaccinations » n°5 de juillet 2006.

Dans le journal Britannique "The Lancet infectious diseases", de février 2005 (vol.165 n°3) intitulé :

Impact of Influenza Vaccination on Seasonal Mortality in the US Elderly Population” Le Dr. SIMONSEN, (Université G. WASHINGTON) constate que l’augmentation massive des vaccinations contre la grippe aux U.S.A. n’a pas diminué la mortalité chez les gens âgés.

En 1980 la couverture vaccinale aux U.S.A. était de 15% de la population. Aujourd’hui, elle est d’environ 65%, et il n’y a aucune diminution des décès causés par la grippe.

Le rapport conclut : “…We conclude that observational studies substantially overestimate vaccination benefit…”

Dans le journal américain “Vaccine” du 5 avril 2006, un article nous apprend que dans la province canadienne de l’Ontario, en 1990, le nombre de cas de grippe avait augmenté d’environ 60% après le début d’une campagne de vaccination.

Nous pouvons donc légitimement nous interroger sur les dessous du projet actuel d’imposer une vaccination obligatoire contre la grippe porcine, alors que la grippe « normale » entraîne dans le monde 500 000 décès par an, ce qui est totalement hors de proportion avec les quelques dizaines de cas de la grippe porcine.

Nous sommes d’autant plus inquiets que la 1ère contamination de cette maladie est apparue à Fort Dix (New Jersey) en 1976, contaminant 200 soldats américains, ce qui eut pour effet de déclencher une campagne de vaccination. Malheureusement de nombreux décès eurent lieu, chez des personnes vaccinées qui moururent donc, non pas de la maladie, mais du vaccin.

Nous sommes inquiets des conséquences possibles d’une vaccination obligatoire, laquelle, outre qu’elle porterait une atteint grave aux libertés publiques, risquerait d’entraîner une multitude de maladies graves dues aux effets secondaires constatés depuis plusieurs décennies, concernant les vaccins, et ne protégerait pas plus les français que les autres vaccins.

Nous vous demandons de bien vouloir interroger le gouvernement sur les véritables objectifs de cette campagne, et notamment de bien vouloir lui poser les questions suivantes :

1°) L’apparition de la grippe dite « porcine »  dans le pays même où 2 mois plus tôt, il était décidé par un laboratoire pharmaceutique français, de construire une fabrique de vaccins contre la grippe ne peut être ni une coïncidence, ni la résultante d’extraordinaires facultés prémonitoires des laboratoires pharmaceutiques finançant cette construction. Cet étrange scénario inquiète un nombre important de français qui se demandent s’ils ne sont pas manipulés.

Ainsi, dans un article publié par l’agence Russe de presse Ria Novosti du 25 mai 2009, M. Leonid IVACHOV, ancien chef de la Direction de la coopération militaire Internationale du Ministère Russe de la Défense, et président de l’Académie des problèmes géopolitiques, estime que le virus A/H1N1 a été créé de façon artificielle en laboratoire.

Le gouvernement a-t-il des informations sur ce sujet et continuerait-t-il de fermer les yeux s’il apparaissait que la médiatisation à laquelle nous avons assisté et qui va certainement repartir à l’automne prochain, n’est rien d’autre qu’une opération commerciale ?

2°) Dans de nombreux pays d’Europe, les média ont très peu parlé de la grippe dite « porcine ». Ainsi, en Espagne la population n’a pas du tout été alarmée par ce problème, alors que les personnes atteintes de la grippe H1N1 ont été plus nombreuses en Espagne qu’en France.  Pourquoi a-t-on alarmé les populations dans les seuls pays producteurs de vaccins (U.S.A.  France), alors que le nombre de cas recensés était 1.000 fois inférieur à ce que le Monde connaît tous les ans concernant la grippe en général ?

3°) Dans le cas où le gouvernement aurait l’intention effective de rendre obligatoire la vaccination contre la grippe, est-il informé des innombrables publications scientifiques remettant en cause l’efficacité des vaccinations et en dénonçant les graves effets secondaires ? (la liste de ces publications est impressionnante) En d’autres termes, le gouvernement a-t-il l’intention de protéger la Santé publique ou  les profits de l’industrie  pharmaceutique. ?

Un récent sondage nous révèle que seulement 30% des français seraient prêts à se faire vacciner contre la grippe pandémique.

Nous joignons à la présente une liste (loin d’être exhaustive) de publications remettant en cause l’efficacité et la non toxicité des vaccins actuellement sur le marché.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Député, à l’expression de notre Considération.

QUELQUES OUVRAGES FRANCAIS

-« Les vaccins n’ont pas fait reculer les épidémies » (Pr. F. DELARUE)

-”La mafia médicale” (Dr. G. Lanctôt) Ed. Voici la Clé,

-”La dictature médico-scientifique” (Sylvie Simon) Ed. Filipacch,

-”Vaccination, erreur médicale du siècle” (Dr. L. De Brouwer) Ed. Louise Courteau,

-”Danse avec le diable” (G. Schwab) Ed. Courrier du livre,

-« Les charlatans de la médecine » (C.V. D’AUTREC) Ed. La table ronde

-”Au coeur du vivant” (J. Bousquet) Ed. St Michel,

-”Le malade déchaîné” (R. Bickel) Ed. ALTESS.

-”Vaccinations : l’Overdose” (Sylvie Simon) Ed. Déjà

-”Tétanos, le mirage de la vaccination” (F. JOET) Ed. Alis

-”Pour en Finir avec Pasteur” Dr Eric Ancelet (Ed Marco Pietteur)

-”La Santé confisquée” Mirko et Monique Beljanski (Ed Compagnie)

-”La lumière médicale” Dr Norbert Bensaïd (Ed Le Seuil)

-”Mon enfant et les vaccins” Dr F. Berthoud (Ed Soleil)

-

”On peut tuer ton enfant” (Dr P. Chavanon) Ed Médicis

-”Les Vérités indésirables- Le cas Pasteur” (archives Internationales Claude Bernard) Ed La Vieille Taupe 1989,

-”L’intoxication vaccinale” (F. Delarue) Ed Le Seuil 1977

-“La rançon des vaccinations (Simone Delarue) Ed LNPLV 6°Ed 1988

-« le procès des vaccinations obligatoires » (Dr. J. KALMAR – Me J. EYNARD, Avocat Grenoble 1961,

-« Pour la liberté, contre l’obligation des vaccinations » Marcel LEMAIRE (Préface de Me F. HOFFET, Avocat Strasbourg) 1961

-« La santé assassinée » (Isabelle ROBARD Avocat Paris) Ed. de l’Ancre

-”L’intox, quelques vérités sur vos médicaments” (Dr Bruno Donatini) Ed MIF

-”Des lobbies contre la santé” Roger Lenglet (Ed Syros)

-”Des enfants sains même sans médecins” (Dr R.Mendelsohn) Ed Soleil 1987

-”La poliomyélite, quel vaccin ? quel risque ? “ (Dr Jean Pilette) Ed de l’Aronde 1997

-”La catastrophe des vaccins obligatoires” (Pr. TISSOT) Ed. de l’Ouest 1950

-"Les dessous des vaccinations (Dr. SCOHY) Ed. Cheminements

-"Vaccinations : le droit de choisir" (Dr. F. CHOFFAT) Ed. Jouvence

-« Vaccin Hépatite B : Les coulisses d’un scandale » (Sylvie SIMON et Dr. Marc VERCOUTERE) Ed. Marco Pietteur,

-« La santé publique en otage » (Eric GIACOMETTI) Ed. Albin Michel

-« La médecine retrouvée » (Dr. Jean ELMIGER) (Ed.

Vaccin H1N1 : Guerre scientifiques vs citoyens

Source: NewsMediaexplorer

Source: NewsMediaexplorer

«Vaccination overdose» by Sylvie Simon

« Quant Les scientifiques et les médecins s’attribuent la gloire d’une évolution qui est due en réalité aux plombiers et aux paysans! C’est grâce à eux que s’est développée une meilleure hygiène et que l’on a pu avoir une meilleure nourriture.([…) Avec une bonne nutrition, vous vous assurez un bon système immunitaire et vous n’êtes plus la proie des maladies. »

Peter Duesberg,

(Professeur de biologie moléculaire et cellulaire à l’université de Berkeley)

MISE AU POINT, EN DATE DU 28 OCTOBRE 2009.

À la vue du nombre de visiteurs qui cherchent des informations, le bulletin de nouvelles de Radio-Canada était très bien fait. Une chronique spéciale d’une dizaine de minutes, mais très bien faite.

LA PREMIÈRE VAGUE A EU LIEU EN JUIN ET JUILLET. On en a peu parlé. Cependant, plusieurs ont été touché par le virus sans qu’on panique.

Le jeune homme décédé en Ontario est expliqué de façon suivante: le virus étant nouveau, ( quoique de la même souche que celui de 1918), les systèmes immunitaires des jeunes répondent parfois trop fortement au virus.LE SYSTÈME IMMUNITAIRE CONFOND LES CELLULES DU VIRUS ET LES CELLULES PULMONAIRES. EN SE DÉFENDANT CONTRE LES DEUX, IL DÉTRUIT LES BONNES ET LES MAUVAISES CELLULES. CETTE TROP FORTE RÉACTION PROVOQUE UNE GRAVE DIMINUTION DE L’OXYGÈNE. ET, DE CE FAIT, FINIT PAR USER LE COEUR.

C’est la raison pour laquelle, en Australie, on a réussi à sauver des patients en leur donnant de l’oxygène.

Deuxième cas de virus en juin: un homme de 50 ans. Toujours à Radio-Canada.L’homme, marié à une infirmière a attrapé le virus dont la réponse immunitaire a été forte: les cellules pulmonaires ont commencé à être détruites. L’homme a passé 5 jours à l’hôpital, oxygéné.

D’un autre côté, en juin, il y a des cas étrange. Une femme médecin, pédiatre, mère de trois enfants a vu ses enfants tomber malade. Deux ont passé au travers facilement, le troisième étant plus malade elle l’a amené à l’hôpital: on a analysé son sang: H1N1.

Je vous livre les chiffres donnés ce soir (28 octobre) à Radio-Canada.

Selon eux: 1 /200 chance de mourir de ce virus .  Je trouve le chiffre un peu élevé, est-ce exact.

Voici les chiffres qui m’ont été transmis par un lecteur concernant la grippe qui est passée en Australie:

En Australie (qui sort tout juste de l’hiver), sur une population de 21 millions d’habitants, il y a eu 277 000 cas et 2 891 décès (chiffres du 30 août). Donc, 1,3% de la population a été atteinte de la grippe et 0,014 % est décédé. (1,4 décès par 10 000 habitants).

On ne fait pas mention des groupes d’âge, ni des patients déjà affectés par une maladie chronique.

Le vaccin ne provoquerait – à court terme – qu’une réaction sur 10,000 cas. Ce qui est d’ailleurs arrivé à une infirmière ce matin. Un réaction allergique à une partie du contenant du vaccin. Comme celle qu’en ont les gens aux arachides ou aux oeufs.



&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Suite à un article se voulant «rassurant» au sujet de la vaccination à l’automne contre le virus A H1N1, des lecteurs du Devoir s’en sont pris aux «fidèles» du monde scientifique, en rang d’oignon derrière leur diplôme et un panel d’études…

Je vous suggère d’aller lire l’article et de vous faire une opinion. Je ne suis ni complotiste, ni alarmiste. Il est toutefois bon de se questionner sur les «vertus» du vaccin et de son efficacité RÉELLE.

Madame Sophie Guillot m’a d’ailleurs fait parvenir un dernier commentaire – long, mais très bien documenté. Ce documentaire a été envoyé au journal Le Devoir. Je crains toutefois qu’il ne soit pas mis en ligne. Il ne l’est pas présentement.

Je vous le propose ici – c’est sa seconde intervention – après la lecture d’une partie de l’article. Vous pourrez lire le reste par le lien

A(H1N1): des «antivaccination» crient au complot sur Internet

Lisa-Marie Gervais
Édition du jeudi 06 août 2009

Mots clés : H1N1, Complot, Vaccin, santé, Internet, Canada (Pays), Québec (province)

Alors que le géant pharmaceutique Novartis effectue ses premiers tests de vaccins contre la grippe A(H1N1) sur les humains, la vaccination déchaîne les passions à tout le moins sur le Web, où fleurissent les blogues et les sites Internet qui relaient des informations alarmistes voulant que le nouveau vaccin constitue un risque grave pour la santé, voire qu’il puisse causer la mort.

De la foutaise, croient plusieurs chercheurs en santé publique et des spécialistes des maladies infectieuses. «Aucun vaccin n’est efficace à 100 %, 100 % du temps. Mais le risque d’effets secondaires que présente le vaccin n’est pas assez grand pour qu’on laisse tomber la vaccination. Les risques associés à la maladie sont éminemment plus sévères», a soutenu le Dr Brian Ward, directeur adjoint du Centre de recherche en maladies infectieuses et microbiologie du Centre hospitalier de l’Université McGill.

SUITE DE L’ARTICLE  Journal Le Devoir

Seconde intervention de Madame Guillot

À Albert Descôteaux et Colette Tremblay

Précisément monsieur Descôteaux! Vous mettez le doigt dessus !! Pasteur … Pasteur a menti et on nous le présente comme le Sauveur de l’Humanité, il a menti depuis le départ, il avait comme principal opposant Béchamp, puisque Pasteur prétendait que toute maladie ne peut s’expliquer QUE par le microbe ( le  microbe est tout ) alors que Béchamp disait que selon lui le terrain est tout.

L’histoire des épidémies donne largement raison à Béchamp, puisque c’est de notoriété publique de dire que devant une même maladie nous ne sommes pas tous égaux. Certains seront à peine malades, d’autres le seront bien plus gravement. Pasteur était chimiste, Béchamp médecin et professeur de médecine en faculté à Montpellier. Détail intéressant à remarquer.

On nous prétend à l’heure actuelle que la grippe A H1N1 tue , mais pas n’importe qui, elle tue les gens qui ont des déficiences respiratoires majeures en priorité. La première personne a être décédée en France avait depuis sa naissance des déficiences respiratoires et immunitaires majeures, ainsi elle avait … la tuberculose ! Rien que ça ! Mais elle est morte de la grippe AH1N1, sans aucun doute … Franchement, vous n’en avez pas assez d’être pris pour un cobaye non  rémunéré qui prend des risques sur de telles bases ?

Toute la politique vaccinale mondiale repose sur le présupposé que Pasteur aurait sauvé un enfant de la rage. Or l’enfant est mort .. de la rage ! Pasteur ne l’a jamais dit et il le savait. Il est mort de la rage comme plusieurs membres de sa famille qui avaient été mordus par le même chien.

Cela fait plus d’un siècle que l’on nous ment effrontément sur ce grave sujet de santé publique parce que déjà du temps de Pasteur, les enjeux économiques se sont révélés prioritaires sur la santé publique. Vous parlez de la variole, le nombre considérable de personnes que l’on a envoyé au cimetière en leur inoculant du pus de varioleux au 19ième siècle devrait vous faire tout de même réfléchir un peu. On a stoppé la vaccination anti variolique en 1979 parce que trop de personnes précisément avaient des accidents post vaccinaux.

Les statistiques mon bon monsieur … les statistiques on leur fait dire à peu près ce qu’on veut. Vous parlez de la polio ?

Lisez donc cela :

"Pour parfait exemple, la poliomyélite. Le Dr Jonas Salk a affirmé que le vaccin Sabin était responsable de la plupart des cas de poliomyélite . Une dépêche de l’AFP du 1er Février 1997 signale que "la quasi totalité des cas de poliomyélite recensées aux Etats Unis de 1980 à 1994 ont été causés par l’administration du vaccin oral atténué". le Panorama du Médecin (n°4165-1995) demandait si en l’an 2000, les médecins accepteraient toujours de vacciner contre la poliomyélite au prix de quelques paralysies iatrogènes", sachant que les paralysies post vaccinales ne sont pas déclarées comme de véritables poliomyélites. Le Dr Yves Couzigou fait remarquer que "les vaccinés , loin de constituer un barrage protecteur vis à vis des non vaccinés , sont au contraire dangeureux et peuvent contaminer le reste de la population, puisqu’il est prouvé qu’ils peuvent être porteurs et transmetteurs de virus poliomyélitiques par voie intestinale et peut-être par d’autres voies."

Le vaccin PROVOQUE la polio et la polio provoquée par le vaccin n’est pas RECONNUE comme une vraie polio, donc, entourloupette, les poliomiélitiques suite aux vaccinations n’apparaissent tout bonnement pas dans les statistiques! Ce sont les LABORATOIRES vendant ces vaccins qui l’écrivent eux-mêmes, ce n’est pas moi !

Contrairement à ce que vous affirmez il n’existe pas de vaccin contre la peste…

La rougeole dites vous ? Parlez en aux mères Algériennes qui ont fait vacciner leur nouveaux nés dans un dispensaire, 7 d’entre eux sont morts consécutivement à l’injection. Sept dans le même dispensaire… Et on voudrait nous convaincre de l’innucuité des vaccins avec ce genre d’ "incidents" ??? Pourquoi donc le vaccin ROR est-il interdit à la vente en Grande Bretagne et en Allemagne ? Parce qu’il y a eu trop de victimes, l’état de ces pays  n’a pas pu continuer à défendre un tel scandale.

Le vaccin contre la rougeole tue assurément plus d’enfants qu’il n’en sauve ! C’est bien le drame de cette histoire de canular gigantesque sur les vaccins.

Pour le vaccin VPH, je vous renvoie à ce que j’ai déjà écrit et à quoi votre inquiétude quant à ce cancer du col de l’utérus ne contredit nullement ce que j’affirme. Cancer qui touche majoritairement des femmes entre 40 et 50 ans et pour lequel on veut vacciner massivement les jeunes filles avant 15 ans, nous n’avons pas encore 35 ans de recul, comment prétendre que sur le plan épidémiologique cela SERA mieux pour elles par rapport à leurs mères ? Cette multitude de cancers du col de l’utérus ne serait-elle  pas liée à la prescription massive de contraceptifs hormonaux il y a 30 ans en arrière ?

Sur le plan strictement sanitaire enfin, soyons bien clairs, on injecte un virus atténué (papillome humain) en espérant que le système immunitaire réagisse à cette "mini-agression" et se constitue un panel d’anticorps appropriés. Question : si sans le vaccin, 70% des organismes réagissent correctement, pourquoi ne fait-on pas plutôt des dépistages systématiques pour soigner les personnes dont le système immunitaire (sans vaccin) ne répond pas de façon efficace?

Seconde question : si 30% des personnes n’ont pas une réponse appropriée de leur système immunitaire AVANT VACCIN, ne va t on pas affaiblir encore plus leur système immunitaire défaillant AVEC LE VACCIN ???

De plus, les prescripteurs de vaccins ne disent rien des cas de VPH avec les cent souches qui ne sont pas dans le vaccin.

Autre problèmatique : que sait-on des effets secondaires sur le long terme de ce vaccin, sachant que la problématique du VPH sans vaccin est un risque de cancer du col de l’utérus des années après? Autrement dit, n’est-on pas en train de nous préparer des milliers de cancers du col de l’utérus pour les femmes d’ici à 30 ans pour toutes les jeunes filles que nous vaccinons aujourd’hui ???

Madame Tremblay vous dites quelque chose qui n’est pas ce qu’affirment les ministères de la santé, les laboratoires et  les médecins partisans de la vaccination : ils disent très précisément qu’ils vont vacciner en priorité les personnes dont le système immunitaire EST affaibli, les personnes les plus fragiles vont être massivement vaccinées D’ABORD, puis ensuite on vaccinera massivement les professionnels de santé qui sont susceptibles d’être en contact avec le virus et on a besoin d’eux pour soigner les 20 millions de Français qu’on nous annonce avant Noël qui seront d’après eux contaminés par le virus. Retenez bien ce chiffre (qui n’est qu’une probabilité parmi les pires, nous verrons bien d’ici Noël combien seront effectivement touchés en France) . Donc je maintiens ce que j’ai écrit précédemment, on s’apprête à vacciner les gens qui sont déjà fragilisés !

Autre chiffre que je trouve assez révélateur : une responsable du système de veille sanitaire en France prétend qu’avec une couverture vaccinale de 30% de la population, nous serions protégés efficacement contre la pandémie( sur France Inter en Juillet) . Pourquoi 30% et pas 40, 50 ou 90%  ? Mystère et boule de gomme. Donc je répète à 29%, le pays est en grave danger de pandémie mais à 30%, miraculeusement nous sommes sauvés. Ces gens là ont fait 10 ans d’études après le bac pour nous sortir une telle absurdité sans rougir.

J’ai même entendu une chose que je trouve remarquable ; sur France Inter, une journaliste médicale à qui on posait la question de savoir ce qu’elle pensait des grippe partys organisées au Royaume Uni ( qui est à présent le pays d’Europe le plus touché par le nombre de cas déclarés ) elle répondait carrément que les gens s’adonnant à ce genre de pratiques faisaient parties de sectes anti vaccins, selon ses propres termes.

Que font ces gens là ? Ils organisent des soirées pour mettre en contact des personnes infectées avec d’autres dans l’espoir d’être immunisés contre la forme que l’on nous annonce plus virulente pour l’automne. Autrement dit, ils font rigoureusement  la même chose que ce que les laboratoires envisagent de nour faire subir, à savoir nous contaminer de façon "atténuée" pour provoquer une réponse immunitaire. Les particuliers faisant cela sont donc dans des sectes, mais les laboratoires le faisant sont des bienfaiteurs de l’humanité. Alors que les vaccins contiennent des additifs extrêmement dangereux.

Je ne préconise pas les grippe party, je pense que plutôt que de fragiliser les systèmes immunitaires des citoyens, dans l’espoir de le renforcer, avec les vaccinations,  il y aurait peut être d’autres mesures hygiénistes à préconiser pour que les gens aient avant toute chose un bon ou meilleur système immunitaire.

Lisez donc: "Pour en finir avec Pasteur, un siècle de mystification scientifique", Eric Ancelet
Fouillez sur ce site,
http://biogassendi.ifrance.com/editobiofr12bechamp.htm

Cherchez "Sylvie Simon" sur internet vous en découvrirez de belles. Sa bibliographie est édifiante.

Je remarque que sur le fond, et l’ensemble des arguments que j’avance , aucun de mes farouches adversaires ne me répond ne serait que sur un seul point précis de manière satisfaisante et complète (j’entends par là entre autres, intelligible à tout lecteur du Devoir ). Simon Chamberland reprend son habituelle technique de dénigrement systématique et de négation des questions posées. Les chiffres qu’avance Dominique Favreau sont malheureusement faux, il y a bien plus de victimes des vaccinations que ce qu’il affirme. Rien que l’exemple que j’ai cité pour la polio laisse entrevoir pourquoi les médecins continuent de toute bonne foi à croire ce que les labos leur disent, vu que les statistiques sont basées sur mensonges, les victimes de vaccination ne sont pas comptabilisées sur le plan statistique, il est donc impossible de se baser sur celles-ci pour parler d’un réel rapport risque bénéfice fiable.

Personne n’est capable de m’expliquer l’illogisme total par lequel un vaccin pourrait protéger contre la tuberculose ( ce que le BCG contrairement à ce qu’on nous a martelé pendant des décennies ne fait pas ) et contre le tétanos, alors que la maladie elle-même ne serait pas capable de nous immuniser.

Il faut bien comprendre une chose, le dogme vaccinal ne saurait être remis en question, il est par définition incontestable, y compris contre le bon sens le plus élémentaire, la logique la plus évidente, même devant une évidence scientifique,  on continue de nier toute remise en question des vaccinations. Et cela ne se doit pas discuter.

Sophie Guillot

LES HAMSTERS DU PARLEMENT

PIERRE FOLGIA

Les hamsters ont surtout la particularité de posséder des poches extensibles à l’intérieur des joues, appelées abajoues. Ces poches servent essentiellement à transporter la nourriture. Certaines espèces sont connues pour cacher leurs petits dans leurs abajoues quand elles ont peur d’un danger, afin de les transporter ailleurs]. Quelques espèces de hamsters peuvent aussi nager parfaitement en remplissant ces poches avec de l’air pour mieux flotter. ( Wikipedia)

Les citoyens, les médias, les bougonneux comme  moi passent leur temps à admonester les politiciens. Ils ont vingt ans qu’ils commencent déjà à semer les oreilles de leurs formules ampoulées et désertes.

Savent plus quoi faire…

Sauf créer des commissions d’enquêtes. Pour «éclairer» le passé…

C’est comme ça que tous ceux qui sont passés nous ont laissé un tunnel noir.

Ils sont comme des hamsters dans leur cage à pédaler dans le vide.

Méchants?

Pas vraiment.

Sauf quelques uns qui produisent de la broue de vanité en bavant sur les micros. Accrocs des micros… Avec des macro projets…

L’énergie verte, c’est comme quand le ti Jésus nous donnait le choix entre le paradis et l’enfer.

Même si on ramasse toute l’eau du grand nord et qu’on déchire la terre pour la dévier là où il faut – en tassant quelques indiens à coups de milliards – c’est un vert de peinture à l’eau. Même si on écarquille les yeux devant un bulldozer… C’est toujours une machine à broyer des âmes.

Un amérindien à Wall-Street c’est comme Michèle Richard au volant du Québec.

Que voulez-vous!

On est devenus les chrétiens d’une rhapsodie attristante  d’un vieux crédo : le bonheur à la pelle par l’argent à la pelle.

Mais où est le problème si  ces gens-là sont de bonne «foi»?

L’Église.

Comme La Cage aux Sports : gros steak, plein de bruit.

LA CAGE ET LA ROUE DE FORTUNE –

Eh! Oui! Le système est trop vieux pour le «monde moderne». Le sport des avocasseries est comme le hockey : la jambette et les coups de bâtons ont supplanté la subtilité du jeu.

On a fini par créer une sorte de roulette russe où l’on se tue à tourner en rond. La démocratie, c’est comme Chrysler et GM : pas capable de s’adapter, pas capable d’évoluer.

Le hamster ne sait pas qu’il coure dans une cage…

La démocratie serait que Ginette et Roger se mêlent un peu de la partie.

Entre la baratte à pâtes et les parlements, la différence est aussi menue qu’entre le cheveu de la soupe et celui de la tête. Sauf que l’un a trempé longtemps dans le jus et qu’on l’avale sans le vouloir.

Ne reste plus qu’un génie ou deux, ouverts d’esprit, pour se déniaiser et faire avancer un peu notre petite société.

Pourtant, des gens qui ont des  des idées,   il en existe.

Le problème est qu’il n’est plus possible d’entrer dans la cage sans qu’une armée d’avocats, de boursicoteurs nourrissant le hamster nous en empêchent.

La cage est un nombril qui tourne sur lui-même.

Comme à la ronde : ça coûte cher, ça étourdi, mais c’est bon pour les enfants.

Ah! J’oubliais. Le hamster est une bête de compagnie…

L’ENCRE DE SCHREIBER

Source: Renart Léveillé.

Le conducteur de 7 ans

La SQ a toutefois déjà constaté que personne ne portait sa ceinture, que l’enfant conduisait de toute évidence sans permis, que le responsable du véhicule le laissait conduire sans permis, et que le tout est sujet à une infraction pour conduite imprudente. Cyberpresse

Drôle de monde !…

On a peine à traquer ce cher M. Karlheins Schreiber – cette distributrice à pots-de-vin à des élus, des sous élus, des re-sous élus, des non-élus, bref, des élus soûls de pouvoir. On dirait une trempette politique où les légumes sont mélangés avec la sauce la plus épaisse… Le gratin cupide, insignifiants, dans l’honnêteté jusqu’au nombril. Il n’y a pas que les dentistes qui vous disent : «Ça ne fera pas mal».

La presse écrite, les journaux télévisés en font des Ô ! du gamin de 7 ans en train de conduire sur une route d’orignaux, pendant que son père le filme avec – probablement – une main sur le frein à main.

70 kilomètres heures. Et puis 40…

Il conduit à la vitesse d’un neurone de politiciens.

Parions que le papa va se faire décoiffer manu militari par une clique de policiers et de présentatrices de télévision avec un masque d’outrage comme si un singe venait de découvrir le secret de la  Caramilk .

Ben, le voici le secret de la Caramilk :

Ont peut résumer le procédé industriel en quelques étapes simples:

  1. Production d’un moule en chocolat servant de réceptacle pour le caramel.
  2. Le caramel est coulé dans ce réceptacle après que ce dernier a été refroidi.
  3. Le réceptacle chocolaté rempli de son caramel est scellé avec le même chocolat constituant le fond.
  4. Le produit est ensuite conditionné avant l’emballage.

Le secret de la Caramilk c’est de nous avoir vendu un mystère.

Le grand secret de Karheinz Schreiber – même si on souffre un tantinet de complotivite- c’est de cacher sous le chocolat le caramel visqueux et fondant des rats tapis dans nos organisations de Judas crémés qui se pavanent.

Alors n’allez pas vous laisser aller à la l’offense distinguée de la parade.

Bons à s’en lécher les droits. Droits comme dans avocats avocaca !

Qui n’a pas connu dans sa vie un papa qui a laissé le volant à son fils sur route déserte pour en faire un homme qui pisse un peu à côté du bol ?

Schreiber est un vendeur d’armes. Il cherche ceux qui ont le volant. Mais lui, il n’a pas de papa avec un frein à main. Il a conduit toute sa vie des femmes et des enfants à la mort sur les «grandes routes du monde» par des cols-javellisés au pouvoir.

On est vert de l’âme comme un greenpeacer copier-coller…

Rien d’autre.

Schreiber n’est pas allé sur You Tube pour filmer ses exploits. Les rats sons sous les villes. Et les viles engraissent les rats.

Il faudrait peut-être cesser de jouer à l’offensé blanc comme les neiges du Kilimandjaro.

Que passa ? On n’a que ça à traquer ? Des enfants de sept ans ? Qu’est-ce qu’on fait de ces picotés picoreurs de nos impôts, de nos vies, qui- au fond- conduisent de façon satanique les plus grandes routes du mondes ? :

LES ÉTATS

Les plus «étoffés» des arguments contre le papa et sa «conduite» : «Il aurait pu tuer du monde…» .

J’en suis à me demander si la caricature de Renart n’est pas réelle : M. Schreiber a vraisemblablement été victime d’une explosion en manipulant trop d’argent. L’argent est bien la pire arme du monde, du vrai.

C’est encore nous les payeurs de cet éclopé de la guerre économique qui a eu droit à un procès équitable à nos frais…

Pour la conduite humaine, ce dénaturé n’a peut-être pas passé sur You Tube, mais sa fortune camouflée a tout de même été imprimée à l’encre rouge du sang humain.

Publié sur les 7 du Québec

Visitez les 7 du Québec… Ou laissez-nous vous visiter.

IMMUNITÉ JURIDIQUE POUR LES FABRICANTS DU VACCIN H1N1

Les fabricants de vaccins contre la grippe H1N1 viennent d’obtenir l’immunité juridique


par F. William Engdahl

La secrétaire d’Etat U.S. à la santé, Kathleen Sebelius, vient de signer un décret conférant une totale immunité aux fabricants de vaccins contre la grippe H1N1, en cas de poursuite judiciaire. De plus le programme accéléré – de 7 milliards de dollars – pour la fabrication du vaccin qui devra être mis sur le marché à l’automne ne prévoit pas de test de sécurité. Y aurait-il un programme sous-jacent à l’officielle et hystérique campagne de l’OMS destinée a élever la prétendue grippe porcine au rang de pandémie ?

Tout d’abord, ni l’OMS ni le CDC ni aucune instance scientifique n’a produit de preuve quant à l’existence de ce nouveau virus H1N1, virus qui devrait être isolé, caractérisé et photographié par un microscope électronique en vertu des procédures scientifiques habituelles lorsqu’il existe un danger de pandémie.

L’actuelle panique provoquée par campagne officielle sur les dangers supposés de la grippe porcine prend des allures de roman de science-fiction Orwellien. Le décret signé par Sebelius accorde l’immunité à ceux qui fabriquent le vaccin contre la grippe porcine conformément aux dispositions de la loi 2006 sur les urgences de santé publique.

Un SAGE peu sage

Sur recommandation du « Comité consultatif mondial sur la sécurité vaccinale » à l’Organisation Mondiale de la Santé ( OMS ) à Genève, l’OMS a déclaré que le H1N1 était en phase 6 , stade de la pandémie, activant ainsi un programme d’urgence qui pourrait être mis en place même dans des pays comme l’Allemagne où les cas « supposés » de contamination au H1N1 se comptent sur les doigts d’une seule main.

Depuis 2005, le directeur (1) du SAGE ( Comité consultatif mondial sur la sécurité vaccinale à l’OMS ) est le Docteur David Salisbury, responsable du groupe de vaccination et des maladies infectieuses au Ministère de la santé du gouvernement britannique. Dans les années 80, le Dr Salisbury a été sévèrement critiqué pour avoir mené une campagne massive de vaccination des enfants avec le vaccin ROR ( rougeole-oréillon-rubéole ) fabriqué par le prédécesseur de GlaxoSmithKline. Ce vaccin fut retiré du marché japonais après que des effets secondaires aient été constatés chez de nombreux enfants vaccinés. Le gouvernement japonais a été obligé de payer d’importantes indemnités aux victimes. En Suède, le vaccin ROR de GlaxoSmithKline fut retiré de la circulation après que des scientifiques aient établi le liens entre le vaccin et la maladie de Crohn. Apparemment ces éléments n’ont guère perturbé le directeur du groupe SAGE de l’OMS, le Dr Salisbury

Selon un chercheur britannique indépendant, Alan Golding qui a obtenu les documents sur ce cas, en 1986, Trivirix, un vaccin combiné ROR contenant une souche vaccinale d’oreillons Urabe AM-9 fut introduit au Canada en remplacement du MMR I. Les inquiétudes concernant l’introduction de ce vaccin en Grande-Bretagne ont été consignées le 26 juin, dans le compte rendu du Groupe de liaison pour le « Groupe de travail de l’Association des pédiatres britanniques » et le « Comité sur la vaccination et l’immunisation ». Inquiétudes fondées car les rapports ont mis en évidence une augmentation de méningites aseptique chez les individus vaccinés. Tous les vaccins ROR contenant la souche Urabe ont été retiré du marché canadien en 1988, c’est à dire bien avant que les vaccins contenant cette souche soient homologués par le Ministère de la santé britannique et utilisé au Royaume-Uni.

Les rapports ajoutent que Smith-Kline & French, devenue Smith-Kline-Beecham et qui à l’époque étaient impliqués dans la production anglaise, étaient préoccupés par les questions de sécurité et hésitaient à demander une licence britannique pour leur vaccins contenant la souche Urabe. Leurs préoccupations concernant les possibles préjudices d’un de leurs produits sur les enfants, les conduisit à demander au gouvernement britannique de les garantir contre toute action en justice résultant d’un dommage lié au vaccin. Sur les conseils du Dr Salisbury et des représentants du ministère de la santé, le gouvernement britannique, enthousiaste à l’idée d’obtenir des vaccins bon marché, donna son accord.

Aujourd’hui, le même Dr Salisbury promeut l’usage du vaccin, non testé, H1N1 également produit par la même entreprise qui s’appelle maintenant, GlaxoSmithKline.

Lire la suite sur:

MONDIALISATION.CA

PANDÉMIE: LA SOUCHE E0S9

_

Unique survivant d’un naufrage, Edward Prendick est recueilli sur une île des mers du Sud par un personnage singulier : le docteur Moreau, qui vit depuis 11 ans sur cette île. Il découvre avec effroi que l’île est peuplée de créatures monstrueuses, mi-hommes mi-bêtes, vivant sous la domination de Moreau et de Montgomery, son assistant. C’est Moreau lui-même qui a « fabriqué » ces créatures à partir d’animaux, dans le but de comprendre la nature de l’humanité. Les deux chirurgiens, Moreau et Montgomery, se sont livrés à des expériences de vivisections et de greffes pour tenter de donner à ces êtres la faculté de penser et de parler.

Les hommes-bêtes vivent dans un village primitif et obéissent à une « Loi » leur interdisant les comportements animaux et prônant la vénération de Moreau appelé « Maître ». Mais Prendick découvre que certaines créatures transgressent la Loi en dévorant des lapins, et Moreau lui apprend que toutes ses expériences ont échoué jusque-là, les créatures régressant systématiquement à l’état animal. L’île du Dr. Moreau, H.G. Wells

On n’a pas tous un médecin de famille, mais on a une belle famille de médecins. Le virus actuel, nommé à tort «grippe porcine» semble issue d’expériences de laboratoire. Selon des scientifiques et docteurs, ce virus "unique" de la grippe porcine est une combinaison inédite et jamais vue entre du matériel génétique de porc, d’oiseaux et d’humains.

François Marginean, Les 7 du Québec

H.G. Wells, dans un roman de SF, avait prévu la manipulation génétique. Cet étrange virus qui est en train de se transformer en pandémie nous porte fait réfléchir sur le travail des scientifiques et leurs «bienfaits» sur l’Humanité. Mais,  surtout,  à leur grande liberté privée d’éthique.

D’où provient cette souche «étrange»?

Certains seront sceptiques. Sauf que les preuves étayées des souches de toutes les pandémies paraissent provenir de la même souche : la E0S9.

Éthique : 0

Stupidité : 9

Belle souche!

À se demander qui est le cochon  dans l’actuelle …pandémie.

Le grand problème – et le véritable – serait de trouver un vaccin qui nous protégeraiT de ces pseudo-scientifiques qui s’amusent dans des laboratoires à mijoter des recettes un peu trop exotique pour notre nature qui supporte mal le chimique.

Un article datant de 2004, que j’ai traduit rapidement, vous aidera à comprendre un peu les jeux de ces rats de laboratoire qui jouent au Dr Moreau.

CDC( Centre de contrôle des maladies)  mélange la grippe aviaire,  et le virus de la grippe humaine dans une étude de pandémie.

Robert Roos *News Editeur

14 jan 2004 (CIDRAP News) – L’une des pires craintes des experts des maladies infectieuses est que le virus de l’influenza aviaire H5N1 en circulation dans certaines régions d’Asie se combiner avec un virus adapté à l’humain pour   ainsi  créer un nouveau virus mortel qui pourrait se propager dans le monde entier.

Cela pourrait se produire, prévoient les scientifiques , si quelqu’un qui est déjà infecté par un simple virus de la grippe , contracte le virus aviaire  en même temps. Le virus aviaire a déjà causé au moins 48 cas humains confirmés de la maladie en Asie, dont 35 ont été mortels.

Le virus a montré peu de capacité de se propager de personne à personne, mais la peur est qu’ un hybride  pourrait combiner le pouvoir de tuer du  virus de la grippe aviaire avec  la transmissibilité des virus de grippe humaine.

Maintenant, plutôt que d’attendre de voir si la nature donne naissance à un tel hybride, les scientifiques américains envisagent de tenter de se reproduire eux-mêmes, une au nom d’une «préparation».

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) va bientôt lancer des expériences visant à combiner le virus H5N1 et les virus de grippe humaine et de voir comment les résultats des hybrides affecte les  animaux.

L’objectif est d’évaluer les chances qu’un tel virus "réassorti"  émergera  et comment il pourrait être dangereux.

CDC ont confirmé les plans pour la recherche comme décrit récemment dans les médias, en particulier dans un article de la Canadian Press (CP) .

Deux façons de faire des hybrides
Les plans est d’en appeler à  deux méthodes pour créer des virus hybrides,  a déclaré le porte-parole  David Daigle CIDRAP News par e-mail.

L’une consiste à infecter des cellules dans un laboratoire de culture de tissus par le virus H5N1 et les virus de grippe humaine en même  temps, et pour voir s’ ils se mélangent.Pour le virus de l’homme, les enquêteurs utiliseront  A (H3N2), la souche qui a causé le plus de cas de grippe humaine au cours des dernières années, selon le rapport de CP.

L’autre méthode est la génétique inverse, le montage d’un nouveau virus avec des ensembles de gènes du virus H5N1 et H3N2.  La  génétique inverse a déjà été utilisé pour créer des vaccins H5N1 dans plusieurs laboratoires, selon Daigle.

Le National Institutes of Health (NIH) a récemment déclaré qu’il allait bientôt lancer un essai clinique de l’un de ces vaccins.

Sur les deux méthodes, l’approche de co-infection a été décrite comme étant plus lente et plus laborieux, mais plus proche de ce qui se passe dans la nature.

N’importe lesquels   virus qui émergeront  de ces processus seront introduits  dans des animaux qui sont considérés comme de bons modèles pour tester comment les virus de la grippe chez les humains se comportent, selon Daigle.

L’objectif sera d’observer si les animaux tombent malades et si les animaux infectés peuvent  contaminer les autres.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) plaide  pour que  les laboratoires mènent  cette recherche, car il pourrait fournir des preuves pour appuyer  à l’appui de l’agence qui émet des  avertissements sur le risque d’une pandémie de grippe, selon le rapport de CP.

Klaus Stohr, responsable de l’OMS à l’échelle mondiale de grippe, a été cité comme disant que, si aucun des hybrides causé la maladie, l’agence pourrait être enclin à abaisser  son d’alerte de préoccupation.

Mais si les expériences produisent des des virus  hautement transmissibles et  pathogènes, l’organisme sera plus inquiet, dit-il.

Précautions de sécurité
En raison des risques évidents de créer des virus ayant le potentiel de déclencher une pandémie, le travail sera fait dans un niveau de biosécurité 3 (BSL-3) au laboratoire de la CDC, à Atlanta, a dit Daigle  à CIDRAP News. " «Nous reconnaissons qu’il peut y avoir certaines inquiétudes de  ce type de travail. Cette préoccupation peut être  renforcée par de récents rapports de laboratoire des expositions dans d’autres installations e," dit-il. ""Mais CDC a un  dossier  incroyable en  sécurité  de laboratoire et est en très strictes en précautions».

Daigle a déclaré que le Département américain de l’agriculture exige que  cet  influenza aviaire hautement pathogène (IAHP)  doit être traités comme des «Select agents» et que la recherche sur eux doit être fait dans les laboratoires BSL-3 avec les "améliorations".

Il s’agit notamment de "dispositions spéciales pour protéger à la fois de laboratoire et de l’environnement." BSL-3 est le deuxième plus haut niveau de sécurité biologique en laboratoire. Il est utilisé pour travailler  avec des agents pathogènes qui peuvent causer  de graves maladiee  potentiellement mortelle en cas d’inhalation, comme la tuberculose ou l’encéphalite de St. Louis, selon les CDC.

Les experiences de CDC  avec des virus HPAI doivent passer par les commentaires de l’agence institutionnels Comité de biosécurité et de protection des animaux et de l’emploi du Comité, dit Daigle.

Les installations sont inspectées par l’USDA et la CDC de l’Office de la sécurité et la santé, et les membres du personnel qui travaillent avec les agents exigent un dégagement spécial.

Ça a été fait avant
Les prochaines expériences ne seront pas  tout à fait nouvelles  pour le CDC. L’agence a déjà fait un échantillon de virus hybride par le virus H5N1 virus hybrides  isolés  de patients à Hong Kong en 1997, lorsque le virus a causé la maladie humaine.

Les résultats de cette recherche n’ont pas encore été publiés, et le CDC a dit peu de choses sur eux.

In the CP report, Dr. Nancy Cox, head of the CDC’s influenza branch, commented only, "Some gene combinations could be produced and others could not."

Dans le rapport de CP, le Dr Nancy Cox, chef de la branche de grippe du CDC, a commenté que «Certaines  combinaisons de gènes pourraient être produites et d’autres  pas."

Il a déclaré: «Le travail avec le réassortiment  isolé 1997  a été interrompu par intermittence avec le SRAS [syndrome respiratoire aigu sévère], puis en 2004 par le virus de l’épidémie du  H5N1 épidémie. Nous sommes en train de concentrer nos efforts sur la compréhension de la pathogénicité des souches de 2004 (non-reassortants) dans  des modèles  mammifères  ".

Il a déclaré que la CDC souhaite préparer un rapport sur la recherche "dans un avenir proche."

SOURCE : CIDRAP

Traduction : l’auteur ( pas parfaite, mais lisible ).